Archives du blog

Bretagne : Une SAS pour doper les EnR

Dans une dynamique d’intérêt général en accord avec les enjeux du Pacte électrique breton, une SAS qui accompagne des projets d’énergies renouvelables en Bretagne, a été mise en place par la région à travers la Semaeb. La société investit dans des entreprises qui réalisent des équipements ou des infrastructures de production comme le parc éolien citoyen de Beganne.article-1524-img_chapo.

L’objectif est « d’accélérer la mise en œuvre des projets EnR en Bretagne » et « de s’engager là où l’intérêt général trouve sa place et où l’investissement privé, seul, ne suffit pas », explique Nicolas Chapelat, chargé de mission énergies renouvelables à la Semaeb (Société d’économie mixte pour l’aménagement et l’équipement de la Bretagne). La Sem a créé, avec d’autres partenaires, la société d’investissement Eilañ, chargé d’investir dans des projets EnR, comme, par exemple, la SAS Begawatts. Fonctionnant sur un principe coopératif, la gouvernance de cette dernière est répartie en plusieurs collèges regroupant un millier de citoyens actionnaires (64 % des parts), Eilañ (18 %) et des acteurs de l’économie sociale et solidaire du territoire. L’ambition ? « Permettre aux habitants de prendre en mains les projets EnR locaux ». Inauguré en juin 2014, ce parc de quatre éoliennes est en effet le premier en France à être détenu par une majorité de citoyens, à travers des clubs d’investisseurs et des Cigales. « D’autres projets éoliens participatifs ont vu le jour ces dernières années, mais jusqu’à présent cette participation citoyenne était minoritaire », précise Nicolas Chapelat.


Un acteur de référence
La dynamique initiée par la Semaeb, a permit à la SAS de devenir un acteur de référence en Bretagne en matière d’EnR, en lien avec les objectifs fixés par l’Etat, la Région Bretagne et l’Ademe dans le cadre du Pacte électrique breton. Eilañ s’engage plus particulièrement dans les filières éolienne, méthanisation et biomasse. Deux autres projets citoyens, accompagnés par la Semaeb via la société d’investissement, devraient d’ailleurs voir le jour au cours des prochaines années.

S’adressant à des projets techniquement finalisés et de taille intermédiaire, Eilañ permet des investissements compris entre 2 et 20 M€, en prenant 10 à 30 % de parts sociales dans les projets. Dotée de 3 M€ pour démarrer, la SAS engagera 4,7 M€ dans les trois ans à venir et envisage d’augmenter progressivement son capital afin de soutenir une douzaine de projets d’ici à 2016. Selon la Semaeb, « l’effet de levier financier pourrait avoir pour effet la réalisation d’environ 100 M€ d’investissements sur cette période ».   

Patrick Cros/Naja

.

>Source : http://servirlepublic.fr   

EPL-Servir-le-public

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Bretagne: des smart grids pour maîriser la demande en énergie

Source : site ARF

Pour mieux gérer la consommation électrique, les smart grids (réseaux intelligents) apparaissent aujourd’hui comme une solution majeure. La Région Bretagne soutient le développement de ces outils innovants, à la croisée des technologies du numérique et de l’énergie.
Le réseau électrique évolue : nouveaux usages (voiture électrique, climatisation…), nouveaux enjeux également, portés par les politiques énergétiques qui encouragent à tous les échelons le développement des énergies renouvelables. Afin d’intégrer au mieux ces nouvelles sources de production au réseau et de continuer à assurer son équilibre, de nouveaux outils voient le jour (compteurs et domotiques intelligents, solutions de gestion et de stockage des flux, …). L’intégration de ces technologies innovantes et communicantes doit permettre de mieux prendre en compte les actions des différents acteurs du système électrique, et notamment des consommateurs. Principal objectif: faciliter les comportements vertueux afin de réduire la demande en énergie sur le territoire breton.

Une filière à fort potentiel
Les smarts grids font aujourd’hui l’objet de nombreux projets nationaux et internationaux de recherche et de développement. Dotée d’une filière numérique reconnue, la Bretagne est engagée depuis plusieurs années dans le développement de ces technologies. La Région, dans le cadre du Pacte éléctrique breton, accompagne la structuration de cette filière économiquement prometteuse. Aux côtés de ses partenaires (Ademe, Etat, ERDF, RTE…), elle soutient sous la forme de subventions directes ou par le biais de conventions, de nombreux projets et expérimentations mis en œuvre dans et avec les territoires.

