Archives du blog

OGIC présentera ses grands projets d’immobilier d’entreprise au SIMI @Ogic_officiel @salonsimi

Source : OGIC

Le Salon de l’immobilier d’entreprise, le SIMI, a lieu du 11 au 13 décembre 2019 au Palais des Congrès de Paris.

Le SIMI rassemble pendant trois jours plus de 30 373 professionnels et 467 sociétés et collectivités participantes représentant l’intégralité de l’offre immobilière et foncière, et également l’ensemble des services associés à l’immobilier et l’entreprise. 130 conférences et 2 plénières sont au programme de ces 3 journées !

>>> Rendez-vous au SIMI afin de rencontrer les équipes spécialisées dans l’immobilier d’entreprise et dans les grands projets d’OGIC ! Les équipes seront à retrouver sur le stand B52, niveau 1, aux côtés de Mireille Vernerey, Présidente du Directoire.

Lire aussi :

Jérôme Roussel devient secrétaire général chez OGIC @Ogic_officiel

OGIC, acteur majeur de la promotion immobilière, a vu son directoire se modifier. Mireille Vernerey a été nommée présidente du directoire d’OGIC et renforce la direction de l’entreprise. Des nominations ont par la suite été annoncées, Jérôme Roussel a rejoint la société en tant que secrétaire général en octobre 2019.

Diplômé de l’Université de Nancy, titulaire d’un master 2 en droit des affaires et fiscalité. En 2005, Jérôme Roussel est nommé Directeur Financier chez Nacarat, promoteur généraliste pour les entreprises et les particuliers, puis devient, en 2011, secrétaire général. Début 2015, il est nommé directeur général adjoint au sein de Nacarat.

Lire aussi :

Le Groupe Ogic recrute ! Découvrez les 16 offres d’emploi à pourvoir @Ogic_officiel

Source : Twitter @Ogic_officiel

Le Groupe Ogic est un acteur majeur de la promotion immobilière, qui agit dans les secteurs du logement, de l’aménagement urbain, de l’immobilier d’entreprise, ainsi que dans la réhabilitation et la valorisation du patrimoine historique.

Afin de soutenir et accompagner sa croissance, le groupe recrute différents profils. Des offres sont à pourvoir partout en France : Paris, Marseille, Lyon, Annecy…

Cliquez ici pour consulter les offres d’emploi

Mireille Vernerey, passionnée d’urbanisme, prend les rênes d’OGIC @Ogic_officiel

Source : Ogic

Ingénieur de formation au tempérament d’entrepreneur, Mireille Vernerey a été nommée présidente du directoire d’OGIC. Passionnée d’urbanisme et d’architecture, la dirigeante a rejoint les rangs d’OGIC en 2007, après avoir occupé plusieurs postes de direction dans lesquels elle a mené des projets d’envergure en immobilier d’entreprise et résidentiel. Sous sa direction, c’est une nouvelle phase de l’histoire d’OGIC qui s’annonce.

C’est une femme d’expérience qui prend la tête du directoire d’OGIC. Forte d’une longue carrière dans la promotion immobilière (logements et bureaux), dont treize ans chez OGIC, Mireille Vernerey commence sa vie professionnelle à Marseille, où elle est née. Elle découvre le secteur en tant que responsable développement …Lire la suite

Réhabilitation de friches industrielles : une autre façon d’habiter la ville @Ogic_officiel

Source : Ogic

La revitalisation des friches industrielles est devenue un enjeu majeur d’aménagement urbain. Idéalement situés en centre-ville, ces sites laissés à l’abandon apparaissent aujourd’hui comme l’une des solutions face à l’étalement urbain et à la pression démographique croissante. Pour Matthieu Poitevin, architecte frichier français, ces espaces représentent bien plus qu’une opportunité foncière : ils s’inscrivent dans une démarche d’écoresponsabilité, de mixité et d’inclusion sociale, indispensables pour construire une ville pérenne.

La Belle de Mai est un quartier marseillais populaire chargé d’histoire. Lors de la révolution industrielle au XIXe siècle, la Belle de Mai est essentiellement peuplée d’ouvriers, dont beaucoup sont venus d’Italie pour y trouver du travail. Sur une surface de 12 hectares, surplombant la Belle de Mai, se trouve alors la Manufacture des tabacs, qui produisait jusqu’à 20% des Gauloises consommées en France au pic de son activité, dans les années 1960. La fermeture de l’usine, au début des années 1990, entraîne une inexorable dévitalisation du quartier, alors que les commerces ferment les uns après les autres et que le travail s’y fait rare…Lire la suite.