Archives du blog

Le coût du remboursement anticipé d’un crédit immobilier @SeLoger

Source : Se Loger

Vouloir rembourser son prêt immobilier de façon anticipée, n’est pas forcément la meilleure chose à faire. Cela entraîne des pénalités, représentant un pourcentage du montant restant à rembourser.

A combien s’élèvent les pénalités de remboursement d’un crédit ?

Le remboursement anticipé désigne le remboursement total ou partiel d’un crédit immobilier, pouvant notamment intervenir en cas de vente d’un bien ou d’une rentrée d’argent imprévue. Il peut occasionner des frais, appelés Indemnité de Remboursement Anticipé (IRA) ou Pénalité de Remboursement Anticipé (PRA). Cette indemnité de remboursement anticipé doit être fixée lors de la signature du contrat de prêt. Elle représente au maximum 3 % du capital restant dû, c’est-à-dire ce qu’il reste à rembourser au moment où lemprunteur décide de rembourser par anticipation, ou à 6 mois d’intérêts. En cas de prêt immobilier à taux variable ou mixte, cette pénalité peut être majorée des intérêts compensateurs. Dans le cadre d’un remboursement partiel, le contrat de prêt immobilier peut prévoir une valeur minimale de remboursement fixée à maximum 10 % du montant initial du prêt. Les indemnités de remboursement anticipé sont négociables avant la signature du contrat de prêt ou au moment où l’emprunteur souhaite rembourser.

Comment calculer les frais de remboursement de votre prêt immobilier ?

Dans le cas d’un remboursement partiel, c’est l’emprunteur qui décide du montant de son remboursement anticipé. En revanche, la totalité du capital restant dû doit être versée lorsqu’il s’agit d’un remboursement total. Si l’emprunteur souhaite réaliser le calcul de sa pénalité de remboursement anticipé, il doit dans un premier temps évaluer son capital restant dû et le montant de ses intérêts mois par mois en simulant son tableau d’amortissement. Il pourra déterminer le capital restant dû après le paiement de la dernière échéance mensuelle et multiplier ce capital par 3 %. Il pourra ainsi connaître le montant maximum de son indemnité de remboursement anticipé (IRA). En se reportant au tableau d’amortissement, l’emprunteur doit également repérer et additionner le montant mensuel des intérêts des 6 mensualités suivantes. En effet, le montant de l’indemnité demandée par la banque prêteuse correspondra au plus faible des 2 montants : 3 % du capital restant ou 6 mois d’indemnités.

En savoir plus

Devenir propriétaire : comment bien préparer son projet ?

topic_image_proprioAprès de longues années de location, colocation, squats chez les potes ou chez papa et maman, ça y est, vous vous lancez et décidez d’acheter votre premier logement ! L’achat est certes un grand saut mais ne renoncez pas ! Il faut simplement le préparer avec soin et sans précipitation.

Neuf ou ancien, appartement ou maison, centre-ville ou banlieue ne sont pas les seules questions à se poser. Il va surtout falloir bien vous entourer. Outre la sélection de l’agence qui doit dénicher votre futur nid, si tant est que vous ne fassiez pas les recherches par vous-même, le choix d’un notaire et bien entendu d’un banquier revêt une importance extrême. Ce sont, outre vos proches, les deux personnes centrales dans la construction de votre dossier.

Le budget

On a tous en tête la maison de nos rêves mais avant de penser villa, piscine et jacuzzi, il faut, vous vous en doutez, définir le budget dont vous disposez. Pas besoin de 36 000 papiers pour simuler votre capacité d’achat : sur la base de vos revenus, de vos charges et de votre éventuel apport, le banquier pourra rapidement vous donner une simulation de budget. Cette étape est donc primordiale ! Consacrez du temps à un tête à tête avec votre conseiller bancaire.
La simulation de budget vous permettra de définir le bien que vous pouvez acheter et de justifier auprès d’un vendeur de vos premières démarches et de la fiabilité de votre dossier. Il faut savoir que lorsque vous signez un avant contrat (un compromis de vente par exemple), vous ne pourrez acheter le bien qu’à la condition d’obtenir le financement. C’est ce que l’on appelle les conditions suspensives. Et veillez bien à respecter les obligations mises à votre charge et à demander un prêt conforme aux clauses de l’avant-contrat.
Ca y est vous avez signé ? Cela ne sera officiel que lorsque votre notaire ou l’agent immobilier vous auront adressé le compromis par lettre recommandée. Si jamais vous décidez de vous rétracter, vous avez 7 jours pour le faire à partir du lendemain de la réception de la dite lettre ! Vous avez 7 jours mais vous devez le faire par lettre recommandée et attention pour vous c’est la date d’envoi et non de réception qui fera foi. Et comme on veut vous aider chers tipsters, vous trouverez, dans la boîte à outils, le modèle de lettre correspondant, c’est pas beau çà ? N’oubliez pas de le poster en recommandé avec accusé de réception.

