Archives du blog

OGIC, EMERIGE & BROWNFIELDS plantent le 1er arbre du « Quartier des Arts »

Source : Galivel

Composé de 324 logements, 5 commerces, 1 crèche, 12 maisons individuelles et 5 lofts, le programme « Quartier des Arts » fait suite à un concours porté par la ville de Puteaux et ELIS, société de nettoyage à sec.

Vainqueur du concours, le premier arbre dudit programme a été planté ce mardi 20 juin en présence de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, Maire de Puteaux, Emmanuel Launiau, Président du Directoire d’OGIC, Laurent Dumas, Président du Groupe EMERIGE, et Patrick Viterbo, président de BROWNFIELDS.

Avec le « Quartier des Arts », Puteaux veille à répondre aux besoins en équipements publics de proximité, notamment en matière scolaire et de petite enfance. Une crèche, un groupe scolaire de 9 classes situés le long de la rue Voltaire, un accueil de loisirs, un espace de restauration collective et 1 maison de retraite en feront un quartier durable, au cadre de vie paisible.

Un quartier champêtre à proximité de la Défense et plus de 236 arbres et cépées
Le programme « Quartier des Arts » est résolument tourné vers la nature. Ce ne sont pas moins de 236 arbres et cépées qui cohabiteront au sein du programme, dont 67 sur l’espace public. Les espaces autour des deux bâtiments seront aménagés avec 54 arbres et cépées de taille de moyenne et 115 cépées de petite taille.

En savoir plus

Lire aussi :

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

Quartiers prioritaires : @CGET_gouv et #ANCV soutiennent la mobilité des jeunes ‏

Le CGET et l’ANCV ont lancé mi-avril un appel à projets pour lesquels 700 000 euros seront déboursés pour les jeunes de 16 à 25 ans résidant dans des quartiers prioritaires n’étant jamais ou rarement partis en vacances. Cette somme vise à favoriser la mobilité de quelques 2 500 jeunes issus des QPV, dans 32 départements.

En 2016, le dispositif avait permis à près de 2 252 jeunes de participer à 202 séjours en Europe et en France.

Qui peut candidater ?

les organismes à vocation socio-éducative, sociale, médico-sociale de statut associatif, public et parapublic, ayant au moins un salarié temps plein à l’année.

En savoir plus

Lire aussi :

 

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

Le #téléphérique a toute sa place en ville @fedepl

Source: Fédération des EPL

Les Epl précurseurs

Le téléphérique ? Un moyen de transport pour la montagne évidemment, répondait tout le monde en cœur. Mais il a prouvé aussi qu’il avait toute sa place en ville. Élément moins connu : cette innovation technique est souvent portée par des Epl.

En novembre dernier, Brest ouvre la voie en inaugurant le premier téléphérique urbain en France. Et ça marche ! Le projet jugé initialement farfelu s’est transformé en solution adaptée comme le prouvent les différents projets qui fleurissent un peu partout en France. D’autant que le téléphérique a déjà fait ses preuves dans plusieurs villes étrangères : Londres, Medellin, La Paz, Rio de Janeiro, Ankara…

De nombreux atouts
Les atouts de ce mode de transport innovant ne manquent pas. Un franchissement aisé des obstacles tout d’abord. Fleuve, colline, voie ferrée, autoroute… rien ne lui résiste ! Il s’agit aussi d’un équipement à bien moindre coût par rapport à un pont, un métro ou un tramway. S’y ajoutent, et ce n’est pas un détail, ses atouts écologiques. Rappelons que près de 30% des émissions de gaz à effet de serre proviennent des transports en commun. Le téléphérique présente le gros avantage d’être propre et économe en énergie, en consommant trois fois moins qu’un tramway, cinq fois moins qu’un bus et dix fois moins qu’une voiture. Autre plus : la visite d’une ville sous un nouveau jour avec la découverte d’un magnifique panorama. « Formidable levier d’aménagement urbain, il permet de faire revenir les habitants en centre-ville, explique Claire Guihéneuf, directrice de Brest métropole aménagement. Innovant et ludique, il contribue à rendre la ville plus facile à vivre et de la voir différemment. »

…lire l’intégralité du communiqué…

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

 

 

Coproduction immobilière : Hérault Aménagement innove @fedepl

Source: Fédération des EPL

L’innovation réside dans la coproduction entre toutes les parties (architectes, promoteurs, habitants) avec l’aménageur en chef d’orchestre.

