Archives du blog

Locatio, la startup d’État qui accompagne les propriétaires et locataires @Min_Territoires

Source : Ministère de la cohésion des territoires

Locatio, la startup d’État incubée par la fabrique numérique, a pour but de simplifier les démarches de location et de rétablir une relation de confiance entre les propriétaires et locataires.

ministère de la cohésion

« Nous avons créé Locatio car nous sommes partis d’un constat simple : il existe aujourd’hui un problème de confiance entre les locataires et les propriétaires. D’un côté certains locataires sont amenés à falsifier leurs documents pour augmenter leur chance d’obtenir une visite, et de l’autre certains propriétaires demandent des pièces qu’ils ne devraient pas demander. Notre plateforme en ligne vise justement à fluidifier les relations entre les locataires et les propriétaires et à rétablir la confiance en cassant ce cercle vicieux. » Matthieu Heurtel, fondateur de Locatio

Côté locataire :
Vous contactez de nombreux propriétaires mais nous n’obtenez pas de réponse, votre candidature n’est pas retenue face aux autres candidats, vos droits ne sont pas respectés… Locatio vous accompagne pour constituer votre dossier de location et ainsi augmenter vos chances d’obtenir une visite.

Côté propriétaire :
Vous recevez de nombreuses sollicitations, vous craignez les faux documents… Locatio vous accompagne en étudiant les dossiers de vos futurs locataires.

En savoir davantage…

Lire également :

Suppression de la taxe d’habitation : l’État compense avec un nouvel impôt @SeLoger

Source : Se Loger

Prochainement, la taxe d’habitation va être supprimée pour 80% des ménages Français. Mais alors comment l’État va-t-il pouvoir combler ce manque ?
Un nouvel impôt devrait voir le jour pour les propriétaires  de résidences secondaires…

nouveau-logo-se-loger

Bientôt une surtaxe sur les résidences secondaires ? 

Un rapport concocté par Dominique Bur, ancien Préfet du Nord et le sénateur Alain Richard confirme que la taxe d’habitation devrait bien disparaître pour tous les contribuables français, alors qu’elle ne devait initialement concerner que 80 % des ménages. Cependant, la suppression de cet impôt va priver les communes de plusieurs milliards d’euros de recettes annuelles. Pour compenser ces pertes, le rapport suggère la création d’une « super taxe foncière » sur les logements « sous-occupés », à savoir les résidences secondaires et les logements loués moins de 6 mois dans l’année. Ainsi, si les propriétaires de ces logements ne paieront plus la taxe d’habitation, celle-ci sera remplacée par un prélèvement du même montant. « Il n’y aura pas de prétexte pour augmenter la fiscalité sur la taxe foncière ou la taxe résidence secondaire, car la taxe d’habitation sera remplacée », annoncent les auteurs du rapport, en s’adressant indirectement aux élus.

Résidences secondaires : les Parisiens déjà fortement taxés

Si les propriétaires de maisons secondaires et autre logements « sous-occupés » pourraient être prochainement lourdement taxés partout dans l’Hexagone, c’est déjà le cas des propriétaires parisiens de résidences secondaires.
En savoir plus…

Lire aussi :

Tout savoir sur la Taxe des logements vacants @SeLoger

Source : Se loger

Il existe de plus en plus de logements inoccupés dans les grandes villes bien que la demande en logements soit très importante. C’est pour cette raison que La TLV, taxe sur les logements vacants, existe. Mais alors, qu’est-ce que la taxe TLV ? Comment en être exonérer ? 

nouveau-logo-se-loger

Qu’est-ce que la taxe sur les logements vacants ?

La TLV (Taxe sur les logements vacants) est une mesure incitant les propriétaires et usufruitiers à mettre en location un logement vide. Elle ne concerne que les biens situés en zones tendues, soit dans les villes de plus de 50 000 habitants ou présentant un fort déséquilibre entre l’offre et la demande. Les habitations sont dites vacantes lorsqu’elles sont non meublées et laissées inoccupées depuis au moins 1 an au 1er janvier de l’année d’imposition. La taxe est alors calculée à partir de la valeur locative :
– 12,5 % la 1ère année où le logement est imposable.
– 25 % à partir de la 2e.

