Archives du blog

La France construit de moins en moins de logements @fpifrance

     Source : FPI France

Depuis deux ans, la France construit de moins en moins de logements, en particulier de logements collectifs

En 2017, sur 12 mois, 501 000 logements ont été autorisés et 425 000 mis en chantier. Entre mi 2018 et mi 2019, toujours sur 12 mois, ces chiffres sont tombés à respectivement 460 000 et 398 000. Le point de bascule se situe mi-2017. Cette baisse est particulièrement sensible pour les logements ordinaires collectifs, qui font l’essentiel de l’offre dans les grandes métropoles où se concentrent les besoins : 260 000 autorisés en 2017, 230 000 entre mi 2018 et mi 2019. Ce sont donc près de 30 000 logements perdus en rythme annuel. Le niveau de construction reste élevé, mais la tendance est négative. Certes, les PC sont en très léger regain depuis deux mois, mais ce regain ne vaut pas pour les logements collectifs ordinaires (-5,8 %), et les mises en chantier restent mal orientées (-7,9 %).

Un problème plus structurel que conjoncturel

La demande des ménages, alimentée par les facilités du crédit immobilier et le choix du Gouvernement d’y maintenir les aides aux particuliers (PTZ et Pinel), reste soutenue dans les zones tendues. Si moins de logements sortent de terre, ce n’est donc pas faute de clients, mais de produits : les promoteurs pourraient mieux satisfaire la demande de logements s’ils pouvaient produire à due proportion.

Or aujourd’hui, si la loi ELAN a apporté quelques réponses, sur les recours en particulier, les contraintes les plus fortes restent sans solution. Contraintes techniques et industrielles, d’une part, résultant des difficultés du secteur du BTP (hausse des coûts, défaillances d’entreprises etc.) ; contraintes politiques, d’autre part, liées au processus très long de révision des PLU en cours dans les grandes métropoles et à la difficulté d’obtenir des permis de construire (contexte électoral, complexité administrative etc.). Dans ce secteur comme dans d’autres, la France s’enferre dans des process administratifs trop longs, coûteux, peu agiles, qui pèsent sur l’activité, les prix, la croissance et l’emploi.

Pour Alexandra François-Cuxac, Présidente de la FPI France :

L’Etat devrait être vigilant sur l’activité de la filière immobilière : technologie, construction, développement durable, croissance verte : les promoteurs immobiliers sont les acteurs de la croissance s’ils peuvent évoluer dans un contexte où les décisions publiques sont rapides fluides transparentes et si la sphère publique accompagne la sphère privée pour relever ses défis. 

Des chantiers à ouvrir pour renouer avec la croissance

…lire la suite…

Logement : une « chute d’offre » plus qu’un « choc d’offre » @lejournaldelagence #loiELAN

   Source : Le Journal de l’Agence

Les chiffres de la construction de logements à fin juin 2019 confirment une tendance à la baisse entamée depuis deux ans. Pour compléter la loi ELAN, des chantiers de réforme restent à ouvrir pour renouer avec la croissance.

La France construit de moins en moins de logements

En 2017, sur 12 mois, 501 000 logements ont été autorisés et 425 000 mis en chantier. Entre mi 2018 et mi 2019, toujours sur 12 mois, ces chiffres sont tombés à respectivement 460 000 et 398 000. Le point de bascule se situe mi-2017. Cette baisse est particulièrement sensible pour les logements ordinaires collectifs, qui font l’essentiel de l’offre dans les grandes métropoles où se concentrent les besoins : 260 000 autorisés en 2017, 230 000 entre mi 2018 et mi 2019. Ce sont donc près de 30 000 logements perdus en rythme annuel. Le niveau de construction reste élevé, mais la tendance est négative. Certes, les PC sont en très léger regain depuis deux mois, mais ce regain ne vaut pas pour les logements collectifs ordinaires (-5,8 %), et les mises en chantier restent mal orientées (-7,9 %).

