Archives du blog

La Banque des Territoires et la Fédération des OPH signent le cadre contractuel des futures émissions de titres participatifs des offices @BanquedesTerr @federationOPH

Source : Fédération des oph

La Fédération des OPH et la Banque des Territoires ont signé, à l’occasion du Congrès HLM à Paris, le projet de cadre contractuel pour le déploiement d’une enveloppe de 800 millions d’euros de titres participatifs pour renforcer prioritairement l’investissement en quasi fonds propres des OPH.

En présence d’Eric Lombard, président de la Caisse des dépôts, Julien Denormandie, ministre en charge du Logement, Jean-Louis Dumont, président de l’USH, Stéphane Troussel, président de Seine-Saint-Denis Habitat, Alban de Loisy, secrétaire général de Hauts-de-Seine Habitat, et Isabelle Rueff, directrice générale de l’Opac 38, le président de la FOPH Marcel Rogemont a manifesté l’intérêt des offices pour ce dispositif de quasi fonds propres, censé favoriser l’atteinte des objectifs d’investissement des organismes de logement social.

Lire le communiqué de presse

La FNAR au cœur du 80e #CongresHlm à Paris @UnionHlm @FNARhlm

      Source : FNAR

Comme chaque année, le Congrès HLM de l’Union sociale pour l’habitat est l’occasion pour la FNAR de valoriser ses actions et celles des Associations régionales.

Lundi 23 septembre 2019 – 14h à 17h
En amont du congrès, l’AORIF et la FNAR, en partenariat avec les équipes d’Est Ensemble, proposent une visite de ce territoire urbain dynamique. Situé aux portes de Paris, il n’a pas renoncé à son caractère populaire (40% de logements sociaux, 19 QPV dont 17 concernés par l’ANRU ). Cette balade exploratoire se fera en péniche le long du canal de l’Ourcq.

Mardi 24 septembre 2019 – 12h à 13h (Parvis d’Actualités Habitat)
Débat – Agir en territoires détendus : comment le Mouvement Hlm adapte ses métiers et interventions 

Mardi 24 septembre 2019 – 16h à 17h30 (Plénière)
Débat -Territoires en crise : sortir des caricatures, prévenir les ruptures

> En savoir plus

Du BIM à la stratégie numérique globale @UnionHlm

Source : Actualités Habitat

Le BIM est désormais omniprésent dans la construction, la rénovation et la gestion. Cette généralisation du BIM dépend beaucoup de la capacité de tous les acteurs de l’acte de construire à adapter leurs pratiques professionnelles. Si les difficultés sont grandes, le potentiel en termes de qualité, coûts, délais et optimisation de la gestion du patrimoine mobilise largement.

Les représentants de sept organismes Hlm et les chercheurs du Laboratoire PREFics de l’université Rennes 2 se sont réunis, le 2 juillet, à l’USH, afin de lancer la recherche Du BIM à la stratégie numérique globale qui porte sur l’intégration opérationnelle du BIM dans les pratiques des organismes. Ce séminaire avait pour objectifs d’affiner les thématiques du projet de recherche, de faire connaître l’état des connaissances scientifiques dans ce domaine et d’organiser la démarche jusqu’à sa conclusion fin 2020. En ouvrant les débats, Dominique Belargent, responsable des partenariats institutionnels et de la recherche à l’USH, a rappelé que la coopération avec la recherche sur la maquette numérique est d’autant plus pertinente que sa mise en œuvre suscite autant d’interrogations qu’elle porte de promesses en matière de qualité, de maîtrise des coûts, de délais, de productivité. « Il est important que les chercheurs aident les organismes impliqués dans cette recherche à objectiver leurs interrogations à partir d’une observation approfondie et d’un recul critique sur les situations et les pratiques. »

Une réponse aux problématiques des organismes

« L’intérêt de ce projet de recherche est de comprendre les problèmes posés par le BIM aux acteurs afin de contribuer à la recherche de solutions concrètes et opérationnelles », fait valoir Baptiste Sion, chargé d’études économiques à la direction des prêts de la Banque des territoires qui soutient cette recherche. « Notre but n’est pas seulement d’accompagner les bailleurs sur le plan financier, il consiste aussi à les soutenir dans les évolutions de fonds comme c’est le cas pour le BIM et la transformation numérique.« 

En savoir plus…

Lire également :

Comment les organismes Hlm contribuent-ils à la revitalisation des centres anciens ? @UnionHlm

Source : Union sociale pour l’habitat

Quelles est l’intervention des organismes Hlm dans les centres anciens ? Quelles sont les conditions à réunir pour assurer l’efficacité de leur contribution dans ces quartiers ? Retour sur la web conférence organisée par les acteurs de l’habitat, le 20 juin dernier… 

L'union sociale pour l'habitat

Logements anciens et dégradés, commerces fermés, services évaporés, quartiers paupérisés. Au cours des dernières décennies, de très nombreux centres anciens de villes de toute taille, notamment des villes moyennes et des petites villes, se sont dévitalisés. Le constat est accablant mais la prise de conscience a eu lieu. Les programmes de requalification se multiplient, et dans ces derniers, le Mouvement Hlm a un rôle important à jouer au côté des collectivités locales, en partenariat avec l’Anah, l’Anru, la Banque des territoires ou Action Logement. Un plan d’actions confédéral pour accompagner le programme d’Action cœur de ville est d’ailleurs en préparation à l’Union sociale pour l’habitat.
La web-conférence du Réseau des acteurs de l’habitat du 20 juin dernier, organisée avec l’appui d’Espacité et animée par la journaliste Dominique Rousset, a dressé un état des lieux et identifié les conditions nécessaires à la conduite d’interventions efficaces des organismes Hlm.

