Archives du blog

Coup de projecteur sur les réalisations menées en 2018 par l’OPH Villejuif

     Source : OPH Villejuif

Dans un environnement de profonde mutation des organismes de logement social, l’office a poursuivit ses efforts sur :

– le développement de l’offre de logements neufs
– la réhabilitation et la maintenance du patrimoine existants
– l’amélioration de la qualité de service rendu au quotidien aux locataires

Chiffres clés

  • 3 183 logements | 1 487 places de stationnement | 40 locaux commerciaux
  • 7 800 personnes logées
  • 93 attributions de logement | 4.3% de taux de rotation
  • 88 logements neufs en construction
  • + 1.5M€ de travaux d’entretien et de maintenance
  • 86% de locataires statisfaits

> Retrouvez les projets et réalisations ménés en 2018 par les équipes de l’OPH Villejuif

Rapprochement entre Grenoble Habitat et Actis : où en est le processus de fusion ? @GrenobleAlpes @ActisOph_

Source : Grenoble Métropole

Le projet de fusion de l’OPH Actis et de la SEM Grenoble Habitat a été approuvé en juillet 2018 par les instances délibératives de la Ville de Grenoble et de Grenoble-Alpes Métropole. Où en est aujourd’hui le processus de fusion ?

Fusion grenoble habitat et actis

Un rapprochement pour une politique de l’habitat ambitieuse
En juillet 2018, la Métropole lançait le processus de rapprochement du bailleur métropolitain Actis et du bailleur municipal Grenoble Habitat. Un rapprochement nécessaire pour disposer d’un outil public à même de réaliser la politique de l’habitat ambitieuse du territoire.

L’objectif majeur du rapprochement de ces deux acteurs importants du logement social dans la métropole, est de pouvoir mener une politique de logement adaptée à la situation des territoires qui composent la Métropole et aux besoins des citoyens. Pour rappel, ces deux organismes logent environ 40 000 personnes sur le territoire métropolitain, soit pas loin de 10% du total de ses habitants ! Alors que la politique gouvernementale encourage la formation de grands groupes privés du logement social déconnectés des réalités des territoires, la Métropole grenobloise et ses partenaires (la Ville de Grenoble et les bailleurs Actis et Grenoble Habitat) souhaitent construire un modèle différent. Un modèle qui tout à la fois préserve la capacité financière des bailleurs à investir et permette la mise en œuvre des objectifs déterminés par les collectivités, et inscrits dans le Programme local de l’habitat (PLH).

Gros plan sur Grenoble Habitat et Actis
Actis a été créé à l’issue de la 1ère guerre mondiale, Grenoble Habitat à l’occasion des JO de 1968. Les deux bailleurs sociaux locaux représentent des acteurs majeurs du logement dans l’agglomération, indispensables à la mise en œuvre de la politique du logement de la Métropole.
Représentant respectivement 12 500 logements sur le territoire métropolitain pour le premier et 4 080 pour le second, ils contribuent à près de 40% de la production des nouveaux logements sociaux sur le territoire. Les deux structures présentent par ailleurs des profils et des compétences différentes, très complémentaires.

Téléchargez le dossier de presse…

Lire également :

Découvrez Evoléa, le nouveau bailleur social de l’Allier #Evolea

Source : Evoléa

Née de la fusion entre l’Opac de Commentry, France Loire Allier et l’OPH Moulins Habitat, Evoléa, la Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC), s’implante sur le département de l’Allier avec une présence sur 136 communes du département, soit 43% des communes couvertes.

Logo d'Évoléa

Le patrimoine d’Évoléa se compose d’environ 7 650 logements, dont 30% de pavillons. La SCIC s’inscrit comme un bailleur de référence en comptant à elle-seule 38% des logements sociaux de l’Allier et près de 14 000 personnes logées.
La Société Coopérative d’Intérêt Collectif possède une gouvernance mixte entre collectivités publiques (Moulins Communauté et Ville de Commentry), partenaires socio-économiques (France Loire et associés divers), salariés et locataires, avec un appui avec le Groupe Arcade.

Pourquoi ce regroupement ?
Chacune des structures avait une histoire propre mais des valeurs similaires et de nombreux points communs :
– Un engagement fort dans le logement social malgré une taille restreinte
– Une reconnaissance par la présence marquée sur les territoires
– Un professionnalisme et une culture client déjà très présente
L’objectif d’Évoléa est de faire face à de nombreux défis : économiques, sociétaux, digitaux, mais aussi liés à la nature de notre territoire d’intervention.

En découvrir plus sur Evoléa

Lire également :

L’intervention des organismes Hlm en centre ancien @_GEFILS @J_Denormandie ‏

Pour en savoir plus sur GEFILS et/ou vous abonner à l’EHebdo, rendez-vous sur www.gefils.fr, ou contactez alexandre.schoepfer@orfeor.com

Action cœur de ville, dispositif Denormandie, plan « initiative copropriété » de l’ANAH, dispositifs OFS et BRS, etc. les programmes d’incitation à la réhabilitation des centres-villes anciens constituent aujourd’hui l’une des pistes prioritaires du Gouvernement pour contribuer à rattraper le temps perdu et compenser le manque actuel de construction de logement.

Mais la mise en place de ces programmes ne pourra se faire sans l’apport d’opérateurs capables d’agir à différentes étapes et dans les différentes dimensions des projets de requalification des quartiers anciens, et de maîtriser à la fois les enjeux techniques, financiers mais également humains et locaux pour y contribuer de manière efficace et pérenne.

