Archives du blog

Croissance de la Zone € – Découvrez le rapport économique d’hiver

zoom-economiqueMacro : La Commission européenne (C.E) a relevé de 0,1 point ses prévisions de croissance de la Zone euro lors de son rapport économique d’hiver. Après une croissance de +1,7% en 2016, l’activité de la Z.E devrait être de +1,6% en 2017 et +1,8% en 2018. Le chômage devrait poursuivre son recul et l’inflation se redresserait mais demeurerait en deçà de l’objectif de la BCE. Cependant, la C.E a indiqué que les perspectives sont soumises à des « risques exceptionnels », citant les incertitudes quant à la politique de D. Trump, les nombreuses élections à venir en Europe en 2017 et le début des négociations après le Brexit.

Change : • La hausse des anticipations d’un resserrement de la politique monétaire de la Fed dès la prochaine réunion des 13&14 mars a profité au dollar. L’euro a ainsi touché, le 15/02, un plus bas depuis 5 semaines à 1,0521 dollar, tandis que 40% des investisseurs tablent sur une hausse des taux en mars.

Marchés de taux & crédit : Aux Etats-Unis, les prix à la consommation sur un an ont progressé de +2,5% en janv., après +2,1% en déc. L’inflation enregistre ainsi sa plus forte
progression depuis mars 2012, bénéficiant principalement de la hausse des prix de l’énergie (+10,8% sur an). Toutefois, l’indice hors éléments volatils progresse également de +2,2% en déc. à +2,3% en janv. Ces pressions inflationnistes pourraient inciter la Fed à remonter graduellement ses taux directeurs dans les prochains mois, comme l’a laissé entendre J. Yellen devant le Congrès le 14/02. En effet, la Présidente de la Fed a estimé qu’un prochain relèvement des taux en mars ou en juin serait « probablement adapté » si l’emploi et l’inflation évoluaient conformément aux attentes. Elle a précisé que la croissance du marché de l’emploi est forte, a un rythme sans doute insoutenable à long terme. En conséquence, les taux à 10 ans américains ont ainsi franchi 2,50% le 15/02.

Téléchargez la suite

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Zone Euro: l’inflation à la hausse

Ce mouvement général de hausse de l’inflation s’explique essentiellement par la forte progression des prix énergétiques et alimentaires. Les prix à la consommation français ont ainsi flambé de +0,8% en déc. à +1,6% en janv., à un niveau sans précédent depuis nov. 2012. En parallèle, l’inflation annuelle espagnole a plus que doublé, pour s’établir à 3% en janv., au plus haut depuis 4 ans. Seule l’augmentation de l’inflation annuelle en Italie est restée modérée, en hausse de 0,2 point à +0,7%.

L’inflation annuelle en Z.E a donc accéléré à +1,8%, vs +1,1% en déc., et s’est hissée à un pic inédit depuis fév. 2013. Néanmoins, hors composantes énergétiques et alimentaires, l’inflation annuelle s’est stabilisée à +0,9%, pour le 2e mois d’affilée. En réponse aux critiques croissantes allemandes envers la politique très accommodante de la BCE, 2 de ses membres ont souligné que la récente accélération de l’inflation en Z.E ne réflétait pas pour l’heure, « un ajustement durable de la trajectoire d’inflation, à un niveau proche de 2% à moyen terme ». La croissance s’est également raffermie au 4e trim. en France et en Z.E. Le PIB du 4e trim. français a progressé de +0,4%, vs +0,2% au trim. précédent. La consommation des ménages (+0,1% +0,6%) et l’investissement (+0,9% +2,8%) se sont redressés, tandis que le commerce extérieur apportait une contribution positive (+0,1 point). L’économie française a finalement crû de +1,1% en 2016, un rythme toujours modéré. En Z.E, l’activité a accéléré à +0,5% au 4e trim., contre une croissance révisée de 0,1 point à +0,4% au 3e trim. Sur l’ensemble de l’année 2016, elle a augmenté de +1,7%…Lire la suite

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Croissance française de l’année 2014 abaissée à +0,2%

Le taux de swap € à 10 ans retombe en deçà des 0,95%, après la publication de plusieurs chiffres économiques américains en retrait  Zone euro : le taux de croissance du PIB français au 1er trim. surprend positivement, à +0,6%, celui de l’Allemagne déçoit (+0,3%)

Le taux de croissance allemand au 1er trim. 2015, est ressorti à la fois inférieur à celui du 4e trim. 2014 (+0 ,7%) et aux attentes (+0,5%).  Soutenu par la consommation domestique, à la faveur de  l’augmentation du pouvoir d’achat des ménages (hausse d es salaires et baisse des  prix énergétiques), il a en revanche été pénalisé par  le commerce extérieur, en raison d’une hausse des importations (vigueur de la demande  domestique) supérieure à celle des exportations. Sur un  an, l’économie allemande a crû de +1,1%. 

En France, à l’inverse, l’économie a non  seulement accéléré à +0,6%, son taux de croissance le plus é levé depuis le 2e trim. 2013, mais elle a dépassé les prévisions (+0,4%).  En  rythme annuel, la croissance s’élève à +0,7%. Elle a été  portée par la consommation domestique (hausse de la consommation des ménages de  +0,1% à +0,8% au 1er trim. 2015) et la variation de s stocks, qui ont contribué à hauteur de +0,5 point à l’activité. Si l’investissement total recule  de -0,2%, celui des entreprises a frémi (-0,1% +0,2%). Néanmoins, l’investissement immobilier des ménages a continué à peser, à – 1,4%, après  -1,1% au 4e trim. 2014. Enfin, le commerce extérieur  a contribué négativement (-0,5 point). Par ailleurs, la croissance française pour l’ensemble  de l’année 2014 a été abaissée de +0,4% à +0,2%. 

