Archives du blog

Toulouse : découvrez en vidéo le futur téléphérique urbain @TlseMetropole @TisseoING #Teleo

Source : Tisseo

En 2020, Téléo, le Téléphérique Urbain Sud, reliera, en 10 minutes, l’Oncopole à l’Université Paul-Sabatier en passant par le CHU Rangueil. Le projet, initié en 2016, est entré dans sa phase de réalisation suite au lancement des travaux, datant du 5 juillet dernier. 

TÉLÉO, LE 1ER TÉLÉPHÉRIQUE URBAIN À TOULOUSE
Le téléphérique Téléo sera le plus long de France, avec son tracé de 3 km. Fin 2020, Toulouse rejoindra ainsi le cercle fermé des grandes villes ayant choisi ce mode de transport, telles que New York, Rio ou encore Barcelone. À l’échelle de la France, il s’agira d’un des premiers systèmes de transport urbain de type télécabine offrant des débits et fréquences particulièrement attractifs : 8 000 voyageurs attendus par jour, 1 cabine toutes les 1 min 30 en heure de pointe.

LE TRACÉ
Le téléphérique Téléo desservira trois pôles majeurs, générateurs de déplacements et d’emplois. Il permettra de relier l’Oncopole à l’Université Paul Sabatier (30 000 étudiants) en passant par l’hôpital de Rangueil (CHU de Toulouse) (210 000 consultations médicales par an) en 10 minutes seulement au lieu de 30 minutes en voiture. Ces trois sites majeurs seront ainsi connectés au réseau de transport urbain (métro et bus) ainsi que les principales structures installées à proximité : Institut Universitaire du Cancer de Toulouse, Hôpital Marchant, Laboratoires Pierre Fabre, Sanofi, faculté de médecine…

Plus d’infos ici…

Lire aussi :

Téléphérique urbain, un futur transport en commun ? @nexity #nexitylab

Source : Nexity Lab

80 réalisations urbaines, 200 projets en cours, le téléphérique urbain connait un développement en forte croissance partout dans le monde. Nexity Lab a donc fait le point sur cette nouvelle solution de mobilité urbaine qui représente un parfait complément au bus, tramway et métro.

Nexity lab

Les nombreux atouts du téléphérique urbain
« Il n’y a pas plus propre que le transport par téléphérique, il n’y a pas plus sécurisé, il n’y a pas plus silencieux et en plus il n’y a pas moins coûteux ». C’est par ces quelques mots que l’ancienne ministre de l’environnement, Ségolène Royal, décrivait le téléphérique urbain en 2016. Il faut dire que le transport par câble possède de nombreux atouts.

Économies d’énergie, aucune émission de gaz à effet de serre, une emprise au sol réduite, ce nouveau mode de transport a une vocation environnementale forte et répond aux enjeux de la transition énergétique. L’aspect pratique est aussi un argument de poids. De part son tracé direct et son survol des zones denses, le téléphérique s’affranchit de l’encombrement de la voirie et permet de franchir de nombreux obstacles naturels et architecturaux. Alors que le tramway et le métro représentent un casse-tête urbain en période de travaux, le téléphérique promet lui une installation moins longue et moins handicapante aux agglomérations. L’argument économique est également un atout non négligeable. Sa construction est moins coûteuse qu’un tramway, son architecture ainsi que sa singularité le rende attractif et lui donne un intérêt touristique. Pour lire la suite, merci de vous
Lire la suite…

Lire également :

Téléphérique d’Ile-de-France : Où en est le projet ? @IDFmobilites

Source : IDF Mobilités

Le 1er téléphérique d’Ile-de-France, le Cable A – Téléval, c’est pour bientôt !  Une nouvelle étape a été franchit avec le vote du schéma de principe et du financement de l’avant-projet le 11 juillet dernier par Île-de-France Mobilités.

Un mode de transport innovant, pour répondre à des besoins particuliers
Dans le cadre de son ambitieux projet de développement du réseau de transport, Île-de-France Mobilités développe de nouvelles solutions de mobilité pour répondre aux besoins spécifiques des territoires et permettre aux franciliens de se déplacer plus facilement. Le téléphérique urbain est un mode de transport attractif et innovant qui permet de franchir les coupures urbaines pour desservir des secteurs enclavés et difficile d’accès. Il peut ainsi franchir de façon efficace et à moindre coût les voies ferrées, route, lignes à haute tension, ainsi que les fleuves et les reliefs importants. Le transport par câble est ainsi parfaitement complémentaire avec les modes de transports « traditionnels » Métro, Tram et Bus.