Engagée dans un travail de concertation sur ce sujet, la Région accueillera prochainement les acteurs publics locaux investis dans les problématiques énergétiques à l’occasion d’une table ronde organisée par la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Cette rencontre, programmée en marge de la Conférence bretonne de l’énergie, aura notamment pour but de partager les initiatives des collectivités territoriales et d’esquisser des pistes d’amélioration en matière de régulation.

Une étude sur les smart grids
Chargée de l’animation de la filière bretonne des « smart grids », l’agence de développement économique Bretagne Développement Innovation publie une étude sur les opportunités économiques représentées par les réseaux électriques intelligents. Ce document, qui rappelle le contexte énergétique régional et décrit les actions déjà mises en oeuvre sur le territoire breton, propose un certain nombre de recommandations en faveur du développement de ce secteur

Consultez l’étude

Une Boucle Energétique Locale pour maîtriser la demande en énergie de la Rive droite de Brest

17/09/2013

bmo_840x515Une Boucle Energétique Locale pour maîtriser la hausse de la demande en énergie de la Rive droite de Brest

Ecologie urbaine

Plateau des Capucins et téléphérique, quartier de la Fontaine Margot, renouvellement urbain de Recouvrance, salle de spectacles Brest Arena… la Rive droite de Brest va consommer davantage d’énergie. L’heure n’est plus à l’extension systématique des réseaux mais à une optimisation de l’existant. C’est l’objectif de la Boucle Energétique Locale.

En 2012, dans le cadre du Pacte Electrique Breton, la Région Bretagne lançait un appel à projets Boucle Energétique Locale pour accompagner les territoires dans le développement d’un projet énergétique global autour de trois grands axes : les économies d’énergie, la valorisation des énergies renouvelables et la production locale d’énergie.

Pour la mise en place de la Boucle Energétique Locale, Brest métropole océane a retenu la Rive droite de Brest. Un secteur en mutation qui présente un enjeu énergétique fort avec la création des deux ZAC de Fontaine Margot et des Capucins, l’Opération de Renouvellement Urbain Recouvrance, l’extension du réseau de chaleur et la construction de Brest Arena.

Pour ce faire, BMO et les trois distributeurs d’énergie du territoire (ErDf pour l’électricité, GrDF pour le gaz naturel et Dalkia pour le réseau de chaleur) ont signé une convention de partenariat. Objectif : démontrer que réaménagement urbain et densification urbaine vont de pair avec une limitation de la consommation électrique.

Plusieurs pistes sont alors envisagées. Comme la construction d’une unité de stockage d’énergie sur le campus de l’université afin de lisser les appels de puissance. Concernant la Fontaine Margot, on s’oriente vers un mix gaz naturel-thermique solaire ou bois pour l’équipement des pavillons. La production d’électricité photovoltaïque sur les Capucins est envisagée. Du côté de Recouvrance, l’isolation thermique des immeubles par l’extérieur prévaut pour réduire la facture et la demande en énergie. Pour le chauffage sanitaire, le réseau de chaleur passera de 24 km aujourd’hui à 44 à terme dont une grande partie irriguera la Rive droite…


En savoir plus :

GrDF s’engage avec l’Etat et la Région Bretagne dans le pacte électrique breton

A l’occasion de la rénovation de 90 logements basse consommation à Ploufragan, GrDF s’engage avec l’Etat et la Région Bretagne dans le pacte électrique breton.

Lire la suite

Le Pacte Electrique Breton en Action

Michel Cadot, Préfet de la région Bretagne, et Jean-Yves Le Drian, Président du Conseil régional, ont signé mardi 14 décembre 2010 à Rennes, le Pacte électrique breton. Cette signature, aboutissement d’un long travail de concertation conduit en 2010 dans le cadre de la Conférence bretonne de l’énergie, associe également trois partenaires essentiels à la mise en œuvre opérationnelle du Pacte : l’ADEME, l’ANAH et RTE…Lire le communiqué de presse

 

Source officielle: www.bretagne.fr