Archives du blog

Logement social : que prévoit le Plan logement 2 de la Banque des Territoires ? @BanqueDesTerr

Source : Banque des Territoires

La Banque des Territoires a dévoilé, le 25 avril, son Plan Logement 2.  Il a pour but d’accompagner le logement social jusqu’en 2023, avec un renforcement des quasi fonds propres des bailleurs sociaux et un fort soutien à l’investissement des organismes HLM. Mais alors, que prévoit ce Plan Logement 2 ? Quel bilan pouvons-nous tirer du Plan logement 1 ? 

banque des territoires

Plan logement 1 : « le succès important d’une offre massive »
La Banque des Territoires a tout d’abord dressé un bilan d’étape de son Plan logement 1 (bilan déjà esquissé le 11 avril lors de la présentation des résultats 2018 de la Caisse des Dépôts – voir ci-dessous notre article du même jour), qui comportait plusieurs composantes. La principale consistait en un allongement de la maturité de la dette des bailleurs sociaux. Lors de l’appel à manifestation d’intérêt, pas moins de 370 bailleurs se sont manifestés, pour un total d’encours de 16,2 milliards d’euros. Après examen, 14,7 milliards d’euros d’offres d’allongement ont été acceptées (6.150 avenants pour 24.700 lignes de prêts), soit 91% de la demande. Cet allongement représente une économie d’annuités de l’ordre de 350 millions d’euros pour le secteur du logement social. La Banque des Territoires voit dans ces chiffres le « succès important d’une offre massive, déployée en seulement trois mois et plébiscitée par deux bailleurs sur trois ».

Plan logement 2 : renforcer les quasi fonds propres des bailleurs sociaux…
Pour sa part, le Plan logement 2 répond à quatre objectifs majeurs : apporter au secteur du logement social de la visibilité à moyen terme (sur quatre à cinq ans), soutenir l’investissement, répondre – grâce à une palette d’outils concertés -, aux disparités de situations au sein du secteur, quel que soit le statut juridique ou le territoire d’action du bailleur et, enfin, garantir la solvabilité du secteur dans le cadre du rôle systémique de la Caisse des Dépôts. Fort de ces objectifs, le Plan logement 2 comprend deux grands volets : le renforcement des quasi fonds propres des bailleurs sociaux et le soutien à l’investissement des organismes HLM.

Lire la suite

Logement social : Grand Lyon Habitat lance la location active sur la Métropole de Lyon @GrandLyonHab @BienveoFr

Source : Grand Lyon Habitat

Le 30 avril dernier, Grand Lyon Habitat a commencé l’expérimentation « location active » du site Bienvéo, le nouveau dispositif qui permet aux locataires HLM de choisir leur logement eux-mêmes.GrandLyon Habitat | Logement social | Lyon

Pour consulter les offres dédiées à la location active, il faut :
– Être locataire du parc HLM
– Avoir déposé une demande de logement social dans le Rhône (le numéro unique de la demande débute par 069)
– Créer un compte sur Bienvéo.fr et indiquer le numéro de sa demande.

Où se trouvent les annonces réservées à la location active ?
– Connectez vous sur le site Bienvéo
– Dans le moteur de recherche, saisissez votre recherche puis cliquez sur l’onglet « + de critères »
– Cochez la case location active puis validez votre recherche pour voir toutes les annonces.

>>> Consultez le site Bienveo.fr

Lire également :

Plurial Novilia lance l’offre de colocation non-solidaire par @PlurialNovilia @ActionLogement

Source : Plurial Novilia 

Plurial novilia

Plurial Novilia, Entreprise Sociale pour l’Habitat (ESH) filiale du groupe Action Logement, gestionnaire de plus de 35 000 logements sur le territoire de Champagne-Ardenne et Ile-de-France (Seine-et-Marne et Essonne), présente une nouvelle offre : la colocation non-solidaire.

Reposant sur la signature 100% clé en main d’un contrat individuel par chambre (bail et redevance mensuelle tout compris), la colocation non-solidaire est une offre comprenant :

• Un logement meublé et une chambre sécurisée
• Les charges locatives et l’électricité et le gaz
• La connexion Internet Wifi (selon le logement)
• L’assurance
• La taxe d’habitation

Ce dispositif s’adresse à tous avec une priorité donnée aux salariés d’entreprises. Il se veut souple et adapté à une cible de jeunes professionnels, très attirés par ce mode de logement : la caution demandée ne sera que d’un mois et il n’y aura aucun frais de dossier. En outre, il sera possible pour le colocataire de bénéficier des APL. Le loyer mensuel se situera entre 300 et 420€ et les logements sont situés à proximité de transports en communs.

