Archives du blog

Logement social : quels sont les nouveaux critères d’attribution ? @SeLoger

Source : Se Loger

Depuis la loi ELAN du 23 novembre 2018, la liste des critères de priorité pour obtenir un logement social a légèrement évoluée. Retrouvez la liste de ces critères ci-dessous… 

nouveau-logo-se-loger

Les logements sociaux sont prioritairement attribués aux personnes répondant aux conditions suivantes, selon l’article L441-1 du code de la construction et de l’habitation :
– Les personnes en situation de handicap ou les familles ayant à leur charge une personne en situation de handicap.
– Les personnes sortant d’un appartement de coordination thérapeutique.
– Les personnes mal logées ou défavorisées et les personnes rencontrant des difficultés particulières de logement pour des raisons d’ordre financier ou tenant à leurs conditions d’existence ou confrontées à des difficultés d’insertion sociale.
– Les personnes hébergées ou logées temporairement dans un établissement de transition.
– Les personnes qui reprennent une activité après une période de chômage longue durée.
– Les personnes exposées à une situation d’habitat indigne,
– Les personnes mariées, pacsées ou en concubinage subissant des violences au sein du couple,
– Les personnes engagées dans un parcours de sortie de prostitution et d’insertion sociale et professionnelle,
– Les personnes victimes de traite des êtres humains ou de proxénétisme,
– Les personnes ayant un enfant à charge et logées dans des locaux suroccupés ou indécents
– … Lire la suite…

Lire aussi :

Logement, immobilier : découvrez tout ce qui va changer en 2019 ! @SeLoger

Source : Se Loger

Plusieurs changements sont à noter en ce début d’année 2019 pour les locataires, notamment la création du bail mobilité pour étudiants et professionnels, la remise en place de l’encadrement des loyers, ou encore la baisse du nombre de logements adaptés au handicap…

nouveau-logo-se-loger

Création du bail mobilité pour les étudiants et les professionnels
L’une des grandes nouveautés de cette année 2019 est bien entendu la mise en place du bail mobilité. Ce nouveau bail a été mis en place pour permettre à des locataires de louer des logements meublés pour une durée comprise entre 1 et 10 mois.

La remise en place de l’encadrement des loyers
L’encadrement des loyers fait son grand retour, avec un plafonnement des loyers dans tout ou partie de la zone tendue des villes, à savoir les villes et leur banlieue. La loi n’impose plus que la totalité d’une agglomération soit soumise à ce plafonnement, seules quelques villes voire un ou plusieurs quartiers sont désormais ciblés.

Une simplification dans le contrat de caution solidaire
Jusqu’à présent, lorsqu’une personne se portait caution pour le locataire, le contrat devait obligatoirement comporter deux mentions manuscrites, ce qui ralentissait la mise en location et décourageait certains garants.

Baisse du nombre de logements adaptés au handicap
Cette nouvelle mesure qui consiste à assouplir les règles de construction ne devrait pas réjouir les personnes en situation de handicap

En savoir davantage…

Retrouvez sur un même sujet :

Prix immobilier : le ralentissement va-t-il durer ? @SeLoger

Source : Se Loger

Dans l’ancien, la fin d’année est poussive pour le prix immobilier

En termes de hausse du prix de l’immobilier ancien, l’analyse des données recueillies par le baromètre LPI-SeLoger nous conduit à penser que l’année 2018 aura été placée sous le signe du ralentissement. Le contraste est d’autant plus marqué que ce ralentissement, dont Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, situe le démarrage à l’été 2017, succède à deux années (2015 et 2016) au cours desquelles les hausses des prix des logements avaient été particulièrement rapides. Sur les douze derniers mois, l’augmentation du prix de l’immobilier se limite donc à 3,5 % et comme le fait remarquer Michel Mouillart, « il n’y a guère de raison pour que les tensions sur les prix réapparaissent dans les prochains mois ». En effet, force est de constater que les propriétaires vendeurs se montrent moins gourmands lorsqu’ils procèdent à l’estimation du prix de vente de leur bien.

En savoir plus

Prévention des expulsions locatives : quel est le rôle de la CCAPEX ? @SeLoger

Source : Se Loger

Quelles sont les missions de la CCAPEX ?

Dans le cadre de sa mission de coordination et de prévention des expulsions, la CCAPEX (Commission départementale de coordination des actions de prévention des expulsions locatives) établit et transmet chaque année au comité responsable du plan d’action pour le logement et l’hébergement des personnes défavorisées de chaque département :

• Un bilan des procédures d’expulsions locatives en cours dans le département.

• Une évaluation de son activité.

• Un recensement des propositions d’amélioration du dispositif de prévention des expulsions locatives au sein du département.

La commission peut donner un avis sur les ménages menacés d’expulsion

Dans le cadre de sa mission d’examen et de traitement des situations des ménages menacés d’expulsion, la CCAPEX peut adresser au propriétaire bailleur et au locataire concernés des avis et recommandations, ainsi qu’à tout organisme contribuant à la prévention des expulsions (tels que le fonds de solidarité logement, la commission de surendettement des particuliers, la commission de médiation DALO…).

Bon à savoir…en savoir plus…

Marseille : le prix immobilier recule dans 1/3 des arrondissements ! @seloger

Source : Se Loger

Marseille : le prix immobilier recule dans 1/3 des arrondissements !

En termes de prix, Marseille est très hétéroclite : « la fourchette va de 700 à 7 000 € du m² » fait ainsi remarquer Thibault Corniquet, spécialiste de la transaction immobilière chez Efficity. Les données récoltées par le baromètre LPI-SeLoger nous indiquent qu’à plus de 4 000 du m², le VIIIe (Bonneveine, Montredon, la Plage, la Pointe Rouge) demeure l’arrondissement le plus cher de la ville. « Dans les VIIe et VIIIe arrondissements, la demande en appartements est soutenue et les prix immobiliers sont stables depuis un an » précise Laurent Alphonse, Directeur de A + Immobilier – Patrimoine. Avec 3 875 € du m², il est également à noter que le XVIe phocéen se rapproche désormais du VIIIe. Quant au prix de l’immobilier dans le XIVe, il est tombé en-dessous de la barre de 1 300 € du m². Pour info, selon le baromètre du mois d’octobre, dans cet arrondissement, un appartement coûtait 1 304 € du m². Dans le baromètre de septembre, le prix au m² atteint 1 307 € et 1 328 € dans le baromètre daté du mois d’août. Enfin, le XVe phocéen (les Aygalades, les Borels), avec un prix moyen au m² de 1 629 €, est avec le XIVe, le deuxième arrondissement le moins cher de Marseille.

En savoir plus