Archives du blog

Outre-Mer : mise en place d’un nouveau plan logement 2019-2022 @Min_Territoires

Source : Ministère de la cohésion des territoires

En Outre-Mer, comme dans l’hexagone, le droit au logement est une priorité. A l’issue de la grande conférence du logement qui a eu lieu le 31 janvier, un nouveau plan logement pour la période 2019-2022 a été élaboré.

ministère de la cohésion

Des politiques publiques territorialisées
« Face à l’urgence économique et sociale, il faut une action forte aux côtés des collectivités locales  », a poursuivi Julien Denormandie. Le ministre a insisté sur les mesures déjà lancées dans les territoires comme le permis d’innover « où seul compte le résultat », le programme de renouvellement urbain qui concerne 12 quartiers d’outre-mer ou encore le dispositif d’aide fiscale pour la rénovation de logements anciens.

L’impact des mesures de la loi Elan
Deux dispositifs ente les collectivités et l’État découlant de la loi Elan sont directement applicables pour accompagner les collectivités territoriales dans leurs projets d’aménagement et de revitalisation des territoires. «  Concernant la revitalisation des territoires, le programme Action cœur de ville dans les outre-mer concerne 13 villes  », indique François Adam, directeur de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages, avant d’ajouter «  il sera possible pour ces villes de profiter d’une opération de revitalisation des territoires (ORT) de manière simplifié à la fin du programme  ». Dans les ORT, l’équipement commercial est facilité en centres-villes et suspendu en périphérie. « Du côté du projet partenarial d’aménagement, on peut citer l’exemple du projet d’écocité tropical à la Réunion  », complète François Adam.

Le programme pour 2019-2022
Pour réfléchir aux solutions à apporter autour du logement en outre-mer, la grande conférence sera déclinée dans les mois à venir en ateliers thématiques nationaux et locaux.

Plus d’informations en cliquant ici…

Lire également :

CDC Habitat : focus sur ses 6 filiales d’Outre-Mer @CDC_Habitat

Source : CDC Habitat

CDC Habitat est actionnaire de 6 SIDOM (Société Immobilière d’Outre-Mer) qui détiennent près de 70 000 logements locatifs sociaux. Retrouvez ci-dessous un petit focus sur ces SIDOM…

CDC Habitat

Les SIDOM
– la Société Immobilière de Guadeloupe (SIG),
– la Société Immobilière de Martinique (SIMAR),
– la Société Immobilière de Mayotte (SIM),
– la Société Immobilière du Département de La Réunion (SIDR),
– la Société Immobilière de de Guyane (SIGUY),
– la Société Immobilière de Kourou (SIMKO).

Conforter la mission des SIDOM
En tant qu’actionnaire de référence, le rôle de CDC Habitat est d’accompagner les SIDOM dans leur cœur de métier (gestion, développement, patrimoine), afin de conforter leur mission sur le secteur du logement social en Outre-Mer.

Le contrat d’objectifs signé entre l’État et CDC Habitat fixent plusieurs priorités d’action :
– mettre en place une gouvernance plus efficace,
– mutualiser les expériences,
– répondre aux besoins spécifiques des populations ultramarines en matière de logement,
– maintenir la qualité du patrimoine.

Maintenir un ancrage local fort
Conscient des forts enjeux locaux, des spécificités économiques de chaque territoire et des identités de chaque société, CDC Habitat élaborera pour chaque SIDOM un plan stratégique d’entreprise spécifique destinée à garantir la cohésion sociale dans l’entreprise, en concertation étroite avec les collectivités locales.

Plus d’infos sur les SIDOM…

Lire aussi :

Offre d’emploi : Directeur Métier

coriance-logo

Directeur Métier (Logement social/Paris)

Source: CORIANCE

La société

Une entité GIE d’environ 150 personnes aujourd’hui, filiale d’un groupe intervenant dans le domaine du logement et de l’habitat sur des effectifs globaux de 1 340 collaborateurs et plus de 420 millions d’euros de loyers.

Une structuration autour d’une entité holding, d’un GIE de moyens et de 6 filiales opérationnelles/métiers orientées sur une activité de gestion locative d’un patrimoine de plus de 85 000 logements.

Une organisation Comité de Direction faisant état de quatre personnes : un Président, un Secrétaire Général orienté fonctions supports, un Directeur GIE centré fonctions métiers et un Directeur Administratif et Financier.

