Archives du blog

Les vignettes Crit’Air pour lutter contre la pollution de l’air @Paris #ZCR @EcologiEnergie

paris-fr

Source: paris.fr

À compter du 15 Janvier 2017, La ville de Paris deviendra la première zone de la circulation restreinte en France (ZCR). Une décision prise par le Ministère de l’Écologie et du Développement Durable pour lutter contre la pollution de l’air. À cette date, les véhicules circulant dans Paris devront obligatoirement s’équiper d’un certificat qualité de l’air, « Crit’Air », c’est-à-dire une vignette indiquant le niveau de pollution du véhicule.
Le Dispositif ZCR
En accord avec le décret n° 2016-847 du 28 juin 2016 relatif aux zones à circulation restreinte, la Ville met à votre disposition les éléments du dossier de consultation :
1. Un résumé non technique de l’étude justifiant la création d’une zone à circulation restreinte à Paris.
2. L’évaluation de la quantité de véhicules concernés par les restrictions.
3. Le projet d’arrêté comprenant les étapes des 1er janvier 2017 et 1er juillet 2017.
4. L’étude réalisée par Airparif comportant :
• La part des émissions liées au trafic routier.
• L’état initial de la qualité de l’air à Paris.
• L’évaluation de l’impact sur les émissions polluantes de la mise en œuvre d’une ZCR à Paris.

Lire la suite

Les perceptions sociales et pratiques environnementales des Français de 1995 à 2011

La sensibilité des Français à l’environnement est évaluée à travers le prisme de leur opinion et de leurs pratiques. Son suivi peut fournir un éclairage sur l’orientation à donner aux politiques publiques environnementales.

La mesure de l’opinion permet tout d’abord d’apprécier la demande sociale de protection de l’environnement, dans des domaines aussi divers que la pollution de l’eau et de l’air, les déchets, les risques technologiques et naturels, la biodiversité, le changement climatique, etc.

L’étude des pratiques environnementales permet, quant à elle, de mesurer l’intégration du souci de préservation de l’environnement dans les gestes quotidiens des ménages : le tri des déchets, l’économie d’énergie et d’eau, les modes de transports, par exemple.

Les enquêtes mobilisées dans ce but par le Commissariat général au développement durable (CGDD) montrent que l’adhésion à la protection de l’environnement continue de progresser depuis deux décennies même si celle-ci n’est pas la préoccupation principale des Français…les perceptions sociales et pratiques environnementales des Français de 1995 à 2011 (PDF – 948.5 ko)

Assainissement des eaux usées urbaines : bilan positif


Tous les jours, un Français produit en moyenne 150 litres d’eaux usées, appelées eaux résiduaires urbaines. Pour éviter que leurs rejets ne polluent les milieux naturels, ces eaux doivent impérativement être collectées et traitées. Jusqu’en 2007, la France faisait figure de mauvais élève en la matière.

Afin de mettre en conformité ses installations avec les exigences européennes, le gouvernement a lancé un plan d’action 1 pour achever la mise en conformité des 146 stations les plus importantes. A l’occasion de l’inauguration des nouveaux équipements de la station de traitement des eaux d’Achères (78), la plus grande d’Europe, Nathalie KOSCIUSKOMORIZET a présenté un bilan positif de cette campagne de modernisation. Ainsi sur la période 2007-2011, 141 stations ont été mises aux normes et les travaux seront terminés avant la fin 2013 pour les cinq dernières.

La ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement s’est dite satisfaite de la bonne réalisation de ce plan qui a mobilisé un investissement de plus de 4,5 milliards d’euros par an, et dont la station de traitement des eaux d’Achères est tout particulièrement emblématique…Plus d’informations sur le portail du Développement Durable

La prise en compte la biodiversité dans les projets d’EcoQuartier

Si la dimension paysagère est aujourd’hui mieux prise en compte dans les projets d’EcoQuartier, il n’en reste pas moins que la biodiversité recouvre des enjeux bien plus larges qui mériteraient d’être mieux approfondis. Le rapport « Biodiversité » dresse un panorama d’ensemble des actions possibles en faveur de l’intégration de la biodiversité en ville.

Suite à l’appel à projets 2009, l’analyse des dossiers a permis de dresser un bilan de la prise en compte de la biodiversité dans les projets d’EcoQuartier. 

La prise en compte de la biodiversité dans les projets d’aménagement (urbains mais aussi ruraux) se traduit d’abord par le respect des espaces naturels existants, la protection des espèces ou le développement des trames vertes et bleues. Les enjeux de la biodiversité en ville ne portent pas uniquement sur ces fonctions écologiques et paysagères : la réduction des pollutions, la gestion de l’eau, l’adaptation au réchauffement climatique ou la création de lien social, sont autant de services qui doivent être reconnus et développés Lire la suite

Les perspectives de la voiture de demain

Dans un contexte tendu, entre la perspective du changement climatique et des pressions géopolitiques croissantes sur les ressources pétrolières, le véhicule électrique peut apparaître comme une solution d’avenir.

 

N’émettant aucune pollution au niveau local, il est même souvent qualifié de véhicule “zéro émission”, de manière exagérée cependant puisque cette expression ne prend en compte le contenu en carbone ni de l’électricité qu’il utilise, ni de son cycle de vie. L’intérêt écologique se double de considérations de sécurité énergétique, mais les bénéfices pour la collectivité s’accompagnent de contraintes qui pèsent en premier lieu sur les particuliers : recharges fréquentes et longues, autonomie limitée. Si les consommateurs semblent prêts à reconsidérer leur vision de la mobilité, le prix restera pour beaucoup une variable très importante dans la décision d’achat : la rentabilité du véhicule électrique dépendra principalement du prix de la batterie ainsi que de la distance annuelle parcourue.

Compte tenu des différences actuelles de coûts, le véhicule électrique ne sera probablement pas moins cher que le véhicule thermique dans les prochaines années : il ne faut donc pas s’attendre à une irruption du tout-électrique sur le marché. Si l’on se fixe l’objectif de réduire notre dépendance au pétrole (ce qui conduit de facto à diminuer également les émissions de dioxyde de carbone), il faut poursuivre l’amélioration des véhicules thermiques, dont les marges de progrès sont importantes : une réduction de 50 % des consommations unitaires par rapport à 2007 est raisonnablement possible à terme. L’électrification progressive des véhicules thermiques et le développement à grande échelle des véhicules hybrides rechargeables permettraient d’aller encore plus loin et constituent des voies d’amélioration prometteuses…

Télécharger   la note de synthèse + le Rapport « la voiture demain »