Archives du blog

Forum des Projets Urbains : rétrospective de l’édition 2019 #FPU2019 @FPUinnovapresse

Le Forum des Projets Urbains, qui s’est déroulé le 12 novembre 2019, offre, depuis 2001, un lieu d’informations et d’échanges de savoir-faire et d’expériences sur le thème de l’aménagement.

À disposition des responsables politiques et techniques de projets et acteurs de l’aménagement, le Forum leur permet de mutualiser leurs expériences de conduite de projets. Ce forum constitue…

Découvrez dès maintenant la page dédiée à l’événement avec les photos et temps forts en cliquant ici

Tours .@GroupeGambetta va construire 44 logements connectés 

Source : groupegambetta.fr

gambetta_logo-ok

Intitulée « Le Khar », la résidence sera l’un des derniers programmes de logements représentant l’aboutissement de l’urbanisation de la ZAC des deux Lions.  Lancé en 1990, le développement de la ZAC des 2 Lions a pour objectif de créer un nouveau cœur de ville, en bordure sud du Cher à Tours. Dans une volonté de mixité fonctionnelle, ce quartier accueille de nombreuses entreprises,  telles que Orange ou EDF, des établissements d’enseignement supérieur, plusieurs facultés, un centre commercial et de nombreux logements. Le quartier est desservi par le tramway et situé à proximité directe des parcs de la Gloriette et de la Bergeonnerie. Le programme se trouve dans le périmètre des 300 mètres du Nouveau Quartier Prioritaire des Rives du Cher, ce qui permet aux accédants à la propriété de bénéficier  d’une TVA à 5,5% (sous conditions de ressources des acquéreurs).

Comprenant 8 niveaux, « le Khar » s’affine au fur et à mesure qu’il s’élève. Les lignes horizontales de chaque étage lui confèrent une silhouette de paquebot. Allant du T1 au T4, tous les logements disposent d’un espace extérieur (jardin, balcon ou terrasse). Un parking souterrain de 44 places sera réalisé.

Logements connectés. Les 44 appartements de « Le Khar » seront équipés de la technologie développée par EDF, Sowee. Ses nombreuses applications permettent, entre autres,  de contrôler… Lire la suite

@Institutionnels           @royojm                     @AlexandraPoloce

 

Un colloque pour revisiter les liens entre #commerce et changement urbain @paris

Source : Commerces et Changements Urbains 

Faire ses courses dans le Grand Paris en 2030? 

Colloque à Paris du 18 au 20 janvier 2017

Le colloque revisite les liens entre commerce et changement urbain, en intégrant les questionnements relatifs aux dynamiques urbaines contemporaines (mobilités et migrations, ségrégation et gentrification, etc.) aussi bien qu’à l’aménagement et à la gestion des villes. Le commerce sera quant à lui abordé tant en termes de structures commerciales que de pratiques de consommation et de stratégies d’acteurs, en privilégiant les espaces denses des grandes villes européennes.

Comment les transformations du commerce s’articulent-elles au changement urbain, et plus précisément, comment accompagnent-elles, impulsent-elles ou à l’inverse résistent-elles au changement urbain ? In fine, quelles sont les stratégies des commerçants face au changement urbain et comment s’articulent-elles aux stratégies des collectivités publiques et des grands groupes privés intervenant dans la distribution ou dans la promotion commerciale ? Dans quelles mesures le commerce constitue-t-il un enjeu social et politique, notamment pour les citadins mais aussi dans le débat public et en termes de politiques publiques ? Ces questions, parmi d’autres, jalonneront le colloque du 18 au 20 janvier.

Se situant dans le champ des études urbaines, au croisement de plusieurs disciplines, le colloque mettra en perspective le cas parisien avec d’autres grandes villes, en particulier européennes, dans une logique de comparaison internationale. Il est en outre résolument tourné vers l’action et la planification urbaine et fera dialoguer les chercheurs avec divers acteurs du commerce : commerçants, élus et agents des collectivités locales, distributeurs, aménageurs, promoteurs, etc. Le partenariat avec la Mairie de Paris, qui accueille le colloque, illustre ce positionnement.

