Archives du blog

Elisabeth Borne, nouvelle Ministre de la Transition écologique et solidaire @Min_Ecologie @BanqueDesTerr

Source : Banque des territoires

Elisabeth Borne succède à François de Rugy et devient la nouvelle Ministre de la Transition écologique et solidaire.

Résultat de recherche d'images pour "elisabeth borne"

Élisabeth Borne a succédé ce 17 juillet à François de Rugy à la tête du ministère de la Transition écologique. Elle gardera parallèlement le portefeuille des Transports, qu’elle pilote depuis 2017, sans pour autant reprendre le titre de ministre d’État de ses prédécesseurs. De nombreux dossiers l’attendent, à commencer par le projet de loi Énergie Climat en cours d’examen au Sénat.

Après les mandats écourtés de Nicolas Hulot puis de François de Rugy, qui a démissionné suite à une série de révélations de Mediapart sur son supposé train de vie fastueux, elle devient la troisième titulaire de ce portefeuille ministériel sous le quinquennat d’Emmanuel Macron, sans avoir pour autant le rang de ministre d’État comme ses prédécesseurs. Elle garde parallèlement le maroquin des Transports, qu’elle pilote depuis 2017. Brune Poirson et Emmanuelle Wargon restent quant à elles secrétaires d’État à ses côtés.

Agée de 58 ans, cette ingénieure sortie de l’École polytechnique en 1981, a consacré l’essentiel de sa carrière au service public. Membre des cabinets socialistes dans les années 1990, notamment chez Lionel Jospin à l’Éducation ou Jack Lang à la Culture, Élisabeth Borne a aussi fait un passage dans le privé, chargée des concessions du groupe Eiffage en 2007. Mais un an plus tard, elle a rejoint la mairie de Paris comme directrice de l’urbanisme. Nommée en 2013 préfète de la région Poitou-Charentes, elle a fait un premier passage à l’Hôtel de Roquelaure en 2014 comme directrice de cabinet de la ministre de l’Environnement Ségolène Royal. Dès 2015, Élisabeth Borne avait toutefois été nommée présidente de la RATP, une grande entreprise publique de transports, quelques années après avoir été directrice de la stratégie de la SNCF, au début des années 2000.

En savoir plus…

Lire aussi :

Toulouse : découvrez en vidéo le futur téléphérique urbain @TlseMetropole @TisseoING #Teleo

Source : Tisseo

En 2020, Téléo, le Téléphérique Urbain Sud, reliera, en 10 minutes, l’Oncopole à l’Université Paul-Sabatier en passant par le CHU Rangueil. Le projet, initié en 2016, est entré dans sa phase de réalisation suite au lancement des travaux, datant du 5 juillet dernier. 

TÉLÉO, LE 1ER TÉLÉPHÉRIQUE URBAIN À TOULOUSE
Le téléphérique Téléo sera le plus long de France, avec son tracé de 3 km. Fin 2020, Toulouse rejoindra ainsi le cercle fermé des grandes villes ayant choisi ce mode de transport, telles que New York, Rio ou encore Barcelone. À l’échelle de la France, il s’agira d’un des premiers systèmes de transport urbain de type télécabine offrant des débits et fréquences particulièrement attractifs : 8 000 voyageurs attendus par jour, 1 cabine toutes les 1 min 30 en heure de pointe.

LE TRACÉ
Le téléphérique Téléo desservira trois pôles majeurs, générateurs de déplacements et d’emplois. Il permettra de relier l’Oncopole à l’Université Paul Sabatier (30 000 étudiants) en passant par l’hôpital de Rangueil (CHU de Toulouse) (210 000 consultations médicales par an) en 10 minutes seulement au lieu de 30 minutes en voiture. Ces trois sites majeurs seront ainsi connectés au réseau de transport urbain (métro et bus) ainsi que les principales structures installées à proximité : Institut Universitaire du Cancer de Toulouse, Hôpital Marchant, Laboratoires Pierre Fabre, Sanofi, faculté de médecine…

Plus d’infos ici…

Lire aussi :

Comment la transition énergétique vient-elle booster l’emploi ? @ademe

Source : Ademe

Le 9 juillet dernier, l’ADEME a publié un état des lieux des marchés et des emplois qui participent à la transition énergétique et écologique (transports, bâtiment résidentiel et énergies renouvelables). Les marchés associés à ces filières ont plus que doublé et le nombre d’emplois directs a augmenté de 75% entre 2006 et 2017, avec plus de 370 000 personnes employées dans ces secteurs. 

