Archives du blog

Les Régions Île-de-France, Grand Est et Hauts-de-France signent le Bio-Pacte @iledefrance

Source : Région Île-de-France

3 Régions unies pour une ambition !

Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, et Xavier Bertrand, Président de la Région Hauts-de-France, ont signé vendredi 31 août 2018, à la Foire de Châlons-en-Champagne, le Bio-Pacte de Châlons pour la bioéconomie afin de renforcer leur collaboration territoriale.

La Foire de Châlons, événement agricole le plus important après le Salon de l’Agriculture de Paris, est, chaque année, un événement politique et économique incontournable de la Rentrée. En l’inaugurant conjointement, les Présidents des Régions Ile-de-France, Hauts-de-France et Grand Est apportent la preuve que, pour eux, le développement territorial doit nécessairement s’appuyer sur des collectivités responsables et ouvertes à l’innovation.

A l’opposé d’une volonté « recentralisatrice » palpable de l’Etat, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand et Jean Rottner, ont souhaité, à l’occasion de cette inauguration, faire la démonstration qu’il était indispensable de restaurer la confiance envers les territoires et de s’appuyer sur leur capacité d’expérimenter de nouvelles politiques publiques pour obtenir des résultats tangibles.

Ainsi, forts du potentiel exceptionnel en matière d’innovation des acteurs d’Île-de-France et du formidable terrain d’expérimentation que constitue le plus grand espace agricole français dans les Régions Hauts-de-France et Grand Est, les trois Présidents ont annoncé, à Châlons, leur volonté de mettre en commun leurs politiques et d’unir les forces vives de leurs territoires pour faire de la bioéconomie l’exemple d’une stratégie territoriale partagé et réussir.

En s’unissant sur ce sujet majeur pour l’avenir, les trois chefs d’exécutifs régionaux envoient un signal fort à l’Etat mais aussi aux acteurs des territoires. En effet, au-delà de la bioéconomie, ce pacte girondin inédit et empreint de pragmatisme, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand et Jean Rottner affirment haut et fort leur vision de la France de demain : « Faites-nous confiance !  Unis, nous sommes en capacité de réussir ! ».

 

…Lire la suite…

Jules Nyssen nouveau DG de Régions de France @regionsdefrance

   Source :  Regions-france

Jules Nyssen, agrégé d’économie, ancien directeur général des services de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a été recruté comme directeur général de Régions de France. Il entrera en fonctions le 1er octobre 2018.

Il remplacera Gilles Mergy, en poste depuis 6 ans, qui rejoindra le 1er septembre la branche immobilier de SNCF comme directeur du réseau territorial.

Jules Nyssen a débuté sa carrière en 1996 comme professeur des universités en économie à Saint-Étienne puis à Aix-Marseille. Ses travaux portent sur l’innovation, la recherche et la formation.

En 1998, il rejoint le cabinet du Président de la Région Provence Alpes Côte d’Azur pour suivre la mise en place du volet université-recherche du contrat de plan État-Région. En 2004 Michel Vauzelle le nomme directeur général des services de la Région PACA au moment de la mise en place de ce que l’on a appelé « l’acte II » de la décentralisation. Il a également géré l’obtention puis la mise en place de l’autorité de gestion du programme européen MED de coopération en Méditerranée.

…lire la suite…

Découvrez le rapport d’activité 2017 de Régions de France @regionsdefrance

Source : Régions France.org

Cette année 2017, objet de ce rapport annuel, restera comme un millésime mouvementé pour Régions de France. L’élection présidentielle et la recomposition politique nationale se sont traduites par autant de bouleversements pour nos Régions et pour notre institution.

Durant la campagne présidentielle, Régions de France, forte de sa représentativité territoriale et politique et de sa capacité d’expertise reconnue, a pris toute sa part en adressant à tous les candidats ses « 8 propositions pour la régionalisation » et ses « 6 propositions pour les Outre-mer ».

Nous étions, sommes et serons toujours convaincus que les Régions ont un rôle-clé dans le redressement du pays. En premier lieu, elles exercent des compétences essentielles pour la mobillité, l’éducation, la formation, le développement économique, la transition écologique, pour n’en citer que quelques-unes. En outre, l’échelon régional se distingue de l’Etat par l’agilité de son mode de gouvernance au quotidien. Et aussi par son modèle de financement en pleine évolution: les Régions disposent, depuis janvier 2018, d’une fraction de produit de TVA en lieu et place des dotations de l’Etat.

Las! En ce début de quinquennat, les Régions ont le sentiment de ne pas être assez respectées, reconnues, et même aimées par le nouveau Président de la République. L’année 2017 aura été marquée par la rupture des relations Etat-Régions survenue fin septembre à notre Congrès d’Orléans.

