Archives du blog

Logement : les débuts difficiles des objets connectés @pap_fr

Source : pap.fr

Si une majorité de Français est favorable à l’utilisation des objets connectés pour les services à domicile, certains sont méfiants. La peur de l’espionnage constitue le principal frein à leur développement dans le logement. Sans oublier le prix élevé de ces applications.

Et si les objets connectés facilitaient l’essor des services à domicile dans l’Hexagone ? C’est l’avis d’une majorité de Français interrogés par Sociovision au printemps 2019 pour le compte de l’association Promotelec, la Poste et la Fédération du service aux particuliers (FESP). Six personnes sur dix jugent en effet souhaitable ce développement dans l’habitat qui accueille pour le moment peu d’objets connectés. Le taux d’équipement stagnant d’ailleurs pour la plupart d’entre eux.   

Les objets connectés synonymes de sécurité

Plus de services à la clé. La sécurité, les services et un confort pour le prestataire constituent les principales motivations des particuliers souhaitant installer des objets connectés dans le cadre de services à domicile…Lire la suite

Villes intelligentes : le casse-tête juridique qui attend les élus #SmartCity

   Source : Maddyness

 

Équipements connectés, protection des données, règles d’urbanisme… La numérisation croissante de la ville fait naître un imbroglio juridique dont bien peu de communes sont encore conscientes.

 

La responsabilité civile en cas d’objets connectés déficients

Avec les nouveaux équipements autonomes et interconnectés, les contentieux vont se multiplier

Benjamin Ingelaere, associé au cabinet d’avocat Ingelaere

Un feu de signalisation «intelligent» qui bugue, une navette autonome qui provoque un accident, un lampadaire qui s’éteint et met en danger la circulation… Reste à déterminer à qui sera imputée la responsabilité : le fabricant du feu, l’entreprise qui a fourni le logiciel, le service de maintenance ou la municipalité ?

Dans un premier temps, le citoyen se retournera vers la commune, car il y a présomption de faute en cas de matériel défectueux

Benjamin Ingelaere

Quitte à ce que celle-ci se retourne ensuite vers les fabricants. De belles pagailles judiciaires en perspective.

La protection des données des citoyens

Avec la dématérialisation et le développement de l’e-administration, les collectivités gèrent de plus en plus de données numériques….

De nouvelles règles pour l’urbanisme «partagé»

Aujourd’hui, dans les immeubles d’habitation ou de bureau, chaque place de parking est attribuée à un seul usager. Mais avec l’avènement de la voiture autonome, il n’y aura plus besoin d’autant de places puisqu’une voiture pourra servir à plusieurs personnes différentes et se garer n’importe où.

Je travaille sur le cas d’un nouveau parking collectivisé à Bordeaux, où la propriété serait décorrélée de l’usage. Au lieu d’avoir une place personnelle fixe, on «achète» la possibilité de se garer n’importe où, par exemple dans une autre résidence privée ou un parking public en ville.

Clotilde Cazamarjour

…lire la suite…

French Tech : Angers un laboratoire pour les applis « smart city »

Source : www.angersloiremetropole.fr

Pavic s’appuie sur la richesse de l’écosystème angevin en matière d’objets connectés, déjà reconnue par le label French Tech.

Fédérant entreprises, collectivités et écoles d’ingénieurs, la plate-forme Pavic met à la disposition des porteurs de projets toutes les conditions nécessaires au test à grande échelle de leurs applications « smart city ».

Avec le lancement de Pavic, le territoire angevin, déjà labellisé FrenchTech, affirme encore un peu plus son positionnement à la pointe des objets connectés. Mise sur les rails le 21 avril, cette « plate-forme d’aménagement d’une ville intelligente et connectée » a l’ambition de faire d’Angers un laboratoire d’expérimentation pour les applications « smart city ».

« La ‘smart city’, ou ville intelligente, est devenue un enjeu pour tous les territoires, estime Jean-Pierre Bernheim, président de l’agence de développement économique Aldev et vice-président de Pavic. C’est un enjeu qui s’exprime en termes économiques, de rayonnement et de capacité à proposer aux habitants des services innovants. » Par un accès géolocalisé à de nombreuses informations et services, le concept de ville intelligente vise à permettre aux habitants d’interagir avec l’environnement urbain, notamment grâce aux objets connectés.

