Archives du blog

Le Ministère de la Cohésion des territoires revient sur ses 2 ans d’actions @Min_Territoires

Source : Ministère de la cohésion des territoires

Le Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales revient sur ses 2 ans d’actions. Quelles ont été les grandes mesures mises en oeuvre ? Quels ont été les temps forts depuis 2 ans ? Quelles seront les actions futures du Ministère ? 

Résultat de recherche d'images pour "ministere cohésion territoires"

Voici un aperçu des mesures concrètes déjà mises en œuvre
– Création du programme « Action Cœur de ville » permettant de revitaliser 222 centres-villes, en facilitant le retour des habitants, le maintien des commerces et en donnant aux élus locaux des moyens conséquents pour développer leur projet et mieux maitriser leur destin.
– Création du programme « Territoires d’industrie », fer de lance de la réindustrialisation des territoires, bénéficiant à 136 d’entre eux.
– Création de l’Agence nationale de cohésion des territoires, en réponse à une demande formulée par les représentants des élus locaux, visant à soutenir les projets portés par les collectivités locales.
– Signature de « pactes territoriaux » (Bretagne, Pays de la Loire, Creuse, Nièvre, Ardennes) au service d’une stratégie spécifique à chaque territoire, reposant sur des engagements réciproques de tous les acteurs.
– Vote de la loi Logement (Évolution du logement de l’aménagement et du numérique), pour libérer la construction, simplifier les normes, améliorer le cadre de vie et répondre aux besoins de chacun.
– Lutte contre l’habitat indigne, à travers le plan initiatives copropriétés dégradées, la rénovation urbaine, la requalification de l’habitat dans les centres anciens dégradés, la Lutte contre les marchands de sommeil, le Plan de rénovation énergétique des bâtiments.
– Plan Logement d’abord pour réduire durablement le sans-abrisme en France en favorisant l’accès direct au logement aux personnes les plus vulnérables.

Lire la suite

Programme Action Cœur de Ville : quel bilan et quelles évolutions ? @CGET_gouv

Source : CGET

Le 4 juin dernier, le Conseil d’orientation du programme Action Cœur de Ville, s’est réuni afin de dresser un premier bilan du programme de revitalisation des villes moyennes et d’annoncer les nouveaux partenariats et services.

cget

Quelques enseignements :
– le programme débute sa phase opérationnelle suite à la signature de l’ensemble des 222 conventions cadres ;
– la problématique des villes moyennes est, aujourd’hui, entendue par les acteurs économiques qui s’en emparent au quotidien ;
– les partenaires financeurs sont à l’œuvre pour que les projets issus des territoires se fassent.

« Bien du chemin a été parcouru depuis un an. Les 222 conventions cadres ont été signées, les diagnostics ont été réalisés, les premières actions mâtures ont été engagées. De plus, la démarche « Réinventons nos Cœurs de Ville » a été lancée avec un grand succès et, surtout, de nouvelles mesures d’enrichissement ont été identifiées et concrétisées. » Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales

Plus de partenaires, plus de services
Lancé en mars 2018, le programme Action Cœur de Ville – qui concerne 222 villes moyennes (voir la carte interactive) – s’enrichit. Animé par l’État et les collectivités avec des acteurs publics et privés, et coordonné par le CGET, le programme compte désormais de nouveaux partenaires et services :
– le Conservatoire national des arts et métiers, qui ouvrira 75 centres de formation dans des villes d’Action Cœur de Ville (lire notre article sur l’appel à manifestation d’intérêt du Cnam) ;
– la Siagi, société de caution aux entreprises artisanales et commerces de proximité, qui apporte une garantie bancaire aux petits porteurs de projets locaux ;
– Val’hor, organisme interprofessionnel, qui fera bénéficier de son expertise en matière d’horticulture et de paysagisme dans les villes moyennes.

En savoir plus…

Lire également :

Ma Santé 2022 : Agnès Buzyn dresse un 1er bilan positif @MinSoliSante #santé

Source : Ministère des solidarités et de la santé

Agnès Buzyn, Ministre des solidarités et de la santé, a dressé un premier bilan de la stratégie « Ma Santé 2022 ». Des premiers résultats sont à observer sur l’accès aux soins dans les territoires. 