Deux jours plus tard, Philippe Richert quittait les présidences de sa Région Grand Est et de Régions de France. Je tiens ici à saluer l’engagement de tous les instants de Philippe au service de la reconnaissance du fait régional. Et je remercie une nouvelle fois mes collègues pour leur confiance, et tout particulièrement François Bonneau qui poursuit sa mission de président délégué à mes côtés.

Elu le 22 novembre 2017 à la présidence de Régions de France, j’ai annoncé mon ambition de bâtir un « pack » des Régions fort et puissant pour peser dans le débat public national.

Parmi les premiers dossiers de ma présidence, nous avons pris ensemble à bras le corps la réforme de l’apprentissage. Nous sommes opposés à la décision du gouvernement de privatiser cette formation initiale en la confiant aux branches professionnelle. Pas pour garder à tout prix une compétence bien gérée par les Régions depuis 1983. Mais pour l’avenir de nos jeunes et de nos territoires: demain, tous ne pourront pas aller dans les métropoles trouver un Centre de formation qui puisse les accueillir.

Cet exemple illustre la mobilisation de l’ensemble des collaborateurs de Régions de France aux côtés de tous les conseillers régionaux qui siègent dans nos 17 commissions thématiques et dans les organismes extérieurs pour toujours plus d’efficacité, plus d’économies, plus d’innovation, plus de proximité. En un mot, plus de décentralisation!

En savoir plus

Réforme territoriale : En route vers le passage de 26 à 13 académies en 2021 ? @localtis @EducationFrance

Source : Localtis

Suite à la réforme territoriale de 2015, l’Education nationale avait souhaité gardé les 26 académies… Mais la France métropolitaine passerait à 13 académies pour la rentrée scolaire 2021 !

Localtis

Malgré le nouveau découpage régional opéré en 2015, l’Éducation nationale avait conservé ses 26 académies, regroupées toutefois au sein de 13 « régions académiques » correspondant aux 13 nouvelles régions de métropole. Un rapport de l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR) démontre l’échec des régions académiques, dont la dernière mission pourrait être de piloter la fusion de leurs « petites » académies… avant de disparaître.

Deux ans après sa mise en place, « le dispositif des régions académiques parait déjà à bout de souffle », selon un rapport de l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR), daté de mars 2018 et publié le 11 mai. Inutile d’aller plus loin, « le système actuel est arrivé au bout des conséquences qu’il pouvait produire alors même qu’il demande une débauche d’énergie pour fonctionner imparfaitement », ont constaté les auteurs du rapport.

Le diagnostic avait déjà été posé par Jean-Michel Blanquer, en décembre dernier, lors de la commande du rapport. « La réforme territoriale de 2015 a placé l’Education nationale au milieu du gué et le statu quo n’est plus possible », avait alors déclaré le ministre (voir notre article ci-dessous du 11 décembre 2017).

Aujourd’hui, 26 académies regroupées en 13 « régions académiques »

Pour lire la suite de l’article, cliquez ici

A lire aussi :

Foncière des Régions : une forte croissance locative au 1er trimestre @fonciereregions

Source : Foncière des Régions

Foncière des Régions, acteur de référence dans l’immobilier tertiaire, dévoile ses résultats au 1er trimestre 2018 et présente une très bonne performance locative pour l’ensemble de ses activitésLogo_of_Foncière_des_Régions_2007

Poursuite de la dynamique d’investissement dans les grandes métropoles européennes
– Accélération des développements à Milan : lancement de The Sign, 26 500 m² de bureaux préloués à 35%
– Croissance du pipeline de développement à Paris : rotation d’actifs dans Paris QCA
– Nouveau renforcement en Résidentiel allemand, avec 195 M€ d’acquisitions à Berlin, Dresde et Hambourg

Bonne performance locative à fin mars, sur l’ensemble de nos activités
– Tendances positives sur nos différents marchés
– Revenus Part du Groupe : 139 M€, en hausse de 3,0% à périmètre constant
– Bureaux : accélération en France et en Italie avec +2,5% et +1,5% à périmètre constant
– Résidentiel allemand : forte croissance de 5,1% à périmètre constant, dont 6,2% à Berlin
– Hôtels en Europe : +3,0% à périmètre constant, portée par la hausse des loyers variables de 5,0%

Projet de fusion avec Beni Stabili : une étape majeure dans le développement européen et la simplification du groupe
– Renforcement dans les grandes métropoles européennes : +1,7 Md€ d’actifs situés principalement à Milan
– Accroissement du pipeline de développement : intégration complète de 690 M€ de projets à Milan
– Enrichissement de la culture client : implantation de Wellio à Milan, ouverture d’un hôtel Meininger
– Impacts relutifs de l’ordre de +1% sur l’EPRA Earnings et l’ANR par action, et renforcement du statut boursier

Pour en savoir plus, cliquez ici

A lire également :