Archives du blog

La Transhumance du Grand Paris passe à côté de nos chantiers #grandparis #grandparisexpress #societedugrandparis

 

Visite virtuelle d’un tunnelier du grand paris express @GdParisExpress

Source : Société du Grand Paris

Embarquez à bord d’un tunnelier du Grand Paris Express !

Réalisée en 360°, une visite interactive vous permet de parcourir le chantier du puits Rû de Nesle et de découvrir l’intérieur du tunnelier Malala, qui creuse actuellement à 35 mètres sous terre. Accrochez vos ceintures !

En cours de progression en direction de la future gare Bry – Villiers – Champigny, Malala livre tous ses secrets. Ce tunnelier du Grand Paris Express a commencé sa course souterraine de près de 5 kilomètres sur la ligne 15 Sud, il y a 10 mois. Aujourd’hui, la Société du Grand Paris vous propose de vivre une expérience unique, à bord de cette incroyable machine, longue de 110 mètres et large de 10 mètres. En immersion totale grâce à une visite virtuelle en 360°, vous voici au cœur du tunnelier parti du puits Rû de Nesle à Noisy-le-Grand, et qui, actuellement, creuse à 35 mètres sous terre.

…lire la suite…

L’influence du Grand Paris sur l’installation des grandes surfaces commerciales @__Apur__

        Source : APUR

 

La Métropole du Grand Paris bénéficie de la tendance récente à l’installation des grandes surfaces commerciales dans les centres urbains. Elle accueille 46% des commerces de 1.000 m² ou plus d’Ile-de-France, soit 2,7 millions de m².

Les grandes surfaces commerciales de 1 000 m² ou plus sont au nombre de 913 établissements, soit 2,7 millions de m², dans la Métropole du Grand Paris (MGP) en 2019 sur un total de 1 973 établissements et 6,3 millions de m² dans toute l’Ile-de-France. La Métropole du Grand Paris qui concentre 58 % des habitants d’Ile-de-France ne concentre que 46 % des grandes surfaces commerciales régionales. Mais les installations récentes des grandes surfaces montrent une tendance inverse qui privilégie le retour vers le centre et notamment les centres urbains de la MGP. Entre 2014 et 2019, la MGP enregistre un solde positif entre les créations et les disparitions de grands établissements (+ 37 établissements) alors que le solde global en Ile-de-France, hors MGP, est quant à lui négatif (-1 établissement). La hausse de 37 établissements concerne principalement le centre de la MGP, Paris en particulier (+17 établissements) mais aussi dans les territoires de l’Ouest parisien, comme Paris Ouest La Défense (+10 établissements) ou encore la Boucle Nord de Seine (+12 établissements).

…lire la suite…

Immobilier : le marché haut de gamme des derniers étages @pap_fr

Source : PAP

Les logements avec vue sur les toits se négocient jusqu’à 20 % plus cher que les rez-de-chaussée. Une surcote qui séduit des acquéreurs conscients de la confidentialité de ce marché haut de gamme.

La multiplication des rooftops ces dernières années aurait-elle accéléré la tendance ? Pour de nombreux observateurs, la réponse est sans équivoque. La fréquentation des toits terrasses transformés en bar ou restaurant a indéniablement boosté la demande. Les logements en hauteur sont devenus la perle rare après laquelle courent les Français. Mais à biens d’exception, prix d’exception. Tutoyer les cieux qu’ils soient parisiens ou non, reste l’apanage de quelques privilégiés au portefeuille plutôt garni. Un dernier étage se négocie en effet en moyenne 15 à 19 % de plus qu’un rez-de-chaussée selon les Notaires du Grand Paris.    

Des biens rares. A Paris, 10 % seulement des appartements à vendre sont situés au dernier étage. La rareté se paie cher dans la capitale et la concurrence est rude sur le marché premium. Loft, atelier d’artiste, penthouse ou balcon filant… La diversité des produits proposés ne parvient pas à satisfaire la fièvre acheteuse d’acquéreurs séduits par les atouts de ces biens d’exception. « Un dernier étage ce n’est pas de voisins au-dessus, c’est aussi plus de lumière, une vue imprenable, plus de calme et un sentiment de sécurité plus important », justifie un professionnel en charge de la réhabilitation architecturale d’un immeuble situé dans le VIe arrondissement où les étages supérieurs auront vu sur la Basilique du Sacré Cœur.

Des atouts qui font monter les prix. Attention, ces biens d’exception sortent de l’analyse classique du marché immobilier. Le dernier étage vaut toujours plus en raison de sa situation privilégiée et dominante. « A l’intérieur du même immeuble, à la même adresse, il peut y avoir des écarts de prix de 15 à 25 % du mètre carré entre le rez-de-chaussée sur cour sombre et le dernier étage avec une grande terrasse et une vue dégagée », relèvent les Notaires du Grand Paris. La province n’est pas épargnée par le phénomène. « Dans les grandes agglomérations, les immeubles sont généralement moins hauts. En moyenne quatre étages. Malgré cette différence, l’écart…LIRE LA SUITE…

Lire aussi :

Paris : concevoir la ville de demain avec le développement de l’urbanisme temporaire @Paris @jlmissika

Source : Paris Presse

Le 26 août, Jean-Louis Missika a signé une charte pour le développement de l’occupation temporaire à Paris, avec une quinzaine de grands partenariats publics et privés. Expérimenter de nouveaux usages, ouvrir la ville à des acteurs alternatifs et soutenir des activités d’intérêt général tel est le programme de l’occupation temporaire.

paris

Au fil des années, l’occupation temporaire s’est peu à peu imposée comme un mode légitime et pertinent d’occupation de l’espace urbain et d’innovation sociale, notamment grâce à des projets marquants comme celui des Grands Voisins, dans le 14e arrondissement.

Cette nouvelle façon de faire la ville contribue à apporter des réponses à de nombreux défis : l’hébergement d’urgence, l’accueil de nouvelles pratiques artistiques, écologiques et sociales, l’événementiel festif ou encore l’entrepreneuriat.

Lundi 26 août, Jean-Louis Missika et une quinzaine de partenaires de la Ville de Paris ont signé la « Charte en faveur du développement de l’occupation temporaire ». Ils s’engagent ainsi dans une ambition collective pour concevoir la ville de demain autrement et développer de nouveaux outils pour généraliser ces projets.

Plus d’informations ici…

Lire aussi :