Archives du blog

La fin des cartes de transport ? L’open payment, dispositif qui fluidifie le trafic urbain @Nexity

     Source : Nexity Lab

Éclairage sur une technologie clé de la mobilité de demain : l’open payment.

Vous souvenez-vous de la fois où vous avez dû vous mettre tout au bout de la file d’attente pour acheter votre ticket de métro ou recharger votre pass ? Et si nous vous disions que bientôt, vous pourrez vous servir de votre carte bancaire comme titre de transport…

L’open payment, comment ça fonctionne ?

Si ce nouveau concept a pu voir le jour, c’est d’abord grâce à l’émergence des cartes de paiement sans contact, qui représentaient déjà en 2018 plus de 70% des cartes françaises. Le principe ? Payer et utiliser son titre de transport en utilisant sa carte bancaire. Il suffit en effet pour l’utilisateur de passer sa carte devant une borne équipée qui affichera alors si le voyage est validé. Lorsqu’un contrôleur se présentera, c’est donc la carte de paiement qui fera office de titre de transport.

Derrière ce geste simple se cache un processus tout de même complexe, l’une des ambitions de l’open payment étant aussi d’optimiser le coût du trajet de la personne qui l’utilise :

  • En présentant votre carte bancaire à un valideur, ce dernier va identifier un token, c’est-à-dire un identifiant unique généré par votre carte.
  • Le valideur récupère les informations nécessaires au paiement à un serveur d’acceptance : un système connecté aux banques pour les demandes de paiement. Il vérifie notamment que votre carte n’a pas été volée.
  • Toutes les données concernant votre trajet (date/heure/ligne empruntée) et votre token sont envoyés au serveur d’open payment. On appelle cet ensemble de données un « tap ».
  • En fin de journée, tous les taps d’un token sont analysés afin de reconstruire l’ensemble du trajet. Le prix total de la journée est calculé en fonction.

Quels-en sont les principaux avantages ?

…lire la suite…

Logement : Quartus lance « Quartus Solidaires » @QUARTUS

Source : Quartus

Le 18 mars, Quartus a annoncé le lancement de sa nouvelle ligne métier, « Quartus Solidaires », marqueur fort de l’engagement sociétal du Groupe. En effet, cette nouvelle entité a pour but d’aider tous ceux qui ont des difficultés à se loger.

quartus-logoLe groupe QUARTUS, premier ensemblier urbain français indépendant tourné vers les nouveaux usages, lance QUARTUS Solidaires, une nouvelle ligne métier pensée pour tous ceux qui se retrouvent temporairement – ou de manière plus durable – en situation de faiblesse ou d’inégalité face au logement. Preuve de son engagement, le Groupe annonce la signature d’une convention de partenariat avec COALLIA, acteur reconnu de l’action sociale, avec la volonté commune d’œuvrer dans l’intérêt collectif en s’adaptant aux changements de la société et aux besoins des usagers.

L’illustration d’un nouvel état d’esprit, moderne, humaniste, innovant et responsable
Pour QUARTUS, l’usager dans toute sa diversité est au centre du projet urbain. QUARTUS
Solidaires est donc né logiquement, en pensant à tous ceux qui ont des difficultés à se loger. QUARTUS Solidaires conçoit, développe et réalise des logements adaptés à tous les types de populations fragilisées : pensions de familles, résidences spécifiques (maisons pour handicapés, foyers de femmes, jeunes travailleurs…), logements pour étudiants, logements intermédiaires, urbanisme transitoire et temporaire. Pour ce faire, QUARTUS Solidaires multiplie les synergies avec l’ensemble des métiers du Groupe, mais aussi avec des acteurs solidaires pour faire mieux ensemble.

Plus d’informations en cliquant ici…

Lire aussi :

Le projet « Bordeaux Saint Jean » à découvrir au MIPIM @Apsys_Group @BxEuratlantique #Mipim2019

Source : Apsys

Le MIPIM a lieu du 12 au 15 mars, à Cannes. A cette occasion, le Président fondateur d’Apsys, Maurice Bansay, sera présent aux côtés de Stephan Fay, DG de Bordeaux Euratlantique, pour présenter l’opération « Bordeaux Saint Jean ».

