Archives du blog

50 bonnes pratiques pour redynamiser les cœurs de ville @linstitutPR

Source : institutparisregion.fr

Le processus de dévitalisation des centres-villes n’est pas propre à la France, comme le montre le récent rapport réalisé pour l’institut de la recherche de la Banque des Territoires. Placé au coeur des préoccupations des politiques d’aménagement du territoire depuis quelques années, il a suscité la mise en place de plusieurs dispositifs d’accompagnement propice à une redynamisation, dont « Centres-villes de demain » de la Banque des Territoires — qui a fusionné dans le programme « Action coeur de ville » lancé en 2018 par l’État — et l’appel à manifestation d’intérêt de la Métropole du Grand Paris en Île-de-France. Tous mettent en avant la nécessité d’une stratégie globale, transversale, innovante, associant les multiples acteurs qui interviennent sur le centre-ville. Cette édition des carnets pratiques sur les stratégies de redynamisation des centres-villes propose une boîte à outils pour accompagner les collectivités engagées dans cette démarche.

Les villes moyennes situées aux marges des métropoles voient leur fonction de centralité décliner au profit de celles-ci. Elles sont touchées au premier chef par ce phénomène de rétractation. Éloignées de la métropole, elles ont du mal à bénéficier des retombées positives de la métropolisation.

Ce carnet, réalisé en partenariat avec la Banque des Territoires, débute par un constat général sur la situation des centres-villes en France tiré des différentes études sur le sujet. Différentes méthodologies pour délimiter spatialement le centre-ville, élaborées et utilisées à L’Institut Paris Region sont ensuite présentées, suivies par des exemples de bonnes pratiques organisées autour de cinq approches thématiques : la vie quotidienne, la mobilité, le logement, les loisirs et le travail en centre-ville.

Accéder à l’étude

Inédit : Grand Paris Sud et Cœur d’Essonne : vers une stratégie commerciale commune @GrandParisSud

      Source : Datapresse

Signature de la Charte de Stratégie commerciale mardi 27 août en présence de

  • Eric BRAIVE, Président de Cœur d’Essonne,
  • MICHEL BISSON, Président de Grand Paris Sud,
  • et Jean-Benoît ALBERTINI, Préfet de l’Essonne

Les deux agglomérations s’apprêtent à signer, mardi 27 août à la Maison du Passeur à Ris-Orangis (91), une Charte de stratégie commerciale commune. Objectif : structurer les polarités commerciales à une échelle inédite, celle de deux territoires.

Grand Paris Sud et Cœur d’Essonne représentent le 1er pôle commercial français : à elles seules, les deux agglomérations concentrent 12% du commerce francilien, (respectivement 7,5% et 4,5%) avec un bassin de consommation avoisinant les 2 millions d’habitants.

Situés à environ 20 minutes de Paris, les deux territoires constituent une destination de choix pour les acteurs du commerce et du e-commerce. Plusieurs pôles rayonnent au niveau de l’Ile-de-France : Evry2 (Évry), Carré Sénart (Lieusaint), la Croix Blanche (Sainte-Geneviève-des-Bois), Maison Neuve et les promenades de Brétigny, Marques Avenue A6 (Corbeil-Essonnes) ou encore les Marsandes (Avrainville). Et les agglomérations accueillent également 6 leaders du e-commerce : Cdiscount, Veepee (ex-Vente Privée), Amazon, Zalando, Sarenza et Casino.

À travers la signature de cette charte, Cœur d’Essonne et Grand Paris Sud affichent leur volonté de développer une stratégie commune pour mieux préserver, structurer et valoriser les activités commerciales sur leurs territoires.

…lire la suite…

Réconcilier les dynamiques du commerce avec la ville durable @Logement_Gouv

Un plan pour réconcilier les dynamiques du commerce avec la ville durable
Source : ministère du logement 

La France est aujourd’hui le pays européen avec la densité la plus importante de centres commerciaux. Face aux déséquilibres écologiques, économiques et sociaux engendrés par le développement de centres commerciaux de grande ampleur, Emmanuelle Cosse a lancé un plan de mobilisation pour réconcilier les dynamiques du commerce avec la ville durable.
« La multiplication des zones commerciales est un désastre écologique pour les villes »

La prolifération de centres commerciaux de grande ampleur en périphérie des villes, telle qu’elle est pratiquée depuis plusieurs décennies en France, génère à la fois des déséquilibres urbains, écologiques et économiques.
Dans son rapport « Inscrire les dynamiques du commerce dans la ville durable », le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) fait le constat de ces déséquilibres et appelle à agir pour réguler la concurrence entre les centre-villes et les périphéries.
Les mesures engagées pour réconcilier villes durables et commerce :

  • la création du réseau « Commerce, Ville et Territoire » qui réunira les acteurs de l’aménagement, du commerce et de la ville impliqués dans le traitement de ces enjeux ;
  • la création d’observatoires régionaux pour développer des outils de connaissance en matière d’aménagement local ;
  • le lancement d’appels à projets, avant l’été pour susciter des démarches exemplaires et innovantes dans le cadre de la réhabilitation de zones commerciales ;
  • l’expérimentation de démarches innovantes, telles que la labellisation ÉcoQuartier, sur des zones commerciales existantes.

En savoir plus 

Halle alimentaire du 14e @Paris : l’appel à candidatures est lancé

Halle alimentaire du 14e: l’appel à candidatures est lancé

Source : ville de PARIS

La Ville de Paris, la mairie du 14e arrondissement et la RIVP lancent un appel à candidatures pour la location d’une boutique en rez-de-chaussée de 151m² située au 100 rue Didot (14e). Candidatez jusqu’au 1er février 2017.
Pour faire suite à la volonté de la mairie du 14e arrondissement et de la Ville de Paris, un projet de « Halle alimentaire » est requis pour ce local. Située au sein du nouveau quartier Broussais, dans le sud du 14e arrondissement, la Halle alimentaire est pensée comme un lieu mixte et polyvalent, répondant au mieux aux objectifs suivants:
Rémunération juste des producteurs.

Approvisionnement privilégiant des produits de saison, issus de l’alimentation durable (agriculture raisonnées, bio…), de circuits courts, si possible.

Des prix accessibles à toutes et tous.

Gouvernance et structure gestionnaire issues de l’économie sociale et solidaire, ou disposant d’un agrément ESUS ou en cours d’agrément.

Un lieu d’aide à l’insertion avec, si possible, une priorité pour les personnes du 14e arrondissement.

Un lieu d’accompagnement, de sensibilisation sur les questions de l’alimentation, du gaspillage alimentaire prenant appui, par exemple, sur l’économie circulaire.

Un lieu convivial et ouvert qui apporte de l’attractivité au quartier et renforce le lien social.

En savoir plus