Archives du blog

Quelles sont les villes françaises les plus énergétiquement performantes ? @SeLoger

Source : Se Loger

En matière de performance énergétique, les logements hexagonaux présentent-ils de réelles disparités selon leur localisation ? Dans quelles villes les habitations sont-elles les plus et les moins énergivores ?

Toulon, Montpellier et Toulouse sont les trois villes françaises où les logements consomment le moins. ©DR

Quelle est l’utilité du DPE ?

Alors que le gouvernement part en guerre contre les « passoires thermiques » et qu’une loi incitant les Français à rénover énergétiquement leurs logements – la fameuse loi Énergie-Climat – entrera bientôt en vigueur, le Diagnostic de Performance énergétique (DPE) est au centre de toutes les attentions. Rappelons que ce document – obligatoire si vous désirez vendre ou faire de la location – vise à estimer la consommation en énergie de votre logement et ainsi à renseigner vos futurs acquéreurs/locataires sur le montant des factures (électricité, gaz) dont ils devront s’acquitter. « Mais ce que l’on sait moins, c’est que le DPE contient également des recommandations qui, si elles sont suivies, contribueront à améliorer l’efficacité énergétique/thermique de votre bien » précise Bertrand Gstalder, Président du Groupe SeLoger.

Le DPE : méconnu, décrié mais incontontournable

Parmi les reproches adressés au DPE, ce sont son manque de fiabilité et de cohérence qui reviennent le plus souvent. Face au désamour des Français pour ce diagnostic, le gouvernement a réagi. « La performance énergétique…Lire la suite…

Lire également :

Plan Bâtiment Durable : la Ville de Granville signe la charte tertiaire @PlanBatiment @ville_granville

Source : Plan Bâtiment Durable

Dans le contexte de baisse à long terme des consommations d’énergie des bâtiments et d’ambition de neutralité carbone à l’horizon 2050, le Plan Bâtiment Durable a lancé une charte d’engagement volontaire pour l’efficacité énergétique et environnementale des bâtiments tertiaires publics et privés. La Ville de Granville est devenue, le 30 août, le 136ème signataire de la charte tertiaire.


En décembre 2015, à l’issue de la COP 21, les Accords de Paris ont formalisé un engagement de 196 parties prenantes (dont l’Union Européenne et la France) pour limiter le réchauffement climatique mondial à 2°C et pour faire tout ce qui serait possible pour le limiter à 1,5°C. Depuis octobre 2018, les alertes se multiplient sur la difficulté à tenir ces objectifs et sur les conséquences dramatiques à ne pas les tenir. Parmi les gros contributeurs aux modifications climatiques, les gaz à effets de serre sont émis à 40% par l’usage des bâtiments. Il est donc primordial de rénover les bâtiments existants pour contribuer significativement aux engagements des Accords de Paris.

La consommation d’énergie contribue aussi à de nombreux autres impacts négatifs sur l’environnement, directement ou indirectement : pollution, baisse de biodiversité, impact sur la santé, conflits régionaux ou internationaux, etc. Le coût croissant des énergies est enfin un motif puissant d’agir pour diminuer leur consommation. Pour toutes ces raisons, une politique globale de diminution de la consommation énergétique peut apporter des impacts positifs à moyen et long terme pour la collectivité et pour l’environnement.

Depuis juillet 2010 et la loi dite « Grenelle II », une obligation de rénovation énergétique du parc tertiaire a été posée et devait trouver sa traduction opérationnelle au sein d’un décret d’application qui n’a pas été publié immédiatement. C’est pourquoi, en 2013, c’est dans l’attente du texte organisant l’obligation légale de rénovation énergétique le Plan Bâtiment Durable a lancé une charte d’engagement volontaire pour l’efficacité énergétique et environnementale des bâtiments tertiaires publics et privés.

Cette charte propose d’anticiper l’obligation future de rénovation énergétique et a été signée par près de 140 signataires, dont un nombre croissant de collectivités territoriales comme la région Normandie. La démarche est ouverte à toutes tailles d’organismes publics et privés.

En savoir plus…

Lire également :

Strasbourg : vers la transformation de la biomasse en hydrogène vert dès 2021 @R_GDS_

Source : R-ENR

R-ENR, filiale du distributeur de gaz strasbourgeois R-GDS, a conclu un partenariat avec l’entreprise innovante Haffner Energy pour développer et valoriser un procédé novateur de thermolyse de la biomasse. R-HYNOCA, la co-entreprise créée à cet effet, prépare la construction d’un démonstrateur industriel qui permettra dès 2021 d’alimenter en hydrogène vert des flottes de véhicules à zéro émission : une première mondiale.

L’hydrogène occupe une place prééminente parmi les énergies d’avenir. Ses principaux atouts sont bien connus : une densité énergétique trois fois supérieure à celle de l’essence, et surtout aucune émission de carbone ni de poussières lors de sa combustion. En brûlant ou lors de son utilisation dans les piles à combustibles, l’hydrogène ne produit en effet rien d’autre que de l’énergie et de la vapeur d’eau, ce qui le qualifie comme vecteur énergétique hautement performant et propre – idéal pour alimenter des véhicules zéro émissions. Il reste cependant à résoudre la problématique de son mode de production qui est encore très émissif en CO2 car plus de 95% de l’hydrogène actuellement consommé par l’industrie provient du reformage d’hydrocarbures fossiles, notoirement incompatible avec la transition écologique.

