Archives du blog

Bientôt la 1ère édition du Sommet du Grand Paris ! @AMIF_asso @LaTribune @Aziliz31 #SommetGParis

Source : AMIF Asso

La Première édition du Sommet du Grand Paris se déroulera le 19 juin sur le toit de la grande arche de la Défense ! Au programme, tous les enjeux de la région Ile-de-France et de la métropole du Grand Paris 

Résultat de recherche d'images pour "sommet du grand paris"

La Tribune, en partenariat avec l’Association des Maires d’Ile-de-France, organise le 19 juin, le premier Sommet du Grand Paris. Tous les grand enjeux de la Région Ile-de-France et de la métropole du Grand Paris seront passés au crible : Grand Paris Express, CDG Express, JO 2024, développement des quartiers d’affaires (La Défense) et des territoires de demain (Plaine Commune, Saclay…). Deux ans après le Brexit, la région Capitale déploie ses ambitions de ville monde en matière d’attractivité, de transports et de mobilités, de logements et d’infrastructures. Ce nouveau rendez-vous vous permettra d’entendre et de rencontrer les principaux acteurs économiques, privés comme publics, du Grand Paris, débattre des défis du futur.

————> Inscrivez-vous dès maintenant en cliquant ici

Grand Paris : une consultation internationale pour l’avenir des axes routiers @iledefrance @GdParisExpress ‏

Source : Région Ile-de-France

Le 24 mai 2018, une consultation Internationale a été lancée par le Forum Métropolitain du Grand Paris afin de réfléchir à l’avenir des axes routiers franciliens dans le cadre du Grand Paris. Quelles solutions pour améliorer les déplacements et réduire la pollution ?

ile de france region

Repenser la fonction, l’usage et la place du réseau d’autoroutes et de voies rapides

Dans un contexte de forte innovation technologique – recherche de nouvelles motorisations, exploitation de l’intelligence artificielle pour les véhicules autonomes – et face aux effets négatifs générés par la pollution et la congestion, il est aujourd’hui nécessaire de repenser la fonction, l’usage et la place du réseau d’autoroutes et de voies rapides dans la métropole de demain. Et ce, afin d’améliorer les mobilités quotidiennes des habitants, tout en réduisant l’impact environnemental de ces circulations routières et en intégrant mieux ces infrastructures dans la ville. Il s’agit d’apporter des solutions concrètes aux difficultés chroniques concernant les déplacements en Île-de-France, car le renforcement de l’offre en transports collectifs ne suffira pas à y répondre.

Participation des citoyens et de la société civile

Conscientes de ces enjeux, les collectivités locales – rassemblées au sein du syndicat mixte d’étude, le Forum métropolitain du Grand Paris –, en partenariat avec l’État, lancent une consultation internationale sur le devenir des autoroutes, du boulevard périphérique et des voies rapides du Grand Paris ce jeudi 24 mai. Les principaux partenaires de cette consultation internationale sont : l’État (ministère des Transports), la Région Île-de-France, la Ville de Paris, les Départements du Val-de-Marne et de la Seine-Saint-Denis, la Métropole du Grand Paris, l’Association des maires d’Île-de-France, et des territoires et intercommunalités. 2,7M€ dont 1 M€ par la Région, seront consacrés à ces études.

Les solutions attendues :

– Améliorer le fonctionnement du réseau, soit 800 km environ, en réduisant notamment la saturation des axes routiers,
– Réduire massivement la pollution, notamment les émissions de gaz à effet de serre mais aussi les nuisances sonores,
– Réduire l’accidentalité
Cliquez ici pour en savoir davantage…

Lire aussi :

Marchands de sommeil : 180.000 logements privés indignes en Île-de-France @iledefrance

« Je propose que l’Île-de-France puisse servir de zone d’expérimentation. (…) Nous voulons être une région pilote pour venir à bout d’une pratique intolérable sur notre territoire », a expliqué Valérie Pécresse.

À l’issue d’une réunion avec les maires d’Île-de-France, Valérie Pécresse a demandé au président de la République d’intégrer dans le prochain projet de loi sur le logement des mesures de lutte contre les propriétaires sans scrupules qui louent à des prix prohibitifs des logements mal entretenus voire insalubres.

