Archives du blog

Chauffage collectif : Améliorer la performance énergétique des logements @Homeysio

Source : Homeys.io

Homeys, un acteur qui propose aux gestionnaires de parc immobilier un outil de suivi du confort, de la performance énergétique et environnementale de leur parc, a mené une étude sur tous les bâtiments instrumentés au cours de la dernière année pour connaître les réglages des bâtiments résidentiels chauffés au chauffage collectif.

Température de chauffe : plus de la moitié du parc est chauffé à une température moyenne supérieure à 21°C. Si ces bâtiments réduisaient la température de chauffe à la température réglementaire de 19°C – comme prescrit à l’article R241-26 du code de l’énergie – la consommation énergétique serait réduite de 10 à 15%.

Lire le communiqué de presse

Un immeuble parisien chauffé grâce au métro, une grande première ! @Paris_Habitat @RATPgroup

Source : Paris Habitat

Pour la première fois, un immeuble parisien est chauffé grâce à la chaleur du métro. 

Paris Habitat            RATP : demandez-nous la ville (retour à l'accueil)

Tous deux signataires de la Charte du Plan Climat de Paris, le groupe RATP et Paris Habitat présentent une réalisation concrète de récupération de chaleur du métro pour chauffer un immeuble en plein cœur de Paris.

Cela se passe sur la ligne 11 du métro et dans un immeuble géré par Paris Habitat situé dans le 4e arrondissement. La chaleur du tunnel du métro y est récupérée et acheminée vers une pompe à chaleur qui se trouve dans l’immeuble. L’énergie ainsi produite est utilisée pour chauffer les 20 logements de l’immeuble. Les résultats sont très satisfaisants puisque le dispositif permet de couvrir en moyenne 35% des besoins en chauffage de l’immeuble.

Pour Stéphane Dauphin, directeur général de Paris Habitat : « Ce partenariat avec la RATP confirme nos engagements pour améliorer la performance énergétique du patrimoine et agir plus efficacement sur la maîtrise des charges des locataires. »

Consultez le communiqué de presse en intégralité

Lire également :

Logement et transition énergétique : connaissez-vous la cogénération ? @nexity

Source : Nexity

La cogénération est une technique qui demeure encore assez peu connue en France aujourd’hui bien que ses bénéfices soient multiples… En effet, cela consiste à récupérer et à valoriser la chaleur émise, étant très souvent  gaspillée lors de la production d’énergie électrique. Nexity a déjà appliqué cette technique à un de ses programmes immobiliers.

Nexity

« Au Danemark, l’un des bons élèves de la transition énergétique, le recours massif à la cogénération a permis de couvrir durablement près de 50 % des besoins énergétiques dédiés au chauffage des bâtiments, réduisant d’autant recours aux énergies fossiles et émissions de gaz à effet de serre », expose Alexandre Chmelewsky, Directeur Général Nexity Alpes.

Technique maitrisée et éprouvée hors de nos frontières, elle demeure, rapportée au marché français, une innovation radicale qui fait, à Annecy, l’identité du projet Eden, développé au sein de l’écoquartier Vallin Fier par Nexity : 6 bâtiments et un total de 127 logements du studio au T5 pour une surface de 8 379 m², tous alimentés par cogénération, une première pour une technique habituellement confinée aux logements individuels.

——> Pour en savoir davantage sur la cogénération cliquez ici

Lire également :

Logement social : le 1er chantier zéro carbone @polylogis @LogirepOfficiel

Source : Polylogis

Le groupe Polylogis s’est lancé le défi de réaliser le 1er chantier « Zéro carbone » à Rosny-sous-Bois. Cela fait déjà depuis 12 mois que les travaux de rénovation ont commencé, où en sommes-nous aujourd’hui ? 

groupe-polylogis-thumb      Logirep

Ce projet unique de rénovation d’une résidence à Rosny-sous-Bois sans émission de CO2 témoigne de la volonté du Groupe Polylogis de s’engager pour la performance énergétique de ses logements et la sensibilisation de ses locataires aux gestes éco-responsables. Fin des travaux prévue pour décembre 2018.

Le « Chantier Zér0 Carbone », une rénovation verte unique en son genre
Le bailleur social LogiRep, filiale du Groupe Polylogis, s’est fixé un défi : rénover une de ses résidences sociales sans émettre de CO2. L’objectif est de réduire fortement les émissions de carbone du chantier afin d’atteindre l’empreinte la plus basse possible.
Lancé à l’occasion de la semaine du développement durable, il y a tout juste un an, l’opération, qui se déroule en site occupé, concerne les travaux d’isolation thermique par l’extérieur des 121 logements de la résidence des Chardonnerets de LogiRep à Rosny-sous-Bois. En complément, le projet comprend des travaux de désamiantage et de ravalement des façades, ainsi que le remplacement des garde-corps des balcons et la création de garde-corps de sécurité en terrasse. Il s’agit d’un ensemble immobilier se développant sur trois rues.
Pour équilibrer la partie incompressible d’émissions de gaz à effet de serre sur le chantier, les parties prenantes de ce projet s’engagent à financer une opération de reboisement à Madagascar pour un équilibrage à 100% de l’impact carbone du chantier. La quantité de carbone émise sera transformée en équivalent euros sur la base de 1 euro est égal à un arbre planté.

Téléchargez le communiqué de presse pour lire l’article dans son intégralité

Retrouvez sur un même sujet :

Appel à projets Energie+ Carbone- : 80 bailleurs sociaux sélectionnés ! @CaissedesDepots

Source : Caisse des Dépôts

La Caisse des Dépôts a récemment présenté un bilan très positif de l’expérimentation du label Energie+ Carbone- (E+C-) dans le logement social.
3 567 logements gérés par 80 bailleurs sociaux ont été sélectionnés à l’issue de ce 1er appel à projets, et ont bénéficié d’une aide financière de 10,4 M€.

 

Caisse des depots

Cette expérimentation a été lancée en mars 2017, grâce à une initiative conjointe de l’État, de la Caisse des Dépôts et de l’Union sociale pour l’habitat (USH).

Le principal enseignement de ce premier bilan : les 80 bailleurs sélectionnés visent des niveaux nettement supérieurs à ceux prévus dans le cadre de l’expérimentation. Pour mémoire, le label E+C- combine la performance énergétique et la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Autre innovation : le bâtiment est évalué sur la totalité de son cycle de vie, depuis sa construction jusqu’à sa destruction ou son recyclage 50 ans plus tard.

Un second appel à projets sera lancé au cours de l’année 2018. Les logements retenus dans ce cadre – environ 2 400 – bénéficieront du solde de l’enveloppe de financement, soit 9,6 M€.