Archives du blog

Brest et la Caisse des Dépôts, un partenariat privilégié ! @CaissedesDepots

   Source : Caisse des Dépôts

La Caisse des Dépôts, la ville de Brest et Brest métropole réaffirment leur engagement au service du territoire brestois.

A cette occasion, François Cuillandre, Maire de Brest et Président de Brest métropole, et Eric Lombard, directeur général de la Caisse des Dépôts réaffirment leur engagement commun pour le développement du territoire brestois.
Le développement de l’Ouest breton, un enjeu commun.
Les réunions de travail et les visites de terrain qui ont ponctué cette journée très productive ont permis d’évoquer de nombreux projets d’avenir que la métropole brestoise souhaite promouvoir. La Caisse des Dépôts participe activement, à travers le financement d’études préalables, aux nombreuses opérations de renouvellement urbain à venir.

> Télécharger le communiqué de presse

A la découverte de Hervé PUYBOUFFAT, TAGERIM sur @radioimmo @Tagerim_Immo

 

Jean-Michel ROYO nous fait découvrir ce mois-ci, Hervé PUYBOUFFAT, Président de TAGERIM PROMOTION.

>> Écouter Radio.immo

>>> En savoir plus sur TAGERIM

Logement social : vers un allongement de la dette des OLS ? @CaissedesDepots

Source : Caisse des Dépôts

La Caisse des Dépôts annonce la mise en place d’un dispositif visant à allonger la dette des Organismes de Logement Social.

Caisse des depots.png

La Caisse des Dépôts lancera le 15 février un appel à manifestation d’intérêt pour proposer aux bailleurs sociaux intéressés de rallonger leur dette. Cette mesure attendue par le secteur du logement social est destinée à l’accompagner dans sa réforme décidée par les pouvoirs publics.

Pour savoir quels sont les prêts éligibles à l’allongement de la dette, il suffira aux bailleurs sociaux de se connecter sur le site PrêtsCDC. Sont concernés tous les prêts indexés sur le livret A au taux supérieur ou égal à livret A + 60 points de base (coût actuel de la ressource pour la Caisse des Dépôts). Les prêts devront présenter une durée résiduelle de 3 à 30 ans. Pour chaque ligne de prêt retenue, les bailleurs sociaux pourront demander un allongement de 5 ou 10 ans.

Le montant total potentiel de dette rallongée pourrait atteindre 30 Md€ d’encours pour plus de 60 000 lignes de prêts.

Lire la suite…

A lire aussi :

1er habitat transportable : concept innovant de la Fondation @Abbe_Pierre @marseille

Source : Fondation Abbé Pierre

Pour réponde à l’urgence des personnes sans toit, la Fondation Abbé Pierre a financé le 1er habitat transportable, à la Pointe Rouge, à Marseille.

Habitat Transportable

30 m2, deux lits superposés, une cuisine équipée, une salle de bains et un coin salon avec un canapé-lit… c’est le 1er février, jour anniversaire de l’Appel de l’abbé Pierre en 54, que l’Agence PACA de la Fondation Abbé Pierre, a dévoilé ce prototype unique en son genre d’habitat transportable et autonome. Laurent Desmard, président de la Fondation Abbé Pierre était sur place.
« C’est une très belle réalisation ; ce n’est pas une caravane ni un mobil-home, c’est vraiment une structure où l’on peut se poser, dans le confort et la sécurité. »

Autre spécificité de cet habitat transportable, des panneaux solaires sur le toit pour le chauffage et l’eau chaude et un recyclage de l’eau de douche la rendent autonome énergétiquement pour une durée de 15 jours.

À Marseille, près de 12 000 personnes ont été à la rue à un moment donné de l’année avec, en prime, une hausse des expulsions locatives sur la région. L’arrivée importante de familles roms corse encore la donne pour les acteurs de terrain. « Trouver une solution immédiate, c’était ça notre cahier des charges », raconte Fathi Bouaroua, ancien directeur de l’Agence régionale de la Fondation. « Il nous fallait une maison facilement transportable, autonome en énergie, que l’on puisse poser n’importe où. Et ce n’était pas évident ! »

En savoir davantage…

A lire aussi :

HLM : la réduction de loyer de solidarité pour bientôt @localtis

Source : Localtis

La réduction de loyer de solidarité (RLS) ne s’appliquerait finalement qu’au 1er avril, avec effet rétroactif au 1er février. Ce retard serait dû à des questions « techniques ». Par ailleurs, le projet d’arrêté fixant les plafonds de ressources pour être éligibles à la RLS ainsi que les montants de réduction de loyer sera examiné le 29 janvier au Conseil national de l’habitat (CNH).

Localtis

L’application de la réduction de loyer de solidarité (RLS) va prendre du retard. Alors que l’article 126 de la loi de finances 2018 prévoit une entrée en vigueur au 1er février (voir notre article du 9 janvier 2018), elle ne le serait qu’au 1er avril avec un effet rétroactif. « Pour des raisons techniques liées tant aux adaptations des systèmes d’information des bailleurs qu’à la difficulté de traiter des ressources de natures différentes, la mise en œuvre opérationnelle (de la RLS) ne serait envisagée par l’administration qu’à compter du 1er avril 2018 », a indiqué la secrétaire générale de l’Union sociale pour l’habitat (USH), Marianne Louis, à AEF, le 23 janvier, relayant une information de la DHUP (direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages).

Un groupe de travail à l’œuvre

Pour mettre en œuvre cette mesure, un groupe de travail piloté par l’administration a été constitué dès l’adoption du PLF. Il est composé de la DHUP, de l’USH, des fédérations qui la composent, et de la CAF (en parallèle, l’Union a formé un second groupe de travail réunissant une dizaine de bailleurs sociaux – dont Paris Habitat, I3F et Valophis – pour tester l’application pratique de la RLS, en l’absence d’étude d’impact gouvernemental).

——> Lire la suite…

Lire aussi :