Archives du blog

Colascope, notre nouveau #blog est en ligne ! @GroupeColas

  Source : COLAS

Quand nouvelle année rime avec nouveauté ! Découvrez Colascope, le nouveau blog

Le parti pris : un nouveau positionnement avec de nouvelles rubriques et une orientation plus prospective autour de thématiques actuelles : mobilité responsable, smart city, digital etc. Un coup de neuf qui, nous l’espérons, vous plaira ! N’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez en commentaire

> LE BLOG 

La France est assise sur un tas d’or #CES2019 @ces @LaTribune @Aziliz31

     Source : LA TRIBUNE

 Il faut miser sur les innovations digitales pour reconstruire la compétitivité de la France. Par Xavier Dalloz, expert en stratégie digitale.

L’ardente obligation est, désormais, de rompre avec le passé afin de construire l’avenir que nous voulons. Nous devons, pour cela, exploiter l’apport des innovations digitales dans un monde devenu massivement interconnecté, ce qui influence directement la production de valeur. Encore faut-il combattre une vision à la fois mécaniste et uniquement monétaire. La valeur financière, humaine, est toujours le fruit d’interactions pertinentes entre des objets, des idées, des personnes, des entreprises, des organisations…

L’objectif est de faire passer la création de valeur des équipements vers les services avec l’« Internet of Me », c’est-à-dire l’implication du citoyen consommateur avec comme conséquence : repenser les métiers des entreprises pour les transformer en des entreprises plateformes. Rappelons que toute interaction ne débouche sur une transaction (et donc sur une création de valeur pour les parties prenantes) que si trois conditions sont remplies. Il faut qu’il y ait : 1) émotion, car toute décision comporte une dimension affective ; 2) communication (je n’achète un produit ou un service que si je sais qu’il existe) ; 3) confiance (j’achète l’espoir d’être satisfait). Les trois mots : émotion, relation, confiance résument les grandes tendances des innovations digitales.

L’ère des réseaux interconnectés

Outre cette facilitation des interactions, les capacités de traitement de l’information progressent constamment, parallèlement à la miniaturisation des composants. Ces tendances, qui vont de pair avec la facilitation des communications, font que tous les objets deviennent capables de traiter des données, voire de capter et de communiquer entre eux et avec nous. Le monde ne peut plus se décrire que comme un ensemble de réseaux intriqués à tous les niveaux. Ce sont des réseaux de capacités différentes, certains se bornent à transmettre des mesures et des ordres comme notre système nerveux, d’autres véhiculent des flux de données avec de très hauts débits, à l’instar de notre système sanguin transportant les substances dont notre organisme a besoin pour vivre.

Cette décentralisation massive de tout nécessite de mesurer le PEC (Productivité des échanges collaboratifs). Cet indicateur va être au coeur de la nouvelle façon de faire du business. D’où une logique de communication entre pairs, entre égaux, opposée à l’organisation centralisée, pyramidale, qui est celle de la majorité des entreprises et des administrations. Un autre facteur important est celui qui facilite les communications, au point, parfois, d’entraîner une confusion des genres. Il tient dans le mot unimédia : tous les modes d’expression, tous les produits de l’esprit humain peuvent être traduits, stockés, transformés et transmis en langage numérique. Les frontières entre marchés et métiers s’estompent, du même coup, suscitant des concurrences nouvelles. Pour comprendre ces enjeux, des innovations digitales doivent être au coeur de la reconstruction de la compétitivité de la France.

IA, blockchain… ces innovations technologiques bientôt à la portée de tous

…lire la suite…

EDF veut favoriser les économies d’énergie dans les établissements scolaires @EDFofficiel ‏@Min_Ecologie

    Source : EDF

 

Aux côtés de l’Institut Français pour la Performance du Bâtiment, EDF concrétise son engagement en faveur de la transition énergétique en soutenant le challenge CUBE.S. Focus sur la première édition du concours pour la performance énergétique des établissements scolaires.