En Italie, le PIB a cessé de se contracter au 1er trim. 2 015, pour la 1re fois depuis le 3e  trim. 2013, enregistrant une hausse de +0,3%, grâce à l a consommation domestique.  La Grèce est retombée en récession, avec un recul du  PIB de -0,2%, après déjà -0,4% au 4e trim. 2014.  Finalement, le PIB de la Z.E a augmenté de +0,4% au  1er trim. 2015, sa plus robuste  progression depuis le 2e trim. 2013.  Le taux d’Etat allemand et le taux de swap€ à 10 ans sont alors remontés à 0,72% et 0,9975% en milieu  de semaine, avant de refluer de nouveau.  L’Eonia et l’Euribor 3 mois sont tombés à de nouveaux  plus bas respectifs à -0,143% et -0,011%.

Etats-Unis : une série de chiffres macroéconomiques  maussades ravive les craintes d’un manque de vigueur de l’économie au 2e trim.

Les ventes au détail ont stagné au mois d’avril. En out re, la plupart de ses composantes se sont détériorées au-de là des anticipations. En  parallèle, la production industrielle et celle de bien s de consommation ont reculé de 0,3%. De plus, la confiance des ménages, calculée par  l’Université du Michigan, a enregistré une chute inattendue de 95,6 en avril à 88,6 en mai. Enfin, les prix  à la production sont repartis en avril à la  baisse (-0,4%), après le rebond (+0,2%) de mars, qui av ait mis fin à 4 mois d’affilée de recul. Les taux d’Etat américains à 10  ans ont alors perdu  13 bp sur la semaine. La majorité des économistes n’anticipent désormais plus de hausse des taux directeurs de la Fed  avant sept. Les  investisseurs seront donc attentifs aux déclarations de plusieurs membres de la Fed cette semaine, parmi lesquelles celles de J. Yellen.

 

 > En savoir plus : consulter la note en PDF 

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Le dollar reprend du terrain face à l’euro

Veille macroéconomique et de marchés

Macro : Ÿ Le gouvernement français confirme sa prévision de croissance de 1,0% en 2015 et anticipe 1,5% pour les années 2016 et 2017, contre 1,7% et 1,9% dans son précédent scénario. De plus, il vise une réduction progressive du déficit public à 3,8% du PIB fin 2015, puis 3,3% fin 2016 et 2,7% fin 2017, en conformité avec la Commission européenne qui lui a accordé un nouveau délai de 2 ans pour revenir sous la norme des 3%. Dans sa dernière publication, l’Insee table de son côté sur un rythme de 1,1% de progression du PIB à la fin du 1er semestre, en dépit de la faiblesse persistance de l’investissement.

Change • En dépit d’un accès de faiblesse consécutif aux chiffres décevants de l’emploi aux Etats-Unis, le dollar reprend du terrain face à l’euro (1,07 $ pour 1 € contre 1,10 le 03/04) et aux principales devises dans la perspective du maintien d’une remontée des taux de la Fed dans les prochains mois.

Change

Le compte-rendu du dernier Comité monétaire de la Fed les 17 et 18 mars indique que les responsables de la Banque centrale sont confiants dans la solidité de la croissance américaine et souhaitent remonter les taux directeurs dans le courant de l’année. Si les débats au sein de la Fed sur le calendrier de la 1ère hausse sont intenses, seuls 2 membres ont défendu un statu quo jusqu’en 2016. La Fed optera pour un durcissement de sa politique, de façon pragmatique et graduelle, en fonction de l’amélioration de la conjoncture, en surveillant également l’inflation liée à l’évolution du dollar et du pétrole. Plusieurs indicateurs ont confirmé le ralentissement de l’activité au 1er trim. depuis lors, et notamment les créations d’emplois en mars (126 000), très nettement inférieures au rythme moyen de 269 000 des 12 derniers mois . Malgré cela, 2 membres de la Fed (W. Dudley et J. Powell) n’excluent pas un 1er relèvement dès juin. Ÿ● La Grèce annonce le remboursement ce jour d’une dette de 450 M€ au FMI, alors que les négociations avec ses créanciers sur les réformes n’ont toujours pas abouti.

Actions Après le bond du 1er trim., les indices européens restent orientés à la hausse, au plus haut depuis 7 ans pour l’EuroStoxx50, portés par des indicateurs positifs.

Matières premières

Pour le 3ème trimestre consécutif et pour la 1ère fois depuis 2001, le prix des matières premières (métaux, produits agricoles, énergie) est de nouveau en recul (-5,2%). La hausse du dollar, les niveaux de production élevés et le ralentissement chinois ont encore pesé sur les cours ces 3 derniers mois.

 
 > En savoir plus : consulter la note en PDF 

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Point Marché Dette -Edition du 4 Juillet 2011-

Retrouvez votre Point Marché Dette hebdomadaire réalisé par Anne-Kattel QUENTRIC, notre stratégiste Salle des Marchés…
Au sommaire:
  • Un pas en avant : vote du plan par le Parlement grec – un pas en arrière : pour S&P un « roulement » de la dette grecque est un défaut…
  • Zone Euro – Hausse probable du taux de refinancement de la BCE à 1.5% lors du Conseil des Gouverneurs de la BCE du 7 juillet…
  • USA – Moody’s a prévenu le Congrès qu’en l’absence de relèvement de plafond d’ici au 2 août leur notation serait abaissée d’un cran…
Télécharger le Point Marché Dette (4 Juillet 2011)