Archives du blog

Chauffage collectif : Améliorer la performance énergétique des logements @Homeysio

Source : Homeys.io

Homeys, un acteur qui propose aux gestionnaires de parc immobilier un outil de suivi du confort, de la performance énergétique et environnementale de leur parc, a mené une étude sur tous les bâtiments instrumentés au cours de la dernière année pour connaître les réglages des bâtiments résidentiels chauffés au chauffage collectif.

Température de chauffe : plus de la moitié du parc est chauffé à une température moyenne supérieure à 21°C. Si ces bâtiments réduisaient la température de chauffe à la température réglementaire de 19°C – comme prescrit à l’article R241-26 du code de l’énergie – la consommation énergétique serait réduite de 10 à 15%.

Lire le communiqué de presse

L’Observatoire de l’Habitat 2019 @BanqueDesTerr @unionHlm @villes2fr

Source :  Banque des territoires

Cet observatoire, réalisé en partenariat avec Villes de France, l’Union sociale pour l’habitat et la Banque des territoires, est un outil de pilotage qui intègre pour cette édition 900 communes. Afin de mettre en perspective les caractéristiques de ces villes étudiées, une comparaison systématique sera effectuée avec leur EPCI d’appartenance (hors ville centre), les villes centres des 15 Métropoles et la France métropolitaine.

Au sommaire : les dynamiques démographiques, le profil de la population, les caractéristiques du parc de logements, les dynamiques de construction…

ICI pour accéder à L’Observatoire de l’Habitat des Villes de France 2019

Observatoire de la fiscalité des Villes de France : quelles évolutions en 2019 ? @villes2fr

Source : Villes de France

Dans le cadre du dernier numéro de « Ondes Urbaines », découvrez le dernier Observatoire de la fiscalité des Villes de France afin de voir quels sont les premiers constats pour 2019 et quelles sont les évolutions 

Villes de France

A partir d’un panel de 126 villes (pour une population totale de 4,3 millions d’habitants), Villes de France vient de tirer les premiers constats en matière d’évolution de la fiscalité pour cette année. Sur cet échantillon de villes moyennes, les recettes prévisionnelles des 3 taxes ménages pour 2019 croissent de +2,5% dans les Villes de France par rapport aux recettes de 2018. Ce résultat est essentiellement dû à la valeur pour 2019, du coefficient d’actualisation, fixé à +2,2%. La croissance physique des bases de FB et de TH se situant quant à elle autour de +0,3%. Au-delà de la stabilité des taux de taxe d’habitation dans les Villes de France, 2019 ne se caractérise pas par un report de pression fiscale sur la taxe foncière bâtie – y compris dans le contexte de mise en œuvre de la réforme de la TH – puisque les taux sur le foncier baissent même dans 15% des villes moyennes.

Taxe d’habitation
Sur l’échantillon analysé, l’évolution prévisionnelle des bases nettes de TH pour 2019 (évolution physique) est de +0,4%. Cette évolution réelle, combinée à une stabilité presque absolue du taux moyen de TH de ces 125 villes, et à une actualisation forfaitaire de 2,2%, entraîne une progression prévisionnelle des ressources de TH de 2,5% en 2019, représentant 1,183 milliard d’euros pour l’échantillon. Cette progression de 27,5 millions d’euros par rapport aux produits de TH de l’an passé est due pour l’essentiel à l’effet actualisation des bases. Le taux moyen de TH pour ces villes, 19,20% en 2019 (identique à celui de 2018), est remarquablement stable depuis 2017.

Foncier bâti
Les évolutions prévisionnelles de bases de TFB dans les Villes de France sont, en 2019, légèrement moins favorables que celles concernant la TH : elles progresseraient de +0,2% en réel (évolution physique) pour 0,4% pour les bases de TH.
Cela entraîne une progression prévisionnelle des ressources de TFB de +2,4% en 2019, représentant 1,535 milliard d’euros pour l’échantillon. Cette progression de 27,3 millions d’euros par rapport aux produits de l’an passé est due principalement à l’effet actualisation des bases, mais aussi à l’évolution à la baisse du taux de TFB dans les villes. Phénomène traditionnellement plus visible en année pré-électorale, les Villes de France ont pour un nombre non négligeable d’entre-elles (18 dans l’échantillon analysé, soit 14% des villes), utilisé plus largement le levier du foncier bâti pour atténuer la pression fiscale

La suite ici…

Lire aussi :

#Immobilier : Les acheteurs en Île-de-France sont sous tension ! @logicimmo @iledefrance

Source : logic immo

Immobilier : 40 % des Franciliens redoutent une nouvelle hausse des prix

Selon la dernière étude de l’Observatoire Logic-Immo du Moral Immobilier, l’avenir reste placé sous le signe de la surchauffe concernant les prix de l’immobilier en Île-de-France. En effet, 40 % des acheteurs immobiliers franciliens pensent que les prix de vente des logements, qui atteignent déjà des sommets dans certains secteurs du Grand Paris, vont encore augmenter dans les 6 prochains mois. Toujours d’après cette étude, près de 4 acheteurs immobiliers franciliens sur 10 recherchent un logement dont le prix de vente dépasse les 400 000 €. Un budget significatif qui s’explique par le fait qu’en Île-de-France, les candidats à l’accession immobilière sont désormais contraints d’ajuster leur budget face à l’offre locale, s’ils souhaitent concrétiser leur projet d’acquisition.

…lire la suite…

Logement neuf au T1 2019 : baisse des mises à l’offre et montée des prix… une alerte pour 2020 @fpi_fr @A_FrancoisCuxac

Source : FPI

La FPI, Fédération des Promoteurs Immobiliers, a publié les chiffres du logement neuf au 1er trimestre 2019. Une contraction préoccupante de l’offre de logements neufs est à constater en ce début d’année… 

Résultat de recherche d'images pour "fpi"1er trimestre 2019 : La demande de logements neufs ne se dément pas
Le T1 2019 confirme les tendances déjà constatées aux trimestres précédents, et les accentue. Les ventes de logements neufs sont en légère baisse (-2,5 %), mais cette baisse globale s’applique à un volume qui reste élevé (35 598 logements) et masque la stabilité des ventes au détail (-1,2 %, pour les investisseurs comme pour les accédants). Elle concerne surtout les ventes en bloc (-10,3 %). Ces chiffres, même s’ils sont contrastés selon les régions, confirment donc que la demande des ménages est bien présente et dynamique, et que nous faisons d’abord face à un problème d’offre.
Les ventes en bloc sont certes en baisse marquée, mais deux signes positifs sont à retenir : en leur sein, le logement intermédiaire progresse toujours (il représente plus de 20 % du total ce trimestre) ; les ventes en bloc de logements sociaux devraient bénéficier de la conclusion de l’accord financier entre le Gouvernement, l’USH, Action logement et la Caisse des dépôts, au terme duquel les organismes HLM ont pris l’engagement de produire 110 000 logements sociaux par an.

Pour Alexandra François-Cuxac, Présidente de la FPI France : « la pierre reste attractive pour les ménages, qu’ils souhaitent se loger ou investir pour louer. Leurs conditions d’emprunt sont très favorables, et devraient durablement le rester. Et les logements que nous mettons sur le marché – plus respectueux de l’environnement, plus connectés, plus riches en services – répondent à leurs attentes. Encore faut-il réussir à les produire ! »

Tous les chiffres du logement neuf au 1er trimestre 2019 à retrouver ici

Lire aussi :