Archives du blog

Vallogis : du street art monumental dans les résidences @ValloireHabitat @ActionLogement

Source : Valloire Habitat

Résultat de recherche d'images pour

Deux résidences de Vallogis ont été proposées pour accueillir les collages monumentaux de Julien de Casabianca installés à l’occasion de la réouverture du musée Girodet de Montargis. Le premier collage s’est déroulé le 30 novembre 2018 sur le mur d’une résidence de Vallogis située au coeur du quartier ancien de la Pêcherie.

Ce premier collage mesure huit mètres sur dix et représente le portrait d’une femme. Il s’agit d’une œuvre anonyme faisant partie de la collection permanente du musée Girodet. Ces collages sont réalisés en papier, puis recouverts de vernis. L’œuvre est destinée à rester plusieurs mois et disparaîtra en fonction des conditions météorologiques. De décembre à janvier, trois nouvelles œuvres seront installées par l’artiste, dont une autre sur un bâtiment appartenant à Vallogis et situé rue de l’Europe.

Julien de Casabianca est un artiste visuel et un cinéaste. Depuis qu’il a initié en 2014 Outings Project, son travail de street art et de photographie, il est invité par des musées du monde entier à exposer ses photographies et à jouer avec leurs collections dans la rue. Son travail est toujours en relation avec la rue, même quand il s’agit de cinéma.

J. de Casabianca et le « Outings Project », «Les œuvres d’art appartiennent à tout le monde». Ce projet consiste à mettre les œuvres d’art en libre-service dans la rue. Cette démarche artistique permet à J. de Casabianca de restituer et faire partager les œuvres au grand public, comme il  l’a déjà fait pour le musée de Ixelles en Belgique, le Musée d’Art et d’Histoire à Genève, le Cummer Museum à Jacksonsville ou le Musée de Memphis aux États-Unis, le Museo Arocena à Torreon au Mexique. Le résultat est surprenant !

.@Polylogis prépare ses collaborateurs aux nouveaux défis du métier de bailleur @LogirepOfficiel

   Source : POLYLOGIS

A la faveur de son Plan Stratégique Vision 2022, le Groupe Polylogis entérine le constat que le logement social doit changer ses pratiques à tous les niveaux et lance un ambitieux plan de formation pour ses collaborateurs.
Deux étapes importantes sont d’ores et déjà programmées pour 2019 à destination des managers et des personnels de terrain.

Acteur majeur du logement social en France, le Groupe Polylogis compte près de 1300 collaborateurs répartis dans 6 régions. Il a lancé fin 2017 un projet d’entreprise, intitulé VISION 2022, en vue d’organiser sa transformation pour répondre aux enjeux d’avenir et aux mutations du secteur HLM.

« Rien n’est plus comme avant en matière de logement social. Le secteur change, les usages et les habitudes aussi. Nos collaborateurs ont à relever de sérieux défis. Notre enjeu d’employeur est de les accompagner en leur transmettant les bons outils. Sinon nous ne nous transformerons qu’en théorie, sans pouvoir mettre en pratique les plans que Vision 2022 a tracé avec le risque de générer déception et « frictions » au sein de ce qui représente notre principal atout, nos collaborateurs », constate Karine JULIEN, Directrice générale adjointe de LogiRep.

> Télécharger le communiqué

1ER fonds d’investissement en nue-propriété dédié aux quartiers prioritaires @PERL_Immo #ANRU

PERL ET LE FONDS DE CO-INVESTISSEMENT PIA DE L’ANRU ENVISAGENT LA CRÉATION DU 1ER FONDS D’INVESTISSEMENT EN NUE-PROPRIÉTÉ DÉDIÉ AUX QUARTIERS PRIORITAIRES DE LA POLITIQUE DE LA VILLE

Paris, le 4 décembre 2018 – Perl et le Fonds de Co-investissement Ville Durable et Solidaire du Programme d’Investissements d’Avenir opéré par l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) travaillent ensemble sur un projet de fonds d’investissement en nue-propriété de logements dans les quartiers ANRU et quartiers prioritaires de la ville (QPV). Fondé sur le partage temporaire de l’usage et de la propriété, ce fonds socialement responsable aura pour vocation d’encourager la diversification de l’habitat et la mixité sociale dans ces territoires.

