Archives du blog

.@PitchPromotion : inauguration d’une résidence mixte comprenant 39 logements, un EPHAD …

    Source : Galivel

Pitch Promotion inaugure une résidence mixte comprenant 39 logements, un EPHAD et des espaces de locaux d’activités et de services

Vendredi dernier, 13 septembre 2019, Jean-François Gapillout, Directeur Général Région Sud-Est – Pitch Promotion ;  le Président du CCAS, Maire de Béziers ; le Président de la Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée ; la Vice-présidente du Conseil Départemental ; la Déléguée départementale adjointe de l’Hérault et responsable unité sanitaire et relations usagers à Agence Régionale de santé et Emmanuelle Ménard, Députée de l’Hérault, ont inauguré la résidence « CAP’DOMITIA » dans la ZAC de l’Hours à Béziers. Elle développe 39 logements en accession libre, 60 chambres en EPHAD, des locaux d’activités et de services en rez-de-chaussée ainsi que 71 places de stationnement réparties sur deux niveaux de sous-sol.

Un programme qui multiplie les usages…

Les trois derniers étages du programme sont réservés à l’habitat tandis que les étages inférieurs accueillent l’EHPAD  de 6 300 m². En rez-de-chaussée, un espace de locaux d’activités et de services s’étend sur une surface de 840 m².

Les 39 appartements, qui vont du studio au 3 pièces, disposent d’une entrée privative. Les logements bénéficient d’un éclairage optimal grâce à l’orientation plein sud du programme. De larges terrasses s’inscrivent dans le prolongement des logements et les appartements sur le toit offrent une vue panoramique sur la ville.

Les séjours spacieux peuvent également être modulés en fonction des besoins de ses occupants.

…lire la suite…

Eiffage Aménagement et la SEM Agencia : partenaires d’un projet d’aménagement à Reims @eiffage @VilledeReims

Source : Eiffage

Lundi 2 septembre 2019 s’est déroulée la pose de la première pierre du projet d’aménagement sur le site de Sofilo à Reims près du centre des affaires Clairmarais jouxtant la gare. Ce projet de 1,5 hectare s’articule autour d’un jardin central et d’une voie nouvelle Nord-Sud afin de créer un nouveau quartier aux portes de la ville.

Anciennement occupé par Sofilo, foncière d’EDF, cette ancienne friche située en plein cœur de l’agglomération rémoise et à proximité immédiate de la gare SNCF, a accueilli durant plus d’un siècle une usine à gaz. A ce titre, la reconversion de ce site répond pleinement aux objectifs portés par la ville de Reims dont la volonté est de dépolluer et reconquérir les friches industrielles sur son territoire et permettra à horizon 2021 d’accueillir plus de 350 logements autour d’un cœur d’ilot végétalisé, ainsi qu’une résidence étudiante. Conçu par le cabinet d’architectes Thienot Ballan Zulaica…lire la suite…

Lire également :

Immobilier : rénovation thermique obligatoire pour les bailleurs ? @pap_fr

             Source : PAP

 

 Le Sénat et l’Assemblée nationale ont adopté le projet loi Energie Climat. A terme, en 2028, les bailleurs n’ayant pas réalisé de travaux de rénovation énergétiques seront sanctionnés.

Le Sénat et l’Assemblée nationale sont tombés d’accord sur le projet de loi Energie Climat. Au-delà des grands principes généraux visant à réduire l’emprunte carbone et à diminuer de 30 % la consommation d’énergies fossiles à l’horizon 2030, la loi cherche aussi à éradiquer les fameuses passoires thermiques, inconfortables hiver comme été et surtout énergivores (classées F et G dans le diagnostic de performance énergétique). La France en compte 7,2 millions dont 3,1 millions sont louées par des bailleurs privés, soit 43 % du parc locatif privé. Vaste chantier en perspective.

Interdiction à la location des passoires énergétiques. Concrètement, les propriétaires bailleurs ne pourront plus louer des logements classés F et G. Ils devront être classés a minima E, soit une consommation énergétique inférieure à 331 kW/m2/an. Le tryptique information, obligation, sanction est désormais entériné.

Des loyers gelés dans un premier temps. Comme prévu initialement, la loi s’appliquera à partir de 2021. A cette date un propriétaire ne pourra plus augmenter le loyer lors d’une relocation si son bien est classé F ou G. Le diagnostic de performance énergétique (DPE) fera foi. Les annonces de vente ou de location seront tenues d’indiquer le montant prévisionnel des dépenses d’énergie. Cette disposition s’appliquera sur tout le territoire, y compris dans les zones tendues.

