Archives du blog

Cœur de ville : « Nos 500 M€ de prêts sont une action massive, un fléchage clair » @NTCities @cmarkea

   Source : News Tank Cities

« L’enveloppe de 500 M€ de prêts, en lien avec le plan Action Cœur de ville du Gouvernement, est disponible. Un 1e dossier en Bretagne en bénéficie. Ces prêts de nature classique doivent servir à des projets déjà maturés et à d’autres toujours en gestation. C’est une action massive et un fléchage clair de nos ressources. Nous cherchons à donner un coup d’accélérateur », indique Philippe Ménigoz, directeur du marché des institutionnels d’Arkéa Banque Entreprises & Institutionnels, le 24/05/2019, après l’annonce des 500 M€ de prêts dédiés aux actions de revitalisation des centres-villes en complément du programme Action Cœur de ville, le 09/05/2019.

« Nous voulons agir là où le bât blesse au plan financier, en plus des aides et subventions possibles. Notre priorité est d’accompagner les acteurs de la ville, d’aider à coordonner des opérations, avec des élus qui se sentent parfois seuls, qui portent des projets novateurs ou qui corrigent des dysfonctionnements », déclare Philippe Ménigoz.

Le dispositif bancaire présente 3 caractéristiques.
• Durée des prêts. « Selon les cas, cela va de quelques mois à 30 ans, à taux fixe ou variable. La caractéristique du prêt dépend de la nature du projet, de la durée de vie économique du patrimoine, foncier ou habitat. Les prêts de court terme peuvent servir en attendant des dotations qui tardent à venir et font la jonction financière ».
• Cibles. « Le secteur public et parapublic, tels les EPCI, secteur HLM, SEM, EPL…  »Notre dispositif vise les acteurs qui servent l’intérêt général, en priorité ceux de l’économie mixte souvent en 1e ligne dans les projets« .
• Projets soutenus.  »Les prêts peuvent servir pour des projets de rénovation ou de réhabilitation d’habitat, de commerces en bas d’immeuble, des équipements publics, des moyens de transport et de l’accessibilité. L’idée est aussi de soutenir ou de redynamiser l’artisanat local, la petite production de proximité. L’idée est aussi de soutenir ou de redynamiser l’artisanat local, la petite production. Les commerces d’antan ont vécu, aidons à créer de nouvelles activités plus collaboratives et à anticiper ce que cela va changer au niveau immobilier«

»Certains projets ne sont pas équilibrés économiquement. Mais ce n’est pas une raison pour les refuser. Nous accordons de l’importance à l’intérêt général, au critère RSE, au bien-être que peut procurer un projet urbain ou de centre-bourg. Dans beaucoup de cas, il s’agit de faire revenir des lieux de vie, par exemple des cafés« , dit Philippe Ménigoz.  »Les 222 villes du programme Action Cœur de Ville ont reçu un courrier de notre part, et aussi les villes de taille supérieure. Il y a des besoins et des projets dans les métropoles qu’il faut soutenir ».

Livre blanc sur les commerces > Télécharger ICI

Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels a publié en 2017 un livre blanc « Regards sur nos commerces » sur le « phénomène de désertification commerciale dans les villes de France ». Le document propose des solutions à destinations des maires des villes et présidents des intercommunalités parties prenantes du programme Action Cœur de Ville, dont les 222 communes sélectionnées.

Arkéa Banque E&I soutient le programme « Action cœur de ville » @cmarkea

Communiqué de Presse

 

Face à la désertification des centres-villes, Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels s’engage à travers une enveloppe de 500 M€ en faveur des villes moyennes

Brest, le 9 mai 2019 – Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels, filiale du groupe Arkéa, engage une enveloppe de 500 M€ de prêts pour soutenir les actions de revitalisation des centres-villes en complément du programme « Action cœur de ville ». Ce plan national sur 5 ans, initié par le ministère de la Cohésion des territoires, vise à améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes. Plus de 220 communes ont été retenues pour profiter de ce dispositif afin de conforter leur rôle de moteur de développement du territoire.

Tranquillité, sécurité, transports, proximité avec la nature… : nombreux sont les atouts dont disposent les villes moyennes pour offrir à leurs habitants une qualité de vie reconnue par un grand nombre de français*. Pour autant, les inquiétudes liées à l’emploi, au recul des commerces et au devenir des centres-villes pèsent sur l’attractivité de ces maillons essentiels au développement des territoires.

C’est dans ce contexte que le ministère de la Cohésion des territoires a lancé le programme national « Action cœur de ville » pour accompagner les 222 communes sélectionnées dans la revitalisation de leur centre-ville.

Partenaire historique du financement des acteurs publics locaux, Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels a décidé de soutenir les actions initiées dans le cadre de ce programme par la mise en place d’une enveloppe spécifique de 500 M€. Cette enveloppe servira à financer, par des prêts long terme et en complément des aides publiques, les investissements des collectivités, entreprises publiques locales et organismes HLM engagés dans la démarche.

Par cette initiative, Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels entend soutenir les efforts de l’ensemble des acteurs locaux dans la lutte contre la vacance commerciale, le développement de l’activité économique ou encore l’amélioration de l’habitat.

Philippe Ménigoz, directeur du marché des institutionnels commente : « En tant qu’acteur économique engagé en faveur du développement des territoires, nous intervenons aux côtés des investisseurs publics et privés pour accompagner les collectivités dans la réalisation de projets contribuant à la qualité de vie des citoyens. La revitalisation des centres-villes, élément déterminant du dynamisme des villes moyennes, en fait partie intégrante. »

Pour nourrir les réflexions, Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels a partagé avec les maires des villes et présidents des intercommunalités parties prenantes du programme « Action Cœur de Ville » son livre blanc « Regards sur nos commerces » publié en 2017 ; un recueil de solutions concrètes au phénomène de désertification commerciale dans les villes de France.

* Baromètre des Territoires 2019 – Association Villes de France.

>  Télécharger « Regards sur nos commerces »

Comment reconquérir les lieux de vie : « Cœur de ville » et centres-bourgs ? @fedepl

     Source :  Fédération des Epl 

La Fédération des Epl et les Epl de Normandie propose une matinée d’échange et de retours d’expériences sur la redynamisation des centres-villes et centres-bourgs à travers la culture et le commerce le jeudi 25 avril à Lisieux (Calvados).

Un an après les premières réflexions parlementaires sur la revitalisation des centres-villes et centres-bourgs et le lancement du programme « Action Cœur de ville », la rencontre traduit la volonté de la Fédération des Entreprises publiques locales – Sem, Spl et SemOp – d’être présente aux côtés des collectivités pour accompagner la mise en œuvre des politiques de dynamisation et d’attractivité des centres-villes et centres-bourgs.

Cette journée sera une occasion privilégiée de bénéficier de retours d’expériences d’élus locaux qui partagent ces problématiques et d’échanger sur les montages possibles, notamment avec les Entreprises publiques locales, pour préserver et renouveler l’attractivité de nos Cœurs de ville et centres-bourgs. Deux axes de travail sont retenus: La culture et la revitalisation commerciale.

Téléchargez le programme 

Faciliter le financement des projets des collectivités en région Hauts-deFrance @BanquesdesTerritoires @caissedesdepots

   Source : Banques des Territoires

Gaëlle Velay, directrice régionale de la Banque des Territoires Hauts-de-France, et Bertrand Galtier, directeur général de l’Agence de l’Eau Artois-Picardie, ont signé un protocole d’accord pour soutenir financièrement les travaux d’eau potable et d’assainissement sur le bassin de l’Agence de l’Eau.

Ce protocole, signé pour la période 2019-2022, permet de proposer aux collectivités une articulation complémentaire entre les interventions techniques et financières de la Banque des Territoires et celles de l’Agence de l’Eau. L’objectif est de faciliter la réalisation de projets dans le domaine de l’eau (eau potable et assainissement).

L’Agence de l’Eau attribue des aides financières aux collectivités locales dans les domaines de l’eau potable et de l’assainissement dans le cadre de ses programmes d’intervention. Ces aides prennent la forme de subventions ou d’avances remboursables.

La Banque des Territoires propose une offre de prêts à destination des collectivités locales, adaptée aux projets soutenus par l’Agence de l’Eau. L’offre Aqua Prêt (2 Md€) permet notamment de financer tous types d’opérations pour améliorer la production et la distribution d’eau potable (collecte et assainissement des eaux usées, recueil des eaux pluviales) en faveur de territoires plus durables. La durée d’investissement est de 25 à 60 ans et la tarification à Livret A + 75 points de base.

L’Agence de l’Eau Artois-Picardie et la Banque des Territoires Hauts-de-France s’associent pour soutenir les objectifs de la politique du petit et du grand cycle de l’eau dans le bassin de l’Agence de l’Eau, notamment son articulation avec les politiques territoriales et l’adaptation au changement climatique.

La signature de ce protocole fait suite aux conclusions des Assises de l’eau d’août 2018.

> En savoir +

Quelles solutions déployer pour résorber les crises territoriales ? @SCET_Groupe

Source : Scet Groupe

scet cdc

Dans le cadre du grand débat national, la question des inégalités territoriales (transport, accès au logement, vacance commerciale, équipements publics, baisse des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales…) est au cœur des discussions.

Si les villes dites moyennes constituent le maillage de notre pays, nombre d’entre elles ont aussi accumulé des fragilités et des dysfonctionnements. Pour y remédier, le programme gouvernemental « Action Cœur de Ville » entend créer les conditions d’une revitalisation durable des villes moyennes.

C’est dans ce contexte d’actualité que la SCET, société de conseil et d’appui aux territoires, en partenariat avec Chronos, acteur spécialisé dans l’innovation territoriale, consacre une nouvelle édition de sa revue Tendances aux « villes moyennes », en s’intéressant à leur diversité et aux leviers de développement possibles.

Nourrie par l’expertise de consultants et chercheurs et par des retours d’expérience, l’édition du Tendances « Villes moyennes, villes multiples » poursuit 4 objectifs :

  • Décrypter la diversité des villes moyennes et des usages de ses habitants pour mieux identifier les ressources disponibles, très souvent locales
  • Sortir de la logique de dépendance vis-à-vis des métropoles
  • Promouvoir des approches alternatives dans le domaine du numérique, du développement économique et des mobilités
  • Partager des méthodes, projets et outils pour alimenter la réflexion des acteurs des territoires

Comment imaginer l’avenir des villes moyennes ? Villes moyennes, métropoles… disparités ou complémentarités ? Quelles solutions déployer pour résorber les crises territoriales, urbaines et économiques des villes moyennes ? Dans les villes touchées par la désindustrialisation faut-il chercher à retrouver une croissance économique et démographique coûte que coûte ? Comment transformer la ville à partir des usages ?

Lire la suite