Archives du blog

Remise de clés par Habitat 17 le mardi 2 mars de 10 logements individuels RT2012 «Les Hauts de St Gilles» à ANGLIERS

Source : Habitat 17

De gauche à droite : Mikaël JUNGERS, Directeur Général HABITAT 17, Madame BUREAU locataire d’un T3 dans cette nouvelle résidence, Monsieur Didier TAUPIN Maire d’Angliers et Madame Marie-Annick LEROUX, adjointe et vice-présidente du CCAS d’Angliers. Crédits photos : HABITAT 17.

HABITAT 17 a été sollicité par les PROMOTEURS DE L’OUEST pour l’acquisition en VEFA de 10 logements à ANGLIERS, lieu-dit « Les Hauts de St Gilles », dans le cadre de la mixité sociale souhaitée par la commune et la CDC AUNIS ATLANTIQUE

Lire le dossier complet ICI

OPHEA : une entreprise qui s’engage !

Source : OPHEA

Depuis de nombreuses années, les organismes Hlm contribuent à l’insertion par l’économique de publics en difficultés et éloignés de l’emploi, par le biais de clauses d’insertion sociale dans leurs marchés. L’ importance de ses achats place Ophéa au 1er rang des acteurs économiques locaux de poids. Pour concrétiser cette démarche, Ophéa travaille depuis de nombreuses années avec «Relais Chantiers» pour l’insertion de clauses sociales dans ses marchés publics.

Ophéa, une entreprise à vocation sociale
Ophéa intervient sur un patrimoine de plus de 20 000 logements situés sur l’ Eurométropole et répartis sur 19 communes. Elle intervient aussi sur 5 projets de rénovation urbaine, dans le cadre du Nouveau programme national de rénovation urbaine, pour un investissement total de 433 millions d’euros pour des démolitions, restructurations et réhabilitations. Dés 1991, Ophéa a été l’une des premières entreprises de la région à faire travailler en nombre des personnes éloignées de l’emploi, notamment via les Régies de quartier ou sur des chantiers. En 2005, lors de la première rénovation urbaine, cette politique d’insertion s’est encore accrue, via les clauses d’insertion. Ophéa s’appuie donc sur sa politique d’achats pour favoriser l’accès et le retour à l’emploi à travers des clauses d’insertion dans la majorité de ses marchés de nettoyage et de travaux. Par ce biais, Ophéa démontre qu’elle est bien plus qu’un bailleur : c’est un acteur social et économique responsable.
Ophéa intègre donc, dans sa commande publique, des objectifs d’insertion professionnelle (quotas d’heures d’insertion dans les marchés liés à la rénovation urbaine) pratique intégrée dans la démarche RSE de l’entreprise.
L’engagement d’Ophéa en matière d’emploi se fait essentiellement sur deux leviers :
• Les marchés de nettoyage,
• Des marchés passés dans le cadre d’opérations de réhabilitation et de construction.
Pour que l’insertion fonctionne, il faut un travail partenarial entre «les donneurs d’ordre» comme Ophéa, les acteurs de l’emploi qui accompagnent les personnes en insertion et les entreprises liées aux clauses d’insertion. Ces emplois favorisent l’accès ou le retour à l’emploi et ils renforcent l’employabilité des personnes en créant de l’expérience professionnelle. Souvent, passer par cette « pépinière » permet ensuite de décrocher des emplois « classiques».

Lire le communiqué de presse ICI

Qu’est-ce qu’une zone ANRU ? @Emerige

Source : Emerige

En réalisant un achat immobilier neuf à usage de résidence principale dans une zone ANRU, il est possible de bénéficier d’un taux de TVA réduit dans certains programmes immobiliers neufs ou en vente VEFA (vente en état futur d’achèvement). On vous explique ce qu’est une zone ANRU.

Crée en 2003, l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine) est un établissement public qui assure et finance le programme national de rénovation urbaine (PNRU). L’objectif de l’agence est d’aider les collectivités territoriales et les organismes HLM à mener des projets de réhabilitation de certaines zones (les zones ANRU) dont la liste complète est disponible sur le site officiel de l’ANRU. Ces projets de réhabilitation passent entre autres par la construction de logements neufs mais également par la rénovation ou la création de nouveaux équipements (écoles, parcs, médiathèques, etc.), de nouveaux commerces ou d’activités d’entreprise. Ces zones ont été déterminées en fonction du besoin de revitalisation de leurs quartiers.