Ministère des Solidarités et de la Santé

Pour encourager certains professionnels à exercer à temps partiel en zone sous-dense, le seuil d’exonération du cumul emploi-retraite sera relevé de 40 000 à 80 000 € pour inciter les médecins à poursuivre leur activité dans les territoires les plus en difficulté. Le plafond d’exonération aura ainsi été multiplié par plus de 7 depuis 2017.

Conformément aux engagements du Président de la République le recrutement, d’ici la fin de l’année, de 400 médecins généralistes salariés a débuté pour bénéficier à certains territoires désertifiés. Ces postes sont soit à exercice partagé entre la ville et l’hôpital, soit salariés de centres de santé, d’associations ou de collectivités territoriales.

Par ailleurs, la multiplication des stages en cabinet de ville est destinée à susciter des vocations au profit des zones les plus fragiles. Actuellement, 10 800 médecins sont agréés maîtres de stage, soit 17% de plus qu’en 2017. Parce que ces stages sont propices à la découverte d’autres modes d’exercice, d’autres territoires, le recrutement de nouveaux maîtres de stage est soutenu par une augmentation de l’indemnité de 300€ mensuels pour les praticiens installés en zone sous-dense. De même, une indemnité d’hébergement de 200€ mensuels est attribuée aux internes pour améliorer leurs conditions matérielles de stage.
Enfin, « Ma santé 2022 » repose sur le principe de libérer du temps médical utile pour permettre aux médecins d’accueillir de nouveaux patients. Cet objectif sera notamment rempli par la création de la fonction d’assistant médical et l’arrivée des 300 premiers infirmiers en pratique avancée.

Plus d’informations ici…

Lire aussi :

Agnès Buzyn : la santé en (r)évolution ! @MinSoliSante @agnesbuzyn @ParisHealthcare @laFHF #PHW19

Transformation de notre système de santé

 

 Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, vous invite à assister aux salons de la FHF (HopitalExpo, GerontHandicapExpo, HIT) et au Salon Infirmier 2019

Chiffres clés 2019
30 000 visiteurs • 850 exposants • 300 prises de paroles • 710+ intervenants

Logement social : 2 nouveaux accords signés entre les bailleurs sociaux et l’Etat @Min_Territoires

Source : Ministère de la cohésion des territoires

Le 25 avril, les acteurs du logement social et l’Etat ont signé 2 nouveaux accords afin de soutenir la construction, la rénovation et la transformation du secteur du logement social.

Résultat de recherche d'images pour "ministère cohésion territoire"

Le Premier ministre a signé avec Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales, Julien Denormandie, ministre chargé de la ville et du logement, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, et Olivier Dussopt, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des Comptes Publics, deux accords importants couvrant les trois prochaines années dans le domaine du logement :
– le pacte d’investissement pour le logement social
– le plan d’investissement volontaire d’Action Logement.

LE PACTE D’INVESTISSEMENT POUR LE LOGEMENT SOCIAL (2020 – 2022)
Depuis 2017, le Gouvernement poursuit une réforme historique du secteur du logement social pour le moderniser et le transformer, notamment au travers de l’instauration de la réduction du loyer de solidarité (RLS), des mesures d’accompagnement associées (notamment le gel puis la révision du taux du livret A) et des dispositions de la loi ELAN.
Prenant acte que la réforme du secteur du logement social est pleinement engagée et que l’effort d’investissement doit être maintenu pendant cette période de transition, le Premier ministre a proposé aux bailleurs sociaux un cadre financier de 3 ans pour donner de la visibilité aux acteurs et favoriser les efforts de construction et de rénovation du logement social.

Ce cadre comprend notamment :
– la fixation de la RLS à 1,3 milliards d’euros ;
– la baisse de la cotisation des bailleurs sociaux au Fonds national des aides à la pierre de 300 millions d’euros par an, intégralement compensée par Action Logement ;
– la baisse de la TVA de 10% à 5,5% sur certains types de logements sociaux

Plus d’informations ici…

Lire également :