Archives du blog

Stéphane Keïta, Pdg de la @SCET_Groupe : « Une nouvelle offre d’évaluation ex-ante de l’impact des projets » @BanquesDesTerr @NTCities

     Source : NEWS TANK CITIES

« Les outils évoluent avec les politiques publiques, qui évoluent en fonction des contextes économique, démographique, institutionnel… Il est évident que soutenir le développement territorial dans les années 50 et 60 n’est pas la même chose qu’appuyer le développement territorial dans les années 80 ou 2000. (…) Nous avons assumé la mutation de notre offre puisque nous avions une offre produit essentiellement axée autour de l’outillage des projets, avec de l’expertise juridique, financière, l’analyse des bilans de ZAC, les délégations de service public… Nous avons superposé à cet outillage une nouvelle offre d’élaboration et de conception des projets de territoires, c’est-à-dire un niveau de conseil supérieur. Nous sommes en train d’ajouter un nouvel étage à cette offre, constitué par l’évaluation des politiques publiques et, surtout, celle de l’impact des projets avant même qu’ils soient enclenchés », indique à News Tank Stéphane Keïta, président-directeur général de la SCET, lors du congrès des EPL à Strasbourg, le 09/10/2019.

« Il y a une exigence de projection et d’évaluation ex-ante des projets, qui provient de la population, des collectivités et de l’État. Les raisons sont liées aux baisses de budgets, à la hausse des risques et des normes. L’encadrement des projets nécessite d’être beaucoup plus précis par anticipation. On voit bien que le traitement de la donnée, l’intelligence artificielle seront amenés à jouer un rôle important dans l’évaluation ex-ante des politiques publiques », dit-il.

« Sur le livre blanc présenté par la fédération des EPL, nous sommes un partenaire privilégié de la fédération et nous avons participé à ce débat sur l’économie mixte avec beaucoup d’intérêt et de pétillement. En tant qu’acteurs, à travers les personnels que nous mettons à disposition dans les SEM, via le réseau de la SCET qui comporte 260 EPL, nous avons la possibilité de capitaliser une expertise très utile au moment de se projeter dans l’avenir. Ces entreprises constitueront peut-être le socle d’une nouvelle approche de la démocratisation de la vie locale. »

…lire la suite…

La SCET dévoile sa nouvelle identité visuelle et poursuit son développement @SCET_Groupe @BanquesDesTerr

   Source : SCET

Paris, le 7 octobre 2019 – Au cœur des transitions technologique, démographique, économique et écologique, la SCET régénère son offre, portée par des équipes renouvelées qui se projettent dans l’avenir.

Historiquement positionnée en appui opérationnel au développement des projets des acteurs de l’économie locale, la SCET, avec le soutien sans faille de son actionnaire Caisse des Dépôts, a étendu sa capacité de conseil amont pour accompagner l’élaboration des projets de territoires et l’évaluation socio-économique de leurs impacts. Frappée au sceau de l’intérêt général, axée sur le traitement des complexités et l’assistance à management de projet, elle fonde son approche du conseil sur la meilleure compréhension possible de l’environnement des projets pour accompagner le maître d’ouvrage sans jamais se substituer à ses choix.

Pour opérer cette transformation, la SCET a recruté 180 nouveaux consultants au cours des 3 dernières années, et mobilise désormais un vivier de 300 collaborateurs combinant expertises sectorielles (développement économique, tourisme-culture-patrimoine, aménagement, smartcity, mobilités, stratégie immobilière, climat-énergie, …) et compétences méthodologiques (évaluation des politiques publiques, ingénierie financière, montages juridiques, transformation digitale…) ;

Enfin, elle s’appuie sur un Réseau triphasé, constitué de 350 entreprises publiques locales, bailleurs et établissement territoriaux, de ses trois filiales (Citadia, Aatiko, CEI), du réseau de partenaires professionnels, associatifs et médiatiques avec lesquels elle forme une communauté de réflexion et d’intervention au profit de son écosystème : Caisse des Dépôts, collectivités territoriales, Etat et agences de l’Etat, Institutions publiques, acteurs privés dédiés au développement des territoires…

Lire la suite

#Nomination : Grégoire Castaing est nommé Président d’Aatiko Conseils et DGA de la SCET @SCET_Groupe @UnionHlm #CongresHlm

    Source : http://www.scet.fr

Communiqué de presse – Grégoire Castaing, précédemment Consultant Manager chez Finance Active, rejoint la SCET en qualité de Directeur Général Adjoint. Cette nomination s’inscrit dans la dynamique de transformation de l’offre de la SCET au service des projets des acteurs du développement territorial, dont les conditions de déploiement et de réussite sont devenues plus complexes.

