Archives du blog

Dispositif Denormandie : comment en bénéficier en 2020 ?@SeLoger

Source : Se Loger

Destiné à lutter contre les logements vacants, le dispositif Denormandie a été prolongé jusqu’en 2022 grâce à un amendement au Projet de loi de finances 2020. Il a également été élargi : il est désormais possible d’en profiter en dehors des centres-villes.

Le dispositif Denormandie est accessible jusqu’en 2022

Entré en vigueur le 1er janvier 2019, le dispositif Denormandie a été prolongé jusqu’au 31 décembre 2022 grâce à un amendement au projet de loi de finances 2020 (PLF 2020), alors qu’il devait initialement être supprimé en décembre 2021. Calqué sur le dispositif Pinel, réservé aux logements neufs, le dispositif Denormandie a pour objectif d’augmenter l’offre des logements dans les villes moyennes, en favorisant la rénovation et la remise sur le marché de biens vacants. Il permet aux particuliers qui investissent dans l’ancien dégradé et qui s’engagent à réaliser des travaux de rénovation représentant au moins 25 % du coût total de l’opération, de bénéficier d’une réduction d’impôt. Cette dernière est calculée en fonction de la durée pendant laquelle les investisseurs s’engagent à louer le logement vide. La réduction d’impôt est de 12 %pour un engagement de 6 ans, 18 % pour un engagement de 9 ans et 21 % pour un engagement de 12 ans. Pour en bénéficier, il faut que les travaux soient réalisés par un professionnel labellisé RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

>En savoir plus

Loi Pinel contre usufruit locatif social : l’ULS grand gagnant ! @Galivel

Source : Galivel

L’analyse comparative de la loi Pinel et de l’usufruit locatif social est largement en faveur de la nue-propriété pour de nombreux investisseurs :

La loi Pinel permet aux investisseurs de bénéficier d’un avantage fiscal fort afin de développer une offre locative à loyer modéré en zones tendues. Le dispositif consiste à acheter un bien, dans la limite d’un prix d’achat de 5 500 €/m² et 300 000 € par an (limité à 2 logements achetés par an maximum), et le conserver ensuite plusieurs années durant lesquelles on s’engage à le maintenir en location pendant une durée minimum. Le propriétaire obtient alors une réduction d’impôt sur les revenus tirés des loyers de 12 % (pour 6 ans de location), 18 % (pour 9 ans de location) ou de 21 % (pour 12 ans de location) du prix d’acquisition du bien (frais de notaire et bancaire inclus).

Parallèlement, l’investissement en ULS oblige à se projeter à long terme. D’un côté, un bailleur social se porte acquéreur de l’usufruit sur une durée déterminée (généralement 15 à 20 ans) et…

>Lire la suite

Lire aussi :