« Depuis plusieurs années, nous avons mis en place différentes initiatives de colocation pour les étudiants ou encore l’intergénérationnel. De plus en plus plébiscité par les jeunes actifs de notre région, nous voulions leur proposer une solution souple qui corresponde à cette étape de leur vie notamment en termes de mobilité et de pouvoir d’achat » déclare Alain Nicole, Directeur Général de Plurial Novilia.

L’objectif est d’offrir une solution intermédiaire de logement située entre le foyer et le logement autonome. Aujourd’hui 20 logements sont concernés par cette colocation-non solidaire et Plurial Novilia ambitionne d’atteindre un objectif de 50 logements T2 et T3 à l’horizon 2020.

Nice : Altarea Cogedim inaugure un programme de 210 logements @altareacogedim

Source : Altarea Cogedim

Altarea Cogedim a inauguré, le 3 mai dernier, le nouvel ensemble immobilier « Harmony Parc », situé au cœur du quartier Nice Méridia. Cette résidence sera composée de 147 logements intermédiaires et 63 logements sociaux. 

ALTAREA_COGEDIM

Un ensemble répondant aux besoins des niçois
Située au cœur de la technopole urbaine « Nice Méridia », la résidence « Harmony Parc » composée de 210 logements dont 147 logements intermédiaires gérés par Crédit Agricole Assurances et 63 logements sociaux gérés par I3F Immobilière Méditerranée, constitue la dernière tranche de l’îlot Robini. Pensé et conçu par les architectes Jean-Paul Gomis et Comte Wollenweider, et réalisé en co-promotion avec le groupe ICADE, cet ensemble immobilier répond parfaitement aux attentes, aux besoins et au niveau de ressources de la plupart des citoyens niçois.

Le développement durable au cœur du projet
Côté environnementale, cette opération est une référence. Ainsi, des systèmes innovants de production d’énergie ont été mis en œuvre. La production d’eau chaude sanitaire est produite par des installations thermodynamiques de type HYDRAPAC et les énergies renouvelables sont valorisées grâce à l’installation solaire de type photovoltaïque.
L’ensemble bénéficie de la certification Habitat & Environnement délivrée par CERQUAL et respecte naturellement le Cadre de Référence de la Qualité Environnementale de la Plaine du Var.
Pour en savoir plus, cliquez ici…

Lire également :

Unafo demande un vrai débat sur le logement des jeunes @UnafoUnion

L’Assemblée nationale débattra les 6 et 7 mai de la proposition de loi (PPL) présentée notamment par la députée Brigitte Bourguignon visant à renforcer l’accompagnement des jeunes vulnérables vers l’autonomie. A cette occasion et dans le prolongement de cette initiative, l’Unafo, union professionnelle du logement accompagné, demande qu’un vrai débat puisse s’ouvrir sur le logement des jeunes.
Les adhérents de l’Unafo gèrent au total environ 30 000 logements dédiés à des jeunes, qu’il s’agisse de résidences sociales tels que des foyers de jeunes travailleurs ou des résidences jeunes actifs, mais aussi des résidences pour étudiants, des colocations…
L’accès à un logement constitue un élément central de l’autonomie. Les solutions apportées notamment aux jeunes pas ou peu solvabilisés et aux jeunes qui connaissent de grandes difficultés, tels que les jeunes sortants de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) ou pris en charge par la protection judiciaire de la jeunesse, restent trop dépendantes des politiques locales et de la dynamique des acteurs.
Alors que l’Etat veut mettre en place « Le Logement d’Abord », la politique du logement jeune repose souvent sur des solutions organisées localement. Par exemple, une région refuse, malgré les besoins dans le territoire, la création de résidences jeunes actifs, alors même qu’elles continuent à se développer dans d’autres régions.
L’Unafo partage les mesures de la proposition de loi qui viennent réduire les ruptures de parcours, en particulier pour les jeunes sortant de l’ASE, ruptures contraires aux principes du Logement d’abord. Elle suivra avec d’autant plus d’intérêt les débats à l’Assemblée nationale sur cette proposition de loi alors que les acteurs de logement accompagné ne peuvent se substituer localement aux carences des politiques publiques pour maintenir les jeunes dans des logements dont le financement de la redevance n’est plus assuré.

…lire la suite…