3 marchés dynamiques qui favorisent la création d’emplois
– Le chiffre d’affaires des marchés liés aux modes de transport concourants à la transition écologique a été presque multiplié par quatre en 11 ans. Il atteint 33,5 Md€ en 2017 et la filière emploie plus de 94 000 ETP. Cette évolution résulte de l’augmentation de la part des véhicules moins émetteurs de COdans le parc automobile ainsi que du développement des modes alternatifs au transport routier individuel.
– Les marchés de la rénovation énergétique des bâtiments ont augmenté de 79% entre 2006 et 2017, représentant désormais un chiffre d’affaires d’environ 31 Md€. Dans cette même période, le volume d’emplois s’accroît d’environ 59%, s’établissant à plus de 218 000 ETP.
– Enfin, l’ADEME a constaté que le marché des énergies renouvelables et de récupération a plus que doublé entre 2006 et 2017, avec une augmentation de 39% des emplois. Le chiffre d’affaires représente ainsi 26 Md€ en 2017. Ce secteur emploie désormais plus de 86 000 ETP.

Des évolutions contrastées
Portés par les politiques volontaristes de l’État sur l’économie verte, ces marchés sont en nette progression depuis une dizaine d’année.
Les investissements dans la fabrication et l’installation des équipements et infrastructures représentent une part importante de ces marchés : 72% pour le secteur des transports et 90% pour celui du bâtiment résidentiel. Pour le secteur des énergies renouvelables, si les investissements dans la fabrication, la construction, l’installation et la vente des équipements représentent 30% du marché, ce sont les ventes d’énergie et la maintenance qui représentent la plus grande part du chiffre d’affaires (63%).

En savoir plus…

Lire aussi :

Paris Gare de Lyon : vers une transformation globale de la gare et de ses alentours @ConnectGares @Paris

Source : Gares et Connexions

Une grande transformation va s’engager autour du secteur Ouest de la rue de Bercy : requalification du quartier, transformation de la partie Sud de la gare, réorganisation des transports en commun, développement de l’intermodalité. Les projets conjoints seront présentés et débattus avec le public à l’occasion d’une concertation qui débutera le 27 mai prochain. 

Requalification de la gare de Lyon et de ses abords : secteur de la rue de Bercy
Avant de retrouver à l’horizon 2024 les caractéristiques d’un quartier vivant et agréable, le secteur ouest de la rue de Bercy va subir des transformations à l’échelle de la gare, du quartier et de la ville, en voici un aperçu :
– La restructuration des espaces intérieurs de la Gare de Lyon.
– La réorganisation des accès, de l’accueil et des services aux voyageurs s’accompagnera d’une recomposition complète de la façade Sud.
– Le développement d’un projet d’urbanisme largement axé sur l’intermodalité, favorisant les modes doux, les transports urbains et les trains grandes lignes. Ce projet de requalification et de revitalisation de la Gare de Lyon et de ses abords – secteur rue de Bercy – prévoit notamment : des voies de circulation réorganisées au profit de trottoirs élargis ; des boutiques traversantes entre gare et rue ; un itinéraire cyclable à double sens et 450 places de vélo abritées et sécurisées […]

Les dates clés du projet :
– Mai – Juillet 2019 : Concertation réglementaire
– Été – Automne 2019 : Bilan de la concertation
– 2020 Dépôt du permis de construire
– 2021 Premiers travaux en gare
– 2024 Fin de travaux du projet d’extension de la gare
– 2025 Fin de travaux sur le secteur.

Plus d’infos ici…

Lire aussi :

Lancement du nouveau réseau de bus en Île-de-France : Quels changements ? @Paris @RATPgroup @IDFmobilites

Source : Paris

Après de multiples concertations, la Ville de Paris, Ile-de-France Mobilités et la RATP ont lancé, le 20 avril 2019, le nouveau réseau de bus RATP à Paris et dans la petite couronne. Au total, 5 nouvelles lignes ont été créées et 50 lignes ont été modifiées ! 

Découvrez ce nouveau réseau de transport en vidéo ci-dessous…

Décidée en juin 2017 à la suite d’une grande consultation avec les utilisateurs, les associations et les élus, la réorganisation complète du réseau de bus parisien est effective depuis le 20 avril 2019. Cette réorganisation, nécessaire pour s’adapter aux nouveaux lieux de vie de la capitale, est la plus profonde depuis 50 ans.
L’objectif est de rapprocher les bus des nouveaux bassins d’emplois ou de vie, de rééquilibrer l’offre vers les portes de Paris et la petite couronne qui comptent davantage d’habitants qu’au siècle dernier.

Pour plus d’informations, cliquez ici…

Lire également :