Archives du blog

Ma santé 2022 : le Parlement adopte le projet de loi @MinSoliSante

Source : Ministère de des solidarités et de la santé

Le 16 juillet, le Parlement a adopté le projet de loi « Ma Santé 2022 » qui avait été présenté en septembre dernier par le Président de la République, Emmanuel Macron, et la Ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn.

Ministère des Solidarités et de la Santé

Ma Santé 2022 prévoit une transformation en profondeur de notre système de santé. Le vieillissement de la population, la forte augmentation des maladies chroniques, mais aussi les progrès technologiques, l’apparition de nouvelles thérapeutiques ou l’entrée du numérique dans la santé ont considérablement changé nos besoins et nos approches en matière de soins. Les attentes des professionnels de santé ont elles aussi évolué.

Le projet de loi qui s’appuie sur trois axes principaux :
– Préparer les futurs soignants aux besoins du système de santé de demain
– Créer, dans tous les territoires, un collectif de soins au service des patients
– Faire du numérique un atout pour le partage de l’information en santé et l’évolution des pratiques

Ma Santé 2022 comprend aussi des accords entre l’Assurance maladie et les professionnels de santé pour améliorer la prise en charge des patients en ville et créer des assistants médicaux qui libéreront du temps des médecins pour accueillir plus de patients.

Plus d’infos ici…

Lire également :

CHU Clermont-Ferrand : focus sur le projet médical 2022 @RESEAUCHU @CHUClermontFd

Source : Réseau CHU

Le projet médical 2022 du CHU de Clermont-Ferrand a l’ambition d’apporter des réponses concrètes aux futurs défis médicaux. Quels sont alors les objectifs de ce projet ? Quels sont les défis à relever ? Quels sont les projets du CHU de Clermont-Ferrand ? Plus d’informations ci-dessous…
logo-reseauchu

Des restructurations territoriales majeures (fusion des universités de Clermont-Ferrand, métropolisation de l’agglomération, fusion des régions, organisation hospitalière en Groupements Hospitaliers de Territoire) positionnent et renforcent le CHU comme établissement de santé de référence à l’Ouest de la région Auvergne-Rhône-Alpes. D’autre part, une orientation législative et réglementaire forte pousse à revoir l’organisation interne du CHU : stratégie nationale de santé, virage ambulatoire, modernisation du parcours-patient, renforcement du suivi financier, valorisation des personnels et gestion du temps de travail.

Ce contexte a conduit le CHU à vouloir relever six défis :
– l’attractivité de l’établissement pour les professionnels de santé ;
– la réponse à une demande croissante de soins ;
– le travail sur une trajectoire financière permettant des investissements structurants ;
– la modernisation de la prise en charge avec la médecine des 4 P (Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative) ;
– l’amélioration de la qualité du service rendu au patient ;
– la consolidation des missions hospitalo-universitaire en lien avec l’enseignement et la recherche.

Lire la suite

Santé : le CHU de Nantes se dote d’un entrepôt de données @RESEAUCHU @CHUnantes

Source : Réseau CHU

A Nantes, le CHU s’est récemment doté d’un entrepôt de données de santé pour gérer 2,3 millions de dossiers patients, 16 millions de documents et plus de 50 millions de données. 

logo-reseauchu

Un entrepôt de données de santé: qu’est-ce que c’est ?
Un entrepôt de données de santé est un outil permettant de rassembler dans une seule  grande base, les données administratives, sociales et médicales des dossiers informatisés de patients pris en charge au CHU.
Il s’agit donc de données produites et collectées à l’occasion des soins et réutilisées à des fins de recherche. Les recherches réalisées utilisent a posteriori ces données recueillies et ne nécessitent donc aucune participation active du patient.

