Archives du blog

Radioscopie du parc locatif social @UnionHlm 

Source : Actualités Habitat site USH

Le parc locatif social comptait 4 839 600 logements au 01/01/2016, révèle le Commissariat général au développement durable, dans son étude annuelle publiée en novembre 2016, qui permet de suivre les évolutions du patrimoine mais aussi la vacance, l’évolution des loyers et la performance énergétique.
Un parc en progression

Sur les 4 839 600 logements du parc social, 4 619 200 sont présents sur le marché de la location, 90 500 sont en attente de travaux ou de démolition, 53 300 sont pris en charge par des associations et les 76 600 autres sont des logements fonctionnels ou occupés contre indemnités. 31,3% de ces logements sont situés en quartier prioritaire de la politique de la ville, où l’on recense 8% de la population française.

Le parc social a progressé de 1,7% en 2015 France entière, ce qui représente 79 100 logements supplémentaires, avec de fortes disparités régionales : +4,2% en Guadeloupe, +4,1% à La Réunion, +3,2% en Occitanie, +2,5% en Nouvelle-Aquitaine, +2% en Île-de-France mais +0,7% en Bourgogne-Franche-Comté, +0,9% dans les Hauts-de-France, +1,4% en Bretagne, +1,6% en Auvergne-Rhône-Alpes, +1,4% en PACA.
Stabilité de la vacance

La vacance de plus de trois mois, dite vacance structurelle, qui représente un peu moins de la vacance totale, était de 1,6% au 1er janvier 2016, stable depuis deux ans, mais connaît des contrastes importants selon les territoires. Très élevée en Guyane (4,5%), Guadeloupe (3,1%), Bourgogne-Franche-Comté (3,5%), Centre-Val-de-Loire (3%) avec des taux particulièrement faibles à La Réunion (0,7%), Provence-Alpes-Côte d’Azur (0,8%), Île-de-France et Hauts-de France (1%). Dans le même temps, la mobilité moyenne est de 9,7%, avec toujours des écarts importants, selon les régions : 5,8% en Martinique, 6,4% en Île-de-France, 8,7% à La Réunion, 7,6% en PACA, 10,6% en Auvergne-Rhône-Alpes, 11,2% en Occitanie et Nouvelle-Aquitaine, 11,3% en Grand Est, 12,7% en Bourgogne-Franche-Comté. ... en savoir plus....

Concertation locative : un cadre de référence par l’USH

Un cadre de référence pour les plans et conseils de concertation locative

Source : USH


Les conseils de concertation locative (CCL) sont des instances de concertation qui rassemblent dans chaque organisme Hlm les associations de locataires et le bailleur autour des thèmes de la gestion des immeubles, des projets d’amélioration, des conditions d’habitat et du cadre de vie des locataires.
Instaurés par la loi SRU en 2000, ils sont, pour le bailleur et les représentants des locataires, un lieu privilégié de dialogue et d’échange.
Au cours de l’année 2015, un groupe de travail partenarial a associé les partenaires de terrain pour aboutir au cadre de référence signé ce mardi 24 novembre à l’Union sociale pour l’habitat.

En savoir plus

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Idée reçue n°10 sur les Hlm : « Développement de la ville durable»

Source : site Union Sociale de l’Habitat

IMG_0315

La lutte contre la précarité énergétique, le développement de la ville durable et la préservation des ressources naturelles constituent des priorités pour les organismes Hlm, dont l’action de long terme implique une réflexion en amont sur la durabilité des biens et des services qu’ils proposent.

• Contribuer au développement de la ville durable
Ensemble, les collectivités locales et les organismes Hlm conçoivent des programmes architecturaux innovants pensés pour bien s’intégrer au tissu urbain. Les Hlm contemporains, à taille humaine, sont composés de 20 logements en moyenne, afin de concilier le désir d’habitat individuel et le souci d’économiser l’espace. En s’efforçant de réduire la distance entre domicile et travail, les Hlm contribuent en outre à la diminution de l’empreinte écologique des déplacements des habitants. Enfin, les expérimentations se multiplient pour valoriser la présence du végétal dans la ville, notamment par la création de jardins partagés.

