Archives du blog

Quelles sont les villes françaises les plus énergétiquement performantes ? @SeLoger

Source : Se Loger

En matière de performance énergétique, les logements hexagonaux présentent-ils de réelles disparités selon leur localisation ? Dans quelles villes les habitations sont-elles les plus et les moins énergivores ?

Toulon, Montpellier et Toulouse sont les trois villes françaises où les logements consomment le moins. ©DR

Quelle est l’utilité du DPE ?

Alors que le gouvernement part en guerre contre les « passoires thermiques » et qu’une loi incitant les Français à rénover énergétiquement leurs logements – la fameuse loi Énergie-Climat – entrera bientôt en vigueur, le Diagnostic de Performance énergétique (DPE) est au centre de toutes les attentions. Rappelons que ce document – obligatoire si vous désirez vendre ou faire de la location – vise à estimer la consommation en énergie de votre logement et ainsi à renseigner vos futurs acquéreurs/locataires sur le montant des factures (électricité, gaz) dont ils devront s’acquitter. « Mais ce que l’on sait moins, c’est que le DPE contient également des recommandations qui, si elles sont suivies, contribueront à améliorer l’efficacité énergétique/thermique de votre bien » précise Bertrand Gstalder, Président du Groupe SeLoger.

Le DPE : méconnu, décrié mais incontontournable

Parmi les reproches adressés au DPE, ce sont son manque de fiabilité et de cohérence qui reviennent le plus souvent. Face au désamour des Français pour ce diagnostic, le gouvernement a réagi. « La performance énergétique…Lire la suite…

Lire également :

Rentrée 2019 : dans quelles villes investir ? @SeLoger

Source : Se Loger

En cette rentrée 2019, dans quelle ville faut-il investir ? Découvrez le top 10 des villes où il faut réaliser un investissement locatif 

1. Toulouse : 3 382 € du m² / + 6 % en 1 an
Les données recueillies par SeLoger nous incitent à penser que Toulouse mérite d’occuper la première place de notre classement des villes où il est intéressant de réaliser un investissement locatif. Et pour cause, celle que l’on surnomme la Ville Rose remplit tous les critères requis pour un investissement locatif réussi. Le prix de son l’immobilier, tout d’abord, qui reste très raisonnable pour une ville de sa taille (475 438 habitants y ont été recensés en 2016).

2. Nantes : 3 475 € du m² / + 6,3 % en 1 an
Profitant du niveau exorbitant du prix de l’immobilier bordelais, Nantes fait figure de nouvel eldorado des investisseurs locatifs ! En effet, refroidis par le prix des logements à Bordeaux (plus de 4 600 €/m²), de nombreux investisseurs ont ainsi déserté la Belle Endormie au profit de la Capitale des Ducs de Bretagne. Et on les comprend. Le prix au mètre carré à Nantes avoisine 3 375 €.

3. Lille : 3 224 € du m² / + 2,9 % sur 1 an
C’est la Capitale des Flandres qui occupe la troisième marche de notre podium. Bien qu’il ait augmenté de 13,2 % depuis 2015, force est de constater que le prix de l’immobilier lillois reste accessible pour une métropole. D’après les informations qu’a récoltées le baromètre LPI-SeLoger, la cote de l’immobilier à Lille se monte à 3 244 €/m².

4. Lyon : 4 817 € du m² / + 5,6 % sur 1 an
S’il est une valeur sûre de l’immobilier locatif qui ne se démode pas, c’est bien Lyon. Boosté par un marché dynamique sans toutefois tomber dans l’hyper-activité, le prix au m² à Lyon enregistre une forte croissance.

La liste des autres villes ici…

Lire aussi :

Immobilier à Lyon : ça y est, le cap des 4 800 € le m² est atteint ! @SeLoger

Source : Se Loger

Le prix moyen d’un appartement ancien à Lyon est désormais de 4 817 euros le m² !
Regardez la vidéo ci-dessous pour plus d’explications…

4 817 €/m² : le prix moyen d’un appartement à Lyon
Devenir propriétaire d’un appartement dans la Capitale des Gaules n’a jamais coûté aussi cher ! Et pour cause, le baromètre LPI-SeLoger nous apprend que le prix du m² à Lyon atteint désormais 4 817 €. En termes de prix immobilier, la Cité des Gones n’est certes pas au niveau de Paris (10 450 €/m²) mais elle surclasse tout de même toutes les autres grandes villes de province : Bordeaux, Nice, Lille, Nantes…

Arrondissements : ça baisse dans le 2e, ça monte dans le 6e…
En termes d’évolution des prix, tous les arrondissements lyonnais ne sont pas logés à la même enseigne. Le 2e (Cordeliers, Ainay) et le 6e (Les Brotteaux, Cité Internationale), qui restent les deux arrondissements les plus chers (avec des prix immobiliers qui culminent respectivement à 6 136 € et à 6 250 €/ m²) de Lyon, en sont la parfaite illustration.