Pour faire de l’hydrogène une solution au triple défi énergétique, climatique et économique, il est par conséquent indispensable de décarboner de manière compétitive son mode de production. A ce jour, la technologie la plus vertueuse pour y parvenir est l’électrolyse de l’eau à partir d’électricité solaire ou éolienne, un procédé maîtrisé de longue date, mais produisant un hydrogène malheureusement coûteux.

Résoudre l’équation de l’efficacité énergétique et du coût de production
Le procédé HYNOCA® développé par Haffner Energy, entreprise récente issue du bureau d’ingénierie Soten, basée à Vitry-le-François, s’appuie sur la thermolyse de la biomasse et le vapocraquage du gaz produit, pour obtenir de l’hydrogène pur à 99,97%. Ce procédé, qui constitue une rupture par rapport aux technologies dominantes de l’industrie, permet de produire de l’hydrogène décarboné avec un rendement énergétique proche de 70%. Un prototype qui fonctionne depuis plusieurs mois à Vitry-le-François, au siège de Haffner Energy, a permis d’apporter la preuve du concept et confirmer la stabilité du procédé ainsi que ses performances. C’est ce même procédé qui sera déployé pour la première fois à Strasbourg, pour produire à échelle industrielle de l’hydrogène non carboné.

Lire la suite

Rénovation énergétique des logements : la Métropole du Grand Paris lance le 1er Plan Bâtiment Durable métropolitain @PlanBatiment @GrandParisMGP

Source : Plan Bâtiment Durable

La Métropole du Grand Paris (MGP) s’engage à accélérer la rénovation énergétique des logements sur le territoire métropolitain et lance le 1er Plan Bâtiment Durable métropolitain.

plan bâtiment durable           Métropole grand paris

Depuis sa création il y a trois ans, la Métropole du Grand Paris s’est toujours engagée résolument en faveur de la transition énergétique. Cet engagement s’est tout d’abord traduit par l’adoption à l’unanimité d’un plan climat air énergie métropolitain (PCAEM) le 12 novembre 2018 qui a pour objectif de faire converger les actions des 131 communes de la Métropole du Grand Paris vers la transition énergétique en favorisant les synergies et en promouvant les actions locales et métropolitaines. Le 2 juillet dernier, au cours de sa première « COP métropolitaine », la MGP s’est engagée à accélérer l’action de la métropole en faveur de la rénovation énergétique des logements sur son territoire.

Les enjeux nationaux en matière de bâtiment durable se retrouvent à l’échelle de la métropole où 53 % de la consommation énergétique en secteur résidentiel est consacrée au chauffage et 425 000 ménages se trouvent en situation de précarité énergétique.

Répondant autant à l’impératif environnemental qu’à celui de l’amélioration du pouvoir d’achat des habitants, la volonté d’agir se traduit aujourd’hui par la mise en place d’un engagement partenarial entre l’État et les acteurs de la Métropole du Grand Paris, autour des chantiers suivants :
– structurer une communauté d’acteurs engagés
– accompagner la prise de décision des ménages
– faciliter l’accès aux financements

Plus de détails ici…

Lire également :

Découvrez les 107 projets lauréats pour le développement de l’énergie solaire dans les territoires @Min_Ecologie

Source : Ministère de la Transition écologique et solidaire

Le 5 août, la Ministre de la transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne,  a annoncé la liste des 107 projets lauréats dans le cadre de l’appel d’offres pluriannuel sur le développement de centrales solaires au sol, représentant un volume de 858 MWc.

Résultat de recherche d'images pour "ministere écologie"

Les résultats de cet appel d’offres contribueront à l’atteinte des objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie, dont le projet prévoit de porter la capacité de production de solaire photovoltaïque de 9,1 GW actuellement à un volume total compris entre 35,6 et 44,5 GW en 2028.

Les projets lauréats, au sol et sur des ombrières de parking, sont répartis sur l’ensemble du territoire aussi bien au Nord qu’au Sud du pays : 44 % des projets sont même situées en dehors des quatre régions du sud de la France. Cette bonne répartition démontre l’efficacité des critères de sélection mis en place par le Ministère, notamment les bonus octroyés en cas d’installation sur des terrains dégradés (par exemple une friche industrielle, une ancienne carrière, ou un ancien aérodrome). Une première installation bénéficie également du déplafonnement de la puissance au-delà de 30 MW rendu possible sur ces terrains dégradés.

Ces projets lauréats disposeront d’un prix garanti de l’électricité de 64€/MWh en moyenne. Pour les installations de plus de 5 MWc, le prix moyen atteint 59,5 €/MWh. Il s’agit de la sixième période de cet appel d’offres qui avait été lancé en 2016.

Parmi les lauréats, 58 % des projets se sont engagés à impliquer des citoyens et des collectivités en recourant à l’investissement ou au financement participatif. Ces projets verront leur prime majorée.

>>> Retrouvez la liste des lauréats ici…

Lire également :