Archives du blog

Villes étudiantes : quelles sont les plus chères de France ? @UNEF

Source : UNEF

Découvrez le classement 2019 des villes les plus chères de France selon le coût de la vie étudiante. Entre le logement et le transport, de nombreuses inégalités et différences persistent chaque année… Quelles sont les 10 villes les plus chères ? Quelles sont les 10 villes les moins chères ? 

Retour Accueil

L’accès au logement : première source d’inégalités territoriale 
Les disparités dans l’accès au logement pour les étudiant·e·s sont très importantes l’écart du loyer mensuel moyen entre la ville universitaire la plus chère (Paris avec 873 euros) et la ville la moins chère (Le Mans avec 340 euros) est donc de 533 euros par mois. Avec 3,86% d’augmentation des loyers au niveau national, la rentrée 2019 est celle de l’explosion des coûts des logements tandis que les aides au logements (APL) sont quant à elle gelée. Les dépenses en logement des étudiant·e·s deviennent donc de plus en plus importante, il est donc urgent de généraliser l’encadrement des loyers à toutes les villes universitaires afin de protéger l’accès des étudiant·e·s à des logements abordables et décents sur leur lieu d’étude.

L’accès aux transports : des évolutions disparates des tarifs et des inégalités territoriales importantes : 
L’évolution des tarifs étudiants dans les transports en commun est très disparates en fonction des politiques locales mises en œuvre par les collectivités territoriales. En effet de nombreuses villes ont fait le choix de diminuer leurs tarifs cette année ou encore de créer des tarifs spécifiques pour les boursier(e)s alors que dans le même temps d’autres villes continuent d’augmenter chaque année les tarifs, précarisant de plus en plus les étudiant(e)s.

Classement des villes étudiantes les plus chères de France :
1. Paris : 1288,83 €
2. Nanterre : 1140,65 €
3. Créteil : 1084,65 €
4. Guyancourt : 1066,65 €
5. Champs sur marne : 1049,65 €
6. Saint Denis : 1041,65 €
7. Cergy : 1020,65 €
8. Orsay : 1018,65 €
9. Evry : 1017,65 €
10. Nice : 1002,83 €
11. Bordeaux : 962,45 €
12. Lyon : 962,41 €
13. Aix en Provence : 946,08 €
14. Marseille : 914,08 €
15. Lille : 912,95 €

Cliquez ici pour voir le classement des 40 villes

Lire aussi :

Le Groupe Polylogis formalise un accord de génération pour ses collaborateurs

Groupe_Polylogis

Un accord de génération a été établi entre le Groupe Polylogis, bailleur social indépendant, ses différentes entités ainsi que les principaux partenaires sociaux. Ce nouveau contrat dit « de génération » est destiné à favoriser l’emploi des jeunes, à valoriser l’expérience des seniors et à encourager la transmission des savoirs et les échanges intergénérationnels. Il s’inscrit dans le prolongement des accords du Groupe destinés à prévenir la pénibilité au travail signé fin 2011.

Mis en place par le gouvernement, le contrat de génération fixe des engagements en faveur de l’emploi des jeunes et des séniors. Il encourage également la transmission des savoirs et des compétences entre les générations.

Fidèle à sa démarche volontariste en matière de santé et de travail, le Groupe Polylogis qui emploie prés de 1 081 collaborateurs, a ainsi concrétisé un accord relatif au contrat de génération avec les quatre principales organisations syndicales (la CGT, la CFDT, LA CFTC et la CGT-FO).

Le contrat de génération du Groupe Polylogis comprend les engagements suivants :

 – En termes de recrutement, la garantie de :

o Au moins 4% de jeunes de moins de 26 ans et prioritairement en contrat d’alternance et d’avenir,

o 10% des embauches en CDI pour des jeunes,

o 10% de seniors en contrat de professionnalisation ainsi que le maintien dans l’emploi des salariés seniors,

La création d’une école de la proximité avec Franchir, association spécialisée dans la formation et la reconversion vers le métier de gardien d’immeubles, visant à développer le recrutement de collaborateurs gardiens prêts à l’emploi,

 – La mise en place de « parrainage » des jeunes entrants par des salariés expérimentés, chargés de les accueillir et de les accompagner dans leur prise de fonction et ainsi de favoriser le partage intergénérationnel,

 -L’amélioration des modalités de gestion des carrières, notamment la seconde partie de carrière, permettant au salarié de diversifier son activité ou sa mobilité professionnelle,

 – La facilitation de l’accès au DIF ou aux périodes de professionnalisation aux collaborateurs éligibles,

 – Le lancement d’un baromètre relatif à la qualité du travail en 2014. « Le contrat de génération réaffirme la volonté du Groupe Polylogis de parvenir dans la mesure du possible à garantir l’accès à l’emploi et le maintien dans l’emploi de tout salarié quel que soit son âge, son niveau de qualification et son attachement à la transmission des savoirs et des compétences entre les générations », commente Daniel Biard, Président du Comité exécutif du Groupe Polylogis.

Ce nouvel engagement traduit la volonté très forte du Groupe en matière de dialogue social. Il est le résultat de négociations étroites entre la Direction des Ressources Humaines Groupe et toutes les organisations syndicales.

Pour plus d’informations sur le Groupe Polylogis : www.polylogis.fr