Parallèlement à cela, la réforme de la politique du logement conduit les bailleurs à repenser leur métier et leur stratégie, et à explorer de nouveaux champs d’intervention. L’intervention de ces organismes en centre ancien pourrait et devrait constituer l’une de ces pistes.

Pour faire le point sur les enjeux, leviers et perspectives de cette dynamique, le Réseau des acteurs de l’habitat organisait fin juin une web conférence sur ce sujet en présence de Valérie Mancret Taylor (ANAH), de Marie Laure Vuittenez (Métropole Habitat Saint Etienne/AURA HLM) et de Claire Delpech (ADCF) pour rappeler à la fois les apports du secteur et les motifs de son engagement, mais également mettre en évidence les conditions de cette mobilisation afin d’optimiser leur effet de levier dans ces projets.

Si les Organismes de logement social (OLS) s’imposent comme des acteurs incontournables de ces programmes, c’est tout d’abord car ils ont de tout temps été aux côtés des collectivités pour réhabiliter des quartiers en perte de vitesse. Ils ont donc, notamment par ce biais, acquis une compétence globale (financière, organisationnel tel que le relogement de population), une force de frappe et une légitimité opérationnelle et locale indispensable à la réalisation de ce type de programme. Par ailleurs, au delà de leur ancrage local historique qui leur octroie confiance des collectivités, connaissance des enjeux, etc. les bailleurs ont l’avantage de ne pas être trop préoccupé par la rentabilité à court terme de leur programme, contrairement aux promoteurs privés, ce qui leur permet d’être plus facilement présents sur des « petites » opérations ou en zone détendue… Enfin, leur rôle social et leur faculté à créer ou recréer du lien social, à intégrer les habitants et contribuer au retour d’un service public dans la ville est très attendue et appréciée des collectivités dans la mesure où quand un bailleur (ou tout acteur public finalement) s’implante dans un quartier, l’effet de levier et d’entrainement est alors très fort pour les autres acteurs.

Ainsi, comme le rappelle Mme Mancret Taylor (ANAH), les bailleurs sont donc bienvenus et attendus dans le cadre de ces réhabilitations.

Néanmoins, comme le rappelle Mme Vuittenez, dont le mouvement HLM AURA apparait comme pionnier en la matière avec des OLS, organisés en inter-bailleurs, qui ont depuis longtemps voulu s’inscrire dans cette démarche et qui font aujourd’hui des offres de services aux collectivités dans ce sens, il faut que les bailleurs aient la volonté de le faire ! Sur ce point, la restructuration en cours chez les bailleurs qui va faire émerger des besoins et des champs nouveaux, les conduire à d’autres types d’intervention, de nouvelles collaborations avec les collectivités, les privés, laisse penser que ces derniers vont s’y intéresser de près.
D’un autre côté, il faut aussi, en plus de leur volonté, qu’ils disposent d’une taille et des compétences suffisantes pour susciter l’intérêt et la confiance des collectivités, voire des financeurs.

..Lire la suite sur www.gefils

 

Loire-Atlantique : projet de rapprochement entre 3 bailleurs sociaux @Habitat_44 @silenehabitat

Source : Habitat 44

Le rapprochement des 3 bailleurs sociaux, Habitat 44, Atlantique Habitations et Silène se précise davantage. Ils souhaitent en effet constituer une organisation opérationnelle au service des habitants de Loire-Atlantique, et ainsi devenir l’acteur n°1 du logement social du département. Plus d’informations ci-dessous…

Habitat 44 Silene Atlantique Habitations

Un projet au service des politiques du logement
Le modèle économique des HLM a été fortement fragilisé avec la baisse des loyers imposée aux bailleurs sociaux dans le cadre de la Loi de Finances 2018. Parallèlement, la Loi Elan prescrit aux organismes de logement social de moins de 12 000 logements de se regrouper.
Ce rapprochement peut se faire sous plusieurs formes dont les sociétés de coordination. Pour cela, les bailleurs sont amenés à rechercher de nouvelles synergies et des complémentarités dans leurs savoir-faire, et chercher de nouveaux relais de croissance pour continuer à répondre aux politiques publiques du logement.
Dès en amont de cette loi, au début de l’année 2018, Atlantique Habitations, Habitat 44 et Silène, se sont appuyés sur la proximité de leurs valeurs et leurs modes de management très proches pour entamer des discussions autour d’un projet de coopération.

Une vision commune de leur action pour garantir des réponses adaptées aux besoins des territoires
La mission des bailleurs sociaux va bien au-delà de simplement fournir un toit. Les collaborateurs de nos organismes accompagnent au quotidien les habitants, en partenariat étroit avec l’ensemble des acteurs de la solidarité, qu’ils soient publics ou associatifs. Si les statuts et les instances de gouvernance des 3 organismes diffèrent (OPH*, ESH** ; collectivités territoriales, établissement bancaire mutualiste…) ; la complémentarité de nos implantations a favorisé l’engagement de ce rapprochement. Leurs valeurs, proches, nous rassemblent : territorialité, innovation et qualité, responsabilité sociétale et équité, accessibilité de l’habitat, proximité et lien social, management responsabilisant et participatif ; avec une envie commune de mettre leurs compétences et leurs savoir-faire au service de leurs locataires, des collectivités et des politiques locales de l’habitat.

Consulter le dossier de presse

Lire aussi :