 

Sortir de la production classique de logements pour initier une réelle conception partagée. Telle a été la démarche de la Sem départementale, favorisant l’horizontalité entre tous les acteurs, sur une opération menée à Montpellier. Une méthode nouvelle mais indispensable pour les programmes immobiliers complexes.

À deux pas du centre-historique de Montpellier, un nouveau programme immobilier de 150 logements verra le jour avant fin 2018, Les Demeures d’Assas. Les travaux doivent démarrer d’ici peu. Rien de très original de prime abord. La nouveauté vient de la conception « partagée » entre toutes les parties prenantes (architectes, promoteurs, habitants) avec l’aménageur en chef d’orchestre.

Concrètement, les 5 bâtiments de l’opération ont été conçus par 4 architectes ayant travaillé ensemble dans une logique d’ateliers. Ceux-ci se sont tenus chaque semaine durant un an, en réunissant tous les acteurs concernés.

En partant d’une feuille blanche, cette nouvelle façon de fabriquer la ville a été fructueuse. « Les opérations d’aménagement classique sont arrivées à leur limite. Grâce à une réelle démarche en mode-projet, nous sommes sortis d’une verticalité de nos métiers. Ce n’était pas du consensus mou et cela a permis à chacun de progresser », se réjouit Emilio Campos, directeur général de Hérault Aménagement. Selon lui, une Sem d’aménagement possède 2 atouts dans une telle démarche : une garantie d’efficacité économique et la prise en compte de l’intérêt général.

…LIRE LA SUITE…

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

 

 

Le téléphérique bouscule la ville ! @fedepl #Brest métropole aménagement

Source: Fédération des EPL

 »Innovant et ludique, le téléphérique contribue à rendre la ville plus facile à vivre

Après une mise en service un peu difficile, tout est rentré dans l’ordre. Normal quand on essuie les plâtres d’une telle innovation technique ! Le téléphérique urbain de Brest a trouvé son public, largement au rendez-vous. Suscitant beaucoup d’intérêt en France comme à l’étranger, l’expérience et un nouveau savoir-faire ont enrichi la pratique professionnelle de la Sem Brest métropole aménagement. Sa directrice générale, Claire Guihéneuf, nous l’explique.

– Quel premier bilan tirez-vous ?
Le trafic est très au-delà de nos prévisions. Cela s’explique par un effet découverte mais aussi par une réponse adaptée aux besoins de la population et par l’attraction du lieu desservi : les Capucins. À la mi-mars, nous avions dépassé les 200 000 passages. Autre résultat fort : la fierté des habitants pour leur téléphérique. Formidable levier d’aménagement urbain, il a aussi pour objectif de les faire revenir en centre-ville. Innovant et ludique, il contribue à rendre la ville plus facile à vivre – les enfants l’adorent – mais aussi à la voir différemment. Ce bel objet urbain est léger, discret et quasi poétique. Par ailleurs, le soutien fort de la ministre de l’Écologie* et son lancement d’un nouvel appel à projets ont donné beaucoup d’échos à notre téléphérique.

– Quel est intérêt de cette expérience pour une Sem d’aménagement comme BMA ?
C’est très intéressant de travailler sur un prototype. Pour monter le projet, nous avons mis en place un groupement momentané d’entreprises entre la Sem et Egis Rail pour la partie technique. Il s’agit d’un bon choix, très adapté pour des projets innovants de ce type, qui permet de sortir de nos modes de fonctionnement habituels en allant chercher à l’extérieur l’expertise technique. Convaincus par ce modèle, déjà éprouvé pour le tramway, nous pensons le réutiliser pour d’autres projets à forte dimension technique. Mais il est encore trop tôt pour en parler !

– Quels échanges avez-vous eu avec d’autres Epl ou collectivités ?

Lire la suite