Pour s’exonérer, il faut passer 90 jours/an dans son logement

Il ne suffit pas de faire un peu de décoration, payer l’eau et l’électricité pour s’affranchir d’une dette auprès des services fiscaux. Le bien meublé est alors considéré comme résidence secondaire et le propriétaire sera redevable de la taxe d’habitation, majorée qui plus est, car il ne s’agit pas d’une résidence principale. Sa disparition à l’horizon 2020 ne change rien, car la « surtaxe » adossée aux résidences secondaires sera a priori maintenue, voire plus coercitive.

En savoir davantage…

A lire aussi :

Un lien entre l’accession à la propriété et le chômage ? @InseeFr

Source : Insee

Depuis déjà 50 ans, le nombre de propriétaires est en grande hausse. Mais alors, cette accession à la propriété aurait-elle des effets défavorables et négatifs sur l’emploi ?

Insee

Si le statut de propriétaire est généralement associé à une meilleure situation sur le marché du travail, une augmentation de la densité de propriétaires au niveau local va pourtant de pair avec une hausse du taux de chômage. Ce paradoxe, mis en évidence dans de nombreux travaux, est examiné ici pour la France, où la propriété s’est considérablement développée depuis cinquante ans. Il peut se comprendre comme la résultante de deux effets.

D’une part, les propriétaires sont effectivement moins souvent au chômage que les locataires : une plus forte densité de propriétaires joue dès lors mécaniquement à la baisse sur le taux de chômage. D’autre part, une forte densité de propriétaires peut engendrer des tensions sur le marché du logement : ces tensions sont susceptibles de compliquer la recherche d’emploi des chômeurs, par exemple en limitant leurs opportunités de trouver un logement à proximité des offres d’emploi. Les données des recensements successifs de la population entre 1968 et 2011 permettent d’estimer l’ampleur de ces effets pour la France. Il en ressort que le second effet l’emporte sur le premier : en particulier, une hausse de 10 points de la densité de propriétaires au niveau local serait associée à des frictions sur le marché du travail accroissant d’environ 1,3 point le taux de chômage local. La résultante des deux effets serait néanmoins d’ampleur modérée, à hauteur de 0,6 point sur le chômage local.

Des interactions entre marché du logement et marché du travail

Au-delà des réformes spécifiques du marché du travail, la mobilité géographique et professionnelle des travailleurs est souvent avancée parmi les pistes propres à réduire le taux de chômage (Amara et al., 2016).

Pour lire la suite de l’article, cliquez ici

A lire également :

Pourquoi les jeunes sont-ils attirés par l’immobilier neuf ? @Emerige

Source : Emerige

L’immobilier neuf séduit de plus en plus les jeunes aujourd’hui. En effet, 19% d’entre eux sont intéressés par l’achat d’une maison ou d’un appartement neuf. Emerige

1 jeune sur 3 veut acheter un logement neuf

C’est une étude de YouGov pour PAP Événements, parue le 7 mars en vue de la première édition du Salon de l’Immobilier Neuf, qui nous l’apprend. Les Millenials, cette génération née entre 1980 et 2000, préfère l’immobilier neuf à l’immobilier ancien.

L’étude révèle en effet que 35% des 18-24 ans et 34% des 25-34 ans songeraient à devenir propriétaire d’un bien immobilier neuf. Ils seraient même respectivement 10% et 6% à être déjà engagés dans une procédure d’achat.

Pourquoi les jeunes préfèrent l’immobilier neuf

Si les prix sont légèrement plus élevés que pour l’achat d’un appartement ancien, le neuf permet de faire de nombreuses économies sur le long terme. Les jeunes ne s’y trompent pas et citent, parmi les avantages d’un bien immobilier acheté neuf ou en VEFA :

– Le respect des normes énergétiques et de sécurité
– L’absence de travaux « pour au moins 10 ans » grâce aux garanties de parfait achèvement, biennale et décennale
– Les avantages fiscaux ainsi que les aides à l’achat exclusives à l’immobilier neuf

Les taux actuellement attractifs des crédits immobiliers font également partie des motivations qui incitent les Millenials à acheter un appartement neuf. Pour renforcer leur pouvoir d’achat immobilier, ils peuvent aussi compter sur les frais de notaire réduits de l’immobilier neuf : seulement 2 à 4% du prix d’acquisition du logement contre 7 à 8% dans l’immobilier ancien.

Lire la suite…

A lire aussi :