Archives du blog

Primonial et Suravenir annoncent les taux de rendement des fonds € du contrat SereniPierre @cmarkea

Au titre de l’année 2017, le fonds en euros SECURITE PIERRE EURO (SPE) affiche une performance de 3,40 %, tout en renforçant la réserve constituée en 2016. Malgré la forte augmentation de la PPB (Provision pour Participation aux Bénéfices), qui dépasse 1,5% des encours, le taux de rendement demeure très attractif. SPE est investi à 79,8 % (au 31.12.17) en immobilier tertiaire (bureau, santé et commerce) via un OPCI dédié et via des supports immobiliers collectifs – SCI, SCPI et OPCI. En 2017, la stratégie d’investissement est restée la même que les années précédentes, à savoir des bureaux neufs ou récents sécurisés par des baux fermes, des commerces de proximité et des actifs dédiés à la santé et l’éducation.

Comme le précise Laurent Fléchet, Directeur général délégué du groupe PRIMONIAL en charge de l’activité immobilière : « Nous maintenons un niveau de performance élevé sur le portefeuille immobilier de Sécurité Pierre Euro grâce à une sélection de nos actifs et une diversification à la fois géographique (France – Europe) et sectorielle (Bureau – Commerce – Santé) ».

Bernard Le Bras, Président du Directoire de SURAVENIR, ajoute : « La qualité des investissements réalisés depuis la création du fonds en 2012 nous permet de servir aujourd’hui un taux de rendement du fonds euros SECURITE PIERRE EURO de 3,40%(1), toujours parmi les plus élevés du marché, tout en dotant la Provision pour Participation aux Bénéfices (PPB) pour la 5e année consécutive : un gage de rendement futur pour les assurés. Le contrat SERENIPIERRE nous a permis de réaliser une collecte brute de plus de 700 millions d’euros en 2017, pour un encours de plus de 3 milliards d’euros à fin 2017. Autant de facteurs qui continuent de conforter notre confiance dans l’immobilier : une classe d’actifs à privilégier pour une perspective de rendement attractif ».

…lire la suite…

Tout savoir sur l’ISF et l’IFI ! @century21fr

Source : Century 21

century 21

Les avantages de la société civile immobilière (SCI), notamment lors de l’acquisition de sa résidence principale, sont indéniables. Cependant, à l’heure où l’impôt sur la fortune (ISF) se transforme en impôt sur la fortune immobilière (IFI), certaines dispositions fiscales doivent être (re)considérées.

Faire valoir la difficulté de vendre ses parts.

En effet, contrairement au propriétaire individuel de sa résidence principale qui peut déduire de l’ISF/IFI un abattement de 30% de sa valeur, le détenteur de parts d’une SCI s’en voit dépourvu. Car, d’un point de vue strictement juridique, le contribuable en question n’est pas le possesseur de son logement mais de parts de société. Nuance. En revanche, ce porteur de parts de SCI peut faire valoir, devant les juges le cas échéant, la difficulté à revendre ses parts, un facteur retenu dans la détermination du montant vénal du bien.

Une défiscalisation non négligeable.

Et cette difficulté à revendre ses parts peut relever de divers paramètres comme une interdiction stipulée dans les statuts de la SCI de le faire sans l’agrément des autres associés par exemple. Par ailleurs, l’offre et la demande du moment peuvent aussi entrer en ligne de compte lors du calcul de la valeur du logement. Corollaire, les tribunaux ont admis à plusieurs reprises que l’ensemble des parts ne saurait atteindre le montant que pourrait représenter le bien s’il appartenait à une seule et même personne. D’où un élément de défiscalisation non négligeable.

Consulter l’article

A lire aussi :

L’immobilier de bureaux est-il surévalué?

Note rédigée par Daniel While sur les niveaux de valorisation actuels des prix de l’immobilier de bureaux.

L’immobilier commercial présente des enjeux particuliers. Cette classe d’actif est a priori assez sensible à la conjoncture économique : les conditions du marché immobilier (prix, dynamique des transactions, taux de vacance, évolutions des loyers, etc.) dépendent notamment du contexte macroéconomique (situation économique et financière des entreprises occupantes, demande de biens immobiliers des entreprises, etc.). Par ailleurs, elle est également influencée par des logiques financières affectant l’attractivité relative des placements immobiliers vis-à-vis d’autres classes d’actifs financiers.