Le Câble A : un projet essentiel pour la desserte du sud du Val-de-Marne
Le Câble A – Téléval reliera les communes de Créteil, Limeil-Brévannes, Valenton et Villeneuve-Saint-Georges. Il comportera 5 stations pour un parcours de 4,5km en franchissant les lignes ferroviaires TGV et de fret ferroviaire, la route nationale 406 et une ligne à haute tension. L’objectif du projet est de répondre aux besoins croissants en déplacements de la population et de désenclaver les quartiers de Limeil-Brévannes, Valenton et Villeneuve-Saint-Georges en les reliant à la ligne 8 du métro et au réseau de bus.

En savoir davantage…

Lire aussi :

Le #téléphérique a toute sa place en ville @fedepl

Source: Fédération des EPL

Les Epl précurseurs

Le téléphérique ? Un moyen de transport pour la montagne évidemment, répondait tout le monde en cœur. Mais il a prouvé aussi qu’il avait toute sa place en ville. Élément moins connu : cette innovation technique est souvent portée par des Epl.

En novembre dernier, Brest ouvre la voie en inaugurant le premier téléphérique urbain en France. Et ça marche ! Le projet jugé initialement farfelu s’est transformé en solution adaptée comme le prouvent les différents projets qui fleurissent un peu partout en France. D’autant que le téléphérique a déjà fait ses preuves dans plusieurs villes étrangères : Londres, Medellin, La Paz, Rio de Janeiro, Ankara…

De nombreux atouts
Les atouts de ce mode de transport innovant ne manquent pas. Un franchissement aisé des obstacles tout d’abord. Fleuve, colline, voie ferrée, autoroute… rien ne lui résiste ! Il s’agit aussi d’un équipement à bien moindre coût par rapport à un pont, un métro ou un tramway. S’y ajoutent, et ce n’est pas un détail, ses atouts écologiques. Rappelons que près de 30% des émissions de gaz à effet de serre proviennent des transports en commun. Le téléphérique présente le gros avantage d’être propre et économe en énergie, en consommant trois fois moins qu’un tramway, cinq fois moins qu’un bus et dix fois moins qu’une voiture. Autre plus : la visite d’une ville sous un nouveau jour avec la découverte d’un magnifique panorama. « Formidable levier d’aménagement urbain, il permet de faire revenir les habitants en centre-ville, explique Claire Guihéneuf, directrice de Brest métropole aménagement. Innovant et ludique, il contribue à rendre la ville plus facile à vivre et de la voir différemment. »

…lire l’intégralité du communiqué…

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

 

 

Téléphérique : une révolution pour la circulation en ville? @BureauVeritasFr

Téléphérique urbain : le transport qui révolutionne la circulation en ville

Il ne monopolise pas la voirie et franchit facilement les obstacles naturels

Adaptable et peu encombrant, le téléphérique urbain séduit les villes du monde entier. Nos experts font le point sur ce nouveau mode de transport.
Source : BUREAU VERITAS 


Et si la solution pour décongestionner les villes se trouvait dans les stations de ski ? L’hypothèse peut sembler farfelue mais le téléphérique urbain est en fait une solution pleine d’atouts. 

«Grâce à ses cabines qui survolent le sol, le téléphérique ne monopolise pas la voirie et peut facilement franchir des obstacles tels que des fleuves ou des collines», explique Bruno Antoine, chef de service chez Bureau Veritas Construction. 

Sa mise en place est par ailleurs plus simple, plus rapide et moins chère que des infrastructures telles que le métro (qui nécessite souvent le creusement de tunnels etc.). 

Bien situé, le téléphérique peut même se transformer en une vraie attraction touristique ! 
Londres et New York ont déjà dit oui

La preuve ? De plus en plus de villes se laissent séduire par ce mode de transport. Mis en service en 2003, le téléphérique de Medellin est désormais emprunté chaque jour par 45 000 Colombiens. 

A New-York, depuis 2010, ce mode de transport original raccorde Roosevelt Island à Manhattan. Et depuis 2012, les Londoniens l’utilisent pour traverser la Tamise.
En France aussi la tendance s’affirme ces dernières années: Toulouse, Orléans, Brest, Grenoble… la liste de villes ayant lancé des projets de téléphérique urbain s’allonge. Ce mouvement a d’ailleurs été encouragé par les pouvoirs publics via la levée de l’interdiction de survol de zones habitées qui a longtemps fait obstacle au développement de tels projets. Mais si la mise en place de telles infrastructures a été facilitée, ces projets d’envergure demeurent complexes. La société Bureau Veritas Construction, en charge des missions de contrôle technique sur le chantier toulousain, et des missions de CSPS sur le programme orléanais, a donc mobilisé en interne des experts de ces sujets pour mener à bien ses missions.

En savoir plus