Archives du blog

Immobilier : les 10 chiffres qui ont marqué ce 1er semestre 2019 @SeLoger

Source : Se Loger

Quelles sont les actualités immobilières phares de ce 1er semestre 2019 ? Découvrez les 10 chiffres clés qui ont marqué le marché immobilier ces 6 derniers mois. 

1/ À Paris, le prix de l’immobilier passe la barre des 10 000 €/m²
Ça y est, c’est fait ! La barre symbolique des 10 000 € du m² a été franchie à Paris ! Eh oui, depuis le baromètre LPI-SeLoger de janvier dernier, il ne se passe pas un mois sans que le prix au m² d’un appartement ancien dans la capitale ne dépasse 10 000 €. Pour votre information, le tarif immobilier à Paris avoisine actuellement 10 288 €/m² avec des prix qui vont de 7 882 € dans le 19e arrondissement à 14 207 € dans le 6e.

2/ Plus forte hausse de prix sur un an : + 11,6 % à Cherbourg
C’est à Cherbourg que le prix de l’immobilier ancien enregistre la plus forte hausse annuelle. Selon les chiffres recueillis par le baromètre LPI-SeLoger, le prix au m² à Cherbourg affiche une progression de 11,6 % sur les douze derniers mois pour atteindre 1 886 €/m². C’est à peine plus qu’à Roubaix où acheter un appartement coûte désormais 2 044 €/m², soit 11,5 % plus cher qu’il y a un an.

3/ 4 794 €/m² : Lyon repasse devant Bordeaux
Exception faite de l’Île-de-France, c’est à Lyon qu’il coûte le plus de devenir propriétaire. Alors qu’elle était en pleine surchauffe immobilière, Bordeaux lui avait (provisoirement !) dérobé le titre de ville de province la plus chère, en termes de prix des logements. Mais force est de constater que tout ça, c’est de l’histoire ancienne car la capitale des Gaules revient en force et assoit sa suprémacie.

4/ Plus gros gadin : Quimper qui perd 8,3 %
Comme en atteste le baromètre LPI-SeLoger, en termes d’évolution des prix immobiliers dans l’ancien, c’est à Quimper qu’a été enregistré le plus gros gadin… Jugez plutôt, sur les douze derniers mois, les prix des logements dans le chef-lieu du Finistère reculent de 8,3 % pour tomber à 1 452 €/m²…

5/ Budget le plus élevé pour un logement : 903 208 € à Neuilly-sur-Seine
Bien que Neuilly ne soit pas, contrairement à ce que l’on pourrait penser, la ville où le niveau de revenus par habitant est le plus élevé de France (c’est Archamps, une commune de Haute-Savoie peuplée de travailleurs frontaliers, qui détient le titre), c’est tout de même elle qui affiche le plus gros budget « logement »

6/ 3 594 €/m² : le prix de l’immobilier n’a jamais été aussi élevé !
Selon le baromètre LPI-SeLoger, tous logements confondus, le prix moyen au m² dans l’ancien se monte actuellement à 3 594 €. Soit dit en passant, devenir propriétaire n’a jamais coûté aussi cher qu’aujourd’hui !

Lire la suite

Grand Paris : découvrez le prix immobilier dans 65 villes d’Île-de-France ! @SeLoger

Grand Paris : découvrez le prix immobilier dans 65 villes d’Île-de-France !

Source : Se Loger

Les villes du Grand Paris à moins de 3 000 €/m²

L’influence du Grand Paris Express sur le marché de l’immobilier francilien est incontestable. Pour autant, ce ne sont pas 100 % des communes de la couronne parisienne qui voient leurs prix augmenter et il reste des villes où les logements restent accessibles. D’après les chiffres récoltés par SeLoger, le prix du m² reste sous la barre des 3 000 € dans 14 des villes d’IDF sélectionnées. Acheter un appartement dans l’ancien vous coûtera même moins de 2 500 € du m² si vous jetez votre dévolu sur Évry, Sarcelles, Garges-lès-Gonesse, Mantes-la-Jolie, Corbeil-Essonnes et Sevran. En revanche, tout comme à Savigny-sur-Orge, le prix au m² à Cergy avoisine les 3 000 €.

Top 5 des villes d’IDF où les prix ne dépassent pas 3 000 €/m²

Ville

Prix au m²

Évolution*

Savigny-sur-Orge

2 957 €

0 %

Cergy

2 950 €

+ 5 %

La Courneuve

2 865 €

+ 5 %

Stains

2 861 €

+ 2 %

Épinay-sur-Seine

2 685 €

0 %

*Sur les mois de mars, avril et mai 2019

Bon à savoir

Sur les mois de mars, avril et mai derniers, le prix du m² a progressé de 5 % à Melun et de 10 % à Villepinte ! (Source : SeLoger).

Les villes d’IDF où devenir propriétaire coûte entre 3 000 et 4 000 €/m²

En savoir plus

Immobilier : Marseille est la moins chère des grandes villes ! @SeLoger

Source : Se Loger

D’après le baromètre de Se Loger, Marseille demeure la ville la moins chère de France en ce qui concerne l’immobilier ancien. En effet, les prix oscillent entre 1 561 € du m² dans le 15e arrondissement et 4 011 € du m²dans le 8e. Découvrez tous les indicateurs clés du marché immobilier de Marseille. 