Grégoire Castaing assurera la présidence exécutive d’Aatiko Conseils, filiale spécialisée en stratégie et management auprès des bailleurs sociaux. Expert en financement du logement social et de l’économie mixte, il contribuera en parallèle à renforcer les missions de la SCET sur le volet stratégique et financier, et à structurer une offre durable aux EPL tenant compte de leurs nouvelles attentes en termes d’expertise et de conseil.

>>>> rendez-vous au Congrès USH sur le stand de la Banque des Territoires n°G46 Hall 7 le 25 Septembre à 16h pour une intervention croisée de Stéphane Keïta, Président Directeur Général de la SCET et de Grégoire Castaing, Président d’Aatiko Conseils.

> Télécharger le communiqué de presse

Airbnb : 8,5 millions de Français utilisateurs cet été @airbnb_fr ‏

Source : Airbnb

La célèbre plateforme Airbnb ne cesse de prendre de l’ampleur. En effet 8,5 millions de Français l’ont utilisé du 1er juin au 31 août pour leur hébergement de vacances. Deux millions d’entre eux ont choisi Airbnb pour la première fois pour réserver leurs séjours de vacances à travers le monde.

Cet été les Français ont encore une fois choisi la France : 60% des voyageurs Français ont ainsi (re)découvert l’Hexagone et les richesses de ses territoires avec Airbnb. Les régions qu’ils ont le plus plébiscitées sont les suivantes : 

  1. Provence-Alpes-Côte-d’Azur
  2. Nouvelle-Aquitaine
  3. Occitanie
  4. Auvergne-Rhône-Alpes
  5. Bretagne

De nombreux voyageurs français ont d’ailleurs privilégié des vacances près de chez eux, l’occasion de profiter de la diversité de notre patrimoine touristique sans les contraintes d’un long voyage. Ainsi près d’un million de Français ont séjourné dans leur propre région cet été avec Airbnb. Les champions du voyage de proximité cet été en France sont les voyageurs d’Auvergne-Rhône-Alpes, suivis par ceux de Nouvelle-Aquitaine, d’Occitanie, de Provence-Alpes-Côte-d’Azur et d’Ile de France.

Les voyageurs de l’Hexagone qui ne sont pas restés en France ont favorisé les pays voisins comme lieu de villégiature, notamment l’Espagne, l’Italie, le Portugal et le Royaume-Uni…Lire la suite…

 

Villes étudiantes : quelles sont les plus chères de France ? @UNEF

Source : UNEF

Découvrez le classement 2019 des villes les plus chères de France selon le coût de la vie étudiante. Entre le logement et le transport, de nombreuses inégalités et différences persistent chaque année… Quelles sont les 10 villes les plus chères ? Quelles sont les 10 villes les moins chères ? 

Retour Accueil

L’accès au logement : première source d’inégalités territoriale 
Les disparités dans l’accès au logement pour les étudiant·e·s sont très importantes l’écart du loyer mensuel moyen entre la ville universitaire la plus chère (Paris avec 873 euros) et la ville la moins chère (Le Mans avec 340 euros) est donc de 533 euros par mois. Avec 3,86% d’augmentation des loyers au niveau national, la rentrée 2019 est celle de l’explosion des coûts des logements tandis que les aides au logements (APL) sont quant à elle gelée. Les dépenses en logement des étudiant·e·s deviennent donc de plus en plus importante, il est donc urgent de généraliser l’encadrement des loyers à toutes les villes universitaires afin de protéger l’accès des étudiant·e·s à des logements abordables et décents sur leur lieu d’étude.

L’accès aux transports : des évolutions disparates des tarifs et des inégalités territoriales importantes : 
L’évolution des tarifs étudiants dans les transports en commun est très disparates en fonction des politiques locales mises en œuvre par les collectivités territoriales. En effet de nombreuses villes ont fait le choix de diminuer leurs tarifs cette année ou encore de créer des tarifs spécifiques pour les boursier(e)s alors que dans le même temps d’autres villes continuent d’augmenter chaque année les tarifs, précarisant de plus en plus les étudiant(e)s.

Classement des villes étudiantes les plus chères de France :
1. Paris : 1288,83 €
2. Nanterre : 1140,65 €
3. Créteil : 1084,65 €
4. Guyancourt : 1066,65 €
5. Champs sur marne : 1049,65 €
6. Saint Denis : 1041,65 €
7. Cergy : 1020,65 €
8. Orsay : 1018,65 €
9. Evry : 1017,65 €
10. Nice : 1002,83 €
11. Bordeaux : 962,45 €
12. Lyon : 962,41 €
13. Aix en Provence : 946,08 €
14. Marseille : 914,08 €
15. Lille : 912,95 €

Cliquez ici pour voir le classement des 40 villes

Lire aussi :