Archives du blog

Nouveau portail de recrutement et une identité de marque employeur modernisée @LaMut_Generale

Source : Mutuelle Générale

Mutuelle générale

La Mutuelle Générale inaugure aujourd’hui un nouveau portail de recrutement et une identité de marque employeur modernisée, embarqués sous une plateforme de gestion des candidatures de dernière génération. L’objectif : faciliter l’expérience candidat et valoriser l’attractivité de la mutuelle.

Afin de faciliter les candidatures et d’offrir la meilleure expérience de recrutement possible à ses futurs collaborateurs, La Mutuelle Générale a décidé de simplifier et de digitaliser l’ensemble du parcours candidat. Les équipes Ressources Humaines de la mutuelle ont commencé par repenser en profondeur l’ensemble de leurs process de recrutement, désormais gérés par l’une des solutions les plus performantes du marché, Workday.

Concrètement, cela se traduit par un portail (web et mobile) ultra pratique, des offres d’emploi plus lisibles et mises à jour en temps réel, ainsi qu’une plateforme de gestion des candidatures qui renforce au quotidien la relation avec les candidats (correspondance personnalisée, accès aux offres et formulaire de candidature simplifiés, planning des entretiens, alertes de nouveaux postes, etc.).

…lire la suite …

4 millions de personnes en perte d’autonomie en 2050 : vers des besoins massifs d’hébergement @InseeFr

Source : Insee

En 2015, en France hors Mayotte, selon une définition large englobant domicile et établissement, 2,5 millions de seniors sont en perte d’autonomie, soit 15,3 % des 60 ans ou plus. Parmi eux, 700 000 peuvent être considérés en perte d’autonomie sévère. Les taux de prévalence de la perte d’autonomie sont plus élevés dans les départements du Massif Central, alors qu’ils sont plus faibles dans la région francilienne et à l’Ouest. 

Insee

2,5 millions de personnes âgées en perte d’autonomie
Le vieillissement de la population est un enjeu primordial des années à venir : la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement entrée en vigueur au 1er janvier 2016 a pour objectif d’anticiper les conséquences du vieillissement (réforme de l’allocation personnalisée d’autonomie, soutien des proches aidants, etc.). En 2015, selon la définition retenue ici, la France hors Mayotte compte 2,5 millions de personnes âgées en perte d’autonomie, soit 15,3 % des personnes de 60 ans ou plus. Parmi elles, 700 000 seniors peuvent être considérés en perte d’autonomie sévère. La perte d’autonomie concerne surtout les âges élevés : ainsi, 30,2 % des individus de 75 ans ou plus sont en perte d’autonomie, contre 6,6 % des individus âgés de 60 à 74 ans.

4 millions de seniors en perte d’autonomie en 2050
Si les tendances démographiques récentes et l’amélioration de l’état de santé se poursuivaient, la France hors Mayotte compterait 4 millions de seniors en perte d’autonomie en 2050, soit 16,4 % des personnes âgées de 60 ans ou plus (contre 15,3 % en 2015). Les personnes en perte d’autonomie sévère représenteraient alors 4,3 % de la population des seniors (contre 3,7 % en 2015). 

À politique publique de maintien à domicile inchangée, des besoins massifs en hébergement
À l’avenir, en considérant que la répartition de la prise en charge entre domicile et établissement resterait la même pour un âge et un degré de perte d’autonomie donnés dans les départements, le nombre de personnes hébergées de façon permanente en établissement, qui est d’environ 600 000 en 2015, s’accroîtrait de 0,8 % par an en moyenne jusqu’en 2021, puis entre 1,5 % et 2,0 % par an de 2023 à 2040. Il dépasserait les 700 000 en 2030, soit + 20 %, et s’élèverait à 900 000 en 2045, soit une augmentation de plus de 50 % entre 2015 et 2045. Fondée sur une hypothèse conventionnelle, une telle projection ne détermine pas le scénario le plus probable mais vise à illustrer que dans les prochaines années, la France devra choisir entre ouvrir massivement des places en EHPAD et modifier le partage de la prise en charge entre domicile et établissement, évolution qui rejoindrait l’objectif affiché des politiques publiques de favoriser le maintien à domicile.

En savoir plus sur l’étude…

Lire également :

Grand Reims : la résidence « Source de Muire » de 79 logements prévue pour fin 2020 @PlurialNovilia @GrandReims #Arpavie

Source : Plurial Novilia

Le 10 juillet, Jean-Pierre BELFIE, Maire de Bezannes, Michel CHATOT, Président d’ARPAVIE, Bruno ARCADIPANE, Président du groupe Action Logement, Catherine VAUTRIN, Présidente du Grand Reims et Jean-Claude WALTERSPIELER, Président de Plurial Novilia ont posé la première pierre de la future résidence autonomie Source de Muire située au sein du futur Pôle Intergénérationnel de Bezannes.

Plurial novilia

En tant que maître d’ouvrage, Plurial Novilia, Entreprise Sociale pour l’Habitat (ESH) filiale du groupe Action Logement, a imaginé avec la ville de Bezannes, un Pôle Intergénérationnel permettant à toutes les générations de se croiser, d’interagir et de vivre ensemble au sein d’un projet commun. Cet ensemble immobilier intégrera des logements séniors mais aussi des maisons en accession à la propriété, des maisons locatives et des parcelles libres à la vente.
La résidence autonomie Source de Muire, imaginée par Plurial Novilia, le cabinet d’architectes rémois Thienot Ballan Zulaica et ARPAVIE, constitue un point central de la vie du futur quartier. En tant que premier gestionnaire associatif de résidences pour personnes âgées, ARPAVIE a été choisi pour assurer la gestion de cette résidence autonomie dont l’ouverture est prévue au 4ème trimestre 2020.
Située dans le quartier de la mairie et proche de toutes les activités associatives, la résidence Source de Muire proposera 79 logements allant du T1 au T3 dont 10 T1 dédiés aux jeunes travailleurs et aux étudiants.