Prix immobilier arrondissement marseille avril

Prix immobilier : Marseille, la moins chère des grandes villes !
Selon les chiffres recueillis par le baromètre LPI-SeLoger, en termes de prix de l’immobilier ancien, Marseille est la moins chère des grandes villes françaises. Jugez plutôt, alors que le prix immobilier à Marseille se limite, en moyenne, à 2 970 € du m², devenir propriétaire d’un appartement ancien vous coûtera plus cher ailleurs : 10 196 € à Paris, 4 661 € à Lyon, 3 170 € à Toulouse, 4 666 € à Bordeaux, 3 182 € à Lille, 3 410 € à Nantes, 3 455 € à Strasbourg et 3 491 € à Rennes. Bref, les chiffres parlent d’eux-mêmes : pour une ville de l’importance de Marseille, le prix de l’immobilier (qui se situe en deçà des 3 000 € du m² !) est particulièrement abordable. La ténuité du prix moyen de l’immobilier phocéen peut trouver son origine dans la profonde inégalité qui caractérise Marseille où coexistent zones pauvres et quartiers aisés, IFI et RSA, immeubles dégradés et villas luxueuses… car Marseille est une mosaïque de quartiers. « C’est une ville faite de villages » précise Robert Pomsar, responsable de l’agence 1IMH Orpi-Marseille. « Ce sont, par conséquent, plusieurs micro-marchés qui coexistent à Marseille ».

Un prix de l’immobilier qui va de 1 561 €/m² (15e) à 4 011 €/m² (8e)
Au vu de l’amplitude de prix qui caractérise le marché immobilier phocéen, on serait tenté de diagnostiquer celui-ci comme souffrant de schizophrénie. À Marseille, les prix des logements oscillent ainsi entre 1 561 € du m² dans le 15e arrondissement à 4 011 € du m², en moyenne, dans le 8e.

En savoir plus

Lire également :

Nantes vs Rennes : dans quelle ville investir ? @SeLoger #immobilier

Source : Se Loger

En termes d’immobilier, qui l’emporte entre Rennes ou Nantes ? Découvrez l’étude comparative réalisée par Se Loger afin de savoir dans quelle ville les prix immobiliers sont les plus attractifs. Focus sur les prix, les délais de vente, la rentabilité locative de chacune de villes… 

nouveau-logo-se-loger

Prix immobilier : à Rennes, le m² coûte un peu plus cher qu’à Nantes
Comme en attestent les données récoltées par le baromètre LPI-SeLoger, le prix au m² à Rennesatteint les 3 491 €. « Dans l’hyper-centre, on peut même dépasser les 4 000 € » précise Bénédicte Hecker, Directrice de PG&A Immobilier et sur les douze derniers mois, le prix de l’immobilier y progresse de 11,3 %. Devenir propriétaire coûte donc plus cher à Rennes que dans la Capitale des Ducs de Bretagne car dans l’ancien, le prix immobilier à Nantes se limite à 3 427 € du m² pour une hausse annuelle qui se cantonne à 4 %.

Les appartements sont plus fortement négociés à Rennes : 6 %
Entre le prix de vente qu’un propriétaire demande pour son bien et le prix de d’achat final, l’écart est plus important à Rennes qu’à Nantes. En effet, le baromètre LPI-SeLoger nous apprend que c’est dans la capitale bretonne que la marge de négociation est la plus élevée

C’est à Nantes que le prix moyen d’un bien est le plus élevé : 404 000 €
Selon les informations de SeLoger, à Rennes, dans l’ancien, un bien coûte, en moyenne, 337 000 €. « Mais une maison classique de trois ou quatre chambres ne partira pas à moins de 550 000 € » fait remarquer Bénédicte Hecker. En terre nantaise, par contre, le prix moyen d’un logement avoisine les 404 000 €.

Lire la suite…

Lire aussi :

Recul des prix des logements dans l’immobilier neuf @SeLoger

Dans l’immobilier neuf, les prix des logements reculent malgré des taux toujours très bas

Source : Se Loger

Les prix immobiliers neufs perdent de la vitesse, voire perdent du terrain…

En termes de logements neufs, le volume des transactions tend actuellement à s’étioler. Les transactions se faisant de moins en moins nombreuses, les prix des logements neufs accusent un net ralentissement. La hausse annuelle se limite ainsi à 1,9 % alors qu’en 2018, à la même période, le prix des habitations neuves (maisons et appartements confondus) connaissait une progression annuelle de 3 %. Mais au cours des trois derniers mois, c’est à un recul (- 1,5 %) du prix de l’immobilier neuf que l’on assiste. Au vu des informations qu’a compilées le baromètre LPI-SeLoger, force est donc de constater que la chute du marché de l’immobilier neuf se poursuit. Quant aux conditions de crédit qui défient actuellement toute concurrence et ont contribué à quelque peu « redynamiser la demande » (M. Mouillart / porte-parole du baromètre LPI-SeLoger), elles semblent décidément incapables d’inverser durablement le processus…

En savoir plus