Le colloque est porté par les membres de deux projets de recherche aux thématiques et aux terrains convergents, tous deux financés par la Mairie de Paris dans le cadre du programme Paris 2030 : d’une part le projet « Faire ses courses dans le Grand Paris en 2030. Les nouveaux quartiers de gare, des centralités commerciales vectrices de changement urbain ? » (CNRS/Géographie-cités et Université Paris Est Marne-la-Vallée/ACP) et d’autre part le projet « Le commerce alimentaire « ethnique » entre pratiques communautaires et vivre ensemble : une comparaison de quartiers parisiens » (Université Paris Sorbonne/ENEC et CNRS/LISST).

En savoir plus sur : Les inscriptions au colloque sont gratuites mais obligatoires. Les demandes d’inscription seront validées par un courriel des organisateurs, dans la limite des places disponibles.

Le nouveau zonage en aires urbaines selon l’INSEE

En métropole, entre 1999 et 2008, la périurbanisation se poursuit. Les emplois se concentrent davantage dans les grands pôles urbains, alors que de nombreux ménages font le choix de s’en éloigner. Résultat de ces deux effets conjugués, un grand nombre de communes entrent dans l’espace d’influence des grandes aires urbaines. La croissance des grands pôles urbains est forte, mais celle de leurs couronnes est encore plus marquée.

Les grands pôles urbains et l’espace périurbain couvrent en 2008 la moitié du territoire et rassemblent plus de 80 % de la population et des emplois. La plupart des grandes aires continuent de s’étendre, certaines très fortement, comme Lyon, Avignon ou Saint-Étienne. D’autres, comme Lille, conservent leur périmètre de 1999. L’extension territoriale s’accompagne souvent d’une densification de la population sur certaines parties du territoire. La combinaison et l’intensité de ces deux mouvements (extension territoriale et densification) permet de distinguer plusieurs types de croissance des grandes aires urbaines…Téléchargez la note de synthèse en PDF

ICF Atlantique inaugure l’écrin végétal à Blagnac : entre nature et urbanisation

Le 10 mai 2011, ICF Atlantique a inauguré l’opération l’Ecrin Végétal de l’innovante ZAC Andromède de Blagnac, fruit d’une coopération exemplaire entre la ville de Blagnac, la SEM Constellation, Bouygues Immobilier et deux autres opérateurs sociaux : Habitat Toulouse et la Foncière Logement.

Inauguration de l'Ecrin végétal à Blagnac Etaient présents Denys Dartigues, nouveau Président d’ICF Atlantique, Bernard Keller, maire de la ville de Blagnac, Joseph Carles et Bertrand de Larquier, respectivement Président-directeur général et directeur de la SEM Constellation, et Jean-Philippe Jarno, directeur régional Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon de Bouygues Immobilier.

Un programme de qualité 
Conçu par l’Architecte Olivier Brochet de l’agence d’architecture Brochet Lajus Pueyo, « L’Ecrin Végétal», certifié Habitat et Environnement (H&E) comportant notamment des bâtiments Très Haute Performance Energétique, est un projet de 190 logements dont 182 collectifs, 8 villas individuelles et 3 commerces. Des panneaux solaires en toiture assureront la production d’eau chaude sanitaire de certains bâtiments. Au cœur de l’îlot, le parc, de près de 3000m², est un lieu propice au développement des liens entre les habitants.

La conception architecturale de l’ensemble, contemporaine et originale, épouse la forme triangulaire du terrain. Les bâtiments, réalisés avec une palette réduite de matériaux (bois, pierre, enduit blanc), sont construits en périphérie du site et dégagent un îlot central protégé. La plupart des logements jouissent ainsi d’une superbe vue sur le parc intérieur paysagé. La priorité à été donnée à la qualité environnementale, en mettant l’accent sur la gestion économique des ressources naturelles et la qualité d’usage des logements : terrasses, patios, isolation renforcée, grandes ouvertures, choix des expositions.

Un exemple d’éco-quartier 
La ville de Blagnac et la SEM Constellation ont souhaité faire d’Andromède un exemple d’éco-quartier vivant ! Ce dernier démontre une grande diversité urbaine associé à un espace naturel généreux de 210 hectares dont 70 d’espaces verts avec la mise en place d’une politique de déplacements « doux », une gestion de l’énergie, des déchets et de l’eau pluviale qui procurent à sa population un cadre de vie de qualité.L'écrin végétal à Blagnac

Source: Groupe ICF