Votre budget est déterminé ? Vous pouvez maintenant entrer dans le cœur de votre projet : où, quoi, comment ?

Des avantages à préférer le neuf…

Si votre cœur balance pour le neuf et le moderne, sachez que vous pouvez bénéficier, en fonction de vos ressources, de conditions de financement très avantageuses en ayant recours au Prêt à Taux Zéro +. Vous pouvez ainsi financer une partie de votre résidence principale à taux 0.
Un autre tip, puisqu’on parle de neuf ! Si vous faites construire votre château ou si vous l’achetez sur plan (on appelle cela des VEFA), vous bénéficierez d’une exonération de la taxe foncière pour les deux années suivant l’achèvement de votre logement (sous réserve de penser à déposer un imprimé CERFA !).
En outre, s’il s’agit d’une VEFA, vous bénéficierez des frais de notaire réduits, dans la mesure où vous achetez votre bien directement auprès d’un professionnel.

Votre coeur ou votre budget bascule pour l’ancien

Dans ce cas aussi vous pouvez bénéficier de prêts aidés, valable pour l’achat neuf ou dans l’ancien, notamment si vos revenus ne sont pas encore au même niveau que les grandes stars. Votre conseiller pourra vous renseigner notamment sur le prêt à l’accession sociale, rendez-vous dans nos liens « à découvrir ». Et si vous êtes plus du genre cigale que fourmi et n’avez pas ouvert un plan épargne logement, sachez que des membres de votre famille peuvent vous faire bénéficier de leur droit à prêt. C’est l’occasion d’aller boire un café chez grand-mère …

Et pour les travaux ?

Avant de revêtir votre plus belle combinaison, votre casque de chantier et de vous armer de votre caisse à outils, pensez à faire évaluer le coût des travaux de rénovation par des pros. En plus de fiabiliser le coût de votre d’achat, les devis vous permettront également de négocier le prix de votre futur appartement… Pensez « développement durable » dans vos travaux, il y a beaucoup d’aides ! Changer de chaudière ou mieux isoler votre appartement, vous fait non seulement économiser de l’énergie mais vous donne aussi accès à des facilités de financement et autres aides : éco prêt à 0%, crédit d’impôt développement durable, prime rénovation énergétique, certificats d’économie d’énergie, aides locales… Prenez le temps de vous renseigner !
Un petit tip pour la route ? Vous êtes bricoleur mais la tâche s’annonce difficile pour un petit tipster seul… Pensez chantier participatif !

Une marche à suivre pour construire !

Vous préférez carrément faire construire la maison de vos rêves ? Deux, trois petites choses à savoir. Tout d’abord il vous faut trouver votre futur terrain ! En lotissement ou non, bien choisir son terrain est aussi important que l’achat d’une maison !

Cependant, si vous avez un doute, vous pouvez soumettre votre acquisition de terrain à l’obtention d’un certificat d’urbanisme. Et c’est quoi, ça ? Deux options :
– Le certificat d’urbanisme d’information : il indique les dispositions d’urbanisme, les limitations administratives au droit de propriété et la liste des taxes et participations d’urbanisme applicables au terrain
– Le certificat d’urbanisme opérationnel : il indique, lui, si le terrain peut être utilisé pour la réalisation de l’opération que vous prévoyez.
De plus, ce fameux certificat vous permettra d’obtenir des informations sur les conditions dans lesquelles le terrain pourra être viabilisé (c’est à dire raccordé aux différents réseaux d’eau, d’électricité, de gaz, etc.)

Ensuite, veillez à ce que votre projet de construction respecte les règles d’urbanisme. Pas de permis de construire, pas d’ouverture de chantier !
Une fois le permis de construire obtenu, il vous faudra patienter deux mois avant de commencer vos travaux chers Tipsters !

Comme on n’est pas tous architectes ou des maîtres d’oeuvre.

Vous n’avez pas l’âme et les compétences d’un professionnel du bâtiment ? Nous non plus ! Heureusement, il y a des solutions pour ne pas monter votre projet à l’envers ! Vous pouvez faire appel à un architecte qui établira les plans, vous guidera, vous conseillera dans les choix des entreprises intervenantes et suivra les travaux, le cas échéant. Un autre tip ! Si vous n’en avez pas les moyens, certaines villes disposent d’un architecte-conseil municipal que vous pouvez consulter pour bénéficier de quelques conseils…
Deuxième solution, vous pouvez conclure un contrat de construction avec un constructeur, avec ou sans fourniture de plans. Il pourra entamer toutes les démarches administratives pour sécuriser votre projet.

.

>En savoir plus sur : https://tipsntricks.fr

>
.
.
>De Leblogdesinstitutionnels

<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>