Pourquoi acheter un appartement neuf dans une zone ANRU ?

30 propositions de procivis lab’ pour stopper la dégradation des copropriétés @PROCIVIS @J_Denormandie @Min_Territoires

 

Source : PROCIVIS

Le 1er rapport réalisé par PROCIVIS Lab’, le think tank du réseau PROCIVIS sur les politiques du logement « 30 propositions pour stopper la dégradation des copropriétés »,  vient d’être remis au Ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie

TÉLÉCHARGER ICI LE RAPPORT

Cette étude s’inscrit dans un contexte, où le métier de syndic, et plus largement la gestion des copropriétés, sont sous le feu des projecteurs. La catastrophe de Marseille a fini de convaincre les plus réticents que l’entretien du parc privé de logements devait être mis à l’agenda politique.

Les ordonnances sont en cours d’élaboration pour réviser la loi de 1965 qui régit le droit de la copropriété et dans le même temps, le secteur de l’administration de biens est à la croisée des chemins : Souffrant injustement d’une image négative dans l’opinion publique, et face aux nouveaux modèles économiques, un risque d’uberisation est à craindre.

« Et pourtant cette actualité prouve qu’on n’a jamais eu autant besoin des syndics » affirme Yannick Borde, Président de PROCIVIS UES-AP. Ni les syndics bénévoles, ni les syndics en ligne ne sont capables de répondre aux défis de la transition énergétique et numérique auxquels la copropriété du XXIème siècle est confrontée. On ne s’improvise pas syndic, de même qu’on ne peut brader une activité au rabais au risque de l’irresponsabilité. La gestion d’un immeuble, c’est un métier ! Maîtriser les charges de copropriété, c’est un métier ! Prévenir les impayés de charges, c’est également un métier ! Prévenir les processus de dégradation des copropriétés, c’est un métier qui demande des compétences spécifiques qui doivent être reconnues.

Ce constat amène à 30 propositions concrètes, contribution à l’élaboration des ordonnances qui devront être ratifiées avant la fin de l’année. Ces propositions invitent à :

  • Mieux mobiliser les acteurs de la gouvernance de la copropriété : en responsabilisant tous les acteurs, au premier rang desquels figure le syndic, seul capable d’apporter une vision prospective et en le remettant au cœur de la gestion de la copropriété dans un rôle qui va bien au-delà d’une simple assistance au conseil syndical.
  • Mieux accompagner la rénovation : en structurant une filière de la rénovation de la sensibilisation jusqu’au financement pour stimuler une demande de travaux encore insuffisante.
  • Mieux prévenir et traiter les impayés de charges : l’évolution de la sociologie des copropriétés, couplée au durcissement des conditions économiques, mais aussi à l’impérieuse nécessité de faire face à l’obsolescence technique des immeubles conduisent à améliorer encore l’arsenal à la disposition des copropriétés et des syndics. Parmi les propositions figurent des mesures préventives (mensualisation des charges de copropriétés, renforcement de la phase de conciliation) et des mesures visant à rendre plus efficace la phase contentieuse.

TÉLÉCHARGER ICI LE RAPPORT

PROCIVIS Immobilier et la FNAIM annoncent leur partenariat @PROCIVIS @FNAIM @Galivel

Source : GALIVEL

De nombreuses agences du réseau PROCIVIS Immobilier, principalement sous la marque IMMO de France, sont des membres historiques de la FNAIM. C’est pour renforcer leur implication et accentuer la collaboration du réseau avec la FNAIM que Jean-Marc Torrollion et Philippe Petiot ont décidé de signer un accord de partenariat.

PROCIVIS Immobilier fédère un réseau qui regroupe 50 filiales immobilières exerçant les activités de promotion, aménagement, lotissement, construction de maisons individuelles et des services immobiliers (transaction, gestion, location et syndic) avec plus de 100 points de vente partout sur le territoire.

…en savoir plus…