Les plus de la résidence
La résidence proposera un haut niveau de confort et une faible consommation d’énergie (RT 2012). Une attention particulière a été portée sur la domotique avec plusieurs dispositifs augmentant le confort de vie des futurs résidents comme : la programmation du chauffage, détecteur de présence et donc autorégulation, l’extinction et l’ouverture intelligente des volets et des lumières, la pose de serrures électroniques, la pose de veilleuse pied de lit par chambre (aide à l’autonomie).

Consulter le communiqué de presse

Lire aussi :

Mobilité et déplacements des aînés : comment mieux prendre en compte l’avancée en âge ? @metropolerennes

Source : Rennes métropole

La question des mobilités dans l’avancée en âge est globale et multidimensionnelle.
Elle nécessite notamment de connaître les incidences du vieillissement sur la personne et les spécificités des plus âgés pour mieux les prendre en compte dans les diverses offres de mobilité, l’aménagement des espaces publics, les applications numériques… Comment mieux prendre en compte l’avancée en âge ?

La Métropole de Rennes organise le 6 juin un colloque sur les mobilités et les déplacements des aînés, de 8 h 30 à 16 h 30, à l’hôtel de Rennes Métropole.

Image associée

Voici un aperçu du programme :
9h00Ouverture du colloque par Sébastien Sémeril, 1er adjoint à la Maire de Rennes, délégué à l’urbanisme et au développement durable
9h05Conférence : Faciliter la mobilité à tous les âges, un engagement majeur
par Eric Alexandre, Chargé de mission en charge de l’accessibilité de la voirie et de la normalisation Délégation Ministérielle à l’Accessibilité
9h35Présentation de la démarche Ville amie des aînés par Pierre-Olivier Lefebvre, Délégué Général du Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés
9h45Table ronde : Les enjeux politiques
– Véra Briand, Adjointe à la Maire de Rennes, déléguée aux personnes âgées et au handicap,
– Daniel Dein, Conseiller communautaire de Rennes Métropole en charge des modes de déplacements alternatifs
– Jean-Luc Gaudin, Vice-président de Rennes Métropole en charge de l’aménagement
– Anne-Françoise Courteille, 1re Vice-présidente du Conseil départemental 35, Déléguée aux Solidarités, aux Personnes Agées et au Handicap
– Martine Doudard, Adjointe au Maire de Betton, déléguée à la solidarité, à la cohésion sociale et à l’emploi
10h30Table ronde : Les préoccupations majeures des aînés en terme de mobilité

>>> Cliquez ici pour consulter le programme

Lire également :

Quelle est la situation des EHPAD en 2017 ? La CNSA fait le point @CNSA_actu

Source : CNSA

La CNSA, Caisse nationale de Solidarité pour l’Autonomie, a publié son rapport annuel sur la situation des EHPAD (Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) en 2017. Une hausse du taux d’encadrement est à constater… découvrez tous les résultats de l’étude ci-dessous. 

CNSA : Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie (retour à l'accueil)

Près de 7000 EHPAD accueillent les personnes âgées en perte d’autonomie. Plus de 42 % sont publics, près d’un tiers appartiennent au secteur privé non lucratif (associatif) et un quart au secteur privé commercial.

Le niveau de perte d’autonomie et le besoin en soins des résidents continuent d’augmenter comme en témoignent les chiffres du Gir moyen pondéré (GMP) et du pathos moyen pondéré (PMP). En 2017, le GMP moyen était de 213 (contre 2011 en 2016 et 680 en 2010) ; le PMP moyen était de 726 (contre 722 en 2016 et 180 en 2010).

Les hospitalisations des résidents des EHPAD semblent avoir été moins fréquentes en 2017 qu’en 2016. On constatait 1,11 hospitalisation pour 100 résidents en 2017, contre 1,14 hospitalisation pour 100 résidents en 2016 (taux médian).

Le nombre de professionnels du soin qui prennent en charge les résidents en établissement continue de progresser légèrement. Il s’élevait à 63,3 équivalents temps plein pour 100 résidents en 2017, contre 62,9 en 2016. 41,5 % des professionnels sont des aides soignants (AS), des aides médico-psychologiques (AMP) et des assistants de soins en gérontologie. Les agents de service hospitalier (ASH) représentent 31,2 % du personnel des EHPAD, les infirmiers, 10,9 %, les médecins et les psychologues chacun 0,9 %.
Les frais de personnel représentent 70 % des dépenses du budget des EHPAD.

Coût d’une place d’EHPAD et coût du résident pour l’Assurance maladie
En 2017, le coût global de fonctionnement d’une place d’hébergement permanent en EHPAD s’élevait à 41 453 € par an, soit 114 € par jour (tous financeurs confondus). Un résident d’EHPAD coûtait en moyenne 14 303 € à l’Assurance maladie (dont 12 755 € de dotation versée à l’EHPAD et 1 906 € en remboursement de soins de ville).

Lire la suite