Archives du blog

Fabrice Veyron-Churlet apporte sa vision de la ZAC @cmarkea @euralille

Fabrice Veyron-Churlet RegardsÀ l’occasion de la prochaine édition du Speed Dating du Logement et de l’Immobilier à Paris le mardi 5 juin 2018, Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels dévoile son nouveau livre blanc. Cet ouvrage  collectif recueille une vingtaine de témoignages d’acteurs du terrain (experts de l’immobilier, élus locaux…) portant sur le thème du nouvel ouvrage : les nouvelles tendances de l’aménagement urbain

Découvrez en avant première un extrait du témoignage de Fabrice Veyron-Churlet, Directeur Général d’Euralille

Depuis près de trente ans, la société Euralille réfléchit, élabore et organise l’aménagement des territoires d’Euralille : 130 hectares au sud-est de la ville, en plein coeur de la métropole. Elle pilote également depuis 2012 la transformation de 23 hectares de la friche ferroviaire Saint-Sauveur. Sa mission, recréer une ville vivante au service de toutes les populations. La société Euralille, aménageur des collectivités locales qui composent son actionnariat, est de ce fait à l’intersection de beaucoup de lignes de force et maître d’oeuvre de la fabrication d’arbitrages de toutes natures, et ce parce qu’elle travaille techniquement des dossiers et rencontre des obligations de politiques publiques, des contraintes techniques, financières, règlementaires, politiques et citoyennes. Elle doit donc trouver un équilibre avec ces contraintes. À travers et avec un outil, la ZAC. « C’est mon grand combat. Je défends la planification, je défends les ZAC. Le process ne devient pas vertueux dès lors que l’on renonce à planifier et qu’on laisse ouverts tous les possibles (…) « 

LA MOBILITÉ, UNE TRANSITION COMPLIQUÉE

Découvrez l’intégralité du témoignage

Immobilière 3F : 75 logements sociaux livrés sur Zac Paris Rive Gauche @actionlogement @3F_Officiel

Source : groupe3f.fr

immobiliere3F_0

Dans le 13e arrondissement, en face de la Bibliothèque Nationale de France, Immobilière 3F vient de livrer un immeuble, signé Jean et Aline Harari architectes, abritant 75 logements sociaux, des commerces en rez-de-chaussée et un premier étage de bureaux.

Afin de réduire les charges verticales reprises par les trois méga-poutres qui enjambent les voies ferrées de la gare d’Austerlitz, l’édifice de 11 étages a été conçu en ossature bois inscrite dans un squelette en béton armé allégé.

L’architecture de l’immeuble, son apparence et sa volumétrie, la patine qui affecte déjà sa façade revêtue de feuilles de cuivre, mais également les choix distributifs et la typologie des appartements, résultent ainsi largement d’une situation urbaine spécifique et des défis techniques qu’il a fallu relever.

Sa singularité, qui tiendra bientôt à s’estomper, n’est donc finalement que la synthèse des options architecturales et constructives prises pour concilier des exigences qui excèdent largement celles d’un immeuble ordinaire.

En savoir plus

Lire aussi :

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

Un gymnase-pont au-dessus du boulevard périphérique @Semapa_Paris @paris

LOGO SEMAPA

Source : SEMAPA

#semapa
#logistransport

La SEMAPA réalise un nouvel équipement sportif de 2 500 m2. Ce projet phare dessiné par CAB Architectes, enjambera le boulevard périphérique le long de l’avenue Courteline.

Dans le cadre de l’aménagement de la ZAC Porte de Vincennes, cette opération fait partie d’un ensemble regroupant deux constructions mitoyennes et autonomes : Un équipement sportif multi sports, réalisé au-dessus du boulevard périphérique, qui comprendra un gymnase et deux salles, Dojo et danse ; Une résidence pour étudiants de 150 chambres, sous maîtrise d’ouvrage Logis-Transport, dessiné par l’architecte Bourbouze-Graindorge. Ce dernier, viendra se superposer à un bâtiment de stockage de la RATP. Le programme porte une grande ambition en terme de performances environnementales. L’équipe de maîtrise d’œuvre s’est donc attachée à réaliser deux entités thermiquement et acoustiquement performantes, intégrant les principes de la construction bioclimatique et privilégiant la pérennité et la simplicité des systèmes. Les deux programmes répondent aux exigences du Plan Climat Energie de la Ville de Paris, et présentent des toitures végétalisées. L’arrière du gymnase sera réservé à un corridor écologique reconnectant les deux rives du boulevard périphérique.

 La conception de l’équipement sportif et de la résidence étudiante repose sur cinq thèmes communs.

1- Deux orientation majeures différenciées: le long de l’avenue Courteline et du boulevard Carnot les façades et les hauteurs s’intègrent dans le paysage urbain et, depuis le boulevard périphérique, une expression architecturale plus monumentale et des structures plus affirmées.
2- Des programmes organisés en strates superposées de hauteurs similaires pour renforcer la cohérence de l’aménagement.
3- Les accès principaux des deux programmes s’organisent autour d’une cour d’entrée commune.
4- La poétique du franchissement comme objectif architectural des deux projets, où la contrainte technique est sublimée.
5- L’utilisation de l’acier comme matière structurelle qui autorise une conception souple des espaces.