« Aussi innovantes soient-elles, les applications ‘smart city’ ne valent rien si elles ne s’intègrent pas parfaitement à leur environnement, souligne Michel Perrinet, président de la société Octave et également membre de Pavic. Or le seul moyen de s’en assurer est de tester ces applications à grande échelle, en conditions réelles. »

> Lire la suite

> De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

I-Stay@Home : bien vieillir à domicile- le blog Vilogia

Source : le blog de Vilogia

ImprimerD’après le rapport annuel de 2012 sur le vieillissement démographique par l’Union Européenne, 20% de la population aura plus de 65 ans en 2020. Le monde du logement est fortement impacté par ce vieillissement de la population.

En réponse au vieillissement progressif et l’accroissement des situations de dépendance Vilogia, huit autres bailleurs sociaux et six partenaires technologiques ont collaboré dès 2013 pour créer une plate-forme transnationale pour le maintien des seniors et personnes handicapées à domicile : I-Stay@Home (ICT Solutions for an ageing society). Ces acteurs sont implantés dans cinq pays du nord-ouest de l’Europe : France, Belgique, Angleterre, Allemagne et Pays-Bas. Leur objectif : proposer une solution accessible à tous pour bien vieillir à domicile dans un cadre de vie qui participe au développement de l’autonomie

Le projet I-Stay@Home s’est déroulé en quatre phases :

  1. Identification des préoccupations essentielles des personnes âgées et/ou handicapées en terme de maintien à domicile ;
  2. Présélection  d’objets connectés et de services ;
  3. Test sur 200 foyers de locataires des bailleurs sociaux participants (dont 20 chez Vilogia) ;
  4. Publication des résultats et choix des meilleurs services qui pourront être distribués par les bailleurs aux locataires seniors.

Ce projet a été subventionné par l’Union Européenne dans le cadre du programme INTERREG IVB Northwest-Europe, Call 9.

Rester autonome grâce à la technologie : les objets connectés pour les personnes âgées et/ou handicapées

Au sein des cinq pays porteurs du projet, 185 locataires âgés et/ou handicapés ont été interviewés afin de connaître leurs besoins, leurs préoccupations et leur ressenti face à l’introduction des nouvelles technologies dans leur quotidien pour les aider à mieux vivre leur vie de manière autonome.

en savoir plus

Foch & Arkea Sécurité font rentrer les objet connectés à l’Hôpital

Source : Hôpital FOCH

LES OBJETS CONNECTES FONT LEUR ENTREE A FOCH !

logo-foch-plus-signature_1404128889
Dans le cadre d’un protocole de recherche sur la préhabilitation préopératoire
et la réhabilitation postopératoire, l’Hôpital Foch équipe ses patients d’objets
connectés afin d’assurer un suivi optimal à domicile.

Mieux préparer le patient au traitement du cancer
Si la réhabilitation des patients en aval de l’intervention chirurgicale est aujourd’hui une
pratique développée, l’état physique du patient en amont de l’opération reste un facteur
de complications non négligeable. Confronté à la fois à l’impact de sa maladie et aux
effets secondaires de lourds traitements, le patient atteint d’un cancer doit faire face à la
dérégulation de son métabolisme, provoquant une perte musculaire et un gain de graisse
conséquents.
Pour pallier ce dérèglement, les services d’anesthésie et de médecine physique et
réadaptation fonctionnelle de l’hôpital Foch se sont appuyés sur les travaux du Pr Carli de
l’Université McGill de Montréal afin de développer un programme de préhabilitation des
patients avant une chimiothérapie, une radiothérapie ou une intervention chirurgicale.
Les premières inclusions ont eu lieu en juin 2015, aujourd’hui le déploiement représente
environ 10 nouvelles inclusions par mois.
Une nouveauté : le suivi des patients par les objets connectés
Dans le cadre de ce programme de préhabilitation/réhabilitation opératoire, Arkea Sécurité
propose une infrastructure complète créée en partenariat avec l’Hôpital Foch en fonction des besoins identifiés par le personnel de santé…CP Hopital Foch objets connectés