Le Contexte

– Un poste qui relève des cinq dirigeants de « premier niveau » pilotant le Groupe.
– Une époque de réécriture du projet d’entreprise qui se décline dans une double modalité stratégique et organisationnelle au travers d’un plan à 5 ans qui va « transformer » le Groupe.
– Le repérage d’une douzaine de chantiers impliquant de nombreux collaborateurs et dont l’animation/responsabilité relève d’autant de Pilotes de Chantiers.
– Un projet annoncé dont les grandes lignes ont été présentées en juin dernier à l’ensemble de l’encadrement avec, pour ce concerne la structure GIE, une consolidation autour des approches stratégiques et organisationnelles de chaque grande fonction et un glissement en filiale des approches plus opérationnelles.
– Un contexte de création de poste associée notamment à des ajustements de périmètre de Directions pré-existantes

En savoir plus

>De Leblogdesinstitutionnels     @royojm    @AlexandraPoloce   
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Offre d’emploi : Directeur Logement Social à l’Outre-Mer

coriance-logo

Directeur Logement Social à l’Outre-Mer (Paris)Source : CORIANCE 

LA SOCIETE

Une structure créée en 2000 relevant de l’Union Sociale de l’Habitat liée à l’univers de l’habité, de l’habitat, de la construction, de la promotion immobilière.

Une organisation professionnelle locale qui fédère l’ensemble des acteurs du secteur intervenant sur la Réunion, la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane en servant de référant à l’inter organismes sur une logique de diffusion/réalisation de services proposés aux organismes adhérents impulsées par l’Union Sociale de l’Outre Mer, l’Union Sociale de l’Habitat et les Fédérations qui composent cette dernière.

Un environnement qui se trouve à la croisée de l’institutionnel, du développement des villes, du logement et du développement/optimisation de patrimoines.
LE CONTEXTE

– Une logique de contribution active aux adaptations et aux améliorations des conditions et des modalités d’exercice du métier de constructeur et de bailleur social dans une logique d’appui aux structures adhérentes locales.

– Une implantation localisée sur Paris de 3 personnes un Directeur, une Responsable de Projets et une Assistante de Direction avec un Directeur qui se déplace environ deux mois par an.

– Des modalités de travail coopératives sur une posture « clef de voute » d’un certain nombre de dispositifs, de projets et d’actions qui engagent ses organisations tutélaires tout autant que les sociétés adhérentes à l’Union en local et tout un ensemble de partenaires extérieurs.

– Le départ vers une structure du secteur d’activités du Directeur actuel sous quelques semaines après plusieurs années passées sur ses fonctions.

En savoir plus 

>De Leblogdesinstitutionnels     @royojm    @AlexandraPoloce   
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Outre-mer : le pari des énergies renouvelables

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a adopté un avis le 13 juillet 2011 concernant la problématique des énergies renouvelables en Outre-mer.

Alors que les territoires ultramarins sont contraints d’importer la totalité du pétrole, du gaz et du charbon consommés, l’Outre-mer dispose néanmoins d’atouts au niveau des énergies renouvelables avec, par exemple, l’hydroélectricité, la géothermie, la biomasse ou encore, à un moindre niveau, les énergies de la mer, l’éolien et le solaire. Par ailleurs, le CESE note qu’en matière de consommation moyenne d’électricité par habitant, l’Outre-mer est en train de rattraper la France métropolitaine sous l’effet conjugué de la démographie et d’une demande sociale d’amélioration du bien-être général. Partant de ces différents constats, le CESE formule des propositions visant à faire de ces territoires de véritables laboratoires du « mix énergétique national » et des vitrines à l’export. Pour cela, le CESE insiste sur le rôle de la recherche et du développement tout en prenant en compte également l’importance du financement de ces énergies. Enfin, le CESE recommande à la fois l’amélioration du pilotage des politiques publiques au niveau local mais aussi la recherche de l’appui de l’Union européenne dans le cadre des futures coopérations communautaires.

Avec la géothermie et les énergies marines dont les potentialités doivent être exploitées en priorité, le CESE voit dans le développement de ces filières une vitrine de la recherche française et de ses applications industrielles, toutes les îles des Caraïbes, de l’Océan indien et du Pacifique étant confrontées aux mêmes besoins que les territoires français.

source: http://www.vie-publique.fr