Un problème plus structurel que conjoncturel

La demande des ménages, alimentée par les facilités du crédit immobilier et le choix du Gouvernement d’y maintenir les aides aux particuliers (PTZ et Pinel), reste soutenue dans les zones tendues. Si …en savoir plus…

Interview de Julien Denormandie #PTZ #Pinel @J_Denormandie @Min_Territoires @radioimmo

Source : Radio Immo

Julien Denormandie, Secrétaire d’État auprès du Ministère de la Cohésion des territoires, était présent pour le vingtième anniversaire de l’Université d’été du Medef qui s’est déroulé fin août.

A cette occasion, Julien Denormandie est intervenu sur le plateau de Radio Immo :
« Vous avez besoin d’accompagner celles et ceux qui s’endettent pour pouvoir acquérir ces logements, c’est l’objet de ces PTZ »
« Il est important de libérer le foncier pour fluidifier le logement et inciter les acteurs de l’immobilier à construire sur le long terme. »

———> Retrouvez l’intégralité de son interview en cliquant ici

Lire également :

Zoom sur les loyers Pinel et les loyers libres en Ile-de-France @galivel @inovefa

Source : Galivel

INOVEFA Expertise a répertorié la liste des loyers du marché libre et des loyers Pinel sur la région Ile-de-France.

1.Seules 17% des communes étudiées remplissent « l’objectif Pinel »

Pour rappel, les dispositifs de défiscalisation immobiliers en général et le dispositif Pinel en particulier ont des objectifs multiples :
– Soutenir l’activité du marché de la promotion,
– Lutter contre la crise du logement en offrant des loyers plus bas que les loyers libres et faciliter ainsi le logement des moins fortunés,
– Proposer un produit de défiscalisation à destination des particuliers tout en renouvelant le parc urbain du pays.

Dans sa conception initiale, les loyers Pinel devaient en moyenne être 20% en dessous des loyers libres. L’étude menée montre que seules 17% des communes présentent un écart de 0 à 20% entre loyers Pinel et loyers libres

Ecart au m² entre loyers Pinel et loyers libres en Ile-de-France

Ecart loyers pinel et libre

Lire la suite…

A lire également :

Nouvelles règles des APL, de la loi Pinel et du PTZ @century21fr

Source : Century 21

PTZ, Loi Pinel, APL… Plusieurs modifications vous attendent pour les prochaines années. Découvrez les nouvelles règles annoncées par le Gouvernement.

century 21

Le PTZ : reconduit mais modifié

Si le précédent gouvernement avait décrété la fin du Prêt à taux zéro (PTZ) en décembre 2017, la nouvelle majorité présidentielle semble décidée à le reconduire en 2018, et pour quatre années supplémentaires, mais assorti de dispositions inédites. Il est vrai que le dispositif coûte quelque 2 milliards € chaque année et que l’État recherche des économies tous azimuts. Toujours est-il qu’après de nombreuses annonces contradictoires, il apparaît que le PTZ accordé pour des acquisitions dans le neuf serait maintenu tel quel à l’instar de l’ancien avec rénovation dans les zones B2 et C qui représentent tout de même près de 70% du territoire. En revanche, pour ces dernières zones, s’il subsisterait également pour le neuf pendant deux ans, il ne financerait plus que 20% du prix d’achat au lieu de 40%. Cela dit, au rythme actuel des déclarations gouvernementales, nul n’est à l’abri d’une mauvaise surprise à cet égard lors de l’établissement définitif de la prochaine loi de finances mais d’ores et déjà les constructeurs de maisons individuelles ont fait part de leurs inquiétudes.

Loi Pinel : prolongée quatre années.

Après bien des soubresauts, la loi Pinel qui autorise une défiscalisation de l’immobilier, est reconduite pour 4 années. Cependant, des restrictions territoriales ont été incluses puisque seules les zones tendues, comprenez « urbaines », sont conservées en l’état tandis que les secteurs ruraux (B2 et C) n’entreront plus dans le champ d’application de la loi.

Lire la suite…

A lire aussi :

 

@Institutionnels                 @royojm                     @AlexandraPoloce