INITIAL, un projet de fonds inédit pour renforcer l’attractivité des quartiers prioritaires de la politique de la ville dans les grandes métropoles

Issu d’un partenariat entre PERL et le Fonds de Co-investissement de l’ANRU, ce fonds d’investissement en nue-propriété visera à renforcer l’attractivité des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), sur les territoires tendus (zones Abis, A et B1) et ainsi à réduire les inégalités sociales et territoriales.

Ce fonds aura également pour objectif de faciliter le parcours résidentiel des jeunes actifs. Il permettra la réalisation de logements à loyers abordables (logements locatifs à loyers conventionnés PLS), tout en anticipant leur évolution vers le parc privé à horizon 15 ou 20 ans (durée d’usufruit), lorsque le quartier se sera transformé positivement sous l’impulsion de l’action publique.

Lire la suite

Logement d’abord : les acteurs du « logement accompagné » s’engagent fortement @UnafoUnion

Source : UNAFO

Les 28 et 29 novembre 2018 ont eu lieu les 18èmes rencontres nationales, sur le thème « Co-agir au cœur des territoires ». Les acteurs du « logement accompagné » ont donc profité de cette occasion afin de réaffirmer leur pleine participation à la politique du Logement d’abord, à laquelle ils souhaitent être pleinement associés au plan national mais aussi au coeur des territoires.

unafo logo

Pour l’Unafo, il est nécessaire d’agir pour la production de logements abordables et adaptés aux besoins (résidences sociales et pensions de familles), pour mobiliser les moyens d’accompagnement nécessaires et pour mettre en place une véritable gouvernance ancrée dans les territoires.

Articulées autour de 4 thématiques (« Co-réfléchir », « Co-participer », « Co-opérer » et « Co-construire »), ces deux journées ont permis des temps de rencontres et de débats pour les professionnels du secteur et leurs partenaires, avec plusieurs temps forts :
– l’intervention de Vanessa Nurock, philosophe, qui a énoncé les conditions politiques et éthiques d’un « prendre soin des personnes » dans un secteur d’activité qui place au centre de ses interventions l’accueil, le logement et l’accompagnement de personnes particulièrement vulnérables et isolées.
– 16 ateliers ou mini-conférences sur des thématiques très différentes, tels que « 10 000 places en pension de famille. Un défi à relever ? », « les enjeux de la protection des données personnelles » ou bien encore « la dématérialisation de l’accès aux droits sociaux »…
– un salon professionnel et un pitch de startup sur les innovations
– des visites de résidences sociales à Nancy
En savoir davantage…

Lire également :

Nantes : Gambetta inaugure une résidence sociale solidaire intergénérationnelle @Galivel @GroupeGambetta

Source : Galivel

Groupe Gambetta a inauguré le 23 novembre, à Nantes, la résidence « Key Baco », résidence sociale, solidaire et intergénérationnelle de 46 logements, près du Château des Ducs de Bretagne et de la cité des Congrès de Nantes.

galivel

Une restructuration complète
Fruit d’une concertation avec la ville de Nantes, le projet est porté par la société coopérative à intérêt collectif d’habitation à loyer modéré du Groupe Gambetta, qui a réalisé la réhabilitation et l’extension (rehaussement) de l’ancien bâtiment de la protection judiciaire de la jeunesse, et l’association HAJIR (Habitat Associatif Jeunes Inter Réseaux) qui en assume l’animation et la gestion.

Imaginé par le cabinet d’architecte Barré Lambot, le projet comprend un rehaussement en structure bois, la création de larges ouvertures pour apporter une luminosité naturelle et la conception d’espaces destinés à favoriser les rencontres entre les résidents. « Le projet est une réponse à la fois à un défi technique – la réhabilitation et le rehaussement d’un ancien bâtiment désuet en plein centre urbain, – et à un défi environnemental et thermique, car la résidence est désormais conforme à la RT2012 pour la partie extension et RT Rénovation – 40% pour la partie réhabilitation, indique Norbert Fanchon Président du Directoire du Groupe Gambetta. L’autre enjeu fondamental de cette réhabilitation était de réussir à revoir l’organisation spatiale du bâtiment de manière à assurer et animer le vivre ensemble », poursuit-il.

Pour en savoir plus… cliquez ici

Lire également :