Archives du blog

Transdev poursuit sa progression en France @CaissedesDepots @transdev

Source : Groupe Caisse des Dépôts

Dans la continuité des succès commerciaux enregistrés au premier semestre, Transdev poursuit sa progression sur ses marchés clés. En France, Transdev a renouvelé avec succès son contrat de délégation de service public pour les services de transport urbain à Dunkerque, où le Groupe est historiquement présent.

En France, Transdev exploite historiquement les transports publics de Dunkerque. Ce contrat vient d’être renouvelé pour une nouvelle période de cinq ans et quatre mois, à compter de septembre 2019, dans le cadre d’un contrat de délégation de service public qui débutera le 2 septembre prochain. Le nouveau réseau comprend 18 lignes d’autobus – dont la nouvelle ligne 15 – complétées par deux lignes de nuit et deux services de transport à la demande, ainsi qu’une offre dédiée aux transports scolaires. Depuis l’introduction de la gratuité des transports en commun à Dunkerque en septembre 2018, et avec l’amélioration de la qualité de service offerte par Transdev STDE, la fréquentation a dépassé les 16 millions de trajets annuels, en hausse d’environ 80% par rapport à 2017. Le réseau de bus de Dunkerque est exploité par Transdev avec un parc de 135 bus et une équipe de 300 conducteurs, couvrant environ 9,3 millions de km par an.

Lire la suite..

Villes étudiantes : quelles sont les plus chères de France ? @UNEF

Source : UNEF

Découvrez le classement 2019 des villes les plus chères de France selon le coût de la vie étudiante. Entre le logement et le transport, de nombreuses inégalités et différences persistent chaque année… Quelles sont les 10 villes les plus chères ? Quelles sont les 10 villes les moins chères ? 

Retour Accueil

L’accès au logement : première source d’inégalités territoriale 
Les disparités dans l’accès au logement pour les étudiant·e·s sont très importantes l’écart du loyer mensuel moyen entre la ville universitaire la plus chère (Paris avec 873 euros) et la ville la moins chère (Le Mans avec 340 euros) est donc de 533 euros par mois. Avec 3,86% d’augmentation des loyers au niveau national, la rentrée 2019 est celle de l’explosion des coûts des logements tandis que les aides au logements (APL) sont quant à elle gelée. Les dépenses en logement des étudiant·e·s deviennent donc de plus en plus importante, il est donc urgent de généraliser l’encadrement des loyers à toutes les villes universitaires afin de protéger l’accès des étudiant·e·s à des logements abordables et décents sur leur lieu d’étude.

L’accès aux transports : des évolutions disparates des tarifs et des inégalités territoriales importantes : 
L’évolution des tarifs étudiants dans les transports en commun est très disparates en fonction des politiques locales mises en œuvre par les collectivités territoriales. En effet de nombreuses villes ont fait le choix de diminuer leurs tarifs cette année ou encore de créer des tarifs spécifiques pour les boursier(e)s alors que dans le même temps d’autres villes continuent d’augmenter chaque année les tarifs, précarisant de plus en plus les étudiant(e)s.

Classement des villes étudiantes les plus chères de France :
1. Paris : 1288,83 €
2. Nanterre : 1140,65 €
3. Créteil : 1084,65 €
4. Guyancourt : 1066,65 €
5. Champs sur marne : 1049,65 €
6. Saint Denis : 1041,65 €
7. Cergy : 1020,65 €
8. Orsay : 1018,65 €
9. Evry : 1017,65 €
10. Nice : 1002,83 €
11. Bordeaux : 962,45 €
12. Lyon : 962,41 €
13. Aix en Provence : 946,08 €
14. Marseille : 914,08 €
15. Lille : 912,95 €

Cliquez ici pour voir le classement des 40 villes

Lire aussi :

Laurent Hénart, nommé Président du Conseil d’Administration de VNF @vnf_officiel @LaurentHenart

Source : VNF

Le 17 juillet, Laurent Hénart a été nommé Président du Conseil d’Administration de VNF, Voies Navigables de France. 

Résultat de recherche d'images pour "laurent hénart vnf"

Maire de Nancy et Vice-président de la Métropole du Grand Nancy, Laurent Hénart est nommé officiellement ce jour Président du conseil d’administration de Voies navigables de France par un décret du Président de la République délibéré en Conseil des Ministres après audition auprès de l’Assemblée Nationale et du Sénat, dans les conditions prévues par la Constitution (art 13-5). Son mandat est de 5 ans.