Accentuer l’intervention des organismes Hlm
Marie-Laure Vuittenez, directrice générale de Métropole Habitat Saint-Étienne et vice-présidente de l’ARHlm Auvergne-Rhône-Alpes, a rappelé qu’il y a « toujours eu des interventions ponctuelles dans les quartiers anciens », mais que l’objectif aujourd’hui est « d’accentuer et de généraliser ces interventions qui ont un effet de levier très important pour la reconquête de ces quartiers. » Pour sa part, la directrice générale de l’Anah, Valérie Mancret-Taylor, souligne « la porosité entre le parc privé et le logement social. » De nombreuses copropriétés des quartiers anciens constituent un parc social de fait avec des loyers bas et des logements très dégradés. « L’aide que nous donnons aux propriétaires bailleurs pour les rénover est subordonnée à la pratique de loyers maîtrisés. » Mais dans les territoires détendus où le stock de logements disponibles à réhabiliter est souvent considérable, « l’intervention des organismes Hlm est très attendue », poursuit la directrice générale de l’Anah. Une attente qui ne porte pas seulement sur les grosses opérations, précise Claire Delpech, responsable des politiques de l’habitat à l’AdCF : « Les bailleurs sociaux sont précieux parce qu’ils ont aussi la capacité à intervenir sur de petites opérations qui n’intéressent pas les promoteurs. Par exemple, dans la Communauté de communes de Sisteron (7500 habitants), la maîtrise d’ouvrage Hlm a permis de créer 13 logements sociaux. »

Lire la suite

Marianne Louis, DG de l’USH : quels sont les enjeux du 80e Congrès Hlm ?@UnionHlm #CongresHlm

Source : Union sociale pour l’habitat

Rendez-vous annuel incontournable du logement social, vitrine du savoir-faire des organismes, le 80e Congrès Hlm se tiendra cette année à Paris, du 24 au 26 septembre, sur le thème Les Hlm, un modèle français. Quels sont les enjeux de ce 80e congrès ? Marianne Louis, Directrice Générale de l’USH, répond aux questions.

'

Quel sens donner à ce 80e Congrès et au choix de sa localisation, Paris ?
« Ce Congrès de Paris est d’abord celui d’un double anniversaire. Il s’agit d’abord du 80e Congrès, et c’est un retour, trente ans après notre dernière visite. C’est aussi, en 2019, le 90e anniversaire de l’Union. Pour autant, nous ne voulons pas d’un Congrès commémoratif. Nous sommes certes les héritiers d’une histoire, les dépositaires d’une culture du logement social qui s’est construite au fil des périodes qu’a traversée la France, chaque organisme étant lui-même porteur d’une part de notre histoire collective. Mais il n’aura échappé à personne que certains considèrent mécaniquement que ce qui est ancien est dépassé. Nous n’offrirons pas le plaisir aux adversaires du logement social de considérer que ce Mouvement, parce qu’il a 90 ans, fait partie de l’histoire révolue de notre pays et de notre modèle social. Nous affirmons, bien au contraire, que le logement social fait partie de l’actualité et du futur de la France. »

Pourquoi ce thème, Les Hlm, un modèle français ?
« Le choix du thème d’un Congrès est une étape très importante. Il donne la ligne directrice que nous souhaitons imprimer à l’événement, sa cohérence de fond, sa cohérence graphique et éditoriale. Mais il est aussi le reflet d’une préoccupation du moment. Parler du « modèle français » du logement social, c’est d’abord affirmer son existence. Chaque organisme a son histoire propre, ses caractéristiques, sa culture, mais chacune se retrouve pour constituer un modèle original, reconnu et bien souvent envié à l’extérieur de nos frontières. C’est également avoir conscience que ce modèle est aujourd’hui remis en question par ceux qui considèrent que le logement social « à la française » n’est pas une chance pour la France, mais une anormalité. […] À ceux-là nous leur disons « banco ». Venez voir comment, aujourd’hui, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, après avoir vendu des pans entiers de leur patrimoine immobilier social, réinvestissent massivement dans le logement social. Venez voir comment les Berlinois, les New-Yorkais refusent aujourd’hui la logique d’un logement livré aux seules règles du marché, avec pour conséquence la dégradation des conditions non pas de vie, mais d’existence. Je les invite par ailleurs à assister à la projection, en plénière et en exclusivité pour les congressistes, du documentaire Push, inspiré par le travail de la rapporteure de l’ONU en charge de la question du logement, Leilani Farha, qui délivre une analyse glaçante de ce que produit la financiarisation du logement, et singulièrement du logement social dans les pays qui ont connu cette bascule. Je peux vous assurer que c’est éclairant.

Quelles personnalités politiques sont invitées au Congrès ?
« Les invités seront nombreux, et je ne voudrais oublier personne. Nous avons prévu de solliciter l’avis de nombreux élus locaux, maires, parlementaires sur leur perception, à mi-mandat, de la politique du logement. Naturellement, la maire de Paris et la présidente du Conseil régional sont également conviées. Mais le Congrès est aussi la manifestation du lien entre l’État et l’Union, les Fédérations, et donc les organismes Hlm qui remplissent chaque jour, dans la diversité des situations et des territoires, une mission de service public. Il est donc très important que des représentants du gouvernement soient présents lors de cet événement. »

Consulter toute l’interview

Lire aussi :