Archives du blog

Zone tendue : l’encadrement du loyer à la relocation reconduit jusqu’à l’été 2021 @pap_fr

Source : PAP

Dans les grandes villes et leur banlieue, le loyer du nouveau locataire ne peut dépasser celui de l’ancien. Cette règle aux rares exceptions s’applique en location vide et meublée au moins jusqu’à l’été 2021. Une performance énergétique minimum du logement est requise pour déplafonner le loyer.

Depuis l’été 2012, dans les 1.149 villes de la zone tendue (1) (voir notre calculette pour savoir si vous êtes concerné), la fixation du loyer pour une location d’habitation vide ou meublée à usage de résidence principale du locataire ou pour un bail mobilité est :

  • libre s’il s’agit d’une première location (ou d’un logement inoccupé par un locataire depuis plus de dix-huit mois) ;
  • encadrée s’il s’agit d’une relocation (sauf rares exceptions).

Ce dispositif annuel d’encadrement des loyers est une nouvelle fois reconduit pour un an, soit jusqu’à l’été 2021 (du 1er août 2020 au 31 juillet 2021)…

…lire la suite

MaPrimeRénov’ étendue à tous les ménages en 2021 @pap_fr

Source : PAP

Tous les ménages seront désormais éligibles à MaPrimeRénov’ en 2021. Cette prime facilitant la rénovation énergétique des logements sera aussi étendue aux bailleurs et au dispositif Denormandie dans l’ancien.

MaPrimeRénov’ passera à la vitesse supérieure en 2021 ! Interrogée par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, Emmanuelle Wargon, ministre déléguée en charge du logement, a en effet annoncé que MaPrimeRénov’ serait étendue à tous les ménages l’an prochain ainsi qu’aux bailleurs.

MaPrimeRénov’ accessible aux plus riches. Issue de la fusion entre le Crédit d’impôt pour la transition écologique (Cite) et l’aide Agilité attribuée par l’Anah, cette aide destinée à la rénovation énergétique des logements, est réservée aux ménages très modestes et modestes engageant des travaux pour diminuer la consommation énergétique de leur bien comme le remplacement de leur chaudière. Les ménages riches, appartenant aux 9e et 10e décile, en étaient jusqu’à présent exclus. Ces contribuables pourront désormais en bénéficier, une demande relayée par les organisations professionnelles qui rappelaient que les rénovations les plus performantes étaient justement impulsées par ces ménages…lire la suite

Rénovation : MaPrimeRénov décolle ! @pap_fr

Source : PAP

Avec 60 000 dossiers déposés et 45 000 instruits depuis le 1er janvier, MaPrimeRénov s’installe dans le paysage des aides à la rénovation. Ca tombe bien, la rénovation thermique fera partie du grand plan de relance économique prévu à la rentrée.

Lancée en janvier dernier, le dispositif MaPrimeRénov, destiné à aider les particuliers à se lancer dans des travaux de rénovation thermique, semble enfin atteindre sa vitesse de croisière. Plus de 60.000 dossiers ont été déposés depuis janvier et le budget a été augmenté de 100 millions d’euros. Si ces chiffres sont encourageants, on est encore loin de l’objectif des 200.000 demandes annuelles prévues lors du lancement du dispositif. Parallèlement, pour faire face à la recrudescence de pratiques commerciales agressives sur l’isolation thermique par l’extérieur (notamment à 1 €), qui défraient régulièrement la chronique, les forfaits sur ces travaux évoluent.

MaPrimRénov, c’est quoi ? Lancée en janvier 2020 pour financer les travaux de rénovation énergétiques et thermiques dans les logements souvent très mal isolés, MaPrimeRénov est le résultat de la fusion de l’ancien Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et du dispositif Habiter Mieux Agilité de l’Anah. L’objectif : simplifier les demandes et surtout verser les aides presque en temps réelle et non plus un an après. Le but semble atteint…

Comment ça marche ?

Copropriété : hausse limitée des charges en 2019 @pap_fr

Source : PAP

La hausse des charges de copropriété a été limitée à 2 % en 2019. Une évolution qui s’explique surtout par la stabilisation des dépenses de chauffage consécutives à un hiver doux.

2019 a été un bon millésime pour les copropriétaires ! Les charges de copropriété n’ont en effet augmenté que de 2 % par rapport à 2018 contre 5 % pour la période 2017-2018 selon l’Observatoire des charges de copropriété (Oscar), réalisé par l’Association des responsables de copropriété (Arc). Cette dernière qui conseille les conseils syndicaux a en effet analysé les annexes comptables de 2.500 copropriétés adhérentes à son association.

Dépenses de chauffage stables. Cette faible augmentation s’explique essentiellement par la stabilisation des dépenses de chauffage qui représentent le premier poste budgétaire d’une copropriété avec 28 % des charges. L’hiver et l’automne cléments ont en effet tiré vers le bas des besoins en chauffage (- 2,7 %) compensant la hausse moyenne de 2,6 % du tarif des énergies comme celles du fioul (+ 3,4 %) ou celle du chauffage urbain (+ 2,6 %).

Hausse des dépenses de personnel. Excepté le chauffage, tous les autres postes ont connu en revanche des augmentations comprises entre 1 et 6 %. Les charges pesant le plus dans le fonctionnement des copropriétés ont enregistré néanmoins des hausses modérées. C’est notamment le cas pour le gardiennage (20 % des charges) qui a progressé de 2,2 %. Ce poste retrouve en 2019 une évolution identique à celle précédant 2017 qui avait vu l’instauration des contrats de mutuelle et de prévoyance pour les gardiens et employés d’immeubles. Cette amélioration de leur protection sociale avait généré des revalorisations salariales conséquentes…Lire la suite

Encadrement des loyers à Paris : des plafonds en hausse au 1er juillet 2020 @pap_fr

Source : PAP

A Paris, le loyer des logements loués vides et meublés est soumis à un plafond, dit « loyer de référence majoré ». Les nouveaux loyers de référence qui s’appliqueront au 1er juillet 2020 viennent d’être publiés ; ils sont en hausse d’en moyenne 1,50 %. Le dispositif d’encadrement des loyers reste, quant à lui, inchangé.

L’arrêté préfectoral qui fixe annuellement les loyers plafonds à ne pas dépasser à Paris pour les contrats de locations vides et meublés vient d’être publié ; les nouveaux plafonds, en hausse d’en moyenne 1,50 %, s’appliqueront aux baux d’habitation qui seront signés entre le 1er juillet 2020 et le 30 juin 2021.

Hausse des loyers de référence à Paris au 1er juillet 2020

Comme c’est le cas depuis le 1er juillet 2019, à Paris intra-muros, les loyers des locations vides et meublées à usage de résidence principale du locataire ainsi que des baux mobilités sont encadrés ; c’est une des conséquences de la loi Elan de novembre 2018 mars 2014 portée par Julien Denormandie, Ministre chargé de la ville et du logement.
En pratique, chaque loyer parisien doit respecter un plafond appelé « loyer de référence majoré ». Ce plafond, fixé annuellement, est modifié légèrement à la hausse pour les baux signés à compter du 1er juillet 2020…En savoir plus