Archives du blog

Logement accompagné : l’UNAFO dévoile son rapport annuel 2018 @UnafoUnion

Source : UNAFO

L’UANFO, Union professionnelle du logement accompagné, et ses adhérents sont mobilisés pour apporter des réponses à la fois adaptées et innovantes, mais aussi pour faire entendre la voix du logement accompagné auprès des décideurs publics. Découvrez toutes les actions menées par l’Unafo en 2018 dans son rapport annuel 

UNAFO

L’année 2018 aura été marquée par la mise en place du Plan quinquennal 2018-2022 pour le Logement d’abord et la lutte contre le sans-abrisme. L’Unafo et ses adhérents s’efforcent de donner au logement accompagné toute la place qu’il mérite dans la mise en œuvre de cette politique en participant activement à sa mise en œuvre opérationnelle. Cette volonté passe à la fois par un dialogue régulier avec les pouvoirs publics et par l’illustration quotidienne, sur le terrain, de l’utilité sociale d’un secteur riche de la diversité de ses structures et des publics accueillis. L’Union anticipe et accompagne également les mutations profondes du secteur dans un contexte général de réduction budgétaire. Consolidation du réseau, réflexion sur le modèle économique, renforcement du travail collaboratif à tous les échelons : autant de pistes pour faire du logement accompagné une des forces vives des politiques publiques et territoriales du logement.

Mise en oeuvre accélérée du logement d’abord
L’Unafo a participé au comité d’examen des candidatures de collectivités locales pour une mise en œuvre accélérée du Logement d’abord. Alors que l’État avait prévu de sélectionner 15 collectivités locales, ce sont, finalement, 24 collectivités qui ont été retenues. L’Unafo a fait partie de la délégation ministérielle qui a annoncé à Montpellier les résultats de cet appel à manifestation. À cette occasion, nous avons visité, avec le ministre Jacques Mézard et le secrétaire d’État Julien Denormandie, une pension de famille gérée par l’un de nos adhérents, afin de présenter les avantages d’une orientation prioritaire vers le logement quand celle-ci est accompagnée de moyens humains permettant de favoriser un travail de proximité et l’accompagnement adapté des personnes.

Pour consulter le rapport annuel, cliquez ici…

Lire aussi :

Quelle est la situation des EHPAD en 2017 ? La CNSA fait le point @CNSA_actu

Source : CNSA

La CNSA, Caisse nationale de Solidarité pour l’Autonomie, a publié son rapport annuel sur la situation des EHPAD (Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) en 2017. Une hausse du taux d’encadrement est à constater… découvrez tous les résultats de l’étude ci-dessous. 

CNSA : Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie (retour à l'accueil)

Près de 7000 EHPAD accueillent les personnes âgées en perte d’autonomie. Plus de 42 % sont publics, près d’un tiers appartiennent au secteur privé non lucratif (associatif) et un quart au secteur privé commercial.

Le niveau de perte d’autonomie et le besoin en soins des résidents continuent d’augmenter comme en témoignent les chiffres du Gir moyen pondéré (GMP) et du pathos moyen pondéré (PMP). En 2017, le GMP moyen était de 213 (contre 2011 en 2016 et 680 en 2010) ; le PMP moyen était de 726 (contre 722 en 2016 et 180 en 2010).

Les hospitalisations des résidents des EHPAD semblent avoir été moins fréquentes en 2017 qu’en 2016. On constatait 1,11 hospitalisation pour 100 résidents en 2017, contre 1,14 hospitalisation pour 100 résidents en 2016 (taux médian).

Le nombre de professionnels du soin qui prennent en charge les résidents en établissement continue de progresser légèrement. Il s’élevait à 63,3 équivalents temps plein pour 100 résidents en 2017, contre 62,9 en 2016. 41,5 % des professionnels sont des aides soignants (AS), des aides médico-psychologiques (AMP) et des assistants de soins en gérontologie. Les agents de service hospitalier (ASH) représentent 31,2 % du personnel des EHPAD, les infirmiers, 10,9 %, les médecins et les psychologues chacun 0,9 %.
Les frais de personnel représentent 70 % des dépenses du budget des EHPAD.

