Archives du blog

Santé et social : la FEHAP et la FAS signent une convention de partenariat @FEHAP_actu @FedeSolidarite

Source : FEHAP

La convention de partenariat entre la fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne (FEHAP) et la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS) a vocation à apporter des solutions pour répondre aux besoins fondamentaux des personnes fragilisées et à leur volonté de participer pleinement à la vie sociale et citoyenne du pays.

Fehap

Aujourd’hui, il n’est pas possible de déconnecter l’état de santé et la situation sociale d’une personne, quel que soit son âge, sa pathologie ou son handicap. Dans cette perspective, les deux fédérations travailleront conjointement à décloisonner le champ de la santé et de la protection sociale dans le cadre du secteur privé non lucratif. Elles partageront ainsi leurs analyses et leurs actions afin de mieux appréhender les besoins globaux des personnes accompagnées dans leurs parcours de vie et de soins.

Cette convention prévoit d’apporter aux adhérents les moyens nécessaires pour améliorer l’accompagnement des personnes qu’ils accueillent. La FEHAP et la Fédération des acteurs de la solidarité élaboreront des propositions communes à destination des pouvoirs publics, organiseront des rencontres et favoriseront la création de partenariats locaux entre les adhérents des deux fédérations.

Elles s’impliqueront particulièrement sur la pauvreté et l’isolement des personnes âgées ainsi que sur l’insertion des jeunes quittant le dispositif de l’aide sociale à l’enfance. De nombreuses thématiques feront également l’objet d’un travail commun. Parmi elles : l’accès aux soins somatiques et psychiques, la mise en œuvre de programmes régionaux pour l’accès à la prévention et aux soins des personnes les plus démunies (PRAPS), l’insertion professionnelle des personnes en situation de précarité et de handicap, etc…

Marie-Sophie Desaulle, Présidente de la FEHAP, déclare : « Ce partenariat va dans le sens de l’histoire des deux organisations. « La Fédération des acteurs de la solidarité et la FEHAP ont toutes les deux développé des expertises complémentaires au service des personnes accompagnées. Cette convention illustre parfaitement les valeurs d’humanisme et d’engagement social que nous défendons avec conviction».

Plus d’informations ici…

Lire aussi :

Yann Bubien, nommé Directeur Général du CHU de Bordeaux @CHUBordeaux @yannbubien @HOSPIMEDIA

Source : Hospimedia 

Yann Bubien quitte le cabinet d’Agnès Buzyn pour prendre la direction du CHU de Bordeaux, le 1er octobre prochain. Il succédera ainsi à Philippe Vigouroux.

Résultat de recherche d'images pour "yann bubien chu bordeaux"

À compter du 1er octobre, Yann Bubien sera le nouveau directeur général (DG) du CHU de Bordeaux (Gironde), selon un décret du président de la République publié dans l’édition du 18 août du Journal officiel (JO). Il remplacera Philippe Vigouroux, « appelé à d’autres fonctions« . Depuis l’arrivée d’Agnès Buzyn au poste de ministre des Solidarités et de la Santé après l’élection présidentielle de mai 2017, Yann Bubien est directeur adjoint de son cabinet et chargé de la santé.

Il a intégré le cabinet ministériel d’Agnès Buzyn après avoir passé plus de cinq années au poste de DG du CHU d’Angers (Maine-et-Loire). Diplômé de l’École nationale de santé publique (ENSP, désormais École des hautes études en santé publique), il a déjà fait partie, de 2007 à 2011, des cabinets ministériels de Roselyne Bachelot, ancienne ministre de la Santé et des Sports, et de Xavier Bertrand, ancien ministre de l’Emploi, du Travail et de la Santé. Ce parcours ministériel, achevé par un départ vers le CHU d’Angers, fut entrecoupé d’un intermède de neuf mois, en 2010, en qualité de conseiller de l’ambassadeur de France au Royaume-Uni. Au cours de sa carrière, il a occupé les fonctions de directeur de cabinet à la FHF de 2000 à 2005. Il a ensuite été secrétaire général du CH Sud-Francilien à Corbeil-Essonnes (Essonne) de 2005 à 2007.

>> En savoir plus…

Lire également :

CHU de Rennes : l’Etat donne son feu vert pour la reconstruction @CHURennes

Source : CHU de Rennes

Le Ministère des solidarités et de la santé apporte son soutien financier pour le projet de reconstruction du CHU de Rennes.

Agrandir l'image, .JPG 163Ko (fenêtre modale)

Le projet de reconstruction du CHU de Rennes sur le site de Pontchaillou a obtenu le soutien financier du Ministère des Solidarités et de la Santé par décision du 25 juillet après avis favorable définitif du COPERMO (Comité interministériel pour la Performance et la Modernisation de l’Offre de soins) réuni le 16 juillet 2019.