Un audit énergétique dans un second temps. A partir de 2022, le bailleur devra procéder à un audit énergétique et devra informer son locataire ou son acquéreur en cas de vente du coût énergétique du logement.

Des sanctions en 2028. A partir de 2028, si les bailleurs …LIRE LA SUITE…

Immobilier : quelles prévisions pour fin 2019 et 2020 ? @pap_fr

Source : PAP

Malgré une forte hausse des prix, le marché de l’immobilier se porte plutôt bien en de début d’année. Cependant, cette tendance va-t-elle encore durer longtemps ? Quelles sont les prévisions pour la fin de l’année 2019 ? Quelles perspectives pour 2020 ?

Résultat de recherche d'images pour "pap"

Crédit : les taux immobiliers vont-ils remonter ?
L’emprunt toujours moins cher. Entre la fin 2012 et la mi-2019, le taux immobilier moyen toutes durées confondues est passé de 3,21% à 1,20% hors assurances selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Une baisse liée à la politique accommodante de la Banque centrale européenne (BCE), à la chute des indices financiers et à la concurrence entre les banques. Elles se servent du crédit immobilier pour attirer de nouveaux clients et sont même prêtes à accorder des rabais aux meilleurs profils

Logement : l’euphorie sur le marché de l’ancien va-t-elle durer ?
Toujours plus de transactions : un fort engouement pour la pierre dopé par des taux d’intérêt ultra bas : « le marché de l’ancien à plein régime » signalent les Notaires de France dans leur dernière note de conjoncture. « Avec 985 000 mutations réalisées sur douze mois à fin mars 2019, le volume annuel des transactions dans l’ancien reste à un niveau historiquement haut » précisent-ils dans ce document qui porte sur les données enregistrées ce printemps.
– Le marché trouve du crédit : depuis, la dégringolade des taux s’est poursuivie. L’envie d’acheter ne s’est pas démentie. Les banques, pour soutenir la demande, ont continué à assouplir certains de leurs critères. Entre autres exemples, les durées de crédit s’allongent (20 ans et 9 mois au premier semestre 2019, le plus haut niveau jamais observé selon la banque de France). Et le taux d’apport personnel baisse de 6,9% sur les sept premiers mois de 2019 d’après Crédit Logement/CSA.
– Les prix de l’immobilier augmentent : Avec des taux historiquement bas et une très forte demande, les prix ne peuvent que monter. Une hausse que les Notaires de France chiffrent à 3,7% pour les appartements et à 2,5% pour les maisons sur douze mois à fin mars dernier. D’après leurs indicateurs avancés, la hausse annuelle à fin août 2019 atteindrait 4,5% en collectif et 2,6% en individuel. Bref, la hausse des prix de l’ancien va rester d’actualité en 2019.

Plus d’informations…

Lire également :

Logement : le top 3 des EPA les plus productifs d’Île-de-France #DRIEA

Source : DRIEA Ile-de-France

Comment les EPA, Etablissements Publics d’Aménagement, contribuent-ils à la production de logements ? Quels sont les EPA les plus productifs d’Île-de-France ?  Quelle évolution depuis 2018 ? Découvrez les résultats de l’enquête de 2019 menée par la DRIEA (La direction régionale et interdépartementale de l’équipement et de l’aménagement d’Île-de-France).

DRIEA Ile-de-France

La production annuelle constatée des EPA de 2014 à 2018 est globalement en progression
avec une moyenne de 6 667 logements autorisés et un pic de production atteint en 2016,
avec 7 880 logements autorisés
La production prévisionnelle s’annonce remarquable avec plus de 9 000 logements autorisés pour les années 2019, 2020 et 2021. Au-delà de 2021, les EPA ont déjà programmé plus de 50 000 logements à autoriser dans les opérations d’aménagement en cours.

Évolution de la production de logements par EPA
L’analyse du graphique permet de constater une évolution positive de la production constatée en 2018 et celle prévue en 2019 pour les EPA franciliens. Seul l’EPA Paris-Saclay prévoit une légère diminution de sa programmation pour l’année 2019 (490 logements pour 2019 contre 803 pour 2018).

La production prévisionnelle des EPA pour l’année 2019 reste ambitieuse avec un volume global attendu de 9 147 logements autorisés contre 7 273 logements autorisés en 2018. GPA et l’EPAMARNE/EPAFRANCE sont les EPA les plus productifs, avec respectivement 3 370 logements autorisés prévus en 2019 pour l’un et 2 557 logements autorisés pour l’autre.

Plus de détails ici…

Lire également :