Archives du blog

Immobilier neuf ou ancien, comment choisir ? @CAFPIPRET @Galivel

Source : Galivel

Au moment de l’achat, comment choisir entre le neuf et l’ancien ?
Quels sont les facteurs clés à prendre en compte ?

galivel

L’an prochain, avec l’application du remaniement du prêt à taux zéro annoncé par le Gouvernement, les acquéreurs vont devoir refaire leurs calculs avant d’acheter. La bonne nouvelle ? Le prêt à taux zéro (PTZ) est reconduit, alors qu’il devait s’arrêter au 31 décembre 2017. Toutefois, le projet de loi de Finances pour 2018 prévoit :
– dans le neuf, le PTZ est recentré sur les zones tendues ; il ne pourra être demandé à son niveau actuel que par les primo-accédants des zones A, Abis et B1 à partir de l’année prochaine. Les zones B2 et C, quant à elles, bénéficieront à présent d’un PTZ mais uniquement avec au maximum 20% de la somme totale emprunter ;
– dans l’ancien, le PTZ est ciblé sur les zones non tendues ; il ne pourra être demandé que par les primo-accédants des zones B2 et C, afin de contribuer à rénover des logements existants.
Les autres critères (conditions de ressources et composition de la famille, montants plafonds des opérations, quotités, différés, etc.) sont pour l’instant inchangés.

 Le neuf globalement plus cher que l’ancien ?

C’est un réflexe de consommateur, accru par l’essor des comparateurs en ligne : le prix de vente affiché est souvent le critère prédominant dans le choix avant d’acheter. L’immobilier n’échappe pas à cette règle : de nombreux acquéreurs préfèrent se tourner vers l’ancien, qu’ils jugent d’emblée moins onéreux que le neuf. Toutefois, des exceptions existent, selon les villes et les quartiers : un logement ancien haut de gamme sans défaut, en excellent état et décoré au goût du jour, pourra parfois se vendre bien plus cher qu’un logement neuf.

 Des frais non négligeables

Mais encore faut-il faire ses calculs et prendre notamment en compte les frais liés à une acquisition immobilière :
– dans le neuf, les logements neufs sont soumis à la TVA à 20 %, parfois réduite à 5,5 % pour les primo-accédants dans les zones ANRU (renouvellement urbain) ou les périmètres adjacents. De plus, les ventes de logements neufs sont soumises à des droits de mutation réduits, représentant entre 1 et 2 % du prix du bien

Lire la suite…

A lire aussi :

@Institutionnels                    @royojm                     @AlexandraPoloce

Nouvelles règles des APL, de la loi Pinel et du PTZ @century21fr

Source : Century 21

PTZ, Loi Pinel, APL… Plusieurs modifications vous attendent pour les prochaines années. Découvrez les nouvelles règles annoncées par le Gouvernement.

century 21

Le PTZ : reconduit mais modifié

Si le précédent gouvernement avait décrété la fin du Prêt à taux zéro (PTZ) en décembre 2017, la nouvelle majorité présidentielle semble décidée à le reconduire en 2018, et pour quatre années supplémentaires, mais assorti de dispositions inédites. Il est vrai que le dispositif coûte quelque 2 milliards € chaque année et que l’État recherche des économies tous azimuts. Toujours est-il qu’après de nombreuses annonces contradictoires, il apparaît que le PTZ accordé pour des acquisitions dans le neuf serait maintenu tel quel à l’instar de l’ancien avec rénovation dans les zones B2 et C qui représentent tout de même près de 70% du territoire. En revanche, pour ces dernières zones, s’il subsisterait également pour le neuf pendant deux ans, il ne financerait plus que 20% du prix d’achat au lieu de 40%. Cela dit, au rythme actuel des déclarations gouvernementales, nul n’est à l’abri d’une mauvaise surprise à cet égard lors de l’établissement définitif de la prochaine loi de finances mais d’ores et déjà les constructeurs de maisons individuelles ont fait part de leurs inquiétudes.

Loi Pinel : prolongée quatre années.

Après bien des soubresauts, la loi Pinel qui autorise une défiscalisation de l’immobilier, est reconduite pour 4 années. Cependant, des restrictions territoriales ont été incluses puisque seules les zones tendues, comprenez « urbaines », sont conservées en l’état tandis que les secteurs ruraux (B2 et C) n’entreront plus dans le champ d’application de la loi.

