Archives du blog

Evènement : Les « Rencontres TIC »

ticLa 16ème édition des Rencontres Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) se tient le jeudi 13 novembre prochain à Montpellier pierresvives.

Cette journée est consacrée à l’innovation territoriale, le thème de l’édition 2014 est « La mutualisation de l’ingénierie informatique dans les territoires ».

Les Rencontres TIC  s’inscrivent dans le cadre de la Semaine de l’Innovation Publique, organisée à l’initiative du Secrétariat Général pour la Modernisation de Publique.

> Programme

…en savoir plus…

>De Leblogdesinstitutionnels

<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a

BCE : Opération de refinancement ciblé des banques pour doper l’économie de la Z.E

financial statement with calculator and pen

Retrouvez l’actualité des marchés financiers et de l’économie de la semaine, synthétisée par les experts de la salle des marchés du Crédit Mutuel ARKEA.

Les taux souverains espagnols à 10 ans ont brutalement remonté de 30 bp, par crainte de « contagion séparatiste » en Catalogne

Europe: une semaine cruciale avec les résultats du 1er T-LTRO de la BCE et du referendum sur l’indépendance de l’Écosse le 18/09

Le Ministre des finances français a confirmé le « dérapage » du déficit budgétaire, qui devrait atteindre 4,4% du PIB fin 2014, (au lieu de 3,8% prévus), 4,3% fin 2015 et 3% fin 2017. Le gouvernement maintient l’objectif de 21 Md€ d’économies pour 2015, bien qu’il ait révisé en baisse ses prévisions de croissance pour 2014 (de +1% à +0,4%) et 2015 (de +1,7% à +1,0%). La Commission européenne a alors demandé à Paris de spécifier clairement des « mesures crédibles » de réduction de dépenses dans son projet de budget 2015, qui doit être transmis à Bruxelles mi-octobre. A l’inverse, le Ministre des finances allemand a présenté un projet de budget fédéral 2015 en équilibre et annoncé que l’Allemagne n’émettrait pas de nouvelles dettes en 2015, pour la 1ère fois depuis 1969. Par ailleurs, la 1re opération de refinancement ciblé des banques de la Z.E, de maturité 4 ans et menée par la BCE, se tiendra le 18/09. Les prévisions des économistes relatives aux montants demandés par les banques varient sensiblement, de 40 à 175 Md€. Une 2e opération de ce type sera menée le 11/12. Si les derniers sondages quant aux intentions de vote lors du referendum sur l’indépendance de l’Écosse le 18/09 se succèdent et se contredisent, ils suggèrent en revanche que le score sera serré entre indépendantistes et unionistes. Alors que D. Cameron, en Écosse ce jour, insiste sur le caractère irréversible du scrutin, la
reine Élisabeth II est exceptionnellement sortie de sa réserve habituelle pour exhorter les Écossais à réfléchir à leur vote. L’indépendance de l’Écosse en mars 2016 générerait en effet de nombreuses incertitudes, politiques, monétaires (utilisation de la livre sterling au sein d’une union monétaire ou pas, création d’une nouvelle devise…), budgétaires (répartition du stock de dette du Royaume-Uni ), etc… Une courte victoire des unionistes ne lèverait néanmoins pas totalement ces incertitudes, ouvrant la voie à un nouveau referendum d’ici à 15 ans.

États-Unis : les investisseurs seront à l’affût des modifications du communiqué de la Fed, à l’issue de sa réunion le 17/09

Les dernières statistiques macroéconomiques (ventes au détail, confiance des consommateurs en sept. à un pic inédit depuis juillet 2013) montrent un raffermissement de l’économie américaine. Les investisseurs étudieront donc le communiqué de la Fed à la recherche d’indications quant au calendrier de sa 1re hausse de taux directeurs et analyseront ses nouvelles projections économiques, jusqu’en 2017.

Autres: Chine : Après la série de données macroéconomiques publiée ce jour (production industrielle à 6,9% sur un an en août, au plus bas depuis déc. 2008, fléchissement des ventes au détail en rythme annuel à 11,9%), certains économistes doutent que l’objectif de croissance officiel pour 2014 (+7,5%) soit atteint, à moins que de nouvelles mesures de soutien monétaires et budgétaires ne soient mises en œuvre.

>En savoir plus : Consulter la note en PDF

>

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Baisse des taux à court terme et à long terme : nouveaux records franchis

financial statement with calculator and penRetrouvez l’actualité des marchés financiers et de l’économie de la semaine, synthétisée par les experts de la salle des marchés du Crédit Mutuel ARKEA.

A l’approche de la réunion mensuelle de la BCE jeudi 4, les taux à court terme et à long terme franchissent de nouveaux records à la baisse, tandis que l’euro s’affaiblit contre le dollar

États-Unis : les derniers indicateurs conjoncturels confirment un rebond de l’activité
La croissance américaine a été révisée en hausse pour le 2ème trimestre, à + 4,2%, contre + 4,0% en première estimation, grâce à la principale composante du PIB, la demande intérieure, plus soutenue que prévue (+ 3,1%). Par ailleurs, la confiance des consommateurs s’est sensiblement redressée en août, selon les deux indicateurs du Conference Board (niveau le plus fort depuis 2007) et de l’Université du Michigan.

