Archives du blog

La Défense : un 2e trimestre très calme pour le marché de l’immobilier @Defense_92

Source : La Défense

Le marché de l’immobilier à la Défense a été très calme durant ce 2e trimestre, notamment avec une importante baisse de la demande placée et de l’offre immédiate. 

La défense

Durant ce second trimestre (avril à juin) La Défense n’a enregistré que 42 800 mètres carrés commercialisés (73 300 depuis janvier dernier), selon la dernière statistique d’Immostat. L’étroitesse de l’offre neuve sur ce créneau (à peine 10 000 mètres carrés) limite donc toute prise de vitesse au quartier d’affaire.

Le loyer moyen de transaction des surfaces de première main s’établit à 480 euros par mètre carré et par an en moyenne au premier semestre (+ 7% en six mois). L’émergence de nouveaux immeubles hautement qualitatifs, proposés entre 550 et 600 euros par mètre carré et par an devrait davantage tirer vers le haut ce loyer moyen de première main, estime C&W. Pour l’heure, l’écart avec les bureaux de seconde main 430 euros par mètre carré et par an (+ 5%) reste assez faible. Plusieurs propriétaires ont anticipé l’absence d’offre neuve à court terme, et étalonné des loyers de présentation entre 450 et 500 euros par mètre carré et par an pour des bureaux récents ou rénovés.

>>> Plus d’infos ici

Lire également :

Ralentissement du marché de la logistique après une année record ! @CBREFrance

Source : CBRE

Après l’année record de 2017, le 1er trimestre 2018 est plus contrasté sur le front logistique, avec un volume national sensiblement inférieur à celui de l’année précédente. Le marché de l’activité quant à lui se maintient, tandis que l’investissement annonce un avenir très prometteur.

CBRE

Le ralentissement du marché de la logistique est principalement dû à un faible niveau de clés-en-main comptabilisés, que la dynamique de rotation du parc existant ne parvient pas à éclipser. Toutefois, cette contre-performance est à relativiser puisque ce premier trimestre reste supérieur à la moyenne des 10 dernières années.

L’Ile-de-France connait un démarrage particulièrement modeste, après le seuil historique de 1,7 million de m² en 2017 qui intégrait d’importantes opérations XXL. Si des négociations majeures sont en cours sur la région, 2018 devrait être une année intermédiaire, avec un atterrissage proche de la moyenne historique.

Cliquez ici pour lire la suite…

Lire également :

Immobilier : des prévisions optimistes pour l’année 2018 ! @pap_fr

Source : PAP

L’année 2017 a été une année historique pour le marché de l’immobilier. Que prévoit-on alors pour cette nouvelle année ?

pap

C’est confirmé : 2017 s’affirme comme un excellent millésime pour l’immobilier. L’ancien devrait enregistrer dans les 958.000 transactions (record absolu), contre 848.000 en 2016 selon les Notaires de France. Chez les promoteurs, le cap des 130.000 réservations au détail pourrait être franchi (126.950 l’an dernier d’après la Fédération des promoteurs immobiliers). Les constructeurs de maisons ne sont pas en reste, avec une prévision de 142.000 ventes en 2017 (133.600 en 2016 selon l’indicateur spécialisé Markémétron).

Les prévisions des pros. Les records de vente de l’an dernier seront-ils battus ? Pour apporter des éléments de réponse, le Crédit foncier a sondé les professionnels de l’immobilier (promoteurs, constructeurs, agents, etc.). Résultat : 80% d’entre eux se déclarent optimistes pour cette nouvelle année. Si ce chiffre est stable depuis un an et demi, « il a fortement progressé entre janvier 2015 (35% d’optimistes) et septembre 2016 (78%) » indique l’étude de cet établissement spécialisé dans le financement du logement.

L’ancien sur sa lancée. 55% des professionnels anticipent une stabilité des transactions en 2018. 51% prévoient un maintien des prix à leur niveau actuel. 16% voient le mètre carré baisser, contre 14% en avril 2017. En clair : les pros de l’ancien considèrent dans leur majorité que la hausse des prix observée l’an dernier (3,9% en rythme annuel selon le dernier indice notaires-Insee) pourrait toucher à sa fin. Une tendance qui épargnerait certaines grandes villes. Selon les Notaires de France, les prix montent de 12% par an à Bordeaux, de 7% à Paris et à Lyon, les autres métropoles dynamiques enregistrant des hausses comprises entre 2 et 5%. D’autres, en revanche, restent à la peine, comme Marseille, Lille ou encore Montpellier.

En savoir plus…

A lire aussi :

Zone Euro: l’inflation à la hausse

Ce mouvement général de hausse de l’inflation s’explique essentiellement par la forte progression des prix énergétiques et alimentaires. Les prix à la consommation français ont ainsi flambé de +0,8% en déc. à +1,6% en janv., à un niveau sans précédent depuis nov. 2012. En parallèle, l’inflation annuelle espagnole a plus que doublé, pour s’établir à 3% en janv., au plus haut depuis 4 ans. Seule l’augmentation de l’inflation annuelle en Italie est restée modérée, en hausse de 0,2 point à +0,7%.

L’inflation annuelle en Z.E a donc accéléré à +1,8%, vs +1,1% en déc., et s’est hissée à un pic inédit depuis fév. 2013. Néanmoins, hors composantes énergétiques et alimentaires, l’inflation annuelle s’est stabilisée à +0,9%, pour le 2e mois d’affilée. En réponse aux critiques croissantes allemandes envers la politique très accommodante de la BCE, 2 de ses membres ont souligné que la récente accélération de l’inflation en Z.E ne réflétait pas pour l’heure, « un ajustement durable de la trajectoire d’inflation, à un niveau proche de 2% à moyen terme ». La croissance s’est également raffermie au 4e trim. en France et en Z.E. Le PIB du 4e trim. français a progressé de +0,4%, vs +0,2% au trim. précédent. La consommation des ménages (+0,1% +0,6%) et l’investissement (+0,9% +2,8%) se sont redressés, tandis que le commerce extérieur apportait une contribution positive (+0,1 point). L’économie française a finalement crû de +1,1% en 2016, un rythme toujours modéré. En Z.E, l’activité a accéléré à +0,5% au 4e trim., contre une croissance révisée de 0,1 point à +0,4% au 3e trim. Sur l’ensemble de l’année 2016, elle a augmenté de +1,7%…Lire la suite

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »https://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

. @nexity et son ascendante performance financière

nexity

source: www.nexity.fr

La mise en place d’un dispositif commercial efficace et la forte présence sur les secteurs où la demande est la plus dynamique, sont les facteurs clés qui élucident la montée en puissance de Nexity. En 2016, la part de marché de Nexity devrait atteindre son plus haut niveau historique, autour de 12.5%, soit un gain d’environ un point de part de marché

Dans l’immobilier d’entreprise, où les conditions de marché sont également favorables, Nexity réalise de bonnes performances commerciales et dépassera son objectif initial de 250 millions d’euros de prises de commandes.

…lire la suite…