Exposé sur le stand Magnetic Bordeaux (R7.C24), Bordeaux Saint-Jean sera présenté lors d’une conférence animée par Stéphan de Faÿ, Directeur général de Bordeaux Euratlantique, et Maurice Bansay, Président fondateur d’Apsys. Cette opération urbaine cousue main, menée par Apsys en lien étroit avec l’EPA Bordeaux Euratlantique, vise à créer un nouvel idéal urbain au cœur de la ville : un quartier inclusif, animé et multi-facettes qui mixe les fonctions (vivre, travailler, partager, shopper) et relie la gare Saint-Jean et la Garonne, grâce à l’ouverture d’un nouvel axe (« la rue bordelaise »).

>>> RDV le 14 Mars 2019 à 10h30 sur le stand Magnetic Bordeaux (R7.C24) pour assister à la conférence !

Lire aussi :

Téléphérique urbain, un futur transport en commun ? @nexity #nexitylab

Source : Nexity Lab

80 réalisations urbaines, 200 projets en cours, le téléphérique urbain connait un développement en forte croissance partout dans le monde. Nexity Lab a donc fait le point sur cette nouvelle solution de mobilité urbaine qui représente un parfait complément au bus, tramway et métro.

Nexity lab

Les nombreux atouts du téléphérique urbain
« Il n’y a pas plus propre que le transport par téléphérique, il n’y a pas plus sécurisé, il n’y a pas plus silencieux et en plus il n’y a pas moins coûteux ». C’est par ces quelques mots que l’ancienne ministre de l’environnement, Ségolène Royal, décrivait le téléphérique urbain en 2016. Il faut dire que le transport par câble possède de nombreux atouts.

Économies d’énergie, aucune émission de gaz à effet de serre, une emprise au sol réduite, ce nouveau mode de transport a une vocation environnementale forte et répond aux enjeux de la transition énergétique. L’aspect pratique est aussi un argument de poids. De part son tracé direct et son survol des zones denses, le téléphérique s’affranchit de l’encombrement de la voirie et permet de franchir de nombreux obstacles naturels et architecturaux. Alors que le tramway et le métro représentent un casse-tête urbain en période de travaux, le téléphérique promet lui une installation moins longue et moins handicapante aux agglomérations. L’argument économique est également un atout non négligeable. Sa construction est moins coûteuse qu’un tramway, son architecture ainsi que sa singularité le rende attractif et lui donne un intérêt touristique. Pour lire la suite, merci de vous
Lire la suite…

Lire également :

Quels seront les principaux apports de la 5G pour les villes ? @nexity #nexitylab @gouvernementFR

    Source : Nexitylab

Faisons de la 5G une priorité pour la France” : voici l’objectif fixé par Delphine Gény-Stephann (secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances), Mounir Mahjoubi (secrétaire d’État en charge du numérique auprès du Premier ministre) et Sébastien Soriano (président de l’Arcep), dans la feuille de route officielle sur la 5G présentée en juillet dernier.

Alors que le déploiement de la 5G n’est pas attendu avant 2020, le secteur des télécoms semble d’ores et déjà en ordre de marche, prêt à relever le défi de cette technologie future. Car si la 5G fascine autant, c’est parce qu’elle promet de multiplier par 1000 la performance des réseaux et permet ainsi de transformer la ville en véritable “smart city” dotée d’infrastructures plus autonomes, plus sûres et plus écologiques.

Quels seront les principaux apports de la 5G pour les villes ?

Améliorer le système énergétique

Selon un rapport du fournisseur de téléphonie mobile britannique O2, la 5G pourrait permettre d’économiser jusqu’à 12% de la consommation d’énergie au Royaume-Uni. Cette nouvelle technologie va en effet permettre de faciliter l’insertion des énergies de sources renouvelables et de nouveaux usages comme la mobilité électrique. Les compteurs communicants vont par exemple permettre de mieux cibler les investissements sur le réseau électrique, réduire la consommation d’énergie et améliorer l’efficacité énergétique. Ces réseaux intelligents connectés à la 5G conduiront à une tarification dynamique permettant aux citoyens de choisir où ils achètent leur énergie.

Intégré au mobilier urbain et notamment à l’éclairage public via l’installation de détecteurs de mouvement, la 5G pourrait également permettre la mise en place d’un éclairage de nuit “raisonné” avec des lampadaires éclairant en fonction du passage des usagers.

Des soins de santé intelligents

Grâce à son débit accru et sa latence réduite, la 5G va contribuer à démocratiser la télémédecine. Avec des échanges de contenus – vidéo, image et son HD – plus fluides, la 5G va en effet permettre de déployer à plus grande échelle la téléconsultation, permettant ainsi de désengorger les hôpitaux. Pour les médecins, l’échange de ces contenus HD leur assurera une télé-expertise maximale auprès du patient.

…lire la suite…