Zone euro : l’Eonia passe en territoire négatif pour la première fois le 28 août
Le taux du marché monétaire au jour le jour a été pour la première fois négatif, à -0,004% jeudi 28, avant la remontée du dernier jour ouvré du mois à 0,101%. L’Eonia baisse régulièrement, depuis que la BCE a annoncé le 5 juin une série de mesures de relance du crédit et de la croissance. Le taux de dépôts de la BCE est désormais négatif (-0,10%), ce qui pénalise les banques qui placent leurs excédents de liquidités journaliers auprès de la Banque centrale. Les perspectives d’un assouplissement supplémentaire de la BCE, après les propos accommodants de M. Draghi à Jackson Hole le 23 août, ont favorisé la nouvelle baisse de l’Eonia et de l’Euribor 3 mois, à 0,159%, plus bas depuis la création de l’euro. La partie courte de la courbe des taux atteint des niveaux très bas, notamment en Allemagne, où les emprunts d’État affichent des rendements négatifs jusqu’à 3 ans. La faiblesse des taux est entretenue par la crainte d’une spirale déflationniste, après la publication du chiffre d’inflation du mois d’août en Zone euro, à +0,3% sur un an, contre +0,4% le mois dernier. L’évolution des prix à la consommation est en « zone de danger », sous les 1%, depuis octobre 2013. L’inflation de base, excluant l’énergie, l’alimentation, le tabac et l’alcool, est ressortie à +0,9% en rythme annuel, après +0,8% en juillet. A plus long terme, les taux d’intérêt évoluent à des planchers historiquement bas. L’Italie a émis le 28 août 4 Md d’euros à 10 ans à un taux de 2,39%, jamais enregistré jusqu’à présent. L’emprunt d’Etat espagnol à 10 ans se négocie à 2,24% et les taux allemands (0,89%) et français (OAT 10 ans à 1,26%) restent proches de leurs records.
L’euro a poursuivi son repli vis-à-vis du dollar, nettement sous 1,32$, son point le plus bas depuis un an, alors que les anticipations des politiques monétaires de la BCE et de la Fed sont très divergentes. Le dollar monte contre les principales devises depuis 2 mois (82,7 pour le panier DXY), soutenu par les signaux de reprise économique aux États-Unis, tout en jouant son rôle de valeur-refuge face aux multiples foyers de tension internationaux (Ukraine, Israël/Gaza, Irak).

>En savoir plus : Consulter la note en PDF

>

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

BCE : la politique monétaire pourrait subir de nouveaux ajustements

financial statement with calculator and penRetrouvez l’actualité des marchés financiers et de l’économie de la semaine, synthétisée par les experts de la salle des marchés du Crédit Mutuel ARKEA.

La divergence conjoncturelle est de plus en plus forte entre la Zone euro et les États-Unis, provoquant des anticipations opposées vis-à-vis des politiques monétaires de la BCE et de la Fed

États-Unis : la Présidente de la Fed ne dévoile toujours pas le calendrier de la 1ère hausse des taux directeurs

Lors du symposium annuel des grandes banques centrales à Jackson Hole (Wyoming), Janet Yellen a une nouvelle fois fait preuve de prudence dans son appréciation d’un futur durcissement des taux d’intérêt. Elle recommande une « approche pragmatique » du marché du travail, un des principaux déterminants de la politique monétaire américaine, en estimant qu’un resserrement trop rapide des taux directeurs pourrait empêcher une reprise complète du marché de l’emploi. Selon elle, le taux de chômage, au plus bas depuis 6 ans, ne suffit pas à lui seul à évaluer le marché de l’emploi aux États-Unis. Cependant, la « normalisation » de la politique monétaire est en vue, avec des rachats mensuels d’actifs réduits à 25 Md$, et plusieurs membres de la Fed sont favorables à une remontée des taux plus rapide qu’anticipé, sans attendre « une période de temps considérable » après la fin du programme d’assouplissement quantitatif.