Un entrepôt de données de santé : à quoi ça sert ? 
Constituer un entrepôt de données de santé a pour objectif de faire progresser la médecine actuelle, pour l’amener vers une  médecine du futur qui, le cas échéant pourra s’appuyer sur des technologies innovantes d’intelligence artificielle :
– Médecine prédictive et préventive, puisque les données vont permettre de mieux identifier les populations à risque pour cibler le déploiement des programmes de prévention.
– Médecine personnalisée : L’entrepôt permet de mutualiser l’ensemble des données disponibles, pour évaluer chaque cas précis et prendre des décisions appropriées au patient.
– Médecine participative : Certaines données de santé sont générées par les patients eux-mêmes, via des outils en ligne ou des objets connectés. L’implication des patients dans le suivi du traitement de leur pathologie est primordiale.

Quelle transparence envers les patients, pour la ré-utilisation de leurs données ? 
Depuis avril 2018, chaque patient, lors de son admission au CHU de Nantes, est informé par la remise d’un document de la possibilité d’utilisation de ses données à des fins de recherche; un contact lui permet d’exercer ses droits, notamment d’opposition.

Plus d’informations…

Lire aussi :

Etablissements de santé d’Île-de-France : découvrez le rapport d’activité 2018 et l’observatoire financier @ARS_IDF

Source : ARS Ile-de-France

L’Agence Régionale de Santé Ile-de-France (ARS) a publié le rapport d’activité 2018 et l’observatoire financier des Etablissements de santé de la région Île-de-France. Quel bilan faire de cette année 2018 ?

ARS idf

Les hôpitaux de la région ont notamment enregistré en 2018 :
– 3,1 millions de séjours en médecine, chirurgie et obstétrique (+0,6%),
– 174 293 accouchements (-0,7%),
– 4,5 millions de passages aux Urgences (+2%)

>>> Consulter le rapport d’activité 2018 

Lire aussi :

Livre Blanc : l’usage des outils numériques dans la santé @laFHF

Source : FHF

La FHF a apporté sa contribution au Livre Blanc portant sur l’usage des outils numériques dans la transformation des organisations de santé.
Ce Livre Blanc réunit des acteurs de toute la société qui ont exprimé leur vision et 
leurs préoccupations relatives à la révolution annoncée par la dématérialisation en santé.

FHF pays de la Loire

La députée Brigitte Bourguignon, présidente de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, défend l’émancipation sociale, la dignité sociale et l’égalité, notamment pour les femmes. Dans la santé, l’un de ses territoires de prédilection, ces objectifs relèvent de l’intérêt général au-delà des aspects partisans.  Elle permet d’accompagner et de porter une initiative collaborative novatrice à laquelle participe la FHF : partager les points de vue sur la contribution potentielle des outils numériques dans la transformation des organisations de santé.

Voici un extrait de l’ouvrage :
« L’émergence rapide des technologies de la connaissance connectée et partagée est considérée comme la troisième révolution industrielle ; celle de l’intelligence après celle de la mécanisation, de la production de masse et de l’automation. Les outils numériques connectés font désormais partie de nos activités personnelles et professionnelles ; la santé – en tant que service dématérialisé – est le prochain domaine d’impact systémique. »

« Les outils numériques, à leur place, peuvent contribuer à maintenir notre modèle de protection sociale et sanitaire solidaire. Pour ce faire, les technologies digitales doivent être utiles à la santé publique en répondant aux besoins des patients et aux usages des soignants. Il est nécessaire qu’elles préservent la confidentialité des données personnelles, qu’elles assurent le fonctionnement des systèmes de prise en charge.
Nous assistons à une transition très rapide des usages qui requiert une adaptation – possiblement difficile – pour les citoyens et les professionnels de santé. Il faut veiller à ne pas oublier les plus fragiles que sont les personnes dépendantes, les handicapés, les habitants des zones mal desservies dites zones blanches. D’autre part, les offreurs de services publics ou privés doivent impérativement sécuriser leur système numérique et les adapter à l’usage des patients. »

>>> Consulter le Livre Blanc

Lire aussi :