Les détenteurs d’actifs immobilier commercial
Le marché de l’investissement immobilier commercial est animé par une série d’acteurs acquérant et détenant des actifs directement (détention directe, notamment par des investisseurs institutionnels) ou indirectement (détention via un fonds ou une structure intermédiaire autonome). Si les acteurs de l’investissement en direct constituent un ensemble relativement homogène notamment en matière de stratégie d’investissement, le paysage des fonds immobiliers (détention indirecte) est caractérisé par une très forte diversité et une moindre visibilité quant à la détention finale effective des actifs (dissémination des parts, superposition d’investissements au sein de différents véhicules). Il n’existe pas de typologie de fonds immobiliers clairement établie.     > Télécharger la note de synthèse

 >De Leblogdesinstitutionnels

<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Primonial : 1ère acquisition italienne

primonial reimSource : www.primonialreim.com

PRIMONIAL REIM annonce avoir acquis le 21 mars 2016, auprès d’un investisseur privé, un ensemble immobilier situé à Baranzate (Milan), siège de l’école privée internationale International School of Milan, du groupe International School of Europe (ISE)

ISE est l’un des acteurs majeurs dans le secteur de l’éducation internationale en Italie. L’International School of Milan, le plus grand établissement du groupe, existe depuis 1958 et accueille plus de 1.000 étudiants par an. Cette école a déménagé en septembre 2013 dans le campus de Baranzate, réalisé spécialement pour répondre à ses besoins. Elle est louée dans le cadre d’un bail long terme (20 ans+10+10).

« Cette 1ère acquisition italienne s’inscrit dans la stratégie de diversification géographique dynamique de notre SCPI PRIMOVIE afin de profiter des opportunités d’investissement en immobilier de santé et d’éducation en Italie » déclare Laurent FLECHET – Président du Directoire…LIRE LA SUITE…

 

 >De Leblogdesinstitutionnels

<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Regard de Primonial sur le marché Immobilier tertiaire

primonial reimSource : www.primonialreim.com

 

Environnement économique

Il y a un an, la plupart des commentateurs tablaient sur une addition de circonstances favorables : baisse de l’euro face au dollar, chute des prix du pétrole, etc… qui pouvaient favoriser un début de reprise en Europe. En 2015, cet espoir a été plutôt déçu. L’OCDE a baissé sa prévision de croissance du PIB français en 2016 de 1,7 à 1,3 %. En revanche, l’année 2015 aura vu le retour de la volatilité.

La première source de volatilité est venue, une nouvelle fois, des banques centrales, avec le lancement du quantitative easing de la Banque Centrale Européenne au début de l’année 2015, qui a été à l’origine d’un rallye temporaire sur les marchés actions (+24 % pour le CAC 40 fin avril). En fin d’année, la prudence des banques centrales (hausse des taux directeurs de la Fed de 25 points de base, annonces de la BCE) semble avoir déçu les marchés et diminué leur visibilité à moyen terme.

La seconde source de volatilité est d’ordre géopolitique : la chute des prix du pétrole, qui s’accompagne d’une instabilité politique des pays producteurs ; la tenue du référendum en Grèce sur le plan proposé par ses créanciers ; la situation de l’économie chinoise dont la fiabilité des chiffres a été mise en cause ; et pour 2016 les conséquences d’une éventuelle sortie des britanniques de l’Union Européenne à la faveur du référendum prévu cette année.

Dans ce contexte, l’immobilier d’investissement confirme ses qualités de classe d’actifs défensive. Au vu de l’instabilité de nombreux pays émergents, une réorientation des capitaux mondiaux vers les actifs réels dans les pays core (notamment la zone euro) est à prévoir.

Cette demande ne trouvera pas nécessairement une rémunération adéquate sur les produits les plus sécurisés : alors que certains actifs prime ont trouvé preneur à des taux de rendement proches de 3 % et que l’OAT français à 10 ans est « revenu » à 1 %, la rémunération du risque apparaît désormais à peine suffisante pour cette catégorie. 2016 pourrait donc voir un surplus d’investissement immobilier, mais probablement sous la forme d’acquisition de portefeuilles, avec une diversification des stratégies (création de valeur, endettement) et des classes d’actifs (commerce, santé, hôtellerie, logistique…).

 >De Leblogdesinstitutionnels

<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>