Archives du blog

Après 2 ans de travaux, réouverture de la Piscine de Roubaix @rabotdutilleul @MuseeLaPiscine

Source : Rabot Dutilleul

Les équipes de Rabot Dutilleul se sont vues confier la rénovation du Musée la Piscine de Roubaix. Après 2 années de travaux, le musée a de nouveau ouvert ses portes ce samedi 20 octobre !

RABOT

L’origine du projet
À son ouverture en 2001, le musée de la Piscine de Roubaix prévoyait un nombre de 60 000 visiteurs par an. Pour assumer son incroyable succès avec finalement 200 000 à 250 000 visiteurs chaque année, le musée a envisagé un agrandissement de plus de 2000 m² supplémentaires, avec un parcours amélioré et enrichi, et des espaces dédiés aux jeunes publics.

Le Duo Jean-Paul Philippon – Rabot Dutilleul Construction réformé  
Comme pour la transformation du bâtiment en musée il y a 20 ans (de 1997 à 2001), c’est l’architecte Jean-Paul Philippon qui a conçu l’aménagement du projet et suivi minutieusement l’avancée des travaux menés par Rabot Dutilleul Construction. Pendant deux ans, une vingtaine de compagnons ont construit 1 600 m² de nouveaux espaces et réhabilité 700 m² existants.

Lire la suite…

Lire également :

L’INRAP et le Musée du Louvre reconduisent leur partenariat scientifique et culturel @Inrap

Source : INRAP

Le 22 mai 2018, Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre et Dominique Garcia, président de l’Inrap, ont signé une nouvelle convention de partenariat dans un but à la fois scientifique et culturel.

inrap

Les deux établissements publics, forts de leurs missions complémentaires, prolongent la convention de coopération scientifique et culturelle signée en novembre 2014 et marquent ainsi leur volonté de développer et de mettre en œuvre des projets communs, conformément aux missions qui leurs sont confiées par le ministère de la Culture, notamment en matière d’éducation artistique et culturelle.

Entre 2014 et 2017, les parties ont mis à profit la convention-cadre qui les unit pour développer des synergies sur le champ culturel et pédagogique. Des collaborations fructueuses ont ainsi vu le jour dans le domaine événementiel : le musée du Louvre s’est inscrit dans la dynamique des Journées Nationales de l’Archéologie (JNA), grâce au concours de l’Inrap.

Avec le renouvellement de cette convention-cadre, le musée du Louvre et l’Inrap pourront initier des projets qui seront mis en œuvre à travers des conventions spécifiques. Elles porteront notamment sur la coproduction d’expositions, le développement conjoint de productions audiovisuelles ou la coédition d’ouvrages.

Cliquez ici pour en savoir davantage…

Lire également :

Lille expérimente les Micro Folies @AnruOfficiel

Source : Anru

Logo_anruInspiré des Folies du parc de la Villette, à Paris, les Micro Folies sont un projet culturel modulaire innovant destiné à être installé au cœur des quartier, à la rencontre des habitants. Il s’articule autour de quatre modules — un musée numérique qui présente un large choix d’œuvres d’art, un espace scénique, un espace atelier et un café/lieu de convivialité (qui peut accueillir des projections de cinéma, de la restauration, un coin lecture…) — qui peuvent être déclinés et adaptés au contexte du territoire où la Micro Folie est implantée. Deux premières expérimentations sont en cours, à Sevran et à Lille.

En savoir plus

Lire aussi :

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce

MuMo ou Musée Mobile : Des expositions nomades à la portée de tous

Source : anru.fr

Lancé depuis 2011, MuMo est un concept imaginé pour « réduire la fracture culturelle en allant à la rencontre des publics éloignés des musées, galeries ou centres d’art, aussi bien géographiquement que socialement, par manque de moyens ou parce que l’on ne maitrise pas les bons codes ou la culture muséale ».

Ce dispositif nomade dédié à l’art contemporain s’est déployé à proximité des écoles ou sur les places de village pour donner accès, gratuitement, à des ateliers et à une exposition d’œuvres de 14 artistes d’envergure internationale, comme Daniel Buren, Paul McCarthy, Lawrence Weiner, James Turrell, John Baldessari ou Nari Ward. En six ans, le container itinérant est allé à la rencontre de plus de 80 000 enfants – scolaires et extrascolaires entre 6 et 12 ans – et de leurs familles, à travers 6 pays d’Europe et d’Afrique, et en France dans 55 départements. La moitié de ses étapes s’est déroulée dans des quartiers prioritaires de la Politique de la ville ou des villages de moins de 2 000 habitants.

MuMo 2, nouvelle génération

Lauréat en 2015 du label « La France s’engage  », le MuMo évolue pour poursuivre sa mission d’éducation artistique et culturelle, soutenu par plusieurs ministères – dont le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports – avec le concours de ses partenaires territoriaux.

Comme l’indique Ingrid Brochard, « pour qu’une structure mobile comme la nôtre ne s’essouffle pas, il est essentiel qu’elle se rattache à des organismes sédentaires comme les DRAC, FRAC, centres d’art, et également à des acteurs locaux provenant d’autres secteurs (Education Nationale, Ville, institutions culturelles, etc.). Afin de nous ancrer dans le territoire lorsque nous « déplions notre musée mobile », nous nous appuyons sur un partenariat local fort à travers un vrai maillage territorial, en travaillant en étroite collaboration avec les conseillers pédagogiques, les associations locales, les collectifs d’artistes, en suscitant la rencontre avec les parents, les habitants, en favorisant des échanges intergénérationnels ou à travers des visites de quartier  ».

En savoir plus

 

Lire aussi :

 

@Institutionnels       @royojm                     @AlexandraPoloce