Archives du blog

Paris : à quoi ressemblera le marché de l’immobilier après le confinement ? @Seloger

Source : Se loger

Se loger

À quoi pourrait ressembler le marché de l’immobilier parisien « le jour d’après » ? Si l’on avait voulu des prédictions, on aurait acheté une boule de cristal… mais chez SeLoger, on préfère les hypothèses aux prédictions. C’est pourquoi on a posé la question à un agent immobilier : Sabine Nakache, Directrice Générale de Stone-Box et de Appartement à Rénover. 

Quelles répercussions la crise sanitaire pourrait-elle avoir sur le marché immobilier ?

Sabine Nakache : C’est une situation totalement inédite que nous vivons. Il est donc trop tôt pour se projeter car plusieurs questions demeurent sans réponse. Combien de temps le confinement va-t-il durer ? Comment les banques se comporteront-elles ? Et les acquéreurs ? Quelle sera la capacité de résilience du marché immobilier ? Autant de paramètres que l’on ne maîtrise pas en l’état actuel des choses. Ce que l’on sait, c’est que les crises induisent des changements de comportements. Elles poussent les individus à s’adapter, à mobiliser les ressources dont ils disposent et à rechercher des points d’ancrage. Or, par définition, le marché immobilier est résilient. C’est-à-dire qu’il est capable de résister à un choc et d’en absorber les effets…

…Lire la suite

Les 5 chiffres du marché immobilier neuf @planimmobilier

Source : le plan immobilier

La FPI a publié les chiffres liés au marché immobilier neuf en France en 2019 ainsi que son analyse pour 2020.

Le nombre de logements neufs vendus en France a baissé de 2,7% entre 2018 et 2019 soit une différence de 3 476 logements. La répartition entre acquéreurs et investisseurs est équilibrée puisque les premiers ont représenté 51% des ventes et les seconds 49%. Le nombre de ventes au sein de résidences services a chuté de 18% entre 2018 et 2019.

En 2019, l’immobilier neuf n’a pas souffert d’un manque d’attractivité. En effet la demande est toujours très présente. Malheureusement, l’offre n’est pas au rendez-vous. Les mises en vente ont diminué de 14,2% soit une baisse de presque 19 000 logements entre 2018 et 2019.

La Fédération des Promoteurs Immobilier explique cette baisse par 5 raisons. La première raison évoquée sera peut-être atténuée avec les élections municipales.

  • la diminution des permis de construire accordés
  • le temps nécessaire pour faire aboutir les projets
  • le coûts des travaux
  • le manque de disponibilités des entreprises du bâtiment
  • les recours de voisinage

La baisse du nombre de logements mis en vente a un impact direct sur les prix…

Lire la suite…

Brest, Nantes, Angers… le prix immobilier en forte hausse dans les villes de l’Ouest @SeLoger

Source : Se Loger

Boostés par un marché immobilier sous haute tension et une offre qui se raréfie, les prix des logements progressent fortement le long de la côte atlantique. À l’échelle du pays, si les prix reculent sur les trois derniers mois, sur l’année, ils augmentent encore.

Avis de hausse sur le prix immobilier dans l’ouest de la France

Faut-il y voir la conséquence de l’effet LGV (Ligne à Grande Vitesse) qui les a considérablement rapprochées de la capitale, toujours est-il que les villes de l’ouest de la France enregistrent une très forte poussée du prix de leur immobilier ancien. Jugez plutôt, le prix immobilier à Brest enregistre 10,9 % de hausse annuelle pour atteindre 1 965 € du m². Sur l’année, la cote de l’immobilier à Nantes et à Angers augmentent respectivement de 7,9 % et de 11,5 % et à Saint-Nazaire, le baromètre LPI-SeLoger nous apprend que la montée du prix de l’immobilier se renforce très nettement, avec un gain annuel de 12,8 %. Devenir propriétaire d’un bien dans celle qui fut surnommée la Petite Californie Bretonne coûte désormais 2 440 € du m².

En savoir plus

Logement : vente et location touchées par le changement climatique @pap_fr

Source : pap.fr

La loi relative à l’énergie et au climat validée aujourd’hui par le Conseil constitutionnel va bouleverser le marché immobilier résidentiel. Pour faire progressivement disparaître les « passoires énergétiques », les logements énergivores seront stigmatisés dans les annonces ainsi que dans les contrat de vente et de location. Un seuil de consommation énergétique devra être respecté. Des travaux d’économie d’énergie pourront être imposés.

Pour lutter contre le changement climatique, il va notamment falloir réduire de manière importante notre consommation énergétique et nos émissions de gaz à effet de serre. L’immobilier résidentiel étant un gisement d’économie en la matière, il va être pleinement mis à contribution…lire la suite

Lire aussi :

Le prix immobilier en France n’a jamais été aussi élevé : 3 500 €/m² ! @SeLoger

Source : Se Loger

Le marché immobilier se porte à merveille… Porté par des ventes qui ne faiblissent pas (+ 14,7 % sur 3 mois), le prix immobilier en France atteint les 3 500€/m². Seule Bordeaux voit ses prix baisser. Une première depuis 5 ans.

3 494 €/m² en moyenne, en France, c’est du jamais vu !

Ça ne vous aura pas échappé : en France, devenir propriétaire de son logement coûte de plus en plus cher ! Selon le baromètre LPI-SeLoger, acheter un bien immobilier n’a même jamais coûté aussi cher! Dans l’ancien, comptez 3 494 €/m². Si on en est arrivé à ce niveau de prix, c’est parce que la demande s’est considérablement accrue – portée qu’elle a été par des conditions de crédit inédites – mais que l’offre n’a pas progressé dans les mêmes proportions. En clair, les acheteurs dépassant en nombre les vendeurs, le prix de l’immobilier fait alors office de valeur d’ajustement. Preuve de l’engouement des Français pour la pierre, cette année, c’est largement plus d’un million de transactions qui auront été réalisées !  

En savoir plus