Archives du blog

Ville intelligente oui, mais comment ça marche ? #Smart City

Source : hub-smartcity.com

 

Pour permettre à la Smart City de devenir une ville collaborative, l’utilisation des nouvelles technologies est essentielle. Des développeurs déploient continuellement des applications innovantes à la portée de tous. Ces applications permettent aux individus de s’impliquer dans la vie de leur ville et d’améliorer leur qualité de vie.

Ces dernières années, les Smart Cities ont le vent en poupe, et se développent énormément. Le concept est maintenant connu de tous. Mais ce terme de « Smart City » ne reflète pas une dimension principale : celle de l’humain, et d’une ville collaborative. C’est pourtant une dimension centrale des Smart Cities. Allons voir comment la notion d’humain a pris de l’ampleur et en quoi les Smart Cities sont maintenant davantage des villes collaboratives.

Des actions collaboratives

Une Smart City désigne une ville utilisant les TIC dans le but de perfectionner la qualité de ses services de façon à répondre aux besoins de ses habitants. Ses enjeux ? Il y en a pas mal. Réduire son impact environnemental, améliorer la qualité de l’air, préserver la biodiversité, gérer intelligemment les secteurs clés des transports et de l’énergie…

…lire la suite…

Smart City : Un village de 1100 habitants passe à l’autonomie énergétique

Source : Caissedesdepots

logo_villes

Un projet initié par David Gener, responsable bénévole de la régie électrique municipale dans son village pyrénéen !

Votre village a entamé une démarche de transition énergétique. Quel en a été le déclencheur ? 

David Gener : La commune de Prats-de-Mollo-la-Preste est le village le plus éloigné de la vallée du Haut Vallespir dans les Pyrénées Orientales. Du fait de son étendue et de son relief, notre commune est soumise à des contraintes forte en termes d’alimentation en électricité de qualité. Nous subissons régulièrement des coupures d’électricité, notamment sous le coup des intempéries.  Depuis 1917 nous avons une forme d’indépendance dans la gestion de l’électricité de la commune avec propre régie électrique. En fait, jusqu’à 40% de nos besoins de consommation électrique sont satisfaits par une centrale hydroélectrique. Cette production n’étant pas linéaire, nous complétons en achetant à EDF, à Poweo, etc…

L’évolution des tarifs de vente d’électricité a entraîné une baisse significative des revenus pour les petites régies comme les nôtres. Dans notre cas, notre chiffre d’affaire a baissé de 20%. Puis l’augmentation du prix de transport du Kwh nous a convaincu de trouver une manière alternative de produire de l’électricité sur notre territoire. Plusieurs objectifs ont émergé : réduire notre dépendance, pérenniser les emplois sur la commune, améliorer la qualité du service…

Quel est votre rôle dans ce projet ?

David Gener : Je suis tout d’abord administrateur bénévole de la Régie Électrique Municipale depuis 10 ans, en plus de mon métier. J’ai initié ce projet de transition il y a 2 ou 3 ans. Dans les années 80, l’ancienne équipe municipale avait déjà reconstruit la centrale hydraulique, mais elle s’est révélée sur-capacitaire au fil des années.

Depuis 2015, avec la volonté de faire des économies sur le transport de l’énergie, j’ai échafaudé un scénario énergétique pour la commune. Nous avons commencé par rechercher des aides via des appels à projet de la région Occitanie afin de nous faire financer certaines études : faisabilité hydraulique, méthanisation, identification des forces et faiblesses de notre réseau. Mon rôle aujourd’hui recouvre les aspects sociétaux, financiers et techniques de cette nouvelle ère énergétique qui s’annonce pour la commune. Dans l’avenir, je serai également amené à piloter la S.E.M qui coordonnera tous nos projets de transition énergétique en circuit-court.