L’objectif n° 1 : la baisse des charges pour les ménages
De nombreux référentiels de performance énergétique sont aujourd’hui proposés. Il est important pour les collectivités et les organismes Hlm de choisir, pour chaque opération, celui qui permettra d’optimiser trois critères : coût d’investissement, coût de maintenance et d’exploitation et surtout bénéfices concrets pour les ménages, notamment en termes de réduction des charges énergétiques et d’amélioration de la qualité d’usage. Pour identifier les « bonnes pratiques », le Mouvement Hlm a mis en place avec plusieurs partenaires un Observatoire de la performance énergétique.

Lire la suite

Idée reçue n°8 sur les Hlm : « Une nébuleuse d’organismes »

Source : site Union Sociale de l’Habitat

IMG_0315

On entend ici et là que les organismes Hlm en France seraient trop nombreux, qu’ils seraient trop petits pour être efficaces, que le périmètre de leurs missions serait flou, et leur fonctionnement interne opaque.

755 organismes au plus près des territoires

On dénombre aujourd’hui 755 organismes Hlm. Un nombre important si on le rapporte aux 26 régions de métropole et d’outre-mer dans lesquelles ils sont disséminés, mais raisonnable si l’on considère l’importance dans ce secteur d’une gestion de proximité. Il y a en France près de 1 000 villes de plus de 10 000 habitants et le parc Hlm, qui accueille 10 millions de personnes dans ses 4,3 millions de logements sociaux, ne peut être géré de manière centralisée. De plus, une rapide comparaison européenne permet de relativiser cette idée reçue. Les organismes de logement social français sont proportionnellement moins nombreux et de taille plus importante que la plupart de leurs homologues européens : 3 000 bailleurs sociaux en Allemagne pour 6 millions de logements, 1 200 bailleurs sociaux agréés en Angleterre pour un parc de 2,5 millions de logements, 700 au Danemark pour 540 000 logements ou encore 300 en Suède pour 730 000 logements. En France, il existe trois familles d’organismes Hlm qui produisent et gèrent du logement locatif :

Les Offices Publics de l’Habitat sont le fruit de l’initiative publique. Créés soit par le département soit par la commune, ils sont liés aux territoires par nature.
Les Entreprises sociales pour l’habitat sont de droit privé, quoique à but non lucratif comme tout le secteur Hlm. Elles couvrent souvent plusieurs territoires, notamment lorsqu’elles sont constituées en groupes, et doivent donc en permanence combiner leur stratégie nationale et les approches territoriales de leurs programmes.
Quant aux Coopératives dont l’ancrage territorial est très fort, elles sont davantage spécialisées dans l’accession sociale et l’accompagnement des acquéreurs.
Ce dispositif n’est pas figé, il s’adapte à l’évolution et aux besoins des territoires. Des regroupements ont déjà eu lieu pour s’adapter par exemple aux rapprochements de communes ou pour optimiser la gestion du patrimoine.

mais… Des efforts de réorganisation qui restent à faire

Sur quelques territoires, la coexistence de très nombreux organismes est une source de complexité pour les pouvoirs publics et les collectivités locales donneurs d’ordre. Par ailleurs, certains organismes connaissent des difficultés de fonctionnement liées à la limitation de leurs ressources financières (recrutements, fonctionnement, investissements). Les réponses à ces enjeux doivent prendre en compte à la fois la spécificité des territoires et la nécessité d’une gestion au plus près des habitants. C’est pourquoi le regroupement forcé d’organismes peut s’avérer contre-productif selon le contexte local. Mais d’autres solutions sont possibles : la mise en commun d’un certain nombre de fonctions supports (RH, comptabilité…), afin de réaliser des économies d’échelle, et la recherche de coopération et de synergie entre organismes pour répondre aux demandes des élus et des pouvoirs publics, en rapport avec l’analyse des besoins des territoires.

Echo Hlm n°1 – la nouvelle lettre d’information mensuelle de l’USH

L’Union sociale pour l’habitat édite une nouvelle lettre d’information mensuelle, consacrée aux grands enjeux qui traversent le secteur de l’habitat, à destination des élus et de ses partenaires.

Au sommaire de ce numéro :

Tribune : Les objectifs de l’agenda Hlm 2015-2018, par Frédéric Paul, délégué général de l’Union sociale pour l’habitat
Décryptage : Production et financement des logements Hlm

Source : site USH

Télécharger la lettre