Archives du blog

Comment la transition énergétique vient-elle booster l’emploi ? @ademe

Source : Ademe

Le 9 juillet dernier, l’ADEME a publié un état des lieux des marchés et des emplois qui participent à la transition énergétique et écologique (transports, bâtiment résidentiel et énergies renouvelables). Les marchés associés à ces filières ont plus que doublé et le nombre d’emplois directs a augmenté de 75% entre 2006 et 2017, avec plus de 370 000 personnes employées dans ces secteurs. 

3 marchés dynamiques qui favorisent la création d’emplois
– Le chiffre d’affaires des marchés liés aux modes de transport concourants à la transition écologique a été presque multiplié par quatre en 11 ans. Il atteint 33,5 Md€ en 2017 et la filière emploie plus de 94 000 ETP. Cette évolution résulte de l’augmentation de la part des véhicules moins émetteurs de COdans le parc automobile ainsi que du développement des modes alternatifs au transport routier individuel.
– Les marchés de la rénovation énergétique des bâtiments ont augmenté de 79% entre 2006 et 2017, représentant désormais un chiffre d’affaires d’environ 31 Md€. Dans cette même période, le volume d’emplois s’accroît d’environ 59%, s’établissant à plus de 218 000 ETP.
– Enfin, l’ADEME a constaté que le marché des énergies renouvelables et de récupération a plus que doublé entre 2006 et 2017, avec une augmentation de 39% des emplois. Le chiffre d’affaires représente ainsi 26 Md€ en 2017. Ce secteur emploie désormais plus de 86 000 ETP.

Des évolutions contrastées
Portés par les politiques volontaristes de l’État sur l’économie verte, ces marchés sont en nette progression depuis une dizaine d’année.
Les investissements dans la fabrication et l’installation des équipements et infrastructures représentent une part importante de ces marchés : 72% pour le secteur des transports et 90% pour celui du bâtiment résidentiel. Pour le secteur des énergies renouvelables, si les investissements dans la fabrication, la construction, l’installation et la vente des équipements représentent 30% du marché, ce sont les ventes d’énergie et la maintenance qui représentent la plus grande part du chiffre d’affaires (63%).

En savoir plus…

Lire aussi :

Rénovation énergétique des logements : Nexity et Plan Bâtiment Durable font le bilan du « Green deal » @PlanBatiment @nexity

Source : Plan Bâtiment Durable

Plan Bâtiment Durable et Nexity ont dressé un premier bilan de leur partenariat « Green Deal », à travers lequel Nexity s’est engagé à amplifier son action en matière de rénovation énergétique des logements.

plan bâtiment durable       nexity

Le 13 juin 2018, Nexity, acteur majeur du marché des services immobiliers aux particuliers, s’est engagé dans un « Green deal » en faveur de la rénovation énergétique des bâtiments signé avec le Plan Bâtiment Durable, en accompagnant l’ensemble de ses clients : vendeurs, acquéreurs, bailleurs, preneurs, copropriétaires, dans leurs projets d’éco-rénovation et d’amélioration de leurs biens, mais également la montée en compétence de ses collaborateurs. Pour mémoire, dans le cadre de ce Green deal, Nexity s’était engagé à participer à la rénovation énergétique de 30 copropriétés d’ici à 2020 et à former 350 gestionnaires de copropriétés et de 20 collaborateurs référents.

Un an après le lancement du Green Deal, Nexity a formé environ 500 gestionnaires de copropriétés, dont 10 « coachs rénovation », un résultat bien supérieur aux objectifs annoncés lors du lancement du partenariat. Ces coachs rénovation, qui ont suivi une formation de 4 mois sur l’accompagnement des syndicats de copropriétés à la rénovation, se sont vu remettre un diplôme validant leur formation au cours de l’événement du 13 juin.
« Ces projets de rénovations énergétiques, qui représentent plusieurs millions d’euros chacun, ont permis de réaliser de 30 % à 60 % d’économies d’énergie », a indiqué Frédéric Verdavaine, directeur général délégué de Nexity.

L’ensemble des collaborateurs ont aussi été sensibilisés au travers de « journées métier Syndic » aux accords-cadres mis en place par Nexity pour systématiser la présence d’une Assistance à Maîtrise d’Ouvrage (AMO) dans l’accompagnement des projets de ses clients (accompagnement technique, social et financier).
Un guide à destination de ses clients pour identifier les travaux efficaces et évaluer un budget associé à la réalisation de ces travaux est également en cours d’élaboration et devrait paraître courant 2019.