Les travaux démarreront en septembre 2018 et la livraison est prévue en mars 2020
Gymnase : maître d’oeuvre CAB Architectes, maître d’ouvrage SEMAPA
Logements étudiants : maître d’œuvre Bourbouze-Graindorge, maître d’ouvrage Logis-Transport

 . @VilogiaGroupe – Habitat participatif : un premier projet à Lille

vilogia_logo

Source : Vilogia  

L’habitat participatif séduit de plus en plus de Français et un nombre croissant de villes encouragent cette forme solidaire et engagée d’accès au logement. À Lille, Vilogia est le premier bailleur à initier l’expérience de l’habitat participatif. Lucile Fernandez, assistante chef de projet, en explique les enjeux.

Pourquoi Vilogia est-il engagé dans cette démarche ?

À l’origine d’un projet d’habitat participatif, il y a un groupe de citoyens qui se réunit pour concevoir leur futur lieu de vie et réfléchir ensemble à des espaces de vie communs intérieurs et extérieurs qui vont favoriser le vivre ensemble, l’entraide et le lien social. Dans le cadre du projet lillois, il s’agit de proposer une réflexion sur un nouveau « mode d’habiter » autour d’un programme mixte, composé de logements locatifs et de logements en accession sociale. Vilogia entend ainsi confirmer deux expériences plus anciennes, expérimenter de nouvelles formes d’habitat et porter une réflexion sur les modes d’habitat des familles, locataires et accédants à la propriété.

Comment fonctionne un projet d’habitat participatif ?

Vilogia a réuni un groupe de familles intéressées par la démarche. Accompagné par un cabinet d’architectes et par le bailleur, le groupe se rencontre ensuite régulièrement au cours d’ateliers et de workshops pour réfléchir à un projet de vie personnel et collectif : organisation des espaces privatifs mais aussi des espaces communs partagés, intérieurs et extérieurs. Les futurs habitants s’approprient ainsi les décisions et responsabilités de l’acte de construire en tenant compte des besoins d’évolution et d’entretien de leur futur lieu de vie.

Qui a initié le projet de Lille-Sud ?

Un appel à projet a été lancé par la ville de Lille en 2011, Vilogia y a répondu. Après une communication auprès des familles du parc locatif de Vilogia et grâce au bouche à oreille, le projet a été lancé pour 16 familles. Aujourd’hui, Vilogia est porteur du projet et centre de ressources au service de ces familles.

Le projet a démarré en janvier 2017. Quelles sont les prochaines étapes ?

La phase de concertation des habitants devrait durer jusqu’en septembre 2017, puis le permis de construire sera déposé. Le chantier devrait ensuite démarrer au cours du 2e trimestre 2018, avec une livraison et une installation dans les lieux au 3e trimestre 2019. Les deux parcelles se situent sur la ZAC Arras Europe, rue Marguerite Duras. Le projet prévoit du locatif social, onze appartements dans une petite résidence, et de l’accession sociale à la propriété avec cinq maisons individuelles. Un espace commun intérieur de 40m2 avec cloisons amovibles permettra aux habitants de pouvoir disposer d’une pièce polyvalente pour leurs fêtes de famille, d’une chambre d’amis ou de bureaux. Quant aux espaces communs extérieurs, ils seront composés d’une grande étendue verte : aire de jeux pour les enfants, potager partagé, outilothèque … Le groupe est encore en réflexion sur ce dernier sujet.

Voir le dossier complet et le calendrier prévisionnel

Opérations d’aménagement et droit de l’environnement @seban_associes

Source : Seban & Associés 


Récemment, le droit de l’environnement a connu des évolutions qui ont notamment des effets, directs ou indirects, sur les opérations d’aménagement.
C’est en ce sens qu’il est apparu nécessaire de mettre en exergue les évolutions les plus marquantes en cette matière. L’objectif ne visant pas à l’exhaustivité mais simplement à attirer l’attention sur les nombreuses modifications du droit, imposant toujours plus de vigilance pour les praticiens.
1. Les conséquences de la réforme des évaluations environnementales sur les zones d’aménagement concertées

L’ordonnance n° 2016-1058 du 3 août 2016 relative à la modification des règles applicables à l’évaluation environnementale des projets, plans et programmes, ainsi que son décret d’application n° 2016-1110 du 11 août 2016, ont vocation à simplifier les règles et assurer leur conformité au droit de l’Union Européenne.

L’ordonnance met fin à la distinction en droit français entre « évaluation environnementale » et « étude d’impact ». Désormais, la notion d’évaluation environnementale recouvre l’ensemble de la procédure concourant à la prise de décision, laquelle inclut notamment la réalisation d’un rapport d’évaluation sur les incidences sur l’environnement et les consultations (article L. 122-1 III du Code de l’environnement).

Sans reprendre l’article de la lettre d’actualité du Cabinet du mois de septembre 2016 relative aux précisions sur la réforme de l’évaluation environnementale des projets, plans et programmes, il nous paraissait important de souligner ici que l’application de ces textes mérite une attention particulière en matière d’opérations d’aménagement et, plus particulièrement, concernant les zones d’aménagement concertées (ZAC).

En premier lieu, si l’article 1er de l’ordonnance vise à clarifier différentes notions propres à l’évaluation environnementale, l’application de ces dernières en matière de ZAC mérite encore quelques éclaircissements.

La notion « d’autorisation », notamment, est définie comme la décision de l’autorité ou des autorités compétentes qui ouvre le droit au maître d’ouvrage de réaliser le projet. Or, cette notion est difficilement transposable en matière de ZAC, puisque le Code de l’urbanisme ne prévoit pas d’acte de la procédure constituant une « décision ouvrant le droit au maître d’ouvrage de réaliser le projet ».

En savoir plus