Maire de Nancy et Vice président de la Métropole du Grand Nancy délégué à l’attractivité et rayonnement du territoire et à l’accueil des entreprises depuis 2014, Laurent Hénart est un élu de terrain au cœur d’un territoire structuré par un réseau fluvial aux multiples potentiels : transport de marchandises (connexion au réseau à grand gabarit via la Moselle, port de Nancy Frouard), tourisme fluvial, cadre de vie maillage du territoire, qualité des paysages) et outil au service de la transition écologique décarbonation des transports, gestion de la ressource en eau).
Lors de son mandat de Député de Meurthe et Moselle de 2002 à 2012, il a notamment présidé le groupe d’études Voies navigables et transports multimodaux et soutenu de grands projets fluviaux. Il s’est, en outre, fortement impliqué dans le Grenelle de l’Environnement organisé en 2007 et dans l’élaboration du schéma national des infrastructures de transport (SNIT), prévu par loi Grenelle I du 3 août 2009, visant à définir la politique de la France en matière d’infrastructures de transport pour les 20 à 30 ans à veni dans lequel la part des modes alternatifs à la route a été très fortement renforcée. Laurent Hénart a également été membre du gouvernement Jean Pierre Raffarin III en 2004 2005 comme Secrétaire d’État à l’Insertion professionnelle des jeunes au sein du pôle « cohésion sociale » dirigé par le Ministre de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale Jean Louis Borloo.

Consulter le communiqué de presse

Lire aussi :

Elisabeth Borne, nouvelle Ministre de la Transition écologique et solidaire @Min_Ecologie @BanqueDesTerr

Source : Banque des territoires

Elisabeth Borne succède à François de Rugy et devient la nouvelle Ministre de la Transition écologique et solidaire.

Résultat de recherche d'images pour "elisabeth borne"

Élisabeth Borne a succédé ce 17 juillet à François de Rugy à la tête du ministère de la Transition écologique. Elle gardera parallèlement le portefeuille des Transports, qu’elle pilote depuis 2017, sans pour autant reprendre le titre de ministre d’État de ses prédécesseurs. De nombreux dossiers l’attendent, à commencer par le projet de loi Énergie Climat en cours d’examen au Sénat.

Après les mandats écourtés de Nicolas Hulot puis de François de Rugy, qui a démissionné suite à une série de révélations de Mediapart sur son supposé train de vie fastueux, elle devient la troisième titulaire de ce portefeuille ministériel sous le quinquennat d’Emmanuel Macron, sans avoir pour autant le rang de ministre d’État comme ses prédécesseurs. Elle garde parallèlement le maroquin des Transports, qu’elle pilote depuis 2017. Brune Poirson et Emmanuelle Wargon restent quant à elles secrétaires d’État à ses côtés.

Agée de 58 ans, cette ingénieure sortie de l’École polytechnique en 1981, a consacré l’essentiel de sa carrière au service public. Membre des cabinets socialistes dans les années 1990, notamment chez Lionel Jospin à l’Éducation ou Jack Lang à la Culture, Élisabeth Borne a aussi fait un passage dans le privé, chargée des concessions du groupe Eiffage en 2007. Mais un an plus tard, elle a rejoint la mairie de Paris comme directrice de l’urbanisme. Nommée en 2013 préfète de la région Poitou-Charentes, elle a fait un premier passage à l’Hôtel de Roquelaure en 2014 comme directrice de cabinet de la ministre de l’Environnement Ségolène Royal. Dès 2015, Élisabeth Borne avait toutefois été nommée présidente de la RATP, une grande entreprise publique de transports, quelques années après avoir été directrice de la stratégie de la SNCF, au début des années 2000.

En savoir plus…

Lire aussi :

Toulouse : découvrez en vidéo le futur téléphérique urbain @TlseMetropole @TisseoING #Teleo

Source : Tisseo

En 2020, Téléo, le Téléphérique Urbain Sud, reliera, en 10 minutes, l’Oncopole à l’Université Paul-Sabatier en passant par le CHU Rangueil. Le projet, initié en 2016, est entré dans sa phase de réalisation suite au lancement des travaux, datant du 5 juillet dernier. 

TÉLÉO, LE 1ER TÉLÉPHÉRIQUE URBAIN À TOULOUSE
Le téléphérique Téléo sera le plus long de France, avec son tracé de 3 km. Fin 2020, Toulouse rejoindra ainsi le cercle fermé des grandes villes ayant choisi ce mode de transport, telles que New York, Rio ou encore Barcelone. À l’échelle de la France, il s’agira d’un des premiers systèmes de transport urbain de type télécabine offrant des débits et fréquences particulièrement attractifs : 8 000 voyageurs attendus par jour, 1 cabine toutes les 1 min 30 en heure de pointe.

LE TRACÉ
Le téléphérique Téléo desservira trois pôles majeurs, générateurs de déplacements et d’emplois. Il permettra de relier l’Oncopole à l’Université Paul Sabatier (30 000 étudiants) en passant par l’hôpital de Rangueil (CHU de Toulouse) (210 000 consultations médicales par an) en 10 minutes seulement au lieu de 30 minutes en voiture. Ces trois sites majeurs seront ainsi connectés au réseau de transport urbain (métro et bus) ainsi que les principales structures installées à proximité : Institut Universitaire du Cancer de Toulouse, Hôpital Marchant, Laboratoires Pierre Fabre, Sanofi, faculté de médecine…

Plus d’infos ici…

Lire aussi :