Lire la suite

Lire aussi :

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

Smart City : TRANSDEV va expérimenter les véhicules électriques à ROUEN @transdev

Source : caissedesdepots.fr

logo_villes

La Smart City n’est plus un sujet tabou, mais sa mise en place nécessite tout un ensemble de tests qui permettront de définir une plaquette composée des différents éléments qui vont faire l’objet de sa matérialisation. Après les maisons connectées, les logements intelligents, etc, maintenant la place est aux transports intelligents. De quoi il en est question ?

Imaginez, une ville la nuit…

Il pleut en ce premier jour des soldes et vous êtes dans le tramway chargé de paquets encombrants. Avouez qu’il n’était guère raisonnable d’accepter un dernier verre en centre-ville avec vos amis de toujours. Vous arrivez au terminus et allez devoir descendre les deux mains prises, sans pouvoir ouvrir votre parapluie. Vous remontez le col de votre trench, empoignez d’un air décidé vos sacs et sortez avec les derniers passagers, un demi-sourire fataliste aux lèvres. Vous vous apprêtez à marcher le kilomètre et demi qui sépare l’arrêt du tramway de votre domicile… Quand surgit devant vous, silencieux, un petit véhicule à peine plus gros qu’un jouet qui ouvre automatiquement ses portes, sans aucune présence humaine à l’intérieur. Et vous réalisez qu’il est là, à votre disposition, pour vous emmener avec vos compagnons d’infortune et vous déposer exactement au pied de chez vous ! Lire la suite

Le numérique au service du territoire et de ses habitants @actionlogement

Source : clairsienne.com

Clairsienne

Clairsienne et Logévie, filiales du groupe action logement, avaient organisé à l’INSEEC Bordeaux en mai dernier une journée de réflexion avec plus d’une centaine d’entrepreneurs sur la thématique : ville intelligente, plus précisément la croissance du numérique sur le territoire.

Pour garder un souvenir de cette journée et toucher d’autres cibles, Claisrsienne et Logévie viennent de publier en début de ce mois d’août un recueil qui reprend les points forts de cette journée.

Découvrez ici le recueil

« Notre environnement évolue en permanence et nous devons nous y adapter. Construire ou gérer un patrimoine bâti engage nos responsabilités d’acteurs du cadre de vie. Or, nous avons la conviction qu’une vision à long terme s’élabore sur un modèle collaboratif ».

Lire aussi :

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

Un « Smart Olympic Village » pour la candidature #Paris2024 @Paris @CaissedesDepots

Source : caissedesdepots.fr

Du 14 au 16 mai, la ville de Paris est passée au crible du Comité International de l’Olympique (CIO). Ce comité avait pour mission d’évaluer la candidature de Paris pour les JO 2024.

Il y a près de deux ans étaient révélés les sites pour ce projet Paris 2024. L’un d’entre eux a tout particulièrement retenu l’attention du groupe Caisse des Dépôts : le Village Olympique, prévu sur 50 ha à cheval sur les communes de Saint-Denis, de l’Île Saint-Denis et de Saint-Ouen qui font partie de l’intercommunalité Plaine Commune. Pourquoi ? Parce que la Caisse des Dépôts est le partenaire historique de ce territoire depuis, notamment, l’installation du Stade de France à Saint-Denis en 1998 ; parce qu’elle a aussi participé au financement de la Cité du Cinéma qui se trouve sur le site de ce futur Village Olympique et qui servira d’accueil pour cette structure lors des Jeux ; et, surtout, parce qu’il n’y a pas de plus belle occasion de pousser l’innovation et la créativité qu’une candidature olympique…

Plutôt que d’attendre qu’on vienne nous chercher pour compléter le tour de table d’une opération nécessairement complexe, nous avons proposé de mettre les compétences du groupe Caisse des Dépôts au service de ce Village. Des compétences qui couvrent une large palette d’activités¹ allant de la maîtrise d’œuvre des bâtiments à la promotion, en passant par les transports, le logement, l’énergie, l’aménagement et les services urbains. Le groupe Caisse des Dépôts s’est donc engagé comme partenaire officiel de la candidature de Paris 2024.

En savoir plus

Lire aussi :

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce