Archives du blog

Un appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour 30 fabriques numériques de territoire

   Source : AVICCA

Trop peu, trop tard ? Le Gouvernement a lancé, le 11 juillet 2019, la première vague d’un appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour la création ou le soutien de tiers–lieux numériques, nouveaux ou déjà créés, dans les territoires politique de la ville ou les zones rurales. L’objectif : résoudre notamment la difficile équation de services de l’état toujours plus dématérialisés et de populations encore éloignées des usages en ligne (13 millions de Français, selon des études convergentes). Un programme interministériel spécifique, initié par la Mission Société Numérique, vise donc à créer de « nouveaux liens » en favorisant de « nouveaux lieux », confortant leur hybridation déjà engagée pour raison de survie entre espaces de coworking, FabLab, nouvelles Micro-Folies voire ex-maisons de services publics (bientôt labellisées France Service, on l’espère pour la majorité d’entre elles).

Ce nouvel AMI permanent est doté de 45 millions d’euros, pour identifier d’ici 2022, 300 fabriques, dont 150 seront implantées en quartiers prioritaires de la politique de la Ville (QPV). L’État soutient à hauteur de 75 000 à 150 000 euros sur trois ans ces Fabriques de territoire. 30 d’entre elles plus spécifiquement « numériques » seront soutenues, en 2019, par un bonus financier de 100 000 euros par tiers-lieu (appel ouvert jusqu’au 15 octobre 2019). Un effet d’aubaine à ne pas négliger tant l’équilibre économique de ces lieux est complexe à conserver dans la durée.

Pour mémoire,  la mission  conduite par Patrick Lévy-Waitz (président de la Fondation Travailler autrement) a recensé 1800 tiers lieux en France, dans son rapport  « Faire ensemble pour mieux vivre ensemble », remis en septembre 2018. Ces espaces publics numériques (EPN), Points Cyb, Espaces Culture Multimédia ou autres Cyberbases étaient jusqu’à 3 fois plus nombreux, au temps des emplois-jeunes et de la Mission d’accès public à l’internet. Les élus locaux des quartiers comme des campagnes savent depuis longtemps que la continuité en matière de politique publique d’accompagnement numérique des populations repose sur des infrastructures réseaux à très haut débit (FttH de préférence) et la pérennisation des emplois des structures (qui sont majoritairement sous forme associative). Les animateurs sociaux y sont bien souvent à la fois techniciens multimédia, agents administratifs polyvalents, webmestres territoriaux, voire responsables informatique communal ! Ils devront donc désormais être en plus codeurs, makers et concierges des espaces de télétravail…

…lire la suite…

Wi-Fi territorial : nouveau guide pour les collectivités

            Source : AVICCA

 

Pourquoi déployer un projet de Wi-Fi territorial ? Quelles prestations techniques exiger pour un service de qualité ? Quelles compétences et obligations pour les collectivités ? Le CGET, en partenariat avec la Banque des Territoires (Groupe CDC), le Cerema et Infranum, publie un guide afin de répondre aux questions des territoires qui souhaitent déployer leur réseau public. Organisé en une douzaine de fiches, ce document détaille l’intérêt à agir pour les structures publiques, les partenaires à réunir au tour de table, les aspects juridiques, les financements et les retours d’expérience.

Dix questions clés permettent, d’’abord, d’établir un diagnostic. Les touristes, les jeunes dont les forfaits mobiles sont limités en data, les personnes éloignées du numérique, les télétravailleurs mais aussi les agents en mobilité de la collectivité comptent parmi les cibles à privilégier dans cette démarche.

Un exemple de cahier des charges liste les points techniques : choix des bornes d’émission/réception, liens de collecte, plateforme de service et de gestion. Sont aussi abordés le respect des obligations réglementaires liées à l’usage des fréquences 2,4 GHz et 5 GHz pour la prévention des risques de brouillage, le traitement des données personnelles (RGPD), l’obligation d’information issue de la loi Abeille. L’ordre de grandeur des charges de fonctionnement est indiqué : 500 à 1 500 € en intérieur et 1 000 à 3 000 euros en extérieur (par borne et par an).

…lire la suite…

Grand Paris Sud : découvrez le territoire de Sénart en 3D @epasenart

Source : Epa Sénart

Sénart regroupe au total 10 communes (Cesson, Combs-la-Ville, Lieusaint, Moissy-Cramayel, Nandy, Réau, Savigny-le-Temple, Vert-Saint-Denis, Tigery et Saint-Pierre-du-Perray) qui appartiennent à la Communauté d’Agglomération « Grand Paris Sud ». Découvrez le territoire en 3D grâce à la carte interactive ci-dessous… 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour découvrir Sénart en 3D 

Epa Sénart 3D

Sénart a répondu à de nombreux défis et en particulier celui de réguler et d’organiser une croissance urbaine spontanée en seconde couronne de la région parisienne et d’accueillir une partie de la croissance démographique régionale. Sénart tend à équilibrer le développement résidentiel par un développement économique dynamique grâce à un travail collaboratif des acteurs locaux qui est de convaincre des opérateurs économiques importants et innovants de s’installer sur son territoire à l’identité reconnue de ville « verte ».

Quelques chiffres clés sur Sénart :
– 124 865 habitants dont 61 641 actifs, une des populations les plus jeunes d’Ile-de-France
– 46 552 logements dont 2/3 de maisons individuelles
– 2 quartiers en renouvellement urbain
– 6 267 entreprises et 42 754 emplois
– 1 000 emplois créés chaque année

Plus d’infos sur Sénart ici…

Lire aussi :

Hélène Desportes, nommée Secrétaire Générale de l’EPA Sénart @Galivel @epasenart

Source : Galivel

Hélène Desportes, après 30 ans d’expérience dans des fonctions de direction au sein de plusieurs structures d’aménagement, rejoint l’établissement public d’aménagement en qualité de Secrétaire générale.

L’EPA Sénart, chargé de l’aménagement et du développement des 10 communes de l’Opération d’Intérêt National (OIN) de Sénart, sur le territoire de l’Agglomération de Grand Paris Sud, annonce la nomination d’Hélène Desportes au poste de Secrétaire générale.

Sous l’autorité d’Aude Debreil, Directrice générale de l’EPA Sénart, Hélène Desportes est chargée des fonctions d’appui à l’ensemble des programmes d’aménagement et de promotion du territoire de Sénart (124 000 habitants, 5 700 entreprises et 41 000 emplois) portés par l’établissement public d’aménagement.
« J’ai été séduite par l’ampleur des projets et des enjeux du territoire », explique Hélène Desportes. « L’EPA Sénart agit à la bonne échelle, et les équipes sont entièrement mobilisées autour de leurs objectifs. Le dynamisme et l’engagement de toute l’équipe de direction, à commencer par Aude Debreil, Directrice générale, a aussi beaucoup compté. Et, bien sûr, Sénart offre un cadre de vie extrêmement agréable, unique en Ile-de-France ».

En savoir plus sur le parcours d’Hélène Desportes

Lire aussi :

#SIATI : Suivez l’événement en direct avec RADIO IMMO @radioimmo

    Source : RADIO IMMO 

Retrouvez l’équipe RADIO IMMO en direct du SIATI

Mardi 18 juin 2019 à partir de 14h, PAVILLON D’ARMENONVILLE – Paris 16é

La 5e édition du Sommet dédié à l’Immobilier, à l’aménagement du territoire et aux infrastructures aura lieu à Paris, au Pavillon d’Armenonville, le 18 juin 2019.

Véritable passerelle entre le public et le privé, le SIATI est l’occasion pour les leaders de ces écosystèmes de confronter leurs visions stratégiques, de partager leur expertise et d‘échanger dans un environnement propice.

S’articulant autour de trois temps forts – conférences, cocktail, dîner de gala & remise de prix – la manifestation se positionne comme un épicentre professionnel favorisant la pluridisciplinarité de ses secteurs.

Placé sous le signe de la convivialité, le traditionnel dîner gala est né de la volonté du groupe Leaders League de fédérer les décideurs de la ville de demain. Ponctuée par la cérémonie de remise des Trophées d’Or, la soirée honore les meilleurs acteurs du secteur et les projets performants menés en synergie avec le développement durable.