Plus de détails ici…

Lire également :

Immobilier à Paris : les prix continuent de grimper dans tous les arrondissements @SeLoger

Source : Se Loger

A Paris, les prix de l’immobilier ne cessent d’augmenter encore et encore… Le prix moyen d’un appartement ancien est de 10 450 € par m², soit une hausse de 6,5% en une année… 

Voici la répartition des prix de l’ancien par arrondissement : 

<em>Modifier Article</em> À Paris, les prix au m² dépassent les 10 400 € !

Entre le 6e et le 19e, les prix des logements varient du simple au double
Il faut remonter au mois de novembre dernier pour retrouver trace d’un prix immobilier parisien inférieur à 10 000 €. En effet, c’est en décembre 2018 que la barre (pas si symbolique que ça !) des 10 000 € a été franchie. À l’époque, un appartement parisien se monnayait aux environs de 10 008 €/m² et à fin juin 2019, le prix immobilier à Paris dépasse 10 000 € dans pas moins de douze arrondissements. C’est du côté de Saint-Germain-des-Prés qu’il coûte actuellement le plus cher de devenir propriétaire et pour cause, le prix au m² dans le 6e arrondissement de Paris atteint 14 003 € ! Ces tarifs sont presque deux fois plus élevés que ceux que le LPI-SeLoger a relevés dans le nord-est parisien car la cote de l’immobilier dans le 19e arrondissement de Paris se limite à 7 825 €/m².

6,5 % : la hausse annuelle du prix de l’immobilier à Paris
À Paris, comme dans la plupart des grandes villes de France, le rythme de progression du prix de l’immobilier se maintient. Dans la capitale, acheter un appartement coûte ainsi 6,5 % plus cher qu’il y a un an, à la même époque. C’est dans le 3e arrondissement (rue Beaubourg, rue des Archives) que les prix des logements enregistrent la plus forte hausse, avec un gain de 11,9 % sur l’année

Plus d’informations en vidéo…

Lire également :

Immobilier : les 10 chiffres qui ont marqué ce 1er semestre 2019 @SeLoger

Source : Se Loger

Quelles sont les actualités immobilières phares de ce 1er semestre 2019 ? Découvrez les 10 chiffres clés qui ont marqué le marché immobilier ces 6 derniers mois. 

1/ À Paris, le prix de l’immobilier passe la barre des 10 000 €/m²
Ça y est, c’est fait ! La barre symbolique des 10 000 € du m² a été franchie à Paris ! Eh oui, depuis le baromètre LPI-SeLoger de janvier dernier, il ne se passe pas un mois sans que le prix au m² d’un appartement ancien dans la capitale ne dépasse 10 000 €. Pour votre information, le tarif immobilier à Paris avoisine actuellement 10 288 €/m² avec des prix qui vont de 7 882 € dans le 19e arrondissement à 14 207 € dans le 6e.

2/ Plus forte hausse de prix sur un an : + 11,6 % à Cherbourg
C’est à Cherbourg que le prix de l’immobilier ancien enregistre la plus forte hausse annuelle. Selon les chiffres recueillis par le baromètre LPI-SeLoger, le prix au m² à Cherbourg affiche une progression de 11,6 % sur les douze derniers mois pour atteindre 1 886 €/m². C’est à peine plus qu’à Roubaix où acheter un appartement coûte désormais 2 044 €/m², soit 11,5 % plus cher qu’il y a un an.

3/ 4 794 €/m² : Lyon repasse devant Bordeaux
Exception faite de l’Île-de-France, c’est à Lyon qu’il coûte le plus de devenir propriétaire. Alors qu’elle était en pleine surchauffe immobilière, Bordeaux lui avait (provisoirement !) dérobé le titre de ville de province la plus chère, en termes de prix des logements. Mais force est de constater que tout ça, c’est de l’histoire ancienne car la capitale des Gaules revient en force et assoit sa suprémacie.

4/ Plus gros gadin : Quimper qui perd 8,3 %
Comme en atteste le baromètre LPI-SeLoger, en termes d’évolution des prix immobiliers dans l’ancien, c’est à Quimper qu’a été enregistré le plus gros gadin… Jugez plutôt, sur les douze derniers mois, les prix des logements dans le chef-lieu du Finistère reculent de 8,3 % pour tomber à 1 452 €/m²…

5/ Budget le plus élevé pour un logement : 903 208 € à Neuilly-sur-Seine
Bien que Neuilly ne soit pas, contrairement à ce que l’on pourrait penser, la ville où le niveau de revenus par habitant est le plus élevé de France (c’est Archamps, une commune de Haute-Savoie peuplée de travailleurs frontaliers, qui détient le titre), c’est tout de même elle qui affiche le plus gros budget « logement »

6/ 3 594 €/m² : le prix de l’immobilier n’a jamais été aussi élevé !
Selon le baromètre LPI-SeLoger, tous logements confondus, le prix moyen au m² dans l’ancien se monte actuellement à 3 594 €. Soit dit en passant, devenir propriétaire n’a jamais coûté aussi cher qu’aujourd’hui !

Lire la suite