Lire la suite…

A lire aussi :

 

@Institutionnels                 @royojm                     @AlexandraPoloce

 

 

 

Primo-accédants : le PTZ s’élargit au contrat de bail réel solidaire @SeLoger

Source : Se Loger.com


Un nouveau décret, publié au Journal Officiel, modifie les conditions d’attribution et les modalités des prêts à taux zéro (PTZ) pour financer la première acquisition à la propriété. Désormais, les primo-accédants qui achètent un logement à titre de résidence principale, via un bail réel solidaire (BRS), pourront en profiter. Ce décret était très attendu par les collectivités locales qui souhaitent développer leur organisme de foncier solidaire (OFS). Pour bénéficier d’un bail réel solidaire, les occupants sont soumis à des plafonds de ressources et doivent s’acquitter d’une redevance.
Bon à savoir

Le bail réel solidaire (BRS) permet aux ménages modestes d’accéder à un logement dont ils ne possèdent pas la pleine propriété mais un droit d’occupation, en vue de la location ou de l’accession à la propriété. Il est consenti par un organisme de foncier solidaire (OFS), et est caractérisé par une dissociation sur une très longue durée (entre 18 et 99 ans) entre le foncier et le bâti. En effet, c’est l’OFS qui reste propriétaire du foncier : dissociation permettant un prix abordable pour l’acquisition.

Le PTZ, une aide d’accession à la propriété

Retour sur la 4ème édition du Forum Économique du #GRANDPARIS @Tagerim_Immo

Organisé par Le journal du Grand Paris et La Tribune, en partenariat avec Tagerim promotion, le 4ème forum économique du Grand Paris s’est tenu le 21 avril dernier à la Maison des travaux publics (Paris, 8e arr.).

Les différents acteurs : aménageurs, élus, promoteurs, bailleurs sociaux se sont réunis pour échanger sur le thème de la construction en zone périurbaine.

Les échanges ont été riches et ont permis de souligner la nécessité de s’attarder sur les spécificités de la grande couronne étant donné que les habitants s’installent en grande couronne par choix et non par dépit. Les enjeux sont considérables :

  • la revitalisation des centre-bourgs
  • le logement
  • les transports en commun
  • l’équilibre entre l’habitat et l’emploi

Hervé Puybouffat, Président de Tagerim promotion soutient que l’ile de France, possède tout ce qu’il faut pour réussir la construction de logement :

« Nous disposons de tous les outils, à l’image de l’Epfif ou du dispositif Pinel qui fonctionne plutôt bien sur le territoire. Par ailleurs, nous bénéficions d’un atout exceptionnel qui est le transport en commun, existant ou en projet ».

> En savoir plus sur le site de TAGERIM

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Le PTZ+, version 2016

Source : USH


Afin de favoriser l’accession à la propriété, le prêt à taux zéro plus est renforcé en 2016, voire simplifié. Des conditions plus favorables pourront faciliter un financement des ménages souhaitant s’engager dans une opération d’accession sociale à la propriété.

De manière constante, ces dernières années, les modalités du PTZ+ sont retouchées par la loi de finances adoptée en décembre. Par conséquent, les offres de prêt, émises à compter du 1er janvier de la nouvelle année, sont régies par des dispositions correspondant aux objectifs en matière d’accession à la propriété annoncés généralement au dernier semestre de l’année précédente.
L’année 2016 ne dérogeant pas à la règle, l’article 107 de la loi n° 2015-1785 du 29 décembre 2015 de finances pour 2016 comporte des évolutions, afin d’élargir l’accès à ce financement.
Ces évolutions concernent :
– le périmètre géographique du PTZ+ dans l’ancien avec travaux ;

– les plafonds de ressources des emprunteurs ;

– le maintien du prêt ;

– le montant de l’achat pouvant être financé par le PTZ+ ;

– le différé de remboursement.

Le présent article expose les grandes lignes du PTZ+, applicable aux offres émises à compter du 1er janvier 2016, en mettant l’accent sur les points nouveaux.
Financement de logements neufs et anciens destinés à la résidence principale de l’emprunteur
La loi de finances pour 2015 avait réintroduit la possibilité de financer l’acquisition de logements anciens, sous condition de travaux. Toutefois, seules les opérations réalisées dans certaines communes, dont la liste était fixée par arrêté, étaient éligibles.
Pour les offres de prêt émises à compter du 1er janvier 2016, cette condition géographique est supprimée : ce sont les acquisitions, sous condition de travaux, des logements anciens situés sur le territoire national, qui peuvent désormais être financées par un PTZ+.
Les modalités relatives aux travaux ne sont pas modifiées : l’acquéreur doit présenter un programme de travaux d’amélioration à réaliser dans un délai maximum de trois ans à compter de la date d’émission de l’offre de prêt, sauf exceptions (décès de l’emprunteur, accident de santé entraînant une interruption temporaire de travail d’au moins trois mois, état de catastrophe naturelle ou technologique, contestation contentieuse de l’opération ou force majeure). La quotité minimale des travaux est fixée à 25% du coût total de l’opération…en savoir plus…
Cet article est extrait du n°1027 d’Actualités habitat du 30 janvier 2016

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>