Un soutien financier national de 87 M€ soit 22% de la 1ère phase, afin de sécuriser le financement de l’opération.
Le coût global actualisé du projet est de 585 Millions d’euros (toutes dépenses confondues valeur finale). Le COPERMO a jugé la situation financière de l’établissement « saine ». Les comptes du CHU sont à l’équilibre budgétaire depuis 4 ans et présentent un excèdent comptable de 2,8M€ en 2018 ; ses ratios financiers et d’endettement sont jugés performants au regard des ratios nationaux ; enfin, les comptes du CHU sont certifiés sincères et exacts sans réserve depuis 4 ans.

Les experts indépendants ont notamment souligné les points forts suivants du projet :
– le regroupement des plateaux techniques : regroupement de 10 sites opératoires et de 5 sites interventionnels au sein d’un plateau technique chirurgical et interventionnel unique,
– le regroupement des 15 unités de soins critiques (réanimations, soins intensifs et soins
continus) actuellement dispersés, en liaison directe avec le plateau chirurgical et
interventionnel et le bâtiment actuel d’accueil des urgences,
– la mise en place d’un projet innovant associant le CHU et le CLCC – Centre Eugène Marquis conforté par des engagements conjoints,
– le regroupement des services d’hospitalisation complète au sein de bâtiments dédiés sur des plateaux composés d’unités standardisées de 30 lits, selon une logique de plots
reproductibles et adaptables en fonction des évolutions capacitaires,
– la refonte complète de l’organisation du CHU sur le site existant de Pontchaillou, d’une
superficie de 32 hectares, à proximité des facultés de Santé et des laboratoires de recherche, réutilisant une partie du patrimoine du CHU pour l’organiser sur la base de trois espaces structurants conçus à partir des typologies des parcours des patients : l’ambulatoire et les services associés, le plateau médico-technique et les hospitalisations. Le choix du site actuel permet aussi de renforcer les synergies hospitalo-universitaires.

Consultez la suite…

Lire aussi :

Etablissements de santé en France : voici un état des lieux et un panorama complet @MinSoliSante

Source : ARS

Nombre de patients, situation financière des établissements, capacités d’accueil, parcours des patients, caractéristiques du personnel (médical et non médical) ou encore les équipements techniques et leur répartition sur le territoire… Découvrez tous les repères et chiffres clés des établissements de santé français. 

ARS idf

Le secteur hospitalier français est composé de 1 364 établissements publics, 1 002 cliniques privées et 680 établissements privés à but non lucratif. L’augmentation du nombre de prises en charge hospitalières se poursuit dans toutes les disciplines, sous l’effet du vieillissement de la population et de la hausse du nombre de patients atteints de maladie chroniques ou de polypathologies. Si le nombre de séjours en hospitalisation complète se replie légèrement (-0,8 %), les alternatives à cette forme de prise en charge continuent de progresser. Les hospitalisations partielles (moins de un jour) représentent ainsi 13,4 % des journées en 2017 (hors soins de longue durée). Le recours aux urgences poursuit également sa hausse, à un rythme stable depuis vingt et un ans (3,5 % par an).

Le nombre d’établissements de santé diminue progressivement
Au 31 décembre 2017, le secteur hospitalier français est constitué de 3046 structures disposant de capacités d’accueil en hospitalisation à temps complet (comptées en lits) ou à temps partiel (donc sans nuitée, comptées en places)1. Ces structures hospitalières peuvent être de nature et de taille très différentes. Parmi les 1 364 entités géographiques du secteur public, quatre types d’établissements coexistent : 178 centres hospitaliers régionaux (CHR); 947 centres hospitaliers (CH, y compris les ex-hôpitaux locaux), 95 centres hospitaliers spécialisés en psychiatrie (CHS) ; enfin, 144 autres établissements publics correspondent majoritairement à des unités de soins de longue durée (USLD). Parmi les structures hospitalières privées, 1 002 cliniques privées à but lucratif cohabitent avec 680 établissements privés à but non lucratif, dont 21 centres de lutte contre le cancer (CLCC)

Toutes les infos ici…

Lire aussi :

Paris Habitat : découvrez le rapport 2018 de la fondation d’entreprise du Groupe @Paris_Habitat

Source : Paris Habitat

Lancée en 2016, la Fondation d’entreprise du groupe Paris Habitat a eu pour vocation jusqu’à la fin 2018, d’agir sur ses territoires en soutenant des actions associatives favorisant la réussite des jeunes des quartiers populaires. Découvrez dès aujourd’hui son rapport annuel 2018 !

Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder au rapport ↓↓ 

>> Consulter également le rapport d’activité du Groupe Paris Habitat