C’est un appel que la Région Île-de-France lance au gouvernement. Particulièrement touchée par le phénomène des marchands de sommeil* dans les zones pavillonnaires, l’Île-de-France vient de proposer, avec l’association des maires d’Île-de-France et l’Établissement public foncier régional (EPFIF) une série de mesures à intégrer dans le prochain projet de loi sur le logement.

Ces mesures visent à :

  • Priver les marchands de sommeil de leurs ressources financières, en établissant un nouveau régime légal d’expropriation de leurs biens, en étendant le fichage des marchands de sommeil aux sociétés civiles immobilières (SCI) pour les empêcher d’échapper à l’autorité judiciaire ou de se déclarer en faillite personnelle, en leur interdisant légalement d’acquérir d’autres biens à louer ;
  • Déloger le délinquant plutôt que la victime, en créant un nouveau type de préemption, permettant aux maires d’acquérir un pavillon susceptible d’être acheté par un marchand de sommeil ou en systématisant la confiscation des biens immobiliers utilisés par les marchands de sommeil en cas de condamnation judiciaire ;
  • Simplifier le droit pour pouvoir agir rapidement et avec force, en simplifiant la loi ALUR et ses régimes d’autorisations trop nombreux et en simplifiant les règles de construction pour mieux encadrer la division pavillonnaire.

…lire la suite…

Les entreprises appelées à imaginer les mobilités de demain en IDF @iledefrance

Source : Région Île-de-France 

Les entreprises appelées à imaginer les mobilités de demain
Le Stif et la Société du Grand Paris invitent les start-up, les PME et les grandes entreprises à participer, jusqu’au 24 mai, à l’appel à projets « Le Grand Paris des nouvelles mobilités ». Objectif : favoriser les « nouvelles mobilités actives, électriques et numériques » autour des futurs pôles du Grand Paris Express.

Faire émerger de nouvelles mobilités en marge de la construction du métro du Grand Paris Express qui prévoit la construction de 200 km de lignes de métro automatique et de 68 nouvelles gares à l’horizon 2030. Tel est le défi lancé par la Société du Grand Paris et le Stif (Autorité organisatrice des transports en Île-de-France) à travers l’appel à projets « Le Grand Paris des nouvelles mobilités ». Start-up, PME et grandes entreprises ont jusqu’au 24 mai pour faire connaître leurs solutions de nouvelles mobilités douces comme la marche et le vélo et numériques telles que les applications, médias ou informations voyageurs.

Six périmètres géographiques ont été définis correspondant à des futures gares du Grand Paris Express : Antonypôle (ligne 18), Bondy (ligne 15 Est), La Courneuve « Six Routes » (lignes 16 et 17 Nord), Rueil-Suresnes « Mont-Valérien » (ligne 15 Ouest), Saint-Denis Pleyel (lignes 15 Est, 15 Ouest, 16 et 17 Nord) et Val-de-Fontenay (ligne 15 Est). Les solutions des lauréats seront expérimentées dans ces territoires à partir de septembre prochain.
Pour cela, elles doivent répondre à plusieurs critères : En savoir plus 

Fablab : Cergy ouvre « LabBoîte » aux innovateurs

Fablab : Cergy ouvre « LabBoîte » aux innovateurs

Source : Région Ile-deFrance



Où sont les fablabs ?

Retrouvez tous les fablabs, incubateurs et autres acteurs du numérique d’Île-de-France sur la carte Techonmap proposée par notre plateforme open data (https://data.iledefrance.fr/). Une carte mise à jour quotidiennement.

Un nouveau « fablab » (contraction de l’anglais fabrication laboratory, « laboratoire de fabrication ») ouvre ses portes aux Franciliens avides d’innovation. Situé en plein cœur du Grand Centre de Cergy-Pontoise (95), ce lieu d’apprentissage et d’innovation proposera à chacun des machines dernier cri pour concevoir et fabriquer ses propres prototypes, comme les désormais incontournables imprimantes 3D.
Baptisé « dernier cri », ce tiers-lieu a vu le jour grâce, notamment, au soutien financier de l’Union européenne et de son fonds Feder (Fonds européen de développement régional), entièrement géré par la Région. Les travaux d’aménagement ainsi qu’une partie de ses frais de fonctionnement, sont financés à 40% par ce fonds.

En savoir plus