Zone euro : la BCE se tient prête à de nouveaux ajustements de sa politique monétaire

Dans un contexte de croissance atone, d’inflation très basse et de tensions géopolitiques, les taux d’intérêt à long terme évoluent à des niveaux historiquement bas. L’Allemagne a émis sur le marché primaire 4 milliards d’euros de titres d’État à 2 ans à 0%, taux inédit depuis la crise de la Zone euro. Le rendement de l’emprunt d’État outre-Rhin à 10 ans est passé sous les 1% (0,94%) tandis que l’OAT française se négocie à un taux jamais vu de 1,30%. Depuis le début de l’année, le taux à 10 ans français n’a cessé de chuter (2,57% début janvier), tout comme les taux italiens (2,46%) et espagnols (2,25%), désormais à des planchers historiques. En Irlande, le taux de l’emprunt à 10 ans est tombé pour la première fois sous les 2%, après l’annonce du relèvement par l’agence Fitch de la notation de la dette souveraine, de BBB+ à A-, assortie d’une perspective stable. A Jackson Hole, Mario Draghi a déclaré, sans toutefois préciser le calendrier et la forme d’éventuelles nouvelles mesures, que la BCE pourrait procéder si nécessaire à de nouveaux « ajustements » de sa politique monétaire, qui pourraient se traduire par un programme d’assouplissement quantitatif. L’euro a continué à fléchir par rapport aux principales devises et notamment face au dollar. La monnaie européenne est passée sous 1,32$ pour la 1ère fois depuis septembre 2013. Le décalage conjoncturel de plus en plus marqué entre les zones économiques américaine et européenne et la normalisation en vue de la politique monétaire de la Fed, alors que la BCE doit maintenir une orientation ultra-accommodante, favorisent l’attrait pour le dollar, au détriment de l’euro.

>En savoir plus : Consulter la note en PDF

>

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Zone euro : L’inflation plus faible que prévu en juillet à 0,4%

financial statement with calculator and penRetrouvez l’actualité des marchés financiers et de l’économie de la semaine, synthétisée par les experts de la salle des marchés du Crédit Mutuel ARKEA.

La conjonction de plusieurs risques a conduit à la plus forte baisse hebdomadaire de l’indice actions S&P500 (-2,7%) depuis juin 2012

États Unis : le ralentissement des créations d’emplois en juillet vient conforter le discours toujours accommodant de la Fed

Le taux de croissance du 2e trim. a fortement rebondi à +4% en rythme annuel, après une contraction de 2,1% au 1er trim. Toutes les composantes du PIB ont contribué à l’activité, hormis le commerce extérieur, qui a ôté 0,6 points à la croissance. La consommation des ménages (1,2% 2,5%) et l’investissement des entreprises (1,6% 5,5%) ont tous 2 accéléré. L’évolution des stocks représente néanmoins 40% du rebond de la croissance du 2e trim. La Fed a réduit de 10 Md$ ses achats de titres mensuels à 25 Md$, comme attendu, le 30/07. Plus optimiste vis-à-vis de la croissance américaine, elle a indiqué que la probabilité que l’inflation se maintienne durablement sous son objectif de 2% avait quelque peu reculé. Elle a cependant répété que ses taux directeurs resteraient bas, pendant une période considérable après l’arrêt de ses achats d’actifs, en raison de la persistance de sous-utilisation importante des ressources du marché du travail. Un des membres du Comité de politique monétaire a cette fois voté contre. Le taux d’État américains à 2 ans a alors touché le 30/07 un pic inédit depuis mi-mai 2011 à 0,55%.
Il a depuis reflué à 0,46%, à la suite de l’annonce du chiffre de 209 000 créations d’emplois en juillet, en deçà de celui de juin (298 000), et de la hausse inattendue (+0,1%) du taux de chômage à 6,2%, néanmoins imputable à la remontée (+0,1%) du taux de participation à 62,9%.

Zone euro : l’inflation en juillet est tombée à un plus bas depuis octobre 2009, à +0,4% en rythme annuel

Ce recul s’explique principalement par la baisse des prix énergétiques (-1%). L’inflation de base, hors éléments volatils, est stable à +0,8% sur un an. Cependant, les statistiques connues de l’inflation des pays de la Zone euro sont toutes reparties à la baisse : Italie (+0,2% 0%), Espagne (+0,1% -0,3%) et Allemagne (+1%+ 0,8%). A +0,6%, le taux de croissance du PIB espagnol du 2e trim. a dépassé à la fois celui du 1er trim. (+0,4%) et les prévisions de la Banque centrale (+0,5%). La Banque centrale portugaise s’est résolue à recapitaliser Banco Espirito Santo à hauteur de 4,9 Md€, après l’annonce de pertes de 3,6 Md€, afin d’éviter toute contagion aux secteurs bancaires portugais et européens. Le taux de l’Eonia n’a pas dépassé les 0,06% en juillet,, hormis lors du passage de fin de mois le 31/07 (+0,177%) tandis que l’Euribor 3 mois restait stable. Les taux d’Etat de la Z.E ont touché de nouveaux plus bas le 29/07, à la suite de l’exacerbération des tensions politiques et, après une tentative de rebond dans le sillage des taux d’Etat américains, sont retombés proches de ces plus bas.

Autres : Argentine : le pays a été déclaré en défaut partiel par Fitch et Moody’s le 31/07, après qu’il ait manqué à son obligation de payer 539 M$ d’intérêts à ses créanciers. C’est la conséquence de son refus de régler 1,5 Md$ à 2 hedge funds, sur décision de justice américaine.

>En savoir plus : Consulter la note en PDF

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>