Coût d’une place d’EHPAD et coût du résident pour l’Assurance maladie
En 2017, le coût global de fonctionnement d’une place d’hébergement permanent en EHPAD s’élevait à 41 453 € par an, soit 114 € par jour (tous financeurs confondus). Un résident d’EHPAD coûtait en moyenne 14 303 € à l’Assurance maladie (dont 12 755 € de dotation versée à l’EHPAD et 1 906 € en remboursement de soins de ville).

Lire la suite

Etat du mal-logement en France : La Fondation Abbé Pierre publie son 24e rapport @Abbe_Pierre

Source : Fondation Abbé Pierre

Chaque année, la Fondation Abbé Pierre publie un rapport sur l’état du mal-logement en France.

La 24e édition du rapport annuel sur « L’État du Mal-logement » de la Fondation Abbé Pierre livre une nouvelle description de la crise du logement. Si le marché de l’immobilier affiche une bonne santé générale, 4 millions de personnes restent mal logées ou privées de domicile, tandis que 12 millions voient leur situation fragilisée par la crise du logement. Plus d’un cinquième de la population est donc concerné par un problème de logement dans notre pays.

>>> Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder au rapport ↓

24e rapport abbé pierre.PNG

Lire aussi :

Notation de la Ville de Lyon : découvrez le rapport complémentaire de @SPGlobalRatings @villedelyon ‏

Source : Fitch & Ratings

L’agence de notation S&P Global Ratings a apporté son rapport complémentaire au communiqué de presse « S&P Global Ratings confirme les notes ‘AA/A-1+’ de la Ville de Lyon ». 

S&P Global Ratings

L’agence S&P Global Ratings évalue la qualité de crédit intrinsèque de la Ville à ‘aa+’ mais considère qu’elle ne remplit pas les conditions selon lesquelles une collectivité locale pourrait bénéficier d’une notation supérieure à celle de l’Etat. Aussi, l’agence plafonne la notation de Lyon à ‘AA’ soit le niveau de notation à long terme de la France.

Elle évalue la qualité de crédit intrinsèque de Lyon à ‘aa+’ grâce à son très fort pilotage budgétaire. L’agence estime désormais que la Ville sera en mesure de stabiliser son endettement à un niveau très modéré, avec une dette consolidée restant autour de 70% des recettes de fonctionnement et une capacité de désendettement proche de 5 années sur la période 2018-2020.
La Ville bénéficie également d’une économie locale riche et dynamique et d’une situation de liquidité favorable. La qualité de crédit intrinsèque ne constitue pas une notation mais elle permet d’évaluer la qualité de crédit propre d’une collectivité locale en l’absence de plafonnement lié à la note de l’État.

Pour consulter la suite du rapport complémentaire, cliquez ici

Lire également :

Éléments marquants de 2017 & perspectives pour 2018 de la @Semapa_Paris

LOGO SEMAPA

Source : SEMAPA

L’année 2017 a été caractérisée par une activité très soutenue en matière d’aménagement et de construction.

Les appels à projets, lancés selon le dispositif Réinventer Paris, ont confirmé la concurrence accrue annoncée l’année dernière. Jusqu’à 32 équipes complètes, comprenant promoteurs, architectes, bureaux d’études mais aussi gestionnaires des rez de- chaussée ou des toitures, start-up, chercheurs, associations,… ont candidaté pour un même lot. Ce processus permet désormais de placer clairement les usages et les innovations au coeur des projets.

Dans le droit fil de la neutralité carbone, objectif ambitieux que la Municipalité se fixe d’atteindre en 2050, la SEMAPA a, cette année, placé la construction bois au centre de ses priorités, après la livraison d’un premier immeuble de bureaux dans l’opération Bédier-Porte d’Ivry dans lequel s’est installée la Direction des Constructions Publiques et de l’Architecture. Ainsi, six projets en structure bois ont été désignés lauréats lors de jurys et recouvrent des typologies diverses : un bâtiment d’un étage accueillera une école, dont l’isolation sera assurée par de la paille, un immeuble-pont constitué d’un hôtel et d’une auberge de jeunesse, un immeuble de logements privés construit sur dalle qui développera le concept Nudge, un immeuble de logements intermédiaires ou encore deux immeubles de logements privés et sociaux à 50 m de hauteur. Ces projets sont aujourd’hui à divers stades d’avancement : en chantier pour l’école Vincent-Auriol, en instruction de permis de construire ou à l’étude.

…lire la suite…