Vers la performance énergétique des établissements scolaires

Le poste de dépense énergie des bâtiments tertiaires et infrastructures publiques occupe une place grandissante dans le budget de fonctionnement des collectivités locales, il est de l’ordre de 20% pour le secteur scolaire (Sources ANDES 2015). Inspiré du succès du concours CUBE 2020 destiné aux bâtiments tertiaires, le challenge CUBE.S (Climat Usage des Bâtiments d’Enseignement Scolaire) part du diagnostic qu’il existe un véritable potentiel d’économies d’énergie et de gain sur les factures pour les établissements scolaires, sans nécessité d’effectuer des travaux lourds de rénovation.
Lancé le 1er septembre 2018 par l’Institut Français pour la Performance du Bâtiment (IFPEB) et le CEREMA, le challenge CUBE.S est un concours à destination des établissements scolaires. Parrainé par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire et le Ministère de l’Education Nationale, il vise à récompenser les économies d’énergie et d’émissions de gaz à effet de serre réalisées tout au long de l’année par les établissements, grâce à des actions simples et à faible coût.
Lauréat d’un appel à proposition pour les Certificats d’Economie d’Energie (CEE) lancé par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, le challenge CUBE.S est aussi un programme de CEE qui permet aux collectivités et aux établissements scolaires de bénéficier de formations, d’animation et de matériels pédagogiques pour renforcer leur action. EDF est le principal financeur de ce programme.

…lire la suite…

Quels seront les principaux apports de la 5G pour les villes ? @nexity #nexitylab @gouvernementFR

    Source : Nexitylab

Faisons de la 5G une priorité pour la France” : voici l’objectif fixé par Delphine Gény-Stephann (secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances), Mounir Mahjoubi (secrétaire d’État en charge du numérique auprès du Premier ministre) et Sébastien Soriano (président de l’Arcep), dans la feuille de route officielle sur la 5G présentée en juillet dernier.

Alors que le déploiement de la 5G n’est pas attendu avant 2020, le secteur des télécoms semble d’ores et déjà en ordre de marche, prêt à relever le défi de cette technologie future. Car si la 5G fascine autant, c’est parce qu’elle promet de multiplier par 1000 la performance des réseaux et permet ainsi de transformer la ville en véritable “smart city” dotée d’infrastructures plus autonomes, plus sûres et plus écologiques.

Quels seront les principaux apports de la 5G pour les villes ?

Améliorer le système énergétique

Selon un rapport du fournisseur de téléphonie mobile britannique O2, la 5G pourrait permettre d’économiser jusqu’à 12% de la consommation d’énergie au Royaume-Uni. Cette nouvelle technologie va en effet permettre de faciliter l’insertion des énergies de sources renouvelables et de nouveaux usages comme la mobilité électrique. Les compteurs communicants vont par exemple permettre de mieux cibler les investissements sur le réseau électrique, réduire la consommation d’énergie et améliorer l’efficacité énergétique. Ces réseaux intelligents connectés à la 5G conduiront à une tarification dynamique permettant aux citoyens de choisir où ils achètent leur énergie.

Intégré au mobilier urbain et notamment à l’éclairage public via l’installation de détecteurs de mouvement, la 5G pourrait également permettre la mise en place d’un éclairage de nuit “raisonné” avec des lampadaires éclairant en fonction du passage des usagers.

Des soins de santé intelligents

Grâce à son débit accru et sa latence réduite, la 5G va contribuer à démocratiser la télémédecine. Avec des échanges de contenus – vidéo, image et son HD – plus fluides, la 5G va en effet permettre de déployer à plus grande échelle la téléconsultation, permettant ainsi de désengorger les hôpitaux. Pour les médecins, l’échange de ces contenus HD leur assurera une télé-expertise maximale auprès du patient.

…lire la suite…

12 conventions-cadres Action Cœur de ville signées en Normandie ! @caissedesdepots

   Source : Caisse des dépots

La convention-cadre Action Cœur de ville de Louviers a été signée le 1er octobre en présence de Florence Mas, directrice régionale Normandie de la Banque des territoires. Elle clôture le cycle des contractualisations Action Cœur de ville entamé le 2 juillet en Normandie

12 communes normandes ont en effet été retenues par l’Etat dans le cadre du programme Action Cœur de ville : Alençon, Argentan, Cherbourg en Cotentin, Dieppe, Evreux, Fécamp, Flers, Lisieux, Louviers, Saint Lô, Vernon et Vire.Ce programme permet aux collectivités de rassembler autour d’elles l’ensemble des partenaires publics et parapublics. Elles sont désormais tournées vers la finalisation des diagnostics et la mise en œuvre des premiers projets matures.

Les 3 axes d’intervention de la Banque des Territoires sont mobilisés :

  • ingénierie, en particulier pour la smart-city et la gestion du patrimoine immobilier ;
  • prêts, avec le financement de projets urbains, logements pour les jeunes ou cinémas ;
  • investissement en fonds propres sur des projets en ligne avec la politique d’intervention de la Banque des territoires (réhabilitation de bâtiments publics, équipements culturels, hébergements touristiques).

…lire la suite…