Lire la suite

Rénovation énergétique : 137 acteurs du bâtiment et de l’immobilier s’engagent @PlanBatiment #FAIRE

Source : Plan Bâtiment durable

Dans le cadre du Plan de rénovation énergétique des bâtiments lancé par le Gouvernement, 137 acteurs du bâtiment et de l’immobilier ont signé la charte « Engagé pour FAIRE ». Ces engagements doivent permettre la mobilisation des acteurs privés autour de la massification de la rénovation énergétique des bâtiments.

plan bâtiment durable

Dans le cadre du Plan de rénovation énergétique des bâtiments lancé par le Gouvernement, une grande campagne de communication « FAIRE » (pour Faciliter, Accompagner et Informer pour la Rénovation Énergétique) a été lancée en septembre 2018 pour entraîner les Français vers la rénovation énergétique.

Une charte pour fédérer les professionnels
La charte comporte des engagements réciproques de la part des pouvoirs publics, de l’ADEME et des signataires volontaires qui s’engagent notamment à :
– développer des actions et offres commerciales s’inscrivant dans l’atteinte des objectifs nationaux et notamment un parc immobilier au niveau BBC et la neutralité carbone à l’horizon 2050 ;
– encourager les partenariats entre leurs membres et les acteurs du réseau FAIRE et décliner dans leurs différentes communications l’information relative au réseau FAIRE ;
– encourager des pratiques commerciales vertueuses.

Ces 3 axes principaux sont complétés par des engagements spécifiques, sous forme d’avenants sectoriels, couvrant la variété des acteurs impliqués : organisations professionnelles, organismes de qualification et de certification délivrant la mention RGE, fournisseurs d’énergie et de services énergétiques, associations, institutionnels, clusters et centres de ressources du Réseau Bâtiment Durable, grandes surfaces de bricolage, industriels, négoce et distribution, plateformes numériques de travaux, secteur assurantiel et les professions immobilières.

Plus d’informations ici…

Lire aussi :

Rénovation énergétique de votre logement : quelles sont les aides financières ? @Min_Territoires

Source : Ministère de la cohésion des territoires

Vous souhaitez rendre votre logement plus économe en énergie ? De nombreuses aides financières s’offrent à vous comme par exemple le crédit d’impôt, le prêt à taux zéro, les chèques énergie… Retrouvez un récapitulatif des différentes aides ci-dessous : 

ministère de la cohésion

Crédit d’impôt et prêt à taux zéro : deux aides pour faciliter la rénovation énergétique de son logement
Grâce au crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), un particulier peut déduire de ses impôts le montant de certaines dépenses engagées pour des travaux d’économies d’énergie de son logement (généralement 15 % à 30 %). Les locataires tout comme les propriétaires peuvent en bénéficier, sans condition de ressources. Autre dispositif pour le particulier : l’écoprêt à taux zéro (dit éco-PTZ). Proposé par des banques conventionnées avec l’État, ce prêt, d’un montant maximal de 30 000 €, est versé afin de réaliser des travaux d’écorénovation. L’écoprêt à taux zéro et CITE sont deux dispositifs cumulables sans aucune condition de ressources.

Quatre dispositifs financiers également à disposition du particulier
En plus de ces deux premières aides, le particulier peut bénéficier d’autres coups de pouces pour son logement :
– la TVA à taux réduit à 5,5 % pour des travaux de rénovation énergétique (contre 10 % habituellement) ;
– le chèque énergie, dont près de 4 millions ménages ont bénéficié en 2018, pour régler toutes les dépenses d’énergie du logement : électricité, gaz naturel, bois, fioul, etc. Le montant du chèque énergie sera par ailleurs augmenté pour les bénéficiaires actuels de 50 € en 2019 et étendu à 2,2 millions de ménages supplémentaires (soit un total 5,8 millions de ménages) ;
– des subventions dans le cadre du programme Habiter mieux de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) à destination des propriétaires occupants leurs logements et sous certaines conditions de ressources ;

>>> Plus d’informations ici…

Lire également :

Copropriété : l’explosion des charges n’est pas une fatalité pour Enerlis @ENERLIS_FR

Source : Enerlis

Enerlis, société de services en efficacité énergétique et environnementale, a souhaité partager sa vision concernant la hausse des charges de copropriété. 

logo-ENERLIS-SS3E

Pour Enerlis, l’explosion des charges de copropriété n’est pas une fatalité. En matière de rénovation énergétique et de maîtrise des charges courantes, il existe de très nombreuses solutions : Isolation thermique et calorifugeage, réglage et monitoring des installations, remplacement de chaudière, équipements thermostatiques au niveau des appartements, renégociations des abonnements ou achats des fluides, relamping en Led des parties communes, mise en oeuvre de solutions d’énergies renouvelables… Le livre blanc publié en 2018 par l’Abécédaire des Institutions intitulé Comment penser la baisse des charges locatives en donne une vision exhaustive et nourrie de nombreux exemples.

D’ailleurs, la Société Enerlis propose aux copropriétés, aux acteurs du logements social, et aux collectivités, des solutions permettant de financer la totalité des travaux grâce à la mobilisation d’aides et subventions mises à disposition par les pouvoirs publics français et européens et le tiers-investissement.

>>> Pour en savoir plus sur Enerlis, cliquez ici

Lire également :