Archives du blog

Immobilier : top 10 des villes de province les plus chères en 2019 @SeLoger

Source : Se loger

En 2019, la barre des 10 400 € du m² aura été franchie à Paris ! Mais sans atteindre le niveau des prix immobiliers franciliens force est de reconnaître que dans certaines villes de province, se loger coûte plus cher qu’ailleurs !

À Lyon, le prix immobilier dépasse les 5 000 €/m²

D’après les chiffres qu’a collectés le baromètre LPI-SeLoger auprès de ses partenaires, l’année 2019 aura marqué un tournant pour le marché immobilier lyonnais.  D’une part, le prix au m² à Lyon dépasse désormais les 5 000 €. Ce franchissement s’est opéré à fin septembre dernier. Le m² lyonnais coûtait alors 5 029 € dans l’ancien et pour devenir propriétaire dans la Capitale des Gaules, il faut désormais compter 5 065 € du m², en moyenne. D’autre part, c’est en 2019, et plus exactement à fin avril dernier, que le prix de l’immobilier lyonnais (4 663 €/m2, à l’époque) a finalement rattrapé les tarifs bordelais (4 652 €/m²), lesquels caracolaient en tête depuis plusieurs mois.

>Lire la suite

Au SMIC, jusqu’où doit-on s’éloigner des grandes villes pour se loger ? @SeLoger

Source : Se loger

S’ils progressent moins vite que les prix des logements, les loyers augmentent toutefois plus rapidement que les salaires, poussant ainsi les smicards à s’éloigner toujours plus des grandes villes et des métropoles… Mais jusqu’où sont-ils contraints d’aller pour trouver à se loger ?

Pour payer moins cher son loyer, il faut s’éloigner du centre-ville

S’il peut se révéler compliqué (voire impossible !) de devenir propriétaire lorsque l’on est au SMIC et que l’on gagne 1 171,34 € nets par mois, voire 2 343 € (arrondi à l’euro supérieur) si l’on est en couple, louer un logement peut également virer au chemin de croix… Face aux prix (souvent élevés !) des loyers dans les métropoles, les smicards – même s’ils sont en couple et cumulent leurs salaires – n’ont bien souvent pas d’autre choix que de s’éloigner des centres-villes où se concentrent désormais les emplois s’ils veulent payer moins cher, quitte à rallonger, parfois considérablement, leur temps de trajet domicile-travail et à voir s’envoler leurs frais de carburant…Lire la suite

#Immobilier 2019 : bilan d'une année historique ! @SeLoger

Source : Se loger

Immobilièrement parlant, quel bilan faut-il tirer de l’année 2019 ? Quelles ont été les grandes tendances du marché immobilier ? Et qu’est-ce qui nous attend en 2020 ?

En 2019, la hausse du prix immobilier s’est poursuivie : + 4,5 %

Tous logements confondus, force est de reconnaître que l’année 2019 se caractérise par un regain de tension sur le prix de l’immobilier.  En effet, les données, que collecte le baromètre LPI-SeLoger, font état d’une reprise d’accélération des prix des logements dont la hausse annuelle, de 4,2 % en 2017 puis de 3,7 % en 2018 se chiffre désormais à 4,5 %. D’après le baromètre LPI-SeLoger, pour l’année 2019, le prix moyen d’un logement avoisine les 251 000 € dans l’ancien. Pour un prix moyen, au m², de 3 384 €. Enfin, il est à noter que c’est au marché des maisons, plus qu’à celui des appartements, que le rythme de hausse des prix dans l’ancien doit de gagner en vitesse. Les prix des maisons augmentent, en effet, de 5,4% sur 1 an contre 3,3 % il y a un an, alors que les prix des appartements progressent de 3,9 % sur 1 an contre 3,7 %, l’année dernière, à la même époque….En savoir plus

Brest, Nantes, Angers… le prix immobilier en forte hausse dans les villes de l’Ouest @SeLoger

Source : Se Loger

Boostés par un marché immobilier sous haute tension et une offre qui se raréfie, les prix des logements progressent fortement le long de la côte atlantique. À l’échelle du pays, si les prix reculent sur les trois derniers mois, sur l’année, ils augmentent encore.

Avis de hausse sur le prix immobilier dans l’ouest de la France

Faut-il y voir la conséquence de l’effet LGV (Ligne à Grande Vitesse) qui les a considérablement rapprochées de la capitale, toujours est-il que les villes de l’ouest de la France enregistrent une très forte poussée du prix de leur immobilier ancien. Jugez plutôt, le prix immobilier à Brest enregistre 10,9 % de hausse annuelle pour atteindre 1 965 € du m². Sur l’année, la cote de l’immobilier à Nantes et à Angers augmentent respectivement de 7,9 % et de 11,5 % et à Saint-Nazaire, le baromètre LPI-SeLoger nous apprend que la montée du prix de l’immobilier se renforce très nettement, avec un gain annuel de 12,8 %. Devenir propriétaire d’un bien dans celle qui fut surnommée la Petite Californie Bretonne coûte désormais 2 440 € du m².

En savoir plus

Le prix immobilier augmente deux fois plus vite à Lyon et Paris qu’à Marseille ! @SeLoger

Source : Se Loger

En termes de rythme de progression de leurs prix immobiliers, les trois plus grandes villes de France affichent des résultats contrastés. À l’image de Lyon et de Paris où, sur 1 an, les prix des logements augmentent presque deux fois plus rapidement qu’à Marseille.

À Lyon, le prix du m² enregistre 7,1 % sur 1 an : 5 029 €

Alors que la plupart des grandes villes accusent un ralentissement du rythme de progression du prix de leurs logements anciens, à Lyon, c’est la hausse qui prévaut !  Jugez plutôt, le prix du m² à Lyon augmente de 7,1 % sur les douze derniers mois, pour atteindre 5 029 €. Il est d’ailleurs à noter que, comme le fait remarquer Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, on assiste actuellement à « un déplacement de la demande sur Villeurbanne où les prix augmentent de 9,8 % sur 1 an ». Intra-muros, la hausse est particulièrement marquée avec des prix au mètre carré dans le 4e arrondissement de Lyon, (La Croix-Rousse, Gros Caillou) qui gagnent 14,7 points en un an. Suivent les 5e (Fourvière, Vieux Lyon) et 6e (Cité Internationale, Bellecombe) lyonnais avec 13,1 % et 10,4 % de